• Capture tinee2011

    Dans l'interminable ennui de la plaine.

    Dans l'interminable
    Ennui de la plaine,
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.
     
    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune,
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.
     
    Comme des nuées
    Flottent gris les chênes
    Des forêts prochaines
    Parmi les buées.
     
    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune.
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.
     
    Corneille poussive
    Et vous, les loups maigres,
    Par ces bises aigres
    Quoi donc vous arrive ?
     
    Dans l'interminable
    Ennui de la plaine
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Paul Verlaine (1844-1896)

    verlaine

    ibxkec

    Yahoo!

    8 commentaires
  • PEINTURE SUR SOIE

    Voici la dernière peinture sur soie que j'ai réalisée à l'Atelier de Travaux Manuels de Brézolles.

    Maintenant je vous montre la tapisserie au point compté  que j'ai terminée (4 mois de travail), elle vient d'être encadrée et elle orne le mur de ma chambre.

    Jésus

    et voici une autre création que j'ai faite à l'atelier "un petit écritoire pour mettre sur un bureau"

    TRAVAIL MANUEL

     il faut peindre les différentes pièces, les décorer et ensuite procéder au collage.

    Et maintenant les ouvrages réalisés au tricot

    echarpe.jpg

    Une écharpe (on la tricote avec un ruban qui est une forme de résille et qui se déploie au fur et à mesure).

    Ensuite deux petits gilets pour mon arrière petit neveu qui va avoir trois mois

    gilet-avec-capuche.jpgGILET.jpg

    Vous pouvez constater que lorsqu'on est à la retraite, on a beaucoup d'occupations à faire pour passer le temps !.....

    Yahoo!

    15 commentaires
  • 26-Eudes

    Eudes
    (né vers 860, mort le 3 janvier 898)
    (Roi de France (Francie occidentale) : règne 888-898)

    Comte de Paris, fils aîné de Robert le Fort, duc de France, il n’est point qualifié par ses contemporains du titre du duc, dont cependant il hérita après la mort de son père. Robert le Fort avait été un membre important de l’aristocratie franque, et était issu de la famille des Robertiens, qui donnera plus tard naissance à la dynastie capétienne. En 852, Charles le Chauve l’avait fait abbé laïque de Marmoutier, puis missi dominici des régions de Tours et d’Angers. Lorsque le souverain avait installé son fils Louis II le Bègue à la tête du comté du Mans, Robert s’était révolté et avait rejoint Louis le Germanique, frére de Charles le Chauve, avant d’accepter de se soumettre en 861, en échange du marquisat de Neustrie. Il eut dè lors en charge la lutte contre Bretons et Normands, et c’est au demeurant en combattant ces derniers à la bataille de Brissarthe (prés d’Angers) en 866, qu’il trouva la mort.

    29 Eudeseudes

    Eudes défendit vaillamment Paris durant le siège qu’il eut à soutenir contre les Normands en 885. Il l’abandonna un moment pour aller solliciter des secours auprès de l’empereur Charles le Gros, laissant en son absence le commandement de la place à Ebles, abbé de St-Germain-des-Prés. A son retour il traversa victorieusement les lignes ennemies ; mais le duc de Saxe qu’il avait devancé, et qui commandait le renfort obtenu, ayant été moins heureux, laissa, par sa défaite et sa mort, les Parisiens tristement déçus dans leur attente.

    Eudes défend Paris contre les Normands-885

    Quelque temps après, l’empereur n’arriva lui-même que pour traiter avec les Normands, à de honteuses conditions. En 888, les Français, les Neustriens et les Bourguignons, dans une assemblée générale des grands du royaume, qui suivit la mort de Charles le Gros, payèrent par le trône les services d’Eudes. Les Normands reparurent ; le nouveau roi répondit à la confiance de la nation, en gagnant sur ces barbares la bataille de Montfaucon.

    eudes

    A la guerre succéda la révolte : Eudes eut à combattre quelques seigneurs qui méconnaissaient son autorité ; il les vainquit, fit trancher la tête à leur chef, le comte Valtguire, et poursuivit les restes de leur parti jusqu’en Aquitaine. Son éloignement éveilla l’audace des amis du jeune Charles III, dit le Simple. Foulques, archevêque de Reims, et Hébert, conte de Vermandois, lui avaient mis une couronne sur la tête ; il fallut la défendre, et ils le firent par la fuite.

    220px-EudesParis

    Eudes, après avoir forcé son faible compétiteur à se retirer en Bourgogne, consentit à composer avec lui. Le royaume fut partagé : la partie située entre le Rhin et la Seine cédée à Charles, et le reste conservé par Eudes, qui en jouit paisiblement jusqu’à sa mort, arrivée le 3 janvier 898 à La Fère (Aisne) ; son corps fut porté à Saint-Denis dans la sépulture des rois.

    fdzjm7s992

    090410015150145983457210[1]

    Yahoo!

    1 commentaire
  • recettes-des-sept-provinces-du-pays-basque

    Le Béarn et le Pays Basque, qui ont formé le département des Basses-Pyrénées, sont une région privilégiée au point de vue gastronomique. La mer lui fournit poissons et crustacés, et les gaves et les torrents, les truites, saumons et aloses. Le gibier (perdreaux, palombes, lièvres, sangliers, isards, coqs de bruyère, etc...) est abondant. Et le génie des ménagères a fait le reste. On doit au Béarn deux excellents plats : la garbure et la poule au pot. Et au Pays Basque, une charcuterie particuliérement savoureuse.

    LES VRAIES SPECIALITES

    SOUPES ET POTAGES : La garbure du Béarn est la vraie garbure, et elle est somptueuse. Autres soupes fort en honneur en Béarn : la "cousinette", qui est une soupe aux légumes (bettes, oseille, mauve, chicorée, etc..), l'"ouliat", qui rappelle le tourain périgourdain, et la soupe du berger, qui diffère de la précédente simplement par l'addition du fromage et de poireaux .

    4464041739 dcb3fd25f5

    HORS D'OEUVRE : Il y a, bien sûr, les pâtés de foie gras. Mais aussi le pâté d'isard, le jambon de Bayonne, le saucisson d'Oloron, les langues fumées de Bayonne, les "loukinkas", qui sont de petites saucisses à l'ail.

    aimez-jambon-bayonne-decouvrir-site-web-rien--L-2

    POISSONS ET CRUSTACES : Sur la côte basque, on fait une grande consommation de homards, de langoustes, de crabes, de rougets, de bars, de mulets et de petites seiches. Il faut goûter les "chipirones en su tinta", délicieuses petites seiches cuites dans leur encre et aussi le "ttoro", qui est la bouillabaisse de Paays basque, et le congre au lait. Dans tout le reste du pays, on apprécie les merveilleuses truites des gaves, la matelote d'anguilles, les saumons du gave de Pau, de la Nive et de la Nivelle, les fritures de goujons d'Orthez, les écrevisses d'Oloron et de Saint-Jean-Pied-de-Port et l'alose d'Orthez.

    Bouillabaisse - Bouillabaisse

    PLATS : Le plus célèbre est la fameuse poule au pot du bon roi Henri, farcie comme il se doit. Mais il y a aussi la piperade (omelette aux piments et aux tomates), l'omelette aux saucisson, l'estoufat (boeuf en daube), la poitrine de veau farcie, le civet d'isard, le tournedos béarnaise, le civet de lièvre, les salmis de palombes, les confits d'oie, de canard, de dinde et de porc, les perdreaux rôtis, les coqs de bruyère rôtis et le carré de marcassin.

    5029805382 12b01859bf

    FROMAGES : Ce sont des fromages de brebis dont les plus célèbres sont le laruns, la jonchée (lait caillé sur un lit de joncs), le savaron, l'arneguy et l'iraty.

    42

    DESSERTS : Citons d'abord le gateau basque et les crespets bearnais, qui sont des beignets. Mais il y a aussi les massepains, le pastis (aux oeufs, au beurre, à la fleur d'oranger et à l'eau de vie), les cerises d'Itxassou, le touron, les macarons de Saint-Jean-de-Luz, le chocolat de Bayonne et les madeleines de Dax.

    BOZE6aoYF3sunLb

    VINS : Le Béarn est, à juste titre, fier de son vin de Jurançon, vin blanc qui existe en sec et en moelleux. Le glorieux, c'est le sec, car, même après un long vieillissement, il conserve une nervosité pleine de charme. Quand au Jurançon moelleux, il est également excellent, il est recommandé de le boire jeune et même dans l'année. Autre vin calèbre du Béarn, le pachereng de Vic-Bilh, qui titre entre 12 et 14 degrés, tantot moelleux, tantôt sec, selon les années et la vinification, il accompagne fort bien le foie gras, les viandes blanches et le fromage.

    Le Pays Basque a lui aussi son vin : l'irouléguy, qui est bien connu. Il existe en rouge et en blanc, et il convient parfaitement aux plats du pays.

    fiche trad moelleux

    frise feuillage fleuri

     

    Yahoo!

    12 commentaires
  • 59385820.jpg

    Qui est Dieu pour vous ?

     

    "L'Éternel est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je crainte ? L'Éternel est le soutien de ma vie : de qui aurais-je peur ?" Psaumes 27.1

     

    Qui était Dieu pour David ? Considérez ce qu'il a écrit dans ce psaume. Premièrement, le Seigneur était sa lumière. Il avait compris que Dieu le guidait et le dirigeait dans chaque situation, qu'il lui donnait de la sagesse et du discernement, qu'il le remplissait d'espoir et d'encouragement, qu'il le renouvelait et lui procurait la joie et la paix.

    David savait que Dieu peut faire la même chose pour tous ceux qui croient en lui.
    David avait également compris que le Seigneur était son salut, en toutes circonstances ! Dieu l'avait sauvé du danger et de la crainte, de la tourmente et de l'incertitude, de l'inquiétude et des attaques de l'ennemi, des tentations et des pièges.
     
    David avait de même réalisé que Dieu étant sa lumière et son salut, il n'avait aucune raison d'avoir peur ! Aucune raison ! Lorsqu'il rencontrait des problèmes, des difficultés et des défis, il pouvait être libéré de la peur en se tournant vers le Seigneur et en se reposant sur lui. Il ne devait craindre ni la guerre, ni ses ennemis, ni les méchants, ou tout ce que ces personnes faisaient. Il ne devait même pas avoir peur de ses propres erreurs, faiblesses ou doutes.
     
    David savait que Dieu peut faire la même chose pour tous ceux qui croient en lui. Il peut illuminer notre sentier, nous accorder le salut face à toute situation et toute personne. Lorsque nous plaçons notre confiance en lui, nous n'avons aucune raison d'avoir peur de qui que ce soit, d'aucune maladie, d'aucune situation .ou d'aucun problème. Dieu nous montrera la manière d'agir et nous donnera la puissance et la capacité de le faire. Et il nous sauvera !
     
    Aujourd'hui, qui est Dieu pour vous ? Regardez à lui et laissez-le être votre lumière. Permettez-lui de dissiper vos craintes, de vous guider et de vous protéger. Réfugiez-vous en lui, quels que soient les problèmes que vous rencontrez. Ayez confiance en lui et réalisez qu'en toute situation, il est votre salut !
     
    Une prière pour aujourd'hui
     Père, je dépends de toi pour toute chose dans ma vie, pour ma protection tout comme pour ma direction... Je n'ai aucune raison d'avoir peur, parce que je peux te faire confiance. Merci. Au nom de Jésus. Amen.
    2140863615_1.jpg

    Yahoo!

    13 commentaires
  •  

     

        echeveria secunda glauca

    Les Echeverias, parmi lesquels on trouve bien des sous-arbrisseaux touffus que des plantes à rosettes sans tige et étalées, varient considérablement de taille, de forme, de couleur et de texture. Ce sont des plantes grasses à feuilles charnues, couvertes d'une substance cireuse qui ternit au toucher. Certaines espèces présentent des feuilles et des tiges duveteuses. Le feuillage est cassant : un geste maladroit, et la feuille se détache de sa tige à son point d'insertion. Avec le temps, les feuilles sèches et s'enlèvent facilement. Des fleurs axilaires et campanulées apparaissent en épis au centre de la rosette peu après le repos hivernal, parfois au début de l'été. Elles s'ouvrent les unes à la suite des autres, à partir de la base de l'épi qui, souvent enroulé au début, se redresse peu à peu.

    - ESPECES RECOMMANDEES -

    - AFFINIS - a des feuilles charnues lancéolées, acuminées, disposées en une rostte sans tige de 10 cm d'étalement. Cireuses et vert très foncé, elles deviennent presque noires si la plante est cultivée en plein soleil et gardée au sec. Des fleurs rouges naissent en solitaires sur une tige ramifiée, à la fin de l'hiver.

    1237028019echeveria affinis 2

    - AGAVOIDES - se reconnait à ses feuilles vert pomme, charnues et triangulaires, disposées en une rosette dense de 13 cm d'étalement. Elles ne sont pas pruineuses, se terminent par une pointe brune et leurs bords prennent au soleil une teinte rougeâtre. Des fleurs rouges ourlées de jaune naissent au printemps.

    Echeveria agavoidesRed1

    - DERENBERGII - porte sur une courte tige une ou plusieurs rosettes en forme de coussin, il en apparait constamment de nouvelles à l'aisselle des feuilles. Bleu vert, celles-ci présentent une pruine cireuse argentée et des pointes rouges. En se développant, la plante produit de multiples rejets. Des hampes recourbées portent des fleurs vermillon, il en émergent plusieurs de chacune des rosettes au printemps.

    Echeveria derenbergii

    - ELEGANS - prend la forme d'une rosette acaule de 10 cm d'étalement. Les sujets adultes produisent des rejets sur de longs stolons qui émergent des feuilles inférieures et forment des touffes coussinées. Les feuilles bleu-vert clair, couvertes d'une épaisse couche de pruine blanche ont des marges presque transparentes. En été, des fleurs roses et jaunes apparaissent sur des hampes roses de 30 cm.

    Echeveria-elegans

    - GIBBIFLORA - est une plante robuste, rarement ramifiée. Ses feuilles spatulées et concaves, gris vert à reflets roses sont disposées en rosette au sommet d'une tige très solide. Elle porte en hiver des fleurs rouge clair sur des hampes de 25 cm, entiérement couvertes de feuilles.

    Echeveria gibbiflora 001

    - HARMSII - a une tige principale couronnée d'une rosette lâche. A l'aisselle des feuilles naissent des tiges latérales portant de plus petites rosettes. Les feuilles lancéolées, vert moyen, finement marginées de brun, sont couvertes d'une courte pilosité. Des fleurs parfois en épis mais le plus souvent solitaires, s'épanouissent sur des hampes de 15 cm à la fin du printemps. Les pétales écarlates aux bords retournés laissent voir un revers jaune.

    Echeveria harmsii 1

    -LEUCOTRICHA - est une plante arbustive à feuilles épaisses, lancéolées vert clair, couvertes d'une fine pilosité blanche. En plein soleil, surtout après le repos hivernal, les pointes deviennent d'un rouge-brun vif. Cette plante très rameuse atteint lentement 23 cm et produit au printemps et en été des fleurs rouges.

    2007 echeveria leucotricha

    - SETOSA - produit une rosette étalée de feuilles ovales, épaisses, tendres, très rapprochées. Une fine toison argentée recouvre les feuilles et les pédoncules. Les fleurs jaunes ou rouges éclosent en été.

    Echeveria-setosa.18.02

     - SHAVIANA - présente une rosette dont les feuilles spatulées et concaves, presque blanches, au pourtour chiffonné, mesurent 7 cm. Les fleurs roses s'épanouissent au printemps et en été. Les rejets déparent cette plante, il vaut mieux les enlever.

    Echeveria-shiaviana-2sept2004

     14945 l

     

    Yahoo!

    10 commentaires
  • vallee de la Bourne

    On quitte le val de Lans par la N.531 pour entrer dans les gorges de la Bourne. D'abord étroite fissure, elles deviennent grandioses au défilé de la Goule Noire après le pont.

    Gorges de la Bourne-2g-goulet

    Pont-de-la-Goule-Noire061009 BourneAval-denfilE 6

     route-touristique-vercors-gorges-de-la-bourne-227sitraPan109950 gorges-de-la-bourne-02-bis

    gorges-bourne-336758cascade gorges de la bourne

    bourne-02

     Puis le rochers du Rang, à droite et les parois rougeâtres du cirque de Bournillon, à gauche, encadrent le torrent (grottes de Choranche et du Bournillon). Les gorges continuent jusqu'à Pont-en-Royans.

    bournillon23bhbe-08 07 013 cirque de Bournillon

    08---Cascade-et-grotte-du-Bournillonbournillon5

    site-tvt-cirquebournillongorge bourne

    frise feuillage fleuri

    Yahoo!

    9 commentaires
  • Alphonse Daudet - Aux petits enfants

     

                                                                               Aux petits enfants.

     

    Enfants d’un jour, ô nouveau-nés,
     Petites bouches, petits nez,
     Petites lèvres demi-closes,
     Membres tremblants,
     Si frais, si blancs,
     Si roses !
     
    Enfants d’un jour, ô nouveaux-nés,
     Pour le bonheur que vous donnez,
     À vous voir dormir dans vos langes,
     Espoir des nids
     Soyez bénis,
     Chers anges !
     
    Pour vos grands yeux effarouchés
     Que sous vos draps blancs vous cachez.
     Pour vos sourires, vos pleurs même,
     Tout ce qu’en vous,
     Êtres si doux,
     On aime ;
     
    Pour tout ce que vous gazouillez,
     Soyez bénis, baisés, choyés,
     Gais rossignols, blanches fauvettes ;
     Que d’amoureux
     Et que d’heureux
     Vous faites !
     
    Lorsque sur vos chauds oreillers,
     En souriant vous sommeillez,
     Près de vous, tout bas, ô merveille !
     Une voix dit :
     « Dors, beau petit ;
     Je veille. »
     
    C’est la voix de l’ange gardien ;
     Dormez, dormez, ne craignez rien,
     Rêvez, sous ses ailes de neige :
     Le beau jaloux
     Vous berce et vous
     Protège.
     
    Enfants d’un jour, ô nouveau-nés,
     Au paradis, d’où vous venez,
     Un léger fil d’or vous rattache.
     À ce fil d’or
     Tient l’âme encor
     Sans tache.
     
    Vous êtes à toute maison
     Ce que la fleur est au gazon,
     Ce qu’au ciel est l’étoile blanche,
     Ce qu’un peu d’eau
     Est au roseau
     Qui penche.
     
    Mais vous avez de plus encor
     Ce que n’a pas l’étoile d’or,
     Ce qui manque aux fleurs les plus belles :
     Malheur à nous !
     Vous avez tous
     Des ailes.

    1312537-Alphonse Daudet en 1885

        Alphonse Daudet, né à Nîmes le 13 mai 1840 et mort à Paris le 16 décembre 1897, est un écrivain et auteur dramatique français. Il est inhumé au Cimetière du Père-Lachaise. .

    Yahoo!

    14 commentaires
  • charles3

    Charles III le Gros
    (né en 839, mort le 12 janvier 888)
    (Empereur d’Occident : règne 881-887.
    Roi de France (Francie occidentale) : règne 884-887.)

    charles-III

    Surnommé le Gros, Empereur, fils de Louis II le Germanique et petit-fils de Louis le Débonnaire, il naquit en 839. Il avait deux frères plus âgés que lui, Carloman, qui fut roi de Bavière, et Louis, qui fut roi de Saxe ; ils se révoltèrent tous les trois contre leur père ; mais ayant été vaincus, ils furent contraints de lui prêter, en présence de toute l’armée, un nouveau serment de fidélité

    200px-Empire carolingien en 880.svg

    A la mort de Louis II le Germanique, ses trois fils partagèrent ses Etats ; la Souabe, la Suisse et l’Alsace échurent à Charles le Gros. Carloman, n’ayant survécu que de quatre ans à son père, Charles et Louis se divisèrent son héritage ; les provinces allemandes reconnurent Louis pour souverain ; Charles succéda au royaume d’Italie. Deux ans après, Louis lui-même étant mort sans enfant mâle, Charles réunit tout le patrimoine de Louis le Germanique. Il venait d’être couronné Empereur par le pape Jean VIII.

    Charles-III-le-Gros-roi-de-france

    De si vastes Etats et des titres si pompeux ne lui servirent qu’à montrer sa faiblesse et son manque de courage. A peine Empereur, il se vit engagé dans une guerre avec les Allemands, qui ravageaient son royaume de Lorraine ; il parvint à les bloquer dans leurs retranchements. Mais tout à coup, et au moment où ils songeaient à se rendre prisonniers, Charles acheta d’eux la paix au prix de 2400 livres pesant d’argent, en cédant de plus la Frise occidentale à Godefroi, l’un de leurs rois, à la condition qu’il défendrait contre ses compatriotes les embouchures du Rhin, de la Meuse et de l’Escaut.

    Ce traité honteux, qui indigna l’Allemagne, fut la première cause des malheurs et de la chute de Charles le Gros. Ses injustices envers les fils des margraves d’Autriche, auxquels il enleva l’héritage et la dignité de leurs père, occasionnèrent en Bavière une guerre civile.

    200px-Sceau de Charles le gros

    Charles s’aliéna aussi le cœur de ses sujets d’Italie, en dépouillant les ducs Guy et Bérenger de leurs duchés, pour les donner à des hommes de basse extraction, en s’arrogeant le droit de faire des changements à l’administration de la justice, dans les terres appartenant au saint-siège, enfin en laissant dévaster l’Italie par les Sarrasins, tandis que, se trouvant lui-même dans ce royaume, il aurait pu s’opposer en personne à leurs ravages.

    Il ne vécut pas plus en paix avec sa famille qu’avec ses peuples. Il exila d’Italie en Allemagne sa sœur Engelberge, veuve de l’empereur Louis II ; il fit crever les yeux à son neveu Hugues, duc d’Alsace. Nommé régent de France à la mort du roi Carloman II (884), et durant la minorité de Charles le Simple, il ne gouverna pas mieux comme régent que comme empereur.

    fr 2813 164

    Les Normands ayant pénétré jusque sous les murs de Paris, Charles y envoya une armée qui fut mise en déroute. Il en rassembla une seconde et s’avança jusqu’à Montmartre ; mais ce fut pour conclure de nouveau une paix honteuse avec les Normands, auxquels il céda la Normandie. Tant d’ineptie et de lâcheté ayant révolté toutes les nations soumises à l’empire de Charles le Gros, il crut apaiser leur ressentiment en leur livrant son premier ministre, l’évêque Luitward.

    EudesPariseudesparisa

    Mais il ne fit que s’avilir davantage par les accusations qu’il porta contre ce favori, qui l’avait longtemps gouverné. Sans égard pour son propre honneur, Charles poursuivit Luitward comme coupable d’un commerce criminel avec l’impératrice Richarde. Elle se justifia par l’épreuve du fer ardent, et se retira dans une abbaye qu’elle avait fondée. Elle a depuis été canonisée par le pape Léon IX. Luitward se réfugia près d’Arnoul, duc de Carinthie, neveu de Charles, et sut engager ce prince à lever l’étendard de la révolte contre l’Empereur, son oncle.

    Celui-ci convoqua une assemblée des grands et des princes de son empire. Mais Arnoul s’y étant présenté avec des forces imposantes, y fit déposer l’Empereur. Charles mourut peu après sa déposition, dans l’abbaye de Reichenau, située dans une île du lac de Constance, en, Souabe, le 12 janvier 888. On prétend que ses propres domestiques l’étranglèrent. Vers les derniers jours de sa vie, il était tombé dans un tel dénuement, qu’il vivait des aumônes de l’archevêque de Mayence.

    Charles III le Gros et Celse de Casaurialivre-des-rois-de-france-19

    jhfn4xys[1]

    Yahoo!

    12 commentaires
  • carnaval-venise-650x498

    Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle italienne remontant au Moyen Âge. Apparu vers le Xe siècle, il a été institutionnalisé et « codifié » durant la Renaissance. Après une période d'éclipse au cours du XXe siècle, il est réapparu, sous sa forme actuelle, en 1979.

    Le carnaval de Venise se déroule tous les ans vers la fin du mois de février ou le début du mois de mars, au cours de la période de douze jours précédant le Mardi Gras. Il attire des foules considérables venues du monde entier pour participer à la fête, en se déguisant et, devenu une attraction touristique planètaire, il a quelque peu perdu son authenticité et son caractère vénitien

    carnaval-de-venise-0024carnavaldevenise-jann-van-brugge 0511

    Historique

    En 1094 le carnaval était déjà mentionné dans une charte du doge Vital Faliero de Doni, et en 1269 le Sénat prescrivait qu'on eût à considérer la veille du Carême comme un jour de fête (Mardi Gras).

    On pouvait alors porter le masque, grâce auquel on retrouvera plus tard une ombre de l'égalité perdue au cours du temps, quand, sous des vêtements d'emprunt, les nobles fraternisaient encore avec le peuple.

    Inspiré par la Commedia dell'arte, le déguisement traditionnel est la bauta, comprenant le tabarro, la larva et le tricorne, ou encore le masque d'Arlequin (son habit est coloré à losanges : au XVIe siècle, loin d'être élégant, l'habit était simplement rapiécé pour figurer les haillons d'un mendiant).

    Autrefois, ces déguisements permettaient à tous les Vénitiens, quelle que soit leur condition sociale, de participer à la fête. Mais suite à des problèmes, le carnaval fut interdit par Napoléon Bonaparte durant plusieurs années et ensuite autorisé à nouveau par les Autrichiens.

    carnaval-venisecarnaval-venise-800-07

    carnaval-venise-masque-deguisement-8-550x366ix6ssspo

    De nos jours

    Réapparu à la fin des années 1970, c'est aujourd'hui l'un des carnavals les plus connus au monde. L'ambiance n'est plus la même, et les déguisements ont eux aussi évolué. C'est sur la grande galerie du palais des Doges d'époque et de style gothique que se retrouvent volontiers les masques du carnaval dont la vogue très ancienne fut relancée par la municipalité à la fin des années 1980. Toutes ces festivités, qui durent désormais près d'un mois, avaient été supprimées dès la chute de la Sérénissime République, soit à la fin du XVIIIe siècle. C'est pourtant au cours de cette époque que le carnaval connu une véritable apothéose. Il transformait la ville en un gigantesque bal costumé.

    pt35803y4gozxj8

    carnaval-de-venise-2

    Lequel de ces déguisements préférez-vous ? Difficile de choisir !.......

    Yahoo!

    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires