• Sans titre 2

    Parmi les plantes du genre "IXORA" se trouvent des arbustes tropicaux à croissance lente, remarquables par leurs inflorescences vivement colorées, composées de nombreuses fleurs groupées en ombrelles. Ces plantes ne sont guère résistantes, aussi les cultive-t-on généralement en serre. Leur beauté vaut cependant qu'on leur accorde une attention particulière. Coccinéa et ses nombreux hybrides sont parmi les plus faciles à cultiver en appartement.

    ixora-coccinea-visoflora-2817

    Il faut compter jusqu'à cinq ans avant que le Coccinéa atteigne sa taille maximale, c'est-à-dire 1,20m. C'est un arbuste très ramifié, dont les fuilles oblongues et pointues luisantes et coriaces, d'au plus 10cm sur 5; sont disposées par paires ou en spirale sur des pétioles de 1 à 2,5cm. Le limbe des feuilles adultes est vert foncé, tandis que celui des jeunes feuilles se teinte de ronze. Les fleurs tubuleuses rouge feu s'évasent à l'embouchure en 4 pétales formant une croix de 1cm. L'inflorescence entière mesure entre 7,5 et 13cm de diamètre. La floraison se situe en été et se prolonge parfois elque peu en automne.

    Ixora jaune

    Les hybrides issus en partie du Coccinéa donnent des fleurs de tous les tons de l'orange, du jaune, du rose et du rouge. L'un des plus populaires le "Fraseri" a des fleurs rose saumon.....

    ixora-saumon-domaine-chateau-gaillard-pepiniere-martinique-

    blog-34215--mon-jardin-070512233605-5068290988

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Sans titre 1

    Diplomate aux abricots et au rhum

     
    Préparation : 35 min
    Cuisson : 10 min

     
    Ingrédients (pour 6 personnes) :

     

    - 800 g d'abricots au sirop
    - 370 g de confiture d'abricots (1 pot)
    - 160 g de poudre d'amandes
    - 300 g de boudoirs
    - 10 cl de rhum

     

    Pour la crème pâtissière :

     

    - 50 cl de lait
    - 1 sachet de sucre vanillé
    - 100 g de sucre
    - 2 jaunes d'oeuf + 1 oeuf entier
    - 50 g de farine
    - 5 cl de rhum

     

    Préparation :

     

    Préparer la crème pâtissière : faire chauffer dans une casserole le lait, le sel et le sucre vanillé.

    Pendant que le lait chauffe, travailler dans une grande terrine le sucre et les oeufs avec une cuillère en bois jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Incorporer la farine puis, peu à peu, le lait bouillant.

    Reverser dans la casserole (à allure douce) et remuer jusqu'à ce que la crème épaississe. Verser dans un plat.

    creme

     

    Mettre 30 cl d’eau dans une casserole et y ajouter le sirop des deux boîtes d’abricots. Ajouter également le sucre en poudre et faire chauffer à feu moyen. Lorsque tout est fondu, laisser refroidir. Ajouter le rhum à froid.

    abricots

     

    Composer le diplomate


      Tremper des biscuits un à un dans le sirop (2 secondes max) et les placer en rangs serrés au fond d’un moule à charlotte, puis sur ses parois. Couper les abricots en lamelles.

    Ajouter une couche de biscuits, recouvrir de confiture d’abricot. Puis mettre une couche de crème, puis une couche de fruits, avant de recouvrir d’une couche de poudre d’amandes.

    Alterner ainsi les couches, en terminant par une couche de biscuits. Recouvrir d’une assiette et poser un poids par-dessus. Placer au réfrigérateur pour la nuit.

     


    Servir le diplomate frais, démoulé sur un plat de service, avec la déco de votre choix (amandes effilées, demi-abricots, fruits confits…).

     Cette image a été prise sur le net ...  Je m'excuse auprès de celle à qui elle appartient...

    part

    3e5689f3

    Yahoo!

    12 commentaires
  • decembre.jpg

     


    Décembre

     
    - Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
     je frappe au seuil et à l’auvent,
     ouvrez, les gens, je suis le vent,
     qui s’habille de feuilles mortes.
     
    - Entrez, monsieur, entrez, le vent,
     voici pour vous la cheminée
     et sa niche badigeonnée ;
     entrez chez nous, monsieur le vent.
     
    - Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
     je suis la veuve en robe grise
     dont la trame s’indéfinise,
     dans un brouillard couleur de suie.
     
    - Entrez, la veuve, entrez chez nous,
     entrez, la froide et la livide,
     les lézardes du mur humide
     s’ouvrent pour vous loger chez nous.
     
    - Levez, les gens, la barre en fer,
     ouvrez, les gens, je suis la neige,
     mon manteau blanc se désagrège
     sur les routes du vieil hiver.
     
    - Entrez, la neige, entrez, la dame,
     avec vos pétales de lys
     et semez-les par le taudis
     jusque dans l’âtre où vit la flamme.
     
    Car nous sommes les gens inquiétants
     qui habitent le Nord des régions désertes,
     qui vous aimons - dites, depuis quels temps ? -
     pour les peines que nous avons par vous souffertes.
     
    Emile Verhaeren

    Sans titre 1

    blog-34215--mon-jardin-070512233605-5068290988

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Sans titre 1

     

    Sortant d'Aurillac, vers l'est, la N.126 Après avoir suivi un petit affluent de la Cère débouche dans sa vallée et atteint Vic-sur-Cère. Une rue derrière l'église mène à l'Iraliot. Après avoir franchi le torrent, remonter un chemin en pente rude jusqu'à l'embranchement de deux sentiers, celui de gauche mène à la cascade du Trou de la Conche, où le torrent forme une jolie chute, celui de droite, au sommet du Rocher de Maisonne dominant Vic et sa vallée.

     

    trouconche3

     trouconche2trouconche4

    thCA1NF90X

    A 3km de Vic-sur-Cère, un sentier à droite de la N.126 descend à travers bois vers la Cère au Trou de Gourdon, encaissé entre des murailles presque verticales. De retour sur la N.126, 500 mètres plus loin; un sentier tourne à droite et conduit à un belvédère donnant sur la belle cascade de Roucoule et les gorges de la Cère.

    dscn45351509

    dscn45261503dscn45311506

    dscn45331507dscn45341508

    dscn45381511pano VALLEE DE LA CEREpas de cere

    pas de cere

    A Thiézac, la vallée se resserre et la route domine en corniche la gorges du Pas de Compaing jusqu'à St-Jacques-desBlats où elle débouche sur un paysage grandiose que dominent le Plomb du Cantal, 1858m; à droite, et le Puy Griou à gauche. La route péntre alors sous le tunnel du Lioran qui relie la vallée de la Cère à celle de l'Allagnon.

      st jacques

    imagesplomb du cantal

    puy griou

    tunnel lioran

    8aqq8adz

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Sans titre 5

    Né dix ans plus tôt, le 27 mars 1785, Louis-Charles, fils cadet de Louis XVI, était devenu l'héritier du trône à la mort de son frère aîné, le 4 juin 1789

    Le 8 juin 1795, Louis XVII meurt à la prison du Temple, à Paris, dans l'anonymat et la détresse. Fin tragique d'un enfant né sous les plus heureux auspices...

    thCARATSIO

    Maltraitance d'enfant

     

    C’était dans ses premières années un enfant vif et précoce, un chou d’amour, très attaché à sa Maman Reine.

    Le 13 août 1792, après la chute de la royauté, il est enfermé avec ses parents, sa tante, Madame Elisabeth, et sa soeur aînée, Madame Royale, dans l'enclos du Temple.

    Le 21 janvier 1793, à la mort de Louis XVI, la reine Marie-Antoinette s’agenouille devant son fils devenu Louis XVII. Les grandes puissances européennes le reconnaissent comme tel.

    Mais l'enfant du Temple n'a pas le loisir de jouir de son titre.

    Il est enlevé quelques mois après à sa mère Marie-Antoinette et élevé à la dure, dans l'enceinte de la prison, par le cordonnier Simon et sa femme.

    donjonTemple

    LOUISXVII

    Entre deux raclées, ce couple d'ivrognes le force à boire du vin, à chanter la Carmagnole, à jurer comme un vrai sans-culotte et à insulter sa mère et à sa tante, des «satanées putes», qui peuvent l’entendre à l’étage au-dessus. Il lui extorque des aveux indignes selon lesquels il aurait pratiqué l'inceste avec sa mère !

    Lors d’une confrontation avec Marie-Antoinette, le 7 octobre 1793, la dernière fois qu’il verra sa mère, on le force à l’accuser d’attouchements. Ces fausses déclarations seront présentées au procès de Marie-Antoinette.

    LouisXVIISimon

    thCA9XF1CZ

    Fin du martyre

     

    En pleine Terreur jacobine, en janvier 1794, Louis XVII est séquestré dans un cachot par les républicains, qui souhaitent la mort de ce «petit sapajou engendré par une guenon», selon Hébert, chef des Enragés. Cela achève de ruiner sa santé physique et mentale.

    Son martyre va encore durer 19 mois. Après la chute de Robespierre et la fin de la dictature de la gauche jacobine, les Conventionnels modérés songent à le remettre aux Autrichiens en échange de prisonniers français.

    Au début de mai 1795, un médecin, Pierre Joseph Desault, le décrit : «mourant, victime de la misère la plus abjecte, de l’abandon le plus complet, un être abruti par les traitements les plus cruels...»

    C'est alors que survient sa mort pour cause de scrofule, une forme particulière de tuberculose que les rois capétiens, curieuse coïncidence, avaient la réputation de guérir en touchant les plaies des malades le jour de leur sacre. Il est enterré dans une fosse commune.

    220px-Heinrich Friedrich Füger 003

    Marie-Thérèse Charlotte, dite Madame Royale, a plus de chance que son frère. Elle est livrée à l'Autriche le jour de ses 17 ans, le 19 décembre 1795, contre des prisonniers français.

    L'«Orpheline du Temple» se marie en 1799 avec son cousin, Louis d'Artois, duc d'Angoulême. Mais son attitude étrange à l'égard de son passé et des gens qui l'ont connue en France entretient la rumeur d'une mystérieuse substitution.

    220px-Louis antoine artois

    jhfn4xys-1-

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Sans titre 1

    Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,1-10.

     

    Frères, autrefois vous étiez des morts, à cause des fautes et des péchés
    dans lesquels vous viviez, soumis au cours de ce monde, soumis au prince du mal qui s'interpose entre le ciel et nous, et qui continue d'inspirer activement ceux qui désobéissent à Dieu.
    Et nous aussi, nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les tendances égoïstes de notre chair, cédant aux caprices de notre chair et de nos raisonnements ; et nous étions, de nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres.
    Mais Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés,
    nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ : c'est bien par grâce que vous êtes sauvés.
    Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus,
    il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce.
    C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.
    Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil. C'est Dieu qui nous a faits,
    il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.

    images

    ange073

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Sans titre 1-copie-1

    Francisco Goya y Lucientes naît le 30 mars 1746, à Fuendetodos (Aragon, près de Saragosse), il est le fils de José Goya, maître-doreur et de Gracia Lucientes.

    goya Vicente Lopez Y Portanda 001-730728

    Vers 1760, Goya étudie la peinture à Saragosse chez José Luzan. Il quitte la ville à la suite d'aventures douteuses. Il est à Madrid en 1763 et se présente au concours de l'Académie, auquel il échoue. En 1766, il échoue au concours triennal de l'Académie de Madrid.

     

    Entre 1767 et 1770, Goya quitte Madrid pour la France, puis l'Italie. Il est à Rome en 1771. En avril, il participe au concours de peinture de l'Académie de Parme ; il obtient six voix mais pas de prix. Il rentre en juin à Saragosse. En juillet 1773, Francisco Goya épouse Josefa Bayeu, la soeur de Francisco Bayeu, âgée de 26 ans. Il s'installe à Madrid. En 1775, Bayeu procure à Goya une importante commande, à Madrid : des cartons pour la Manufacture Royale de Santa Barbara. Le 21 janvier 1777 Josefa donne naissance à Madrid au premier fils de Goya, mort en bas âge.

    129130131133136

    128

    En 1780, Goya est nommé académicien de mérite à l'Académie de San Fernando ; ses relations avec son beau-frère Bayeu se déteriorent.

     

    José Goya, le père de l'artiste, meurt en 1781. Le 2 décembre 1784, Josefa donne naissance à un garçon, Francisco-Javier. En 1785, Goya fait la connaissance du marquis et de la marquise de Penafiel. Sa mère, Gracia Lucientes meurt la même année.

     

    Le 4 mai 1785, Goya est nommé directeur adjoint de la peinture à l'Académie de San Fernando. Le 25 juin 1786, Goya est nommé peintre du Roi d'Espagne, au traitement fixe de 15.000 réaux par an. Le 30 avril 1789, Goya est nommé peintre du roi d'Espagne, par Carlos IV (Charles IV). En 1790, Goya est éloigné de la cour, où il perd ses protecteurs.

    132139141

    148150147

      A l'automne 1792, il voyage à Cadix où il tombe gravement malade et paralysé. Après plusieurs mois de maladie, Goya se remet, mais reste affaibli physiquement et complètement sourd. Son beau-frère Francisco Bayeur meurt en 1795. Goya est nommé directeur de la peinture à l'académie de San Fernando à Madrid. En 1796-1797, on prête à Goya une liaison avec Maria-Cayetana, duchesse d'Albe.



    En 1797, Goya abandonne sa charge de directeur de la peinture à l'académie de San Fernando, pour raisons de santé. Il commence à graver les " Caprices " (" Los Caprichos "). Entre août et novembre 1798, Goya peint la coupole de la chapelle royale de San Antonio de la Florida. En février 1799, Goya publie le recueil des " Caprices " : les eaux-fortes sont retirées de la vente après quelques jours. Goya est nommé premier peintre de la Cour d'Espagne. En 1800, Goya déménage de son habitation de la rue del Desengano, pour aller habiter en face, dans une maison qu'il achète pour 234.000 réaux. 

    149

    151152

    154155

    153

    En 1805, Francisco-Javier Goya, fils de Goya, épouse Gumersinda Goicoechea, apparentée à la famille qui contrôle la Banque de Saint-Charles (Banco de San Carlos). Son petit-fils, Mariano Goya naît en 1806. En juin 1812, son épouse Josefa Bayeu meurt à l'âge de 65 ans. Un inventaire, dressé pour partager les biens entre Goya et son fils, estime la fortune du peintre à 360.000 réaux. En 1819, Goya vit avec Leocadia Weiss, une jeune veuve, parente de sa belle-fille, et sa fille Rosario.

     

    Le 24 juin 1824, Goya arrive à Bordeaux. Il séjourne à Paris en juillet et, en septembre, s'installe à Bordeaux, où Léocadia Weiss, et sa fille Rosario, le rejoignent. En 1826, Goya effectue un court séjour à Madrid, où il revoit Francisco-Javier, âgé de 42 ans, le seul de ses fils qui ait survécu.

     

    Goya meurt à Bordeaux le 16 avril 1828.

    157

    167172

    174goya.group-balcony Francisco%20de%20Goya%20-%20The%20Nude%20Maja%20(La%20Maja%

    h2 06.289h2 30.95.242

    francisco-goya-2-mai-1808

    s4511u

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  •     Sans titre 1-copie-1

     

    Des espèces cultivées à l'intérieur, "Iresine herbstii" est celle qui est le plus appréciée. Petite plante buissonnante, elle peut atteindre 60cm de hauteur et d'étalement, et se distingue par la couleur rouge de ses tiges charnues et de ses feuilles cordiformes. Celles-ci, dont les nervures sont d'un rouge plus pâle, peuvent mesurer 7,5cm sur 5. Les fleurs, qui font rarement leur apparition à l'intérieur offrent peu d'intérêt.

     

    Une variété " Auréoreticulata", diffère de l'espèce type par ses feuilles teintées de vert et ses nervures bien dessinées en jaune.

    p Iresine herbstii Aureoreticulata

     

    -SOINS PARTICULIERS-

    Lumière

    Pour produire des feuilles saines et bien colorées, ces plantes ont besoin d'une lumière vive et d'au moins deux ou trois heures de plein soleil par jour.

    Température

    L'atmosphère tempérée d'une pièce leur convient toute l'année, même en période de repos. Les iserines supportent mal l'air sec. Pour augmenter l'humidité, poser les pots sur des gravillons maintenus humides.

    Arrosage

    En période de croissance, arroser généreusement pour bien humidifier le mélange. Ne jamais laisser d'eau dans la soucoupe. Pendant le repos hivernal arroser très peu.

      iresine-herbstii

    100222061647814475492590

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Sans titre 3

    Baeckeoffe

     

    Recette Traditionnelle d’Alsace
    Pour 4 personnes

     

    Les ingrédients :

     

        250 g d’épaule d’agneau
        250 g d’épaule de porc
        250 g de paleron de boeuf
        250 g de pommes de terre
        1 oignon piqué de 3 clous de girofle chacun
        2 gousses d’ail
        1 bouquet garni
        5 feuilles de laurier
        35 cl de vin blanc d’alsace ou vin blanc sec
        1 cuillère à soupe d’huile

    2177901200 dd0e845ea0

    La recette :

     

        Dans une terrine, disposez dans le fond une couche de pommes de terre coupées en fines rondelles.
        Puis disposez la viande coupée en carrées de 2 cm, le bouquet garni, les oignons, l’ail, les feuilles de laurier. Salez, recouvrez avec le reste de pommes de terre, ajoutez le vin blanc.
        Couvrir la terrine, et rendez là hermétique. Fermez la bien avec un papier d’aluminium. Enfournez à four chaud 200°C et laissez cuire durant 3 heures.

     

    Conseil du chef : Pour bien rendre hermétique la terrine à la place de l’aluminium, faites une pâte avec la farine et de l’eau et faites un petit boudin autour de la terrine pour la rendre completement hermétique.

    backeoffe2 460

    8aqq8adz

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • automne

    Fin d’année

     

    Sous des cieux faits de filasse et de suie,
    D’où choit morne et longue la pluie,
    Voici pourrir
    Au vent tenace et monotone,
    Les ors d’automne ;
    Voici les ors et les pourpres mourir.

     

    O vous qui frémissiez, doucement volontaires,
    Là-haut, contre le ciel, tout au long du chemin,
    Tristes feuilles comme des mains,
    Vous gisez, noires, sur la terre.

     

    L’heure s’épuise à composer les jours ;
    L’autan comme un rôdeur, par les plaines circule ;
    La vie ample et sacrée, avec des regrets sourds,
    Sous un vague tombeau d’ombre et de crépuscule,
    Jusques au fond du sol se tasse et se recule.

     

    Dites, l’entendez-vous venir au son des glas,
    Venir du fond des infinis là-bas,
    La vieille et morne destinée ?
    Celle qui jette immensément au tas
    Des siècles vieux, des siècles las,
    Comme un sac de bois mort, l’année.

     

    Emile Verhaeren

     

    Sans titre 1

    Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d'expression française

    63555069 2023

    Yahoo!

    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires