• Francis PICABIA 1879-1953 : dada et surréaliste

    Francis-Marie Martinez de Picabia, né le 22 janvier 1879 à Paris et mort le 30 novembre 1953 dans la même ville, est un peintre, graphiste et écrivain proche des mouvements Dada et surréaliste.

    Francis Picabia est le petit-fils d'Alphonse Davanne (1824-1912), chimiste et photographe, et président de la SFP. Il épouse Gabrielle Buffet, peut-être petite-nièce d'Alphonse de Lamartine[réf. nécessaire] et petite-fille de l'amiral de Challié et descendante d'un frère de Jussieu, « l'homme qui rapporta le cèdre du Liban dans son chapeau », dixit Picabia.

    9782729112165FS

    19-0045

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Francis Picabia-988794

     francis-picabia-idylle-1927.1181273944

    Il étudie à l'École des Beaux-Arts et à l'École nationale supérieure des arts décoratifs. De 1903 à 1908, influencé par les peintres de Barbizon, il côtoie Alfred Sisley et Camille Pissarro. Son aquarelle Caoutchouc (1909, M.N.A.M., Paris) est considérée comme une des œuvres fondatrices de l'art abstrait.

    En 1911, il rejoint le groupe de Puteaux qui se réunissait dans le studio du peintre Jacques Villon, frère de Marcel Duchamp. Il devient aussi orphiste et créé en 1912, à Puteaux, le Salon de la Section d'or, avant de connaître un premier succès international à l'exposition de l'Armory Show de New York en 1913, où il fonde avec Marcel Duchamp et Man Ray la revue 291. Marqué par la Broyeuse de chocolat et le concept de ready-made de Marcel Duchamp, il confectionne dès 1913 une série d'œuvres où il reprend l'esthétique du dessin industriel, recopiant ou simplifiant des images qu'il trouvait dans le magazine scientifique La Science et la Vie.

    De 1913 à 1915, Picabia se rend plusieurs fois à New York et prend une part active dans les mouvements d'avant-garde, introduisant l'art moderne sur le continent américain. En 1916, après une série de compositions « mécanistes » où il traite les objets manufacturés avec une distante ironie[réf. nécessaire], il lance à Barcelone la revue 391 et se rallie au dadaïsme.

    Francis Picabia-795222

    picabia-oeil-cacodylate-1921-148x117

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    francis-picabia-udnie

     

     francis-picabia-la-sedelle-1909

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Il rencontre Tristan Tzara et le groupe dada de Zurich en 1918. Il se fait alors le propagateur de dada avec André Breton à Paris. Polémiste, iconoclaste, sacrilège, Picabia s'agite autour de Dada en électron libre, en étant en principe anti-tout, voire anti-Picabia. En 1921, il rompt avec ses anciens complices. « J'ai inventé le dadaïsme ainsi qu'un homme met le feu autour de lui, au cours d'un incendie qui gagne, afin de ne pas être brûlé », dixit Francis Picabia en 1947.

     francis picabia gallery 4

     

     francis-picabia-sans-titre-visage-entier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    picabia8

    Outre l'automobile, il se passionne pour le cinéma et la photographie. Dans ses écrits sur le cinéma, il pressent le rôle prépondérant du cinéma américain. En 1924, il écrit un scénario du court-métrage Entr'acte, réalisé par René Clair et destiné à être projeté à l'entracte de son ballet instantanéiste Relâche (chorégraphie de Jean Börlin et musique d'Erik Satie). Il travaille ensuite pour les Ballets suédois de Rolf de Maré, pour lesquels il réalise de nombreux décors.

    Après 1945, il renoue avec l'abstraction.

    Son goût immodéré pour les fêtes et les voitures (il en collectionnera plus de 150), le ruine. Il multiplie les petites toiles de nombreux genres, parfois même inspirées de magazines pornographiques. Ses derniers tableaux relèvent du minimalisme : des points de couleurs semés sur des fonds épais et monochromes, titrés Je n'ai plus envie de peindre, quel prix ?, Peinture sans but ou Silence.... Au printemps 1949, la galerie René Drouin à Paris, organise sa première rétrospective.

    À la fin de l'année 1951, Picabia souffre d'une artériosclérose paralysante qui l'empêche de peindre et meurt deux ans plus tard.

    francis-picabia-sunlight-on-the-banks-of-the-loing-13264.11

     

     

     

     

     Venise-Peintres0004b-FrancisPicabia1879-1953

     

     

      

     

     

     

     

     peupliers francis picabia

     

     

    françis-picabia5-blog

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ibxkec

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « LES-BAUX-DE-PROVENCE (Bouches-du-Rhone)LA PETITE VOIE méditation quotidienne d'Eileen CADDY »
    Yahoo!

  • Commentaires

    10
    nadia
    Jeudi 23 Mai 2013 à 12:49
    nadia
    Bonjour Lucette. Très interressant ce portrait.. j' espère que vous alllez bien . Je vous embrasse et vous souhaite une bonne journée.
    9
    Mercredi 9 Septembre 2009 à 19:20
    Zacarías
    Me fascina el <a href="http://zachary-jones.com/spanish/archives/6931">arte de Francis Picabia</a>.  Por eso acabo de publicar una galería de su obra en mi sitio junto con un divertido rompecabezas de su autorretrato también.  Si tienes un momento, pasa por mi blog y dime qué te parecen.  ¡Gracias!  :)
    8
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 17:27
    Bonsoir Lucette. La journée se termine. Moi aussi je suis allée à Evreux cet après-midi, non pas chez le dentiste, mais pour faire les courses pour le week-end et m'acheter quelques cartons. Maintenant il n'y a plus qu'à les remplir ! Heureusement mon dos va à peu près mieux.
    Quel vent il y avait ... moi qui ne suis pas très grosse, j'ai failli m'envoler . Je te souhaite une bonne soirée. Bisous.
    7
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 17:26
    Bonsoir Lucette. La journée se termine. Moi aussi je suis allée à Evreux cet après-midi, non pas chez le dentiste, mais pour faire les courses pour le week-end et m'acheter quelques cartons. Maintenant il n'y a plus qu'à les remplir ! Heureusement mon dos va à peu près mieux.
    Quel vent il y avait ... moi qui ne suis pas très grosse, j'ai failli m'envoler . Je te souhaite une bonne soirée. Bisous.
    6
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 16:25
    muriel
    Bonjour %Mamie lucette. Quelle triste fin de vie pour un peintre
    5
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 15:35
    Colombe777
    bien mon bonjour lucette...et tous mes remerciements pour ta fidélité dans l'intercession...Bisou...Colombe777
    4
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 11:41
    danie592
    Bonjour Mamie Lucette, je vois que le temps est pareil dans les Yvelines...Il fait frais , presque froid, ou alors c'est parce que l'on s'était habitué à la chaleur et au soleil ? Ce matin, j'avais remis un gilet, mais le soleil commence à faire quelques apparitions et la véranda réchauffe un peu la maison . Bon courage chez le dentiste ! J'y suis allée en Avril (chez un stomato) il m'a enlevé 2 dents de sagesse, 5 mn, pour le tout et j'ai eu mal, il était pressé...Il ne me verra plus ! Bon après midi;(quand même !) grosses bises du Nord
    3
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 10:57
    kikou et oui c est vrai que les jours se suivent et ne s reseemblent jamais et c est bien je trouve ej suis bien heureus pouir oi que tu ailles voi ta fille moi la mienne part chez son pere ce soir snif mais bon c est comme ca je ter souhait eune tres douce journee gros bisousssssssssss
    2
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 10:16
    coucou ! petit passage afin de te souhaiter une agréable journée et un excellent week end à venir ! bizzzzzz et à très bientôt marco
    1
    Vendredi 4 Septembre 2009 à 08:29
    Bonjour Lucette!!! j'espère que tu vas bien et que tout ce que tu as entrepris et bientôt terminé tu pourras enfin te reposer...ton article  très intréressant ...il y a beaucoup de peintres que je ne connais pas ....bisous et bonne journée à plus tard
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :