• Gâteau de Polenta orange et fruits d'hiver

     

    Ingrédients



        1 pomme
        1 poire
        1 pêche au sirop + 3 cl de jus
        1 sachet de sucre vanillé
        120 g de sucre
        110 g de beurre
        100 g de Polenta Tipiak
        80 g d'amandes en poudre
        2 oeufs moyens
        1 orange (zeste et jus)
        1 c. à café de levure chimique
        Beurre et farine pour le moule
        Sucre glace

     

    Gâteau de Polenta orange et fruits d'hiver



    Préparation de la recette



        Tailler les fruits en dés et les mettre dans une casserole avec le sirop de pêche et le sachet de sucre vanillé.
        Faire cuire 20 minutes en remuant souvent puis laisser refroidir la compotée de fruits.
        Préchauffer le four à 180°C.
        Travailler le sucre et le beurre mou en pommade.
        Ajouter le zeste d'orange puis les œufs entiers un à un, la poudre d'amandes, la Polenta Tipiak, la levure et enfin le jus de l'orange.
        Verser la pâte dans un moule beurré et fariné en égalisant la surface et enfourner pour 40 minutes.
        Démouler le gâteau sur une grille et laisser tiédir avant de le couper en deux et de le garnir avec la compotée de fruits.
        Saupoudrer de sucre glace avant de servir.

     

    Gâteau de Polenta orange et fruits d'hiver

     

    Gâteau de Polenta orange et fruits d'hiver

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

     

    Malgré sa taille imposante, l'herbe de la pampa (Cortaderia selloana) appartient bien à la famille des Poacées (ex Graminées), tout comme l'avoine ou le blé. Originaire d'Amérique du Sud, d'où elle tire son nom commun, elle atteint couramment 2 à 3 m de haut avec un diamètre de 2 à 3 m à la base de la touffe. Dans des situations favorables, ses plumets peuvent culminer à 4 ou 5 m.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa



    Cette touffe est composée de très nombreuses feuilles arquées, souples et effilées, longues de 2 à 3 m, poussant serrées et se courbant sous leur poids aux extrémités. D'un beau vert gris brillant au soleil, elles persistent pendant l'hiver et sont très coupantes. La hauteur de la touffe atteint 1,50 à 2 m.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa



    De cette touffe émergent en été des chaumes géants, bien détachés au-dessus, de 2 à 4 m de hauteur. Ceux-ci portent, d'août à décembre, la floraison épanouie en panicules denses et soyeuses de couleur blanc crème ou argentée. Ces panicules dressées, de 40 à 60 cm de long, sont très décoratives et peuvent persister tout l'hiver après avoir séché sur pied.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa



    Les panicules, plus souvent nommées plumeaux ou plumets, sont composées de fleurs mâles ou de fleurs femelles portées par des plants différents, car l'herbe de la pampa est dioïque. Les fleurs femelles se différencient des fleurs mâles, car elles produisent des plumeaux plus denses.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa



    Cette plante fortement invasive du fait de la dissémination de ses graines par le vent lors de l'éclatement des plumeaux, est à surveiller de près si vous ne voulez pas la voir coloniser tout votre jardin. Il est fortement conseillé de ne conserver que les plants mâles ou femelle, mais pas les deux pour éviter la pollinisation et donc les graines. Dans le cas de plants déjà adultes, il est conseillé de couper la montée des épis afin d'éviter la prolifération.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa



    L'herbe de la pampa est principalement utilisée pour la décoration de grands jardins, isolée sur une pelouse ou dans une rocaille, mais vous pouvez également prélever quelques-uns de ses plumets pour confectionner d'imposants bouquets secs à l'intérieur de votre maison.

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

     



     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

     

    Fleurs cultivées / Herbe de la Pampa

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

     

    Lassay-les-Châteaux est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire,

     

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (


    Dans cette petite ville vous découvrirez trois châteaux

    Le château de Lassay.
    Le vieux château datant du XIIe siècle fut démoli durant la guerre de Cent Ans. Il fut ensuite reconstruit en une année vers 1456-1458. L’enceinte était renforcée de deux tours cylindriques au sud-ouest et au sud-est, quatre tours semi-cylindriques adossées à la muraille (deux à l'ouest, une à l'est et une au sud) et deux tours à l'entrée (au nord) elles-mêmes protégées par une puissante barbacane. Le château est habité par ses propriétaire. Il fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques par la liste de 1862, les peintures murales décorant l'ancienne chapelle sont classées depuis le 5 décembre 1963 et la chapelle elle-même est inscrite depuis le 19 février 1964

     

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (

    Lassay-les-Châteaux (



    Le château du Bois Thibault.


    Au XIe siècle, Foulques Nerra, comte d'Anjou, crée un point de défense contre les Normands.
    On trouve ensuite Herbert de Logé, seigneur de Bois Thibault, au XIIe siècle (dans les écrits de Fontaine-Daniel), il devint sénéchal de Juhel III de Mayenne au tout début du XIIIe siècle succédant à son beau-père Hugues Monnier.
    Les murs du château (XIIe siècle) furent arasés durant la guerre de Cent Ans pour chasser une troupe d'Écossais qui y avait pris demeure et rançonnait tous les paysans du pays. L'actuel château fut reconstruit par Jean III du Bellay et sa femme Jehanne de Logé en 1458 après la guerre de Cent Ans.
    Durant la guerre de Cent Ans, la dernière descendante de la famille de Logé, Jehanne de Logé, se réfugia en Anjou où elle épousa Jean du Bellay, dernier descendant de cette famille (ses frères et son père ayant été tués au combat durant cette guerre). De cette union naquit toute une lignée d'hommes illustres des du Bellay avec Guillaume et Martin du Bellay, Jean du Bellay, Joachim du Bellay le poète, etc.
    Le château de Bois Thibault est classé monument historique depuis 1925, il est aujourd'hui la propriété de la commune de Lassay-les-Châteaux qui grâce à l'action de l'association « Bois Thibault passé et avenir » l'a acheté en 1988 et a entrepris des travaux de restauration afin de le sauver de la ruine.

     

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)



    Château de Bois-Frou (XVIe siècle)

    Pendant le XVIIième, le Seigneur de Lassay, las de son château austère en ville, avait fait construire un beau manoir tout simplement pour le plaisir et la détente.
    Aujourd'hui il ne reste que peu du château Bois Frou; un beau portail et quelques pierres.

     

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

     

    Lassay-les-Châteaux (Mayenne)

     

    Yahoo!

    23 commentaires
  • "La lettre" poème d'Anne H. Caron

     

    La lettre....


    ....Front incliné à la fenêtre, je vois le jour qui
     pointe à   l'horizon...les....mots s'enchevêtrent
    dans ma tête... ceux que tu m'as dit hier...un
    plutôt.. ceux que ta plume a noirci sur la
    page.. inquiétude du lendemain, quête d'un
    sentiment qu'on voudrait plus grand plus
     vrai... alors      avenir    incertain 
     désir... appréhension... mon coeur balance...sa
     vie aussi... la fenêtre se ferme sur l'aurore doré
     d'un premier rayon de soleil... pourtant.. ce
    paysage brouillé à travers la vitre... minces
    sillons laissés par une larme sur le visage que
    reflète le carreau... puis glisse sur la lettre posée...
    sur un coin de la table

    Anne H. Caron

     

    "La lettre" poème d'Anne H. Caron

    "La lettre" poème d'Anne H. Caron

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)



    Richelieu est une commune française située dans le département d’Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

     

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)


    En 1631, le roi Louis XIII pour remercier son ministre, le Cardinal de Richelieu, de ses éminents services, lui fait la faveur d’ériger « un bourg clos de murailles et de fossés et de bâtir une halle » et d’y établir quatre foires annuelles et deux marchés par semaine.

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

     
    Richelieu confie à Jacques Lemercier, architecte du roi,  auteur de la Sorbonne et du Palais-Cardinal (actuel Palais-Royal), le soin d'édifier, à l’emplacement de la propriété familiale, un vaste château, reflet de sa grandeur et une ville nouvelle, à proximité, pour y loger sa cour. Près de 2000 ouvriers travaillent sur le chantier, quasiment achevé à la mort du Cardinal, en 1642.

     

    Richelieu (Maine et Loire)
     

    Ce projet novateur qui lie la construction d’un château et d’une ville dans un même programme, préfigure le chantier de Versailles. Le parc de Richelieu, d’une superficie de 475 ha, ceint de murs, abritait le vaste domaine du Cardinal dont subsistent aujourd’hui quelques vestiges : un des dômes de l’avant-cour, l’orangerie, les caves et tout le tracé des canaux.

     

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)


    Après la Révolution et son exil à Saint-Pétersbourg, l'arrière-petit-neveu du Cardinal est contraint de se séparer de ce vaste ensemble, restitué très endommagé aux héritiers de Richelieu. Le domaine est mis en vente et racheté en 1805 par un marchand de biens qui le revend pierre par pierre.
    Le dernier duc de Richelieu, mort sans descendance, lègue en 1930 le parc à l'Université de Paris, en souvenir du Cardinal, proviseur et grand restaurateur de la Sorbonne.

     

    Richelieu (Maine et Loire)



    Exemple unique en France d’urbanisme du 17e siècle, la ville de Richelieu est située au carrefour de la Touraine, de l'Anjou et du Poitou.  Régularité et symétrie caractérisent cette « cité idéale », remarquablement conservée, aujourd’hui site classé avec sa Grande Rue, bordée de 28 hôtels particuliers, sa halle et son église du 17e siècle, ses remparts, son parc abritant les vestiges du château…autant d’invitations à venir découvrir ce joyau d’architecture et d’urbanisme.

     

    Richelieu (Maine et Loire)



    Entourée de remparts, bordés de douves, la ville se présente sous la forme d’un vaste rectangle  d’environ 620 mètres sur 390 mètres, tracé au cordeau. Elle est accessible par trois portes monumentales, la quatrième, factice, sert à respecter la symétrie de l’ensemble.

     

    Richelieu (Maine et Loire)



     Large de 12 mètres, la Grande Rue, artère médiane, bordée de 14 hôtels particuliers, de part et d’autre, devant tous initialement être bâtis d’après un plan-type, est orientée nord-sud avec, à chaque extrémité, une place carrée.
     

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)


    Sur la place Nord, la place Royale (actuelle place des Religieuses), étaient situés l’Académie et le couvent. Sur la place Sud, place du Cardinal (actuelle place du Marché), se trouvent actuellement l’église et les halles en vis-à-vis, ainsi que l’Hôtel de Ville, ancien Palais de Justice.

    Les Halles ont leur entrée Ouest sur la Place du Marché, de l'autre coté elles donnent sur une la Place Louis XIII.
    L'intérieur est en bois, les Halles ont été construites au XVIIème siècle avec quelques remaniements au XIXème. 

     

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

    Richelieu (Maine et Loire)

     

    Richelieu (Maine et Loire)

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Peinture de :

    Peinture de :

     

     Hans Andersen Brendekilde,(né  le 7 avril 1857 a Brændekilde, décédé 30. Mars 1942 à Jyllinge) était un  peintre danois; Il a été initialement nommé Hans Andersen, mais a pris le nom de sa ville natale Brændekilde en Fionie en 1884

     

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :



    Brendekilde a été formé comme maçon compagnon . Plus tard, il a été admis à l'Art Academy.  Son premier travail à partir de 1882 était le thème de l'environnement du village.

     

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :



    Plus tard Brendekilde atteint la vie rurale très idyllique, par exemple, dans l' image d'une grand-mère , regardant les enfants jouer dans le jardin.

     

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :



     Brendekilde  est enterré au Solbjerg Park Cemetery à Frederiksberg

     

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

    Peinture de :

     

    Peinture de :

     

    Peinture de :

     

    Yahoo!

    20 commentaires
  •  

    La découverte en 1974, par Yves Coppens, Donald Johanson et Maurice Taïeb, d'un nouvel Australopithèque, Australopithecus afarensis, dans la dépression de l'Afar dans le nord-est de l'Éthiopie (site de Hadar), connu surtout sous le nom de Lucy, était exceptionnelle, avant tout par la conservation d'une grande partie de son squelette.

     


     Avec cinquante-deux os, soit 40 p. 100 de son squelette, Lucy est à ce titre, avec certains Australopithecus africanus de la grotte de Sterkfontein en Afrique du Sud, l'un des hominidés de plus de trois millions d'années, le plus complet connu.

     

    24 novembre 1974 : découverte de Lucy


     L'étude anatomique détaillée de Lucy a montré qu'elle vivait encore dans les arbres une grande partie de son temps, bien qu'au sol, dans la savane arborée, elle fût bipède.

     

     

    Son squelette postcrânien présente en effet une combinaison de caractères qui trahissent à la fois un mode de locomotion bipède – comme l'indiquent son bassin court et large, son fémur incliné et le col de celui-ci allongé – et une aptitude à la vie arboricole – ce dont témoignent en revanche ses articulations des épaules et du coude ainsi que ses longs bras et ses jambes courtes.

     

     

     

    24 novembre 1974 : découverte de Lucy

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Fleurs cultivées : Hépathique

    Fleurs cultivées : Hépathique

     

    Le genre Hepatica fait partie de la famille des Renonculacées. Proche du genre Anemone, il comporte une dizaine d'espèces vivaces à floraison printanière, originaires de l'hémisphère nord tempéré.

     

    Fleurs cultivées : Hépathique



    L'hépatique noble ou Hepatica nobilis (syn. Hepatica triloba ou Anemone hepatica) est également appelée anémone hépatique, hépatique trilobée, herbe de la Trinité ou herbe au foie ! Cette petite vivace herbacée est indigène des sous-bois de feuillus européens. On la retrouve des collines jusqu'à l'étage montagnard (2 000 m d'altitude), ce qui explique son excellente rusticité. Elle rappelle l'anémone des bois (Anemone nemorosa) par la forme de ses fleurs mais sa floraison printanière est plus précoce de trois à quatre semaines.

     

    Fleurs cultivées : Hépathique



    Elle croît lentement formant un dôme étalé de 10 cm de hauteur sur 15 à 20 cm de diamètre. Elle se caractérise par une souche fibreuse, un feuillage semi-persistant et une floraison d'une dizaine de jours, qui s'étale de mars à mai, parfois dès février lorsque l'hiver est doux.

     

    Fleurs cultivées : Hépathique



    Les feuilles basales, de 3 à 6 cm de long, sont épaisses et coriaces. Portées par de longs pétioles velus, elles se divisent en trois lobes ovales ou réniformes. Leur couleur vert foncé se nuance parfois de marbrures blanches ou argentées tandis que leur revers prend au fil des mois une teinte lie-de-vin. Le vieux feuillage peut persister tout l'hiver jusqu'à l'apparition des nouvelles feuilles au printemps.

     

    Fleurs cultivées : Hépathique



    Les fleurs, de 1 à 3 cm de diamètre, sont solitaires, en forme de coupe ou d'étoile et portées par des hampes velues. La palette des teintes ne se limite pas au bleu. Les hépatiques peuvent être blanc pur, roses ou bleu pourpré. Les pétales colorés, ou plutôt les sépales pétaloïdes attirent l'attention avec leur mise en relief par une vingtaine d'étamines blanches évoquant un diadème. Ils surmontent un involucre formé de trois bractées foliacées. Ces bractées ne sont pas attachées juste au-dessous des sépales : c'est ce caractère botanique qui permet de distinguer les genres Hepatica et Anemone.

     

    Fleurs cultivées : Hépathique

     


    hépatique 

     

    Fleurs cultivées : Hépathique

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Château de Montmaur (Hautes Alpes)

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)

     

    Montmaur est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

     

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)



    Le château de Montmaur a été bâti à partir du XIIIe siècle, il va évoluer et s'agrandir au fil des siècles. Cette bâtisse était dotée à chaque angle d'échauguettes qui seront remplacées en 1590 par quatre tours massives, dont deux sont encore intactes sur la partie sud. Cette propriété comprend dans son ensemble historique des bâtiments fermiers (écuries, étables, granges, forge, four à pain…), et une courtine située à l'ouest dans la partie appelé la Flamme. Ses grandes salles d'apparat (dont certaines font 150 m2 au sol) sont dotées de plafonds à la française et de cheminées en gypse d'époque Renaissance. L'intérieur est très riche en fresques, dont certaines remontent à la Renaissance et aux XVIIe et XVIIIe siècles, les colonnes en gypse de l'escalier d'honneur sont de styles dorique, ionique ou même corinthien.

     

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)


    Une des autres richesses artistiques du château est constituée par ses portes en noyer, celles-ci sont sculptées de nombreuses représentations en trompe-l'œil.

    À l'extérieur, le XIXe siècle a vu l'aménagement des jardins. Il a été racheté en 2006 par le département des Hautes-Alpes qui a engagé des travaux afin de pouvoir ouvrir sa visite au public ; depuis, il se visite de la fin du mois de juin aux Journées du patrimoine en septembre, des spectacles et expositions y étant également proposés. L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1988.

     


    chateau de montmaur 

     

    Château de Montmaur (Hautes Alpes)

    Yahoo!

    22 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires