• Plantes d'Intérieur : SMITHIANTHA (Gesnériacées)

     

    Le genre "Smithiamtha" regroupe 4 ou 5 espèces dont la période de floraison est suivie de plusieurs mois de dormance totale. Le système radiculaire de ces plantes part de plusieurs rhizomes écailleux qui peuvent atteindre 5 cm de long sur 1,5 de diamètre. Les tiges sont simples ou ramifiées. Elles portent des feuilles opposées, pubescentes et cordiformes, à marge fortement dentée. Les fleurs tubuleuses et retombantes, de 5 cm de long, présentent une corolle de 5 lobes. Elles naissent sur de courts pédicelles qui alternent de chaque côté de la tige, formant une sorte d'épi au-dessus des feuilles. La floraison se produit au milieu de l'hiver, les fleurs inférieures s'ouvrant les premières, elle dure un mois.

     

    - ESPECES RECOMMANDEES -

     

    - CINNABARINA - présente  des tiges de 45 à 60 cm et des feuilles vert foncé qui peuvent atteindre 15 cm sur 12. Le duvet rouge qui les recouvre leur donne des reflets veloutés. La gorge et le dessous des fleurs vermillon portent des bandes jaunes ou blanches. L'intérieur des 5 lobes est maculé et rayé de lignes rouge clair qui convergent vers la gorge.

     

    Plantes d'Intérieur : SMITHIANTHA (Gesnériacées)

     

    - FULGIDA - se distingue par ses feuilles entièrement vertes et ses fleurs écarlates à gorge et à lobes jaunes.

     

    Plantes d'Intérieur : SMITHIANTHA (Gesnériacées)

     

    - ZEBRINA - peut atteindre 75 cm de haut. Ses feuilles de 18 cm sont vert foncé, à nervures brunes ou pourpres. L'extérieur des fleurs est rouge rayé de jaune. La gorge est jaune maculé de rouge. Les 2 lobes supérieurs sont plus petits que les 3 autres, les premiers sont jaune-orange, les derniers sont jaunes.

     

    Plantes d'Intérieur : SMITHIANTHA (Gesnériacées)

     

    NOTE : Plusieurs hybrides ne dépassent pas 20 à 30 cm de haut, cela les rend plus faciles à cultiver en appartement que les espèces. Leurs fleurs sont toujours à dominance rouge, orange ou jaune, et elles sont diversement rayées et tachetées.

     

    Plantes d'Intérieur : SMITHIANTHA (Gesnériacées)

     

     

     

    Yahoo!

    19 commentaires
  • Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    La Charente-Inférieure est issue des terres de Saintonge et d'Aunis. Le chef-lieu a été déplacé en 1810 de Saintes à La Rochelle, malgré la position excentrée de cet historique bastion protestant. Renommée Charente-Maritime en 1941, sont littoral s'étend de l'anse de l'Aiguillon à l'estuaire de la Gironde. Les îles de Ré et d'Oléron sont séparées par le pertuis d'Antioche, détroit dont les nombreux forts protègent l'estuaire de la Charente et Rochefort, à l'image du fort Lupin, du fort Boyard, et des forts de l'île d'Aix sur la dernière terre française foulée par Napoléon. Plus au sud, la Seudre, dont l'estuaire a été aménagé pour l'activité ostréicole de Marennes, rejoint l'Atlantique par le pertuis de Maumusson, tandis qu'au nord la Sèvre Niortaise en fait de même au niveau du pertuis Breton.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    - L'ATELIER DE L'OBSTINE BERNARD PALISSY -

     

    Né près d'Agen en 1510, Bernard Palissy est un savant atypique de la Renaissance. Autodidacte, ce fils de paysans a construit sa connaissance scientifique sur l'expérience et la pratique. Animé par la passion de l'émail, il s'établit à Saintes en 1539, après avoir beaucoup voyagé. Avec une persévérance peu commune, il perça le secret des émaux, la légende voulant que, ruiné, il ait brûlé ses meubles et ses vêtements pour alimenter son fourneau.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    - ROCHEFORT, VILLE NOUVELLE DU XVIIe SIECLE -

     

    Rochefort et son arsenal, d'où sortit notamment l' "Hermione" qui emmena La Fayette en Amérique, sont nés en 1666 de la volonté de Colbert d'y crée le plus grand port du Royaume. La Corderie royale, dont la construction s'est achevée en 1669, est un long bâtiment de plus de 370m, dimension nécessaire pour réaliser des cordages de chanvre de la longueur d'une encablure (environ 200m).

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    - BROUAGE, PORT FANTÔME -

     

    Un bras de mer aujourd'hui disparu léchait autrefois les remparts de Brouage, important lieu de garnison au XVIIe siècle et haut lieu du commerce de sel. Formant un carré parfait de 400m de côté, avec des rues tracées au cordeau. Brouage fut fortifié sur ordre de Richelieu puis par Vauban. Cité natale du navigateur Samuel de Champlain, Brouage fut le lieu d'exil de Marie Mancini, le premier amour de Louis XIV qui n'était autre que la nièce de Mazarin, le cardinal lui préférant une alliance avec l'infante d'Espagne.

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    - FORT BOYARD -

     

    "Sire, il serait plus facile de saisir la lune avec les dents que de tenter en cet endroit pareille besogne". C'est en ces mots qu'auprès de Louis XIV Vauban exprima la difficulté de fortifier l'actuel site du fort Boyard. Sa laborieuse construction a été réalisée de 1804 à 1857. Ce monstre de pierre de 68 m de long, 31m de large, et 20m de hauteur, doté de 66 casemates réparties sur trois niveaux, est rapidement devenu obsolète en raison des progrès de l'artillerie. Il servit alors de prison jusqu'en 1913, avant d'acquérir une notoriété internationale dans les années 1990 grâce à sa reconversion télévisuelle.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

    Texte extrait du livre : La France -Géographie Curieuse et Insolite.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE-MARITIME

     

     

    Yahoo!

    20 commentaires
  • " La Barque " poème de Emile VERHAEREN

     

    La Barque

     

    Il gèle et des arbres pâlis de givre clair
     Montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune ;
     Au ciel purifié, aucun nuage ; aucune
     Tache sur l’infini silencieux de l’air.

    Le fleuve où la lueur des astres se réfracte
     Semble dallé d’acier et maçonné d’argent ;
     Seule une barque est là, qui veille et qui attend,
     Les deux avirons pris dans la glace compacte.

    Quel ange ou quel héros les empoignant soudain
     Dispersera ce vaste hiver à coups de rames
     Et conduira la barque en un pays de flammes
     Vers les océans d’or des paradis lointains ?

    Ou bien doit-elle attendre à tout jamais son maître,
     Prisonnière du froid et du grand minuit blanc,
     Tandis que des oiseaux libres et flagellant
     Les vents, volent, là-haut, vers les printemps à naître ?

     

    Emile VERHAEREN

     

    " La Barque " poème de Emile VERHAEREN

     

    Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d'Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d'expression française....

    " La Barque " poème de Emile VERHAEREN

     

     




    Yahoo!

    18 commentaires
  • Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    Cet itinéraire, serpentant dans la Montagne Noire, permet de découvrir le Lauragais avec ses richesses naturelles et artistiques. L'élevage de bovins, d'ovins et de volailles est traditionnellement une des grandes activités de la région, à côté de l'agriculture très florissante dans la plaine de Revel, où poussent le blé, l'orge et le colza.

     

    - CASTELNAUDARY -

     

    Métropole du cassoulet et du foie gras, sise sur les bords du Canal du Midi, a conservé de son passé la collégiale St-Michel (XVIe siècle). L'édifice, sommé d'un clocher octogonal, est de style gothique méridional à nef unique. A l'intérieur, voir un calvaire en pierre du XVIe s. et un maître-autel du XVIIIe s. L'hôpital abrite une belle collection de pots en faïence de Marseille, du XVIIIe s.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    - SAINT-PAPOUL -

     

    Ce petit village, fondé autour d'une abbaye bénédictine a conservé son ancienne cathédrale dédiée à Saint Papoul. Le sanctuaire possède une nef gothique du XIVe s. et un choeur avec abside romane, il abrite le mausolée en marbre blanc (XVIIe s.) de l'évêque de Donadieu et une piéta en bois du XVIe s. Un cloître du XIVe s. jouxte l'église sur son flanc sud.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    - CASCADE DE MALAMORT -

     

    De la route, un sentier conduit à la cascade au milieu d'une gorge étroite, aux abrupts colorés, boisée de chênes et de hêtres. L'importance de la chute a été considérablement réduite par la construction du barrage de Cammazes. La route emprunte ensuite les gorges du Sor, enserrées entre de hautes falaises.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    - SOREZE -

     

    De l'abbaye, autour de laquelle s'est développé le village, subsistent un clocher et des bâtiments abbatiaux. Ces derniers abritent aujourd'hui un collège. De l'église Saint-Martin, on verra l'abside fortifiée, le clocher polygonal (XVe s.) et le choeur à huit voûtains, éclairé par des fenêtres flamboyantes.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    - SAINT-FELIX-LAURAGAIS -

     

    Au pied des murailles du château (XIVe -XVe s.) on a une belle vue sur la Montagne Noire. La collégiale (XIVe s. rebâtie au  XVIIe) présente , à gauche du portail un puits profond. A l'intérieur, une voûte en bois peint (XVIIIe s.) couvre la nef principale, abside à sept pans très élégante.


    En traversant Montmaur, on passe devant l'imposante masse carrée et les tours d'un château du XIVe s.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    - MONTFERRAND -

     

    Bâtie sur un coteau, d'où la vue s'étend sur le Lauragais, la bourgade s'enorgueillit d'une église romane, Saint-Pierre d'Alzonne, qui renferme des stèles discoïdales. Derrière l'église, des fouilles  ont permis de mettre au jour une nécropole wisigothique avec des sarcophages (V et VIe s.).

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

    Texte extrait du livre : La France des Routes Tranquilles.

     

    Circuit Touristique : A la découverte du LAURAGAIS

     

     

     



    Yahoo!

    20 commentaires
  • Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Auguste Toulmouche né le 21 septembre 1829 à Nantes et mort  16 octobre 1890 à Paris est un peintre français

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

    Elève de Charles Gleyre, Auguste Toulmouche fut l’un des peintres les plus célèbres du Second Empire. Il exposa au Salon de Paris à partir de 1848, obtenant une médaille de troisième classe en 1852, une médaille de deuxième classe en 1861, et une médaille de troisième classe à l'Exposition Universelle de 1878. Il fut nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1870.

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

     A ses débuts, dans les années 1850, il peignit des tableaux de genre inspirés de l’Antiquité et fit partie du «Groupe néo-grec» créé par Jean-Léon Gérôme, Hamon et Picou, tous trois élèves de Delaroche (La Leçon de Lecture, exposé à l’Exposition Universelle de Paris en 1855). Suivant l’exemple de Hamon, le monde de l’enfance constituait l’un de ses sujets de prédilection. Leur innocence et leur curiosité spontanées fournissaient à Toulmouche des thèmes originaux dans lesquels le peintre pouvait déployer toute son imagination pour séduire ou amuser. C'est le cas dans La terrasse ou dans le tableau conservé au Musée Dobrée de Nantes sous le titre Un Baiser.

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

     Cependant, il délaissa rapidement le style néo-grec pour se tourner vers le monde contemporain (Le Baiser Maternel, Salon de 1857), plus influencé par le néo-classicisme de son professeur Gleyre que par les théories néo-grecques. Il était alors l’un des premiers peintres à composer des scènes inspirées de la vie bourgeoise du Second Empire.

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

     Il se consacra notamment aux scènes de genre, intérieurs de la vie mondaine et au portrait féminin, qui firent sa renommée. Emile Zola parle des "délicieuses poupées de Toulmouche".
     Toulmouche connut un immense succès durant le Second Empire, notamment grâce à ses toiles représentant d’élégantes jeunes femmes bourgeoises.

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

     Cousin par alliance de Claude Monet, il accueillit ce dernier lors de son arrivée à Paris et fut son protecteur, le dirigeant dans ses premiers apprentissages.

     

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

    Peintures d'Auguste TOULMOUCHE

     

     



    Yahoo!

    21 commentaires
  • La pensée du Jour :

     


    La Bible - un livre cohérent et fiable


    "Celui qui a examiné ces preuves misera sa vie sur ce fait : Dieu lui-même est la vérité." Jean 3:33
    Il existe des preuves à la fois externes et internes de la véracité de la Bible.


    Parmi les preuves externes, on peut citer le nombre de copies qui en ont été faites autour de l'époque de sa rédaction. C'est un des critères qu'examinent les historiens pour juger de l'authenticité d'un livre et pour s'assurer qu'aucune erreur ne s'est introduite au cours de sa transmission de génération en génération. Or il existe plus de 5 366 manuscrits de la Bible datant de moins de 70 années après son achèvement.

     

    La pensée du Jour :

     

     

     Les preuves externes sont aussi d'ordre archéologique. Les historiens ont longtemps prétendu que les Hittites, une tribu mentionnée dans l'Ancien Testament, n'existaient pas. Or, il y a une centaine d'années, un archéologue du nom de Hugo Wrinkler a découvert 10 000 tablettes d'argile sur le site de l'ancienne capitale de l'Empire hittite. L'existence des Hittites est désormais attestée par l'histoire.

     Il existe également des preuves internes de la véracité de la Bible, comme les récits des témoins oculaires. Si je reçois une information de deuxième ou de troisième main, j'ai des raisons d'en douter. Mais si elle m'est rapportée par un témoin oculaire, je peux avoir confiance que les choses se sont passées tel qu'il me les décrit. Au tribunal, si un procureur dispose des dépositions de deux ou trois témoins oculaires, il a de fortes chances de gagner son procès.

     

    La pensée du Jour :

     

     La Bible contient de nombreux récits de témoins oculaires. Moïse était présent lorsque les eaux de la mer Rouge se sont séparées. Josué a assisté à la chute de la muraille de Jéricho. Les disciples ont vu le Jésus ressuscité dans la chambre haute.

     La Bible est également remarquable par sa cohérence. Elle a été écrite sur une période de plus de 1 500 ans, sur trois continents et par plus de quarante auteurs – des hommes aussi différents que des rois, des bergers, des pêcheurs et des collecteurs d'impôts. Et pourtant, elle raconte une seule histoire de la première à la dernière page : celle de l'amour de Dieu pour l'homme et du salut opéré en Jésus-Christ venu sur la terre. Cette unité constitue une preuve irréfutable de l'origine divine de ces écrits.

     Mais ce livre a beau être vrai, il ne vous est pas d'une grande utilité si vous le laissez dormir sur une étagère. Pour qu'il ait un impact sur votre vie, il faut l'ouvrir et le lire. Il est écrit dans Jean 3:33 : "Celui qui a examiné ces preuves misera sa vie sur ce fait : Dieu lui-même est la vérité".

     

    La pensée du Jour :

     

    Une action pour aujourd'hui

     

    Vous posez-vous des questions sur la Bible ? Que pouvez-vous faire aujourd'hui pour essayer de trouver des réponses ? Où rangez-vous généralement votre Bible au retour du culte ou d'une étude biblique ? Pensez-vous que le simple fait de la placer dans un endroit différent vous aiderait à l'ouvrir plus souvent ?
     
    Rick Warren

     

    La pensée du Jour :

     

    La pensée du Jour :

     



    Yahoo!

    11 commentaires
  •  

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    Le château d'Hyères a subi l'outrage des guerres et des siècles mais il a rempli son rôle de verrou et de bouclier contre les incursions de tous les prédateurs indésirables. Chaque soir, les pourpres du soleil couchant font chanter ses vieilles pierres indomptées.

    =========

    l'âge d'or de la paix romaine.

     

    C'est à partir de 150 ans avant J.C. que la Côte d'Azur connaît son âge d'or initial avec l'arrivée des premières légions romaines, qui entreprennent de pacifier la région pour assurer la protection de leurs convois. Le consul Opimius remporte une victoire décisive sur les Décéates le long de la rivière Apron (devenue aujourd'hui le Loup).

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     Le littoral se couvre rapidement de routes, de monuments, de petites agglomérations. Les Romains créent la voie aurélienne, dont le tracé sera repris presque intégralement vingt siècles plus tard par celui de l'autoroute A 8.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    Fréjus et Arles deviennent les capitales régionales d'importantes provinces romaines.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    En l'an 13 avant J.C., l'empereur Auguste vient en personne installer officiellement la toute puissance de la domination de Rome après avoir réduit les dernières tribus rebelles. Les noms des peuples vaincus et des généraux vainqueurs sont inscrits sur un gigantesque monument élevé à la gloire des armées romaines, le trophée des Alpes, encore visible aujourd'hui à la Turbie.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    L'empire romain conquiert tous les peuples riverains de bassin méditerranéen, crée d'importantes colonies en Afrique du Nord, générant ainsi un important trafic maritime entre les deux rives de la Méditerranée, qui reçoit le nom de "Mare Nostrum", notre mer.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

     On trouve aujourd'hui, au large de Marseille, d'Antibes, de Villefranche de nombreuses épaves de galères chargées d'amphores d'huile et de vin.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    Texte extrait du livre : Côte d'Azur

     

    =========

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

     

    Le trophée d'Auguste de la Turbie, monument de 35 mètres de hauteur édifié au VIe siècle avant J.C., constitue l'orgueilleuse affirmation de la toute puissance de la Provence et l'instauration de la "Pax romana" qui devait durer plusieurs siècles.

     

    COTE D'AZUR : Chapître 1er - l'age d'or de la paix romaine.

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    Les formes les plus connues du genre "Sinningia" sont celles que l'on appelle communément "gloxinias" des fleuristes. Mais le genre Sinningia comporte d'autres espèces, fort différentes.

    Il y a d'abord, celles qui, jusqu'à tout récemment, faisaient partie du genre Rechsteineria. Ces espèces, à tiges pubescentes et érigées, portent des feuilles velues, faiblement pétiolées. Leurs fleurs naissent en bouquets à l'aisselle des feuilles supérieures. Chacune se compose d'un calice à 5 lobes et d'une corolle étroite, tubuleuse, qui s'épanouit également en 5 lobes. La floraison est suivie d'une période de dormance durant laquelle tous les organes aériens meurent. Elle est courte cependant, car souvent de nouvelles pousses apparaissent avant que les anciennes ne soient complètement fanées.
    Ensuite, on trouve des espèces et des hybrides miniatures qui sont les sinningias les plus florifères. Certaines espèces se présentent sous forme de rosettes acaules, d'autres ont des tiges qui peuvent atteindre 8 cm. Leur croissance est rapide et elles fleurissent toute l'année.
    Quant aux gloxinias des fleuristes et aux espèces voisines de sinningias, ils se distinguent par leurs feuilles veloutées et leurs courtes tiges. Les fleurs en forme de trompette ont un calice étalé à 5 lobes et une corolle à 5 lobes. Elles sont blanches, rouges ou pourpres. Elles connaissent une période de dormance de cinq à six mois.
    Ces trois sortes de sinningias ont quelques traits communs : leurs tiges émergent de tubercules fibreux et leurs racines partent du dessus et non du dessous des tubercules. Leurs fleurs tubuleuses sont très colorées.

     

    - ESPECES RECOMMANDEES -

     

    - CARDINALIS- présente des tiges vert moyen, couvertes d'un fin duvet blanc, qui peuvent mesurer 25 cm. Les feuilles ovales, acuminées et pubescentes de 8 à 15 cm sur 5 à 12 cm ont la marge festonnée. Le limbe vert moyen présente des nervures vert foncé. Le dessous des feuilles est vert pâle. Des fleurs rouge sang s'épanouissent à l'automne durant trois mois. Le calice vert et pubescent de 0,5 cm de long, enserre une corolle duveteuse de 5 cm. Les 2 lobes supérieurs de la corolle sont soudés et s'avancent au-dessus des autres comme la visière d'une casquette.

     

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    - LEUCOTRICHA - présente des tiges et des feuilles vert tendre, recouvertes d'un dense duvet blanc. Les feuilles elliptiques à marge réfléchie, de 15 cm sur 10, sont disposées en spirales autour des tiges qui peuvent mesurer 25 cm. Le limbe est fortement veiné en dessous. Les fleurs roses, presque cylindriques, s'épanouissent en été et en automne sur une période de deux mois. Chacune porte un calice vert pâle, velu de 0,5 cm et une corolle de 2,5 cm.

     

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    - PUSILLA - est une espèce miniature la plus fréquemment cultivée en appartement. Ses tiges ont environ 1 cm de long. Ses feuilles arrondies à marge festonnée, de 1 cm de diamètre, sont portées par des pétioles de 3 mm. Le limbe est duveteux, il est vert moyen, veiné de vert plus foncé sur le dessus et vert clair, veiné de rouge sur le dessous. Les fleurs en forme de trompette naissent solitaires à l'aisselle des feuilles, sur des pédicelles de 2,5 cm. Elles s'appuient sur un calice vert de 3 mm. Leur corolle atteint 2 cm de long, et 1,5 cm de diamètre. Les 5 lobes sont inégaux, les 3 lobes inférieurs s'avançant au-dessous des 2 autres qui sont plus petits. Les fleurs sont violettes ou lavande, parfois marquées de lignes sombres rejoignant une gorge blanche.

     

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    - REGINA - présente des tiges pubescentes purpurine qui peuvent atteindre 20 cm de long. Les feuilles ovales, veloutées et dentées, de 10 à 20 cm de long sur 8 à 15 de large, sont portées par des pétioles pourpre s de 2 à 6 cm. Le limbe est vert foncé, veiné de blanc sur le dessus, et pourpré en dessous. De 4 à 6 hampes florales mesurant 5 à 10 cm naissent à l'aisselle des feuilles, elles portent chacune une seule fleur pendante. Le calice vert, de 1 à 1,5 cm de long présente des lobes pointus, disposés en étoile. Il porte une corolle violette, de 4 cm, qui s'évase à son extrémité, le lobe inférieur faisant saillie. La gorge des fleurs est maculée de pourpre. La floraison a lieu à la fin de l'été.

     

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    - SPECIOSA - a donné naissance à d'innombrables formes. L'espèce présente des tiges pubescentes qui peuvent mesurer 30 cm. Les feuilles opposées, ovales et veloutées, à marge festonnée, atteignent 20 cm sur 15, elles sont portées par des pétioles de 4 cm. Le limbe est vert moyen, veiné d'un vert plus clair sur le dessus, tandis qu'il est vert pâle lavé de rouge en dessous. De 1 à 3 hampes florales de 10 cm s'élèvent à l'aisselle des feuilles supérieures. Elles portent chacune une fleur pendante dont la corolle de 4 cm jaillit d'un calice étoilé, de 2 cm. Les 2 lobes supérieurs de la corolle sont réfléchis, tandis que les 3 autres font saillie. Les fleurs sont blanches, rouges ou violettes, parfois rayées de jaune ou de blanc. La gorge peut être maculée de rouge. La floraison s'étale sur deux mois en été.

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

    Plante d'Intérieur : SINNINGIA  (Gesnériacées)

     

     

     

     

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    Le département de la Charente est issu de la province de l'Angoumois à laquelle furent ajoutées quelques communes du Poitou au nord, et une petite partie de la Saintonge autour de Barbezieux, ville sous-préfecture jusqu'en 1926, au même titre que Ruffec où passe la Charente. Ce fleuve long de plus de 300 km, traverse Angoulême et Cognac, avant de se jeter dans l'Atlantique près de Rochefort. A Angoulême, il reçoit les eaux de la Touvre qui est une résurgence des eaux souterraines du Bandiat et de la Tardoire dans le karst de la Rochefoucauld, région calcaire ponctuée de grottes, de gouffres, et de dolines comme les fosses de la forêt de Braconne. C'est également dans le calcaire que fut creusée au sud du département la remarquable église monolithe d'Aubeterre-sur-Dronne.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    LES CHARENTAISES

    La fabrication des célèbres pantoufles charentaises est directement liée au développement de la papeterie sur les bords de la Charente et de ses affluents depuis le XVIIe siècle. C'est à partir des rebuts de feutre, étoffe utilisée en papeterie pour l'égouttage que furent produites les premières charentaises dont la production connut un essor qui commença véritablement au début du XXe siècle.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    L'HERBE ANGOUMOISINE D'ANDRE THEVET

    De retour d'Amérique en 1556, le moine angoumoisin André Thevet a ramené pour la première fois des graines de tabac en France. Il en confia à un paysan de Bourran près de Clairac dans le Lot-et-Garonne où fut d'abord cultivé le tabac. Celui qui est devenu l'aumônier de la reine Catherine de Médicis puis le cosmographe du roi Henri II, a fait cultiver dans l'Angoumois cette plante qu'il baptisa "herbe angoumoisine". Mais ce nom tomba dans l'oubli, à cause de l'ambassadeur du Portugal Jean Nicot qui a contribué à populariser le tabac, alors appelé "pétun", après en avoir envoyé dès 1560 à Catherine de Médicis qui en lança la mode. Si le nom de Nicot est passé à la postérité avec la nicotine, Thévet doit se contenter du "thévetia", plante baptisée par Linné en son honneur un siècle plus tard.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    L'EXPORTATION DU COGNAC

    Le vin de la région se vendit dès le Moyen-Age dans les pays d'Europe du Nord, où il était généralement acheter par des navires venus également sur la côte atlantique pour y acheter du sel. Pour que ces vins peu alcoolisés voyagent mieux, il fut décidé de les distiller, puis plus tard d'opérer à une double distillation. Ainsi est né le cognac, qui avait l'avantage d'être moins onéreux à transporter, vu qu'il est plus concentré en alcool. Au XVIII e et XIXe siècles, la vente du cognac s'est étendue à l'Amérique du Nord et à l'Extrême-Orient, où il est encore largement exporté de nos jours.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    LE VERSAILLES CHARENTAIS

    Non loin du château médiéval de Villebois-Lavalette, le château de la Mercerie n'était encore qu'un petit manoir au XIXe siècle. Racheté par les frères Réthoré, dont l'un fut député du département et l'autre industriel, son agrandissement débuta juste avant la Seconde Guerre mondiale, et se poursuivit jusque dans les années 1970, dans le but de bâtir un pastiche de Versailles. De ce projet trop ambitieux, il n'existe à vrai dire qu'une façade, tout de même longue de 220 m, les travaux ayant été stoppés faute de moyens.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Curiosités Départementales : CHARENTE

     

    Texte extrait du livre : La France -Géographie Curieuse et Insolite.

     

    Curiosités Départementales : CHARENTE

    Yahoo!

    18 commentaires
  •  


    Larmes

     

    Larmes aux fleurs suspendues,
    Larmes de sources perdues
    Aux mousses des rochers creux ;

    Larmes d'automne épandues,
    Larmes de cors entendues
    Dans les grands bois douloureux ;

    Larmes des cloches latines,
    Carmélites, Feuillantines...
    Voix des beffrois en ferveur ;

    Larmes, chansons argentines
    Dans les vasques florentines
    Au fond du jardin rêveur ;

    Larmes des nuits étoilées,
    Larmes de flûtes voilées
    Au bleu du pare endormi ;

    Larmes aux longs cils perlées,
    Larmes d'amante coulées
    Jusqu'à l'âme de l'ami ;

    Gouttes d'extase, éplorement délicieux,
    Tombez des nuits ! Tombez des fleurs ! Tombez des yeux !

    Et toi, mon coeur, sois le doux fleuve harmonieux,
    Qui, riche du trésor tari des urnes vides,
    Roule un grand rêve triste aux mers des soirs languides

    Albert Samain

     

     

    Albert Samain, né à Lille le 3 avril 1858, mort à Magny-les-Hameaux le 18 août 1900, est un poète symboliste français.

     

     

    Yahoo!

    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires