• Une vie nouvelle selon Dieu

     


    "Il faut que vous soyez complètement renouvelés dans votre cœur et votre esprit. Revêtez-vous de la nouvelle nature, qui a été créée à la ressemblance de Dieu et se manifeste dans la vie juste et sainte qu’inspire la vérité." Éphésiens 4.23-24

     


    Beaucoup de religions et de philosophies du Nouvel-Âge répandent le mensonge classique selon lequel nous serions de nature divine ou pourrions devenir des dieux. Je veux être parfaitement clair : vous ne serez jamais Dieu, ni même un dieu.

     Ce mensonge inspiré par l'orgueil est la plus vieille des tentations de Satan. Le diable avait en effet promis à Adam et Ève que s'ils suivaient son conseil, ils seraient "comme des dieux" (Genèse 3.5).

     Ce désir d'être un dieu se manifeste chaque fois que nous cherchons à contrôler nos circonstances, notre avenir ou ceux qui nous entourent. Mais en tant que créatures, nous ne serons jamais le Créateur. Dieu ne veut pas que vous deveniez un dieu ; il veut que vous lui ressembliez en adoptant ses valeurs, ses attitudes et son caractère. Nous sommes appelés à "revêtir l'homme nouveau, qui a été créé selon Dieu" (Éphésiens 4.23-24).

     Le but ultime que recherche Dieu pour votre vie sur terre n'est pas le confort, mais la formation de votre caractère. Il veut que vous croissiez spirituellement et que vous deveniez comme Christ. Ressembler à Christ ne veut pas dire perdre sa personnalité ou devenir un clone sans intelligence.

     C'est Dieu qui a créé votre unicité, alors pourquoi voudrait-il la gommer ? La croissance à l'image de Christ vise à transformer votre caractère, non votre personnalité.

     Dieu veut que se forme en vous le genre de caractère décrit dans les Béatitudes de Jésus, dans le fruit de l'Esprit, dans le merveilleux chapitre de Paul sur l'amour et dans la liste que dresse Pierre des caractéristiques d'une vie utile et productive (Matthieu 5.1-12 ; Galates 5.22-23 ; 1 Corinthiens 13 ; 2 Pierre 1.5-8).

    Chaque fois que vous oublierez que la formation de votre caractère est un des objectifs de Dieu pour votre vie, vous serez frustré par vos circonstances. Vous vous demanderez : "Mais qu'est-ce qu'il m'arrive ? Pourquoi dois-je traverser des moments aussi difficiles ?" Une réponse est que la vie est censée être difficile ! C'est ce qui nous permet de grandir. Rappelez-vous, la terre n'est pas le ciel !

     Beaucoup de chrétiens pensent à tort que la promesse de la vie "en abondance" de Jésus dans Jean 10.10 signifie une santé parfaite, un mode de vie confortable, un bonheur sans nuage, la pleine réalisation de leurs rêves et la solution immédiate à leurs problèmes par la foi et la prière.

     En un mot, ils s'attendent à ce que la vie chrétienne soit facile. Ils recherchent le ciel sur terre.

     Cette perspective égocentrique voit Dieu comme un génie qui existe uniquement pour vous aider dans votre recherche égoïste de l'accomplissement personnel. Mais Dieu n'est pas votre serviteur, et si vous vous laissez prendre à l'idée que la vie est censée être facile, soit vous serez gravement déçu, soit vous vivrez dans le déni de la réalité.

    Une remarque pour aujourd'hui

    N'oubliez jamais que vous n'êtes pas au centre du monde. Vous existez pour accomplir les desseins de Dieu, et non l'inverse. Pourquoi Dieu vous donnerait-il le ciel sur la terre quand il vous le réserve pour l'éternité ? Il nous donne notre temps sur la terre pour construire et fortifier notre caractère en vue du ciel.

     

    Rick Warren

    Yahoo!

    8 commentaires
  • Henri Cadiou (1906 - 1989) est un artiste peintre français. Fondateur du « mouvement Trompe-l'œil/Réalité », il fut aussi un défenseur du patrimoine architectural parisien et des cités d’artistes.

    Henri Cadiou est né à Paris le 26 mars 1906. Il est le fils unique d'Edmond Cadiou et Anna Lehners. Cadiou est un nom assez répandu en Bretagne, dont ses ancêtres paternels étaient issus, puis avaient émigré vers l'est, s’arrêtant dans un premier temps en Normandie, puis son père poursuivant jusqu’à Paris.

    Sa mère était d'une modeste famille luxembourgeoise. Le couple vit d'abord sur la butte Montmartre, puis au faubourg Saint-Antoine, qui était alors une pépinière d'ouvriers d'art exerçant ces superbes métiers artisanaux que le progrès technique a fait disparaître par la suite. Il est probable que l'immersion dans cet environnement a marqué la sensibilité de cet enfant plutôt calme et déjà très porté sur l’observation. Il montre, dès son plus jeune âge, un goût prononcé pour le dessin et griffonne sur tout ce qui lui tombe sous la main.

    Son père occupe un poste très modeste d'employé dans une petite entreprise. Socialiste, ami de Jaurès, il exerce des activités politiques et envisage d'y faire carrière. Cette ambition ne pourra pas voir le jour car il meurt en 1920, d’un accident d'anesthésie, au cours d'une intervention chirurgicale bénigne.

    On peut imaginer la difficulté de survivre pour sa veuve, avec un enfant de 14 ans, qui vient de réussir au concours d'entrée à l’école Estienne et que cet événement contraint a abandonner des études qu'il affectionnait, pour travailler comme apprenti, d'abord chez un ciseleur sur cuir, puis dans une imprimerie. L'enfant et sa mère se retrouvent dans un dénuement tragique, tentant de survivre en fabriquant à domicile des ressorts de cadenas.

    Malgré ces difficultés, Henri Cadiou tente de compenser sa frustration de formation en lisant tous les livres qu'il trouve, fréquentant assidûment la bibliothèque municipale. À l’époque, les musées étaient gratuits le dimanche. Il en profite pour y passer une grande partie de son temps libre. Il fréquente également les cours du soir de dessin, car il n'a jamais cessé de crayonner. Il y rencontre des artistes qui l'aideront à se cultiver et à s'extraire, au moins par la pensée, de la misère matérielle dans laquelle il baigne. Il n'a jamais oublié la pauvreté de son enfance et son influence est évidente dans les sujets qu'il choisira plus tard pour ses toiles.

    En 1925, il visite l'exposition des Arts décoratifs. Il est fortement impressionné par les conceptions de Le Corbusier.

    Il est appelé à faire son service militaire et intègre, en 1926, un régiment de dragons basé à Colmar. Bien qu'il ne supporte absolument pas la vie militaire, il profite tout de même de son séjour pour aller admirer le célèbre retable de Grünewald, auquel il voue une admiration qui ne se démentira pas.

    Nouveau malheur dans une vie déjà très éprouvée, il perd sa mère en 1927, alors qu'il vient d'avoir 21 ans et se retrouve totalement seul. Il a une telle soif de connaissance qu'il utilise tout le temps libre, que lui laisse le chômage dans lequel il se trouve plongé dans cette période de récession économique, pour étudier et dessiner. Il s'intéresse aussi bien à la science qu'à la littérature, à l'histoire qu'à la sociologie et à l'art. Il est alors attiré par le surréalisme de Dali.

    Sa décision de devenir peintre se détermine à la suite de sa visite de l'exposition de 1934 : Peintres de la réalité du XVIIe siècle, à l'Orangerie. À cette époque, il abandonne son poste salarié dans une imprimerie, pour monter avec un ami un atelier de décoration publicitaire, à Paris rue Duméril. Il se marie en 1935, et emménage au 65, boulevard Arago, dans le 13e, un ensemble d'ateliers d'artistes qui ne s'appelle pas encore Cité fleurie.

    À cette période, il est très impliqué dans le monde de l'art. Il fonde, avec Gaston Diehl et quelques artistes proches sur le plan des idées, le groupe Regain, fortement influencé par Giono, qui prône le retour à la nature. Il organise de fréquentes manifestations sur les différents mouvements littéraires et artistiques de l’époque. Sa femme, Myrtille, est pianiste, ce qui permet d'organiser des soirées musicales où se retrouve un monde jeune, bouillonnant et passionné.

    Sa doctrine picturale est en train de s'élaborer et il commence à affirmer sa volonté de « peindre principalement pour émouvoir et non pas afin d'illustrer des théories », ce qui était peu conforme aux mouvements picturaux de l'époque. Sa première exposition a lieu en 1937, au Salon des indépendants, auquel il restera fidèle toute sa vie.

    En 1939, à 33 ans, une tumeur se déclare dans son œil gauche, et un chirurgien doit en pratiquer l'ablation, ce qui ne l'empêche pas de poursuivre son œuvre.

    L'art et la publicité étant insuffisants pour faire vivre son épouse et ses deux premiers enfants, il a créé, en 1941, une école de dessin d'art graphique, qu'il installe dans le 13e, rue Léon-Maurice-Nordmann (qui s'appelle alors rue Broca), dans un lieu qui est devenu depuis la Cite Verte. Cette école sera plus tard reconnue par l'État et Henri Cadiou en sera nommé directeur titulaire en 1950.

    Il fait, en 1943, sa première exposition particulière dans une galerie parisienne, sous le titre « Peinture de la réalité ». Il y expose surtout des paysages. La critique des journaux de la collaboration est assez défavorable, ce qui ne le décourage pas dans la voie qu'il est en train de se tracer. L'invitation, en forme de fenêtre à deux battants, comporte une phrase qui est déjà une profession de foi : « Celui qui a ouvert sa fenêtre sur la réalité ne pourra plus jamais la refermer. »

    Entre 1937 et 1945, les tableaux d'Henri Cadiou sont pour les deux tiers des paysages, des témoignages des endroits qui l’environnent, c'est-à-dire Paris, et le Morvan où la famille passe tous les étés dans la maison familiale de son épouse Myrtille à Moulins-Engilbert.

    Ses convictions picturales s'affirment peu à peu, souvent en réaction contre les mouvements artistiques de son époque. Tout d'abord, Henri Cadiou privilégie une facture rigoureuse, tournant le dos à la facilite en vogue. Ses préoccupations esthétiques se retrouvent dans ses écrits : « Le style vrai est inconscient. Tout ce qui est le fruit d'un raisonnement n'est pas de l'art. Certes, l'artiste peut se servir de sa raison comme le maçon se sert de la charpente, mais l'œuvre achevée n'en doit rien laisser paraître. »

    Un tournant dans les sujets abordés intervient en 1949, avec le début de sa période misérabiliste, à la fois influencée par les souvenirs de son enfance et par le cinéma réaliste d'après-guerre (Carné, Clément, Fellini…). Cette période dure jusqu'en 1956, avec une évolution progressive vers une facture de plus en plus soignée, ainsi qu'une attirance de plus en plus forte pour les natures mortes aux sujets à la fois peu conformistes et profondément chargés de symbolisme.

    Lorsque la longue parenthèse de lutte pour la Cité fleurie se termine, Henri Cadiou a 74 ans. Sa détermination pour défendre sa conception de l'art est indemne, mais l’activité effrénée et un peu à contre-emploi qu'il a dû déployer pendant une dizaine d'années a laissé des traces sur ses capacités physiques. Il continue néanmoins de peindre tous les jours, et réalisera tout de même une trentaine de toiles, dans les neuf dernières années de sa vie, durant lesquelles il se limitera aux natures mortes et aux trompe-l'oeil. C'est à cette époque qu'il réalise son œuvre sans doute la plus connue du public : La Déchirure.

    Il meurt brutalement le 6 avril 1989, après avoir tout de même pris le temps de peindre le sujet qu'il avait en cours et de tenir à jour son journal.

    Yahoo!

    9 commentaires
  • Marseille, porte de l'Orient, regarde vers le sud et tourne le dos à la Provence, dont elle est pourtant la capitale depuis 1800. La cité phocéenne est bien provençale, mais conserve sa spécificité. Son coeur bat autour de la calanque du Lacydon, actuel Vieux-Port. Là se concentre toute son activité portuaire jusqu'à l'aube du XXe siècle : de majestueux trois-mâts et autres bateaux à vapeur venus du monde entier y déchargent leurs marchandises et côtoient les petites barques de pêcheurs marseillais.

     

    Les phocéens, arrivés en 600 av. J.C. dans cet abri naturel fondent sur sa rive nord une cité prospère et influente. La vieille ville, dont une partie est aujourd'hui appelée le quartier du Panier, s'étend le long du Vieux-Port sur trois buttes : celles de Saint-Laurent, des Moulins et des Carmes. Avant sa destruction en 1943, le quartier du Vieux-Port était tristement célèbre pour son insalubrité. Mais dans ces vieux quartiers vit aussi toute une population de travailleurs, commerçants, artisans, fonctionnaires...

    De simples familles, venues d'ici ou d'ailleurs, cohabitent dans ce qui est le plus vieux "village" de France. Dans ses ruelles étroites et encombrées, chacun pratique son activité : les prostituées près des cafés, les marchands et les artisans, les poissonnières et les lavandières. Tous occupent la rue qui devient un lieu de rencontres, de travail et d'échanges. Les familles de pêcheurs, marins, cordiers, dockers et autres travailleurs de la mer y sont particulièrement représentées. La corporation des pêcheurs est sans doute la plus ancienne de Marseille : ces derniers se regroupent dans le quartier Saint-Jean et apportent leurs offrandes à l'église Saint-Laurent. La place de Lenche, ancienne agora grecque, accueille au début de XXe siècle un marché qui ajoute à l'animation du quartier.

    Entre les deux rives du port se dresse le célèbre et majestueux pont transbordeur. Elevé entre 1903 et 1905 avec ses deux pylônes hauts de 86 m, il propose aux Marseillais la traversée du Lacydon à bord d'une nacelle qui accueille piétons et véhicules. Dès 1907, un restaurant panoramique, accessible par un ascenceur depuis le quai du Port, offre une vue unique à ses clients.

    Sur la rive sud, le long du quai de Rive-Neuve, naît au XVIIe siècle un quartier construit autour de l'arsenal de galères. En son sein, un canal autour duquel ébénistes, éditeurs ou imprimeurs se regroupent. Le charme de ce canal réservé aux pêcheurs et traversé par un pont de bois n'a pas suffi à le sauver : devenu indésirable en raison des odeurs nauséabondes qui en émanent, il est comblé en 1927.

    Texte extrait du livre : La Provence d'Antan

    Yahoo!

    5 commentaires
  • C'est au genre "Pélargonium qu'appartiennent les plantes qu'on appelle communément géraniums. Il ne faut pas confondre ce genre avec le genre "geranium", auquel la plante connue sous ce nom n'appartient pas. Les pélargoniums d'intérieur sont renommés pour leurs fleurs et leurs feuilles ravissantes. La plupart de ces plantes sont des hybrides.

    Il existe plusieurs sortes de pélargoniums (géraniums) qui appartiennent tous à 4 groupes principaux suivants :
    -les hybrides "domesticum"(synonyme de regale),
    - les hybrides "hortorum" (synonyme zonale),
    - les hybrides "peltatum (géraniums lierre)
    - et les "pélargoniums" à feuilles odorantes rondes et légérement lobées, petit groupe d'espèces et d'hybrides qui sont davantage cultivés pour leur feuillage que pour leurs fleurs.
    Enfin , il existe des formes miniatures ou naines qui, en pots, mesurent 15 à 25 cm.

    Les pélargoniums d'intérieur se présentent sous la forme d'arbustes buissonnants à tiges tendres et cassantes. Les feuilles, de forme et de taille variées, ont à peu près la même longueur que les pétioles. Elles sont le plus souvent rondes et légèrement lobées. Au toucher, elles dégagent une odeur caractéristique. Des inflorescences sphériques apparaîssent au sommet de longues hampes. Les fleurs, tantôt petites et insignifiantes, tantôt grandes et brillamment colorées, ont 5 pétales en forme de cuiller, dont 2 pointent vers le haut et 3 s'inclinent. Elles sont blanches ou elles vont du rose au rouge et persistent longtemps.

    - ESPECES RECOMMANDEES -

    -DOMESTICUM- qui peuvent atteindre entre 40 et 60 cm, présentent des feuilles rugueuses, ovales, de 5 à 10 cm sur 8, légèrement découpées et, ondulées. Les fleurs en entonnoir, composées d'une seule rangée de pétales, mesurent entre 5 à 6,5 cm. Elles apparaissent en groupes de 10 au sommet des tiges et des jeunes rameaux. Une tache plus foncée autour de laquelle se dessinent parfois de petites lignes sombre orne la base des pétales.
    La floraison (plus brève que celle des autres pélargoniums) s'étend du début du printemps au milieu de l'été. Les fleurs remarquables sont parfois si abondantes qu'elles cachent tout le haut du feuillage.
    Les hybrides "domesticum" dont la liste suit sont particulièrement beaux et sont très répandus:
    -Chorus Girl- présente des pétales fronés lavande couverts de marques saumon vif.
    -Conspicuous- offre des fleurs admirables, dont les pétales sont veinés de rouge sombre et maculés de noir.
    -Dawn - se distingue par des fleurs abricot teinte rare chez les pélargoniums.
    -Easter Greetings- très florifère, présente des pétales rouge cerise maculés de brun orange.
    -Grand Slam- offre des fleurs d'un riche rouge foncé.
    -Pink Bonanza- a des fleurs couleur fraise.
    -Snowbank- présente des pétales froncés blancs dont certains ont une tache centrale rose.

    -HORTORUM- s'utilisent souvent dans les plates-bandes. Ils dépassent 1,20m de haut. Les feuilles rondes et dentelées de 8 à 15 cm de large sur des pétioles de 4 à 8 cm sont d'un vert franc avec une remarquable zone centrale généralement marron. Cette zone est d'ailleurs plus ou moins bien définie. Certaines formes présentent des feuilles multicolores à bandes crème, rouges ou orange qui contournent la zone. Les fleurs apparaissent sur des hampes de 25 cm qui prennent naissance à l'aisselle des feuilles. Elles mesurent environ 5 cm de large et sont plus peites que les fleurs du "domesticum", mais par compte, la floraison dure plus longtemps. Certains sujets fleurissent presque toute l'année, ne s'interrompant que pour une brève période de repos.
    Les hybrides suivants sont particulièrement recommandés:
    -Apple Blossom- présente de grandes fleurs blanches teintées de rose au centre.
    -Blaze- est une plante compacte et très florifère à fleurs rouge vif.
    -Mrs Cox- se distingue par des feuilles vertes à bandes bien marquées de rouge, de jaune et de brun. Les fleurs sont rose saumon pâle, mais cette variété est surtout cultivée pour son feuillage.
    -Happy Thought- présente des feuilles vert clair à centre jaune et des fleurs cramoisies simples.
    -Irène- offre des feuilles vertes à zone marron et des fleurs cramoisies doubles.
    -Mamie- a des fleurs d'un rouge très vif.
    -Snowball- son nom le dit, offre de belles fleurs blanches.

    -PELTATUM- sont des plantes prostrées qui, grâce à leurs tiges pouvant atteindre 90 cm de long, se prêtent à la culture en corbeille suspendue. Les tiges sont fragiles cependant et se cassent facilement. Portées par des pétioles d'environ 5 cm, les feuilles vertes souvent vernissées, ressemblent à des feuilles de lierre. De petits bouquets de fleurs d'à peu près 5 cm naissent sur des hampes de 25 cm. La floraison est régulière et abondante au printemps, elle se produit occasionnellement en été et en automne.
    Les hybrides suivants sont recommandés :
    -Apricot Queen- présente des fleurs saumon devenant rose pâle presque blanches, avant de mourir.
    -Barbary Coast- offre de grosses fleurs bleu lavande.
    -Charles Turner- se distingue par de longues tiges, des feuilles vertes très échancrées et de grosses fleurs roses.
    -Mexican Beauty- a de longues tiges et des fleurs rouge sang.

    -FORMES A FEUILLES ODORANTES - Toutes les feuilles de pélargoniums dégagent une odeur caractéristique dès qu'on les froisse. Celles de certaines formes sont véritablement parfumées. Mais plusieurs de ces espèces deviennent beaucoup trop grandes pour être cultivées en appartement. Il y en a quelques autres, par contre, qui ne prennent pas trop d'ampleur et dont le feuillage est très attrayant. En général, on les suspend pour pouvoir les effleurer au passage.
    Les espèces suivantes sont recommandées à la fois pour leur apparence et leur parfum :
    -Cinnamon- présente de jolies feuilles vet sombre à l'odeur de cannelle.
    -Tomentosum "Peppermint"- (géranium menthe) est une forme rampante à feuilles d'un vert velouté et à l'odeur de menthe.
    -Mabel Grey- un hybride, peut atteindre 60 cm et présente des feuilles arrondies, rugueuses et très échancrées de 8 cm sur un pétiole de même longueur. Elles dégagent un fort parfum de citron ou de pamplemousse.
    -Quercifolium- (géranium à feuilles de chêne) peut atteindre 90 cm. Ses feuilles vertes, gaufrées et lobées, ont 5 cm sur 4, elles sont portées par des pétioles de 5 à 8 cm. Le feuillage est très parfumé.

    Yahoo!

    9 commentaires
  • La Haute-Savoie est un département quasi exclusivement montagneux avec les massifs préalpins du Nord (Chablais et Bornes) et la partie des massifs centraux alpins qui abrite le point culminant de la chaîne : le Mont Blanc. Ce sommet a donné son nom en 1792 à un département regroupant les territoires actuels de Savoie et de Haute-Savoie. En 1798 le nord du département fut rattaché au département du Léman dont le chef-lieu était Genève. Après les dernières modifications territoriales en 1814 et le retour de Genève en terre helvétique dès 1813, les départements du Mont-Blanc et du Léman furent supprimés en 1815, le royaume de Sardaigne récupérant la Savoie qui ne redeviendra française qu'en 1860.

    UNE MER DE GLACE

    La mer de Glace est le plus grand glacier français (sauf si on tient compte de l'immense calotte Cook des Iles Kerguelen) et le troisième plus important des Alpes. Il peut être approché par le train à crémaillère du Montenvers, inauguré en 1909. A l'époque, il fallait compter près d'une heure pour la montée depuis Chamonix, contre une vingtaine de minutes à présent. Dominé par les Grandes Jorasses, et par les glaciers de Leschaux, du Tacul et du Géant, le glacier s'étendait autrefois dans sa partie basse jusqu'aux abords du hameau des Bois, où le torrent l'Arveyron jaillissait d'une grotte, aujourd'hui disparue.

    UN LITIGE DE HAUTE IMPORTANCE

    Le 8 août 1786 est une grande date dans l'histoire de l'alpinisme. Les deux Chamoniards Jacques Balmat et Michel-Gabriel Paccard ont été ce jour-là les premiers à gravir le mont Blanc, plus haut sommet d'Europe de l'Ouest, situé à la frontière franco-italienne. Ou presque. En effet les cartes des deux pays diffèrent. Sur les cartes italiennes le "monté Bianco" marque bien la frontière entre les deux pays, mais sur les cartes françaises, le sommet est totalement en territoire français, la frontière avec l'Italie étant située quelques peu en contrebas, faisant du sommet nommé "mont-Blanc de Courmayeur" le point culminant de l'Italie à seulement 4748 m d'altitue, contre 4810 m pour le toit des Alpes.

    LA DECLARATION DES DEUX DELEGATIONS DU 18 MARS 1962

    tel est le titre officiel des accords d'Evian, signés pour mettre un terme aux affrontements de la guerre d'Algérie, dans la station thermale qui domine le lac Léman et dont les eaux sont commercialisées depuis le début du XIXe siècle. Lutilisation du terme "accords" est juridiquement incorrecte dans le sens où l'Algérie ne constituait pas encore un Etat, son indépendance n'ayant été proclamée qu'en juillet 1962. Pour avoir accueilli des délégués du FLN dans sa ville, le maire d'Evian-les-bins, Camille Blanc, fut assassiné par l'OAS dès mars 1961.

    UN FROMAGE CLANDESTIN

    Le reblochon est un fromage de lait de vache produit essentiellement en Haute-Savoie. Il tire son nom du verbe "reblocher" qui signifie "traire à nouveau". Autrefois, les paysans rétribuaient leurs propriétaires sur la base de la quantité de lait produite en une journée. Lors des contrôles, ils pratiquaient judicieusement une traite incomplète. Après le départ du contrôleur, une seconde traite donnant un lait plus crémeux, idéal pour en faire du fromage.

    Yahoo!

    9 commentaires
  •  

    C'était en juin dans le jardin

     

    C'était en juin, dans le jardin,
    C'était notre heure et notre jour ;
    Et nos yeux regardaient, avec un tel amour,
    Les choses,
    Qu'il nous semblait que doucement s'ouvraient
    Et nous voyaient et nous aimaient
    Les roses.

    Le ciel était plus pur qu'il ne le fut jamais :
    Les insectes et les oiseaux
    Volaient dans l'or et dans la joie
    D'un air frêle comme la soie ;
    Et nos baisers étaient si beaux
    Qu'ils exaltaient et la lumière et les oiseaux.

    On eût dit un bonheur qui tout à coup s'azure
    Et veut le ciel entier pour resplendir ;
    Toute la vie entrait, par de douces brisures,
    Dans notre être, pour le grandir.

    Et ce n'étaient que cris invocatoires,
    Et fous élans et prières et voeux,
    Et le besoin, soudain, de recréer des dieux,
    Afin de croire.

     

    Emile Verhaeren

     

     

     

    Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d'expression française

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Le Bigorre est riche en vallée torrentielles et en lacs. Partant de Bagnères-de-Bigorre par la N.135 au sud, nous rejoindrons la Neste d'Aure par la vallée de l'Adour.

    A 4 km, on croise, à droite, la belle vallée de Lesponne qui conduit au lac Bleu.

    6 km plus loin, à Ste-Marie-de-Campan, on trouve la vallée du Gripp.

    La N.618 remonte l'Adour puis, après le Col d'Aspin (1489m), descend sur Arreau.

    Yahoo!

    9 commentaires
  •  

    Georges Pompidou est né le 5 juillet 1911 à Montboudif (Cantal) de parents instituteurs.

    1931  Georges Pompidou est reçu à l'École normale supérieure.
     1934  Il obtient l'agrégation de lettres.
     1935  Il est professeur de lettres à Marseille, puis à Paris.
     1935  Il épouse Claude Latour.
     1944  Il est chargé de mission pour l'Information et l'Éducation nationale, au cabinet du général de Gaulle.
     1946  Il est maître des requêtes au Conseil d'Etat.
     1946  Chef de cabinet du général de Gaulle.
     1946  Georges Pompidou est nommé adjoint d'Henri Ingrand, commissaire général au Tourisme.
     1948  Chef de cabinet du général de Gaulle au RPF.
     1953  Directeur général de la banque Rothschild.
     1958  Directeur de cabinet du général de Gaulle alors président du conseil.
     1959  Il est membre du Conseil constitutionnel.
     1961  Le général de Gaulle le charge d'une mission secrète afin de faciliter les négociations avec le F.L.N. algérien.
     1962  Georges Pompidou est nommé premier ministre par le général de Gaulle.
     1962  Le gouvernement de Georges Pompidou est renversé par une motion de censure, le général de Gaulle, le charge de former un nouveau gouvernement.
     1962  Réforme de l'élection présidentielle, désormais l'élection ce fera au suffrage universel.

     

    1965  Réelection du Général de Gaulle à la présidence de la république, fin du gouvernement Pompidou , il est chargé de formé le nouveau gouvernement.
     Mars 1967  Élections législatives gagnées de justesse par la droite, fin du gouvernement Pompidou , le général charge Georges Pompidou de former un nouveau gouvernement.

    Mai 1968  Débuts des manifestations étudiantes et des grèves.
     25 mai 1968 Négociations et accords de Grenelle engagées par Georges Pompidou, augmentation du SMIC de 35%.
     31 mai 1968 Allocution du général de Gaulle qui sur les conseils de Georges Pompidou en désaccord avec tous les partenaires et amis du Général, lui à conseillé de dissoudre l'Assemblée nationale, considérant que les excès des manifestants et des politiciens de gauche leurs nuiraient.
     1 juin 1968 Fin du gouvernement Pompidou , le général charge Georges Pompidou de former un nouveau gouvernement.

    30 juin 1968 Victoire écrasante des gaullistes aux élections législatives.
     10 juillet 1968 Fin du gouvernement Pompidou , le général remplace Georges Pompidou par Maurice Couve de Murville au poste de premier ministre.
     17 janvier 1969 Georges Pompidou déclare à un journaliste qui lui demande s'il pense avoir un avenir politique "Je ne pense pas avoir d'avenir politique, j'ai un passé politique, j'aurai peut-être un jour, si Dieu le veut, un destin national", ce qui lui vaut un rappel à l'ordre de l'Élysée qui juge ces propos prématurés !
     Avril 1969 Échec du referendum sur la régionalisation, le général de Gaulle démissionne, Alain Poher président du sénat, devient président par intérim, comme le prévoit la constitution.
     Avril 1969 Georges Pompidou se porte candidat à l'élection présidentielle.
     15 juin 1969 Georges Pompidou est élu président de la République au deuxième tour avec 58% des suffrages battant Alain Poher.
     1969 Georges Pompidou aura pendant son mandat deux premiers ministres :
      Jacques Chaban-Delmas du 20 juin 1969 au 5 juillet 1972
      Pierre Messmer du 6 juillet 1972 au 27 mai 1974
     20 juin 1969 Nomination de Jacques Chaban-Delmas comme premier ministre.

    11 juillet 1969 Congrès d'Issy-les-Moulineaux,la SFIO devient le PS.
     20 juillet 1969 Apollo 11 se pose sur la lune. pour la première fois des hommes marche sur la lune, ils se nomment Neil Armstrong et Edwin Aldrin, "un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité"

     

     8 août 1969 Dévaluation du franc.

    16 septembre 1969 Discours de Jacques Chaban-Delmas à l'Assemblée Nationale sur la "Nouvelle Société ".
     24 décembre 1969 Affaire des vedettes de Cherbourg, en 1969 la France avait vendue 12 vedettes lance-missiles, 7 furent livrées, mais après la guerre des Six Jours le général de Gaulle décréta un embargo sur les ventes d'armes à destination d'Israël, les vedettes restantes restèrent dans le port de Cherbourg, le 24 décembre grâce à une ruse, les vedettes furent volées par Israël, ridiculisant le gouvernement Français.

    décembre 1969 réevaluation du SMIC.
     1969 Création d'ARPANET, futur Internet.

    15 décembre 1969 Georges Pompidou décide la création à Paris d'un centre d'art contemporain.

    8 avril 1970 Grève générale des commerçants.
     30 avril 1970 Loi anticasseur.
     26 juin 1970 Interpellation de Jean-Paul Sartre, qui distribuait la Cause du Peuple.
     10 novembre 1970 Allocution télévisée de Georges Pompidou consécutive à la mort de Charles de Gaulle " Français, Françaises, le général de Gaulle est mort, la France est veuve".
     15 novembre 1970 Censure de Hara-Kiri, qui lance Charlie-Hebdo.
     1970 Création d'une nouvelle région française, la Corse.
     janvier 1971 Création du ministère de l'Environnement.
     1971 Le projet de Renzo Piano et de Richard Rogers, pour la réalisation d'un centre d'art comtenporain est retenu, le centre sera nommé Beaubourg, puis rebaptisé centre Georges Pompidou, commanditaire du projet.
     11 juin 1971 Congrès du Parti socialiste à Épinay, François Mitterrand en prend le contrôle.
     1er juillet 1971 Nouveauté à Paris, Le stationnement devient payant.
     19 janvier 1972 le Canard enchaîné publie la feuille d'impôts de Jacques Chaban-Delmas, et révèle qu'il n'a pas payé d'impôts de 1967 à 1970, grâce à une loi en juillet 1965 sur l'avoir fiscal.
     22 janvier 1972 Le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark entre dans la CEE.

    23 avril 1972 Référendum sur l'élargissement de l'Europe les Français approuvent avec 67,7 % de oui.

    27 juin 1972 le PS, le PCF et le MRG signent le programme commun.
     5 juillet 1972 Démission de Jacques Chaban-Delmas, nomination de Pierre Messmer au poste de premier ministre.

    5 septembre 1972 Assassinat de 11 membres de l'équipe olympique israélienne par un commando de huit Palestiniens aux Jeux de Munich.

    5 octobre 1972 Fondation du Front national par Jean-Marie Le Pen.
     13 décembre 1972 Georges Marchais devient secrétaire général du parti communiste Français.
     4 mars 1973 Élections législatives résultat du deuxième tour :
      URP (Gaulliste) 45.5%
      PS 23.6%
      PCF 20.8%
      UDF 6.9%
     4 mars 1973 Pierre Messmer est reconduit à son poste de Premier Ministre.
     3 juin 1973 Un Tupolev 144 s'écrase à Goussainville faisant 14 morts.
     12 juin 1973 L'horlogerie Lip dépose son bilan. L'usine est occupée.
     22 juin 1973 Congrès du PS, François Mitterrand réélu premier secrétaire.
     28 juin 1973 Dissolution de la Ligue Communiste et d'Ordre Nouveau.
     11 juillet 1973 Un Boeing 707 de la compagnie Varig s'écrase dans la plaine de Saulx-les-Chartreux. 124 morts, 11 survivants.
     16 octobre 1973 Les pays arabes diminuent de 25 % les exportations de pétrole et augmentent le prix du baril de 17 %.
     19 octobre 1973 Vote de la loi Royer, Jean Royer ministre du Commerce, fait voter une loi limitant l'ouverture des grandes surfaces.
     octobre 1973 L'Assemblée et le Sénat décident la réduction à 5 ans du mandat présidentiel, mais Georges Pompidou annule la convocation du Congrès.
     4 décembre 1973 Début de l'affaire des micros du Canard Enchaîné.
     26 janvier 1974 Échec de la motion de censure déposée par la Gauche.
     1er Mars 1974 remaniement ministériel, Pierre Messmer reste premier ministre.

    8 Mars 1974 Inauguration de l'aéroport Charles de Gaulle.

     

    2 avril 1974: Mort de Georges Pompidou d'une leucémie, Alain Poher président du sénat devient pour la deuxième fois président par intérim.

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Jacques Majorelle, né le 7 mars 1886 à Nancy et mort le 14 octobre 1962 à Paris, est un peintre orientaliste français.

    Fils de l’ébéniste Louis Majorelle, Jacques baigne, dès son enfance, dans le courant art nouveau de l'École de Nancy. Il accompagne fréquemment son père dans ses ateliers. Il s'inscrit en 1901 à l'École des beaux-arts de Nancy en section Architecture et Décoration.

    Dès 1903, Jacques Majorelle s’éloigne peu à peu de Nancy et de son père. Il préfère devenir peintre et part à Paris. Il s'inscrit à l’Académie Julian où il suit des cours à l'atelier "S R", c'est-à-dire, celui de Schommer et Royer.

    Il complète sa passion par des voyages en Espagne, en Italie et en 1910, il découvre l’Égypte, le monde de l’Islam, ses couleurs, ses lumières, ses coutumes. C'est le début de sa passion pour l'Afrique. En 1908 a lieu sa première exposition à Paris à la Société des Artistes Français. En 1917, il arrive au Maroc et s’installe à Marrakech et donne l'année suivante une première exposition dans le hall de l’hôtel Excelsior à Casablanca.

    En 1919, il épouse Andrée Longueville, née à Lunéville et arrivée avec lui au Maroc. Puis il fait sa première expédition dans le sud du pays et publie à son retour, Carnet de route d’un peintre dans l’Atlas et l’Anti-Atlas, journal relatant son périple. Il se fait construire une maison dans le style mauresque dont le jardin est progressivement aménagé. Il peint le plafond de l’hôtel La Mamounia.

    En 1926, son père meurt à Nancy et Jacques poursuit son exploration de l’Atlas.

    Il commence en 1930 à peindre des nus noirs. Il multiplie ses expériences sur la couleur, en particulier l'application de poudre d’or et d’argent, et séjourne souvent dans l’Atlas et en Afrique noire.

    En 1937, à Marrakech, il peint sa villa de couleurs vives dominées par le bleu auquel il donne son nom. En 1947, il ouvre son jardin au public. En 1955, il est amputé d’un pied à la suite d'un accident de voiture. Il divorce en 1956 puis se remarie en 1961.


    Le 14 octobre 1962, il meurt à Paris, ville où il a été rapatrié à la suite d'une fracture du fémur. Il est inhumé à Nancy au cimetière de Préville au côté de son père.

    Lire la suite...

    Yahoo!

    7 commentaires
  • Retrouvez le chemin de la prière

     


    "Vers le matin, pendant qu’il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria." Marc 1.35

     


    "En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu." Luc 6.12

     "Quand il l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l'écart ; et, comme le soir était venu, il était là seul." Matthieu 14.23

     Jésus passait du temps avec son Père. Bien que Fils de Dieu, il était conscient de l'importance de la prière. Malheureusement, trop de chrétiens pensent que la communion de Jésus avec son Père était quelque chose de très facile, voire même inné…

    Mais, Jésus n'avait pas une antenne sur la tête qui le reliait 24 heures sur 24 avec le Ciel. Non ! Lorsqu'il désirait prier, il devait se faire violence, se retirer dans des lieux déserts, se mettre à l'écart. Il n'était pas seulement Fils de Dieu, il était aussi fils de l'homme. En se dépouillant de sa gloire, Jésus a délibérément choisi de soumettre sa vie aux contingences terrestres. S'il voulait entendre la voix de son Père, il lui fallait prier.

     Alors si Jésus a lutté pour prier, à combien plus forte raison devons-nous, nous aussi, lutter pour prier et lutter dans la prière !

     Celui qui décline spirituellement éprouve des difficultés à prier seul chez lui. Il ne sait plus ce qu'il convient de demander et ne permet plus à l'Esprit de lui venir en aide. Il ne prie plus dans les groupes de prière ni même dans les réunions de la grande assemblée…

    Chaque chrétien devrait démarrer sa journée en se présentant devant Dieu. Nous devrions tous voir la face de Dieu avant de voir celle des hommes. Lorsque Dieu n'a plus la première place dans notre agenda quotidien, alors il n'est plus le premier du tout…

    Avez-vous besoin de retrouver le chemin de la prière ? Si tel est votre cas, redressez l'autel renversé ! Remettez en place le culte quotidien que vous devez rendre à Dieu !

    Une prière pour aujourd'hui

     Seigneur, pardonne-moi d'avoir négligé l'autel de ma communion avec toi. Je reconnais que je ne prie plus comme je devrais le faire... Aide-moi à retrouver le chemin de la prière. Amen.

     

    Franck Alexandre

    Yahoo!

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires