• BEYNAC-ET-CAZENAC (Dordogne)

    Le long du cours paisible de la Dordogne, Beynac s'étire au pied d'un éperon portant une forteresse du XIIe siècle. Cette cité historique et gastronomique est considérée comme l'une des perles du Périgord noir.

    En été, le coeur de Beynac semble battre plus fort : à l'approche de la fete de la votive du 15 aout, les visiteurs sont nombreux à venir chercher l'ombre bienfaisante des placettes pavées émaillées d'échoppes de commerces traditionnels. Certains préfèrent grimper jusqu'au chateau, tandis que d'autres descendent jusqu'à la rivière pour flaner sur l'une des petites plages de galets.

    A L'OMBRE DE LA FORTERESSE
    Meme hors saison, ce village niché au pied de son énorme chateau reste la proie des touristes. On les comprend ! Habité dès l'age du bronze raconte quelque 4 000 ans d'histoire. Site stratégique exceptionnel, son éperon rocheux contitua longtemps un observatoire idéal sur la vallée de la Dordogne. Une citadelle y est construite dès le XIIe siècle. Un village se développe en contrebas, multipliant les maisons qui s'égrènent aujourd'hui depuis la berge jusqu'à la falaise, au rythme de ruelles étroites dallées de gros pavés. De ces fortifications médiévales subsistent portes d'entrée et épais remparts. Au-dessus des toits de lauzes et des façades de pierres dorées, la forteresse de Beynac a toujours fière allure avec son donjon et sa chapelle devenue paroisse. Aujourd'hui restaurée, elle accueille les visiteurs dans la pénombre inquiétante des lampes à huile, pour mieux restituer une atmosphère typiquement médiévale. Le cinéaste Luc Besson la choisit pour tourner certaines scènes de son film Jeanne d'Arc.   UN IMPRESSIONNANT NID D'AIGLE
    Réputée imprenable la forteresse de Beynac fut pourtant assiégée par Richard Coeur de Lion démantelée par Simon de Montfort avant d'etre l'enjeu de combats terribles entre armées de France et d'Angleterre pendant la guerre de Cent Ans.Sa construction s'échelonne du XIIIe siècle au XVII e siècle : donjon du XIIIe siècle, tour du XIVe siècle, flanqué d'une tourelle Renaissance, le tout autour d'une cour centrale desservie par un magnifique escalier du 
    XVIIe siècle. La salle ses Etats a conservé des fresques du XVe siècle.
    « L'HIRONDELLE DE CHEMINEEfete de ma fille Sylvie »
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :