• Il y a un siècle sur le sentier des douaniers : VILLERS-sur-MER

    1820-RECTO

    La plage s'incruste dans la courbe d'une baie bien dessinée. Les villas cossues se donnent un air aristocratique qui leur sied à ravir. Des balcons, des tonnelles, des terrasses, des jardins, on ne se lasse pas de contempler la mer, parfois de la scruter à l'aide de jumelles ou de longue-vue de marine. Quand le temps se rafraîchit autour d'une tasse de thé, derrière les bow-windows; on profite au maximun d'une vue imprenable.DD146962

     site579-copier

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chemin faisant, la géographie reprend ses droits pour préciser que le méridien de Greenwich passe exactement entre le Carroussel et la rue du Commandant Franchetti. Le soleil au sud fait savoir à chacun qu'il est midi à sa porte, une occasion à ne pas rater de remettre les pendules à l'heure !

    La falaise ouest représente une mine aux trésors pour les chercheurs de fossiles. Les ravines qui entamment le chaos sont fertiles en découvertes qui, identifiées, classées, étiquetées, orneront les étagères du cabinet de curiosités dont on est si fier.

    Catopygus colombanius, vue apicale, Villers sur Mer, France

    tnPolydiadema pseudoarmatum, vue orale, Villers sur Mer, Fr

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hemiaster bufo, p%E9riprocte, Villers sur Mer, France, C%E9

     

     

     

     

    Cottaldia benettiae, vue ambitale, Villers sur Mer, France,

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les histoires de familles font couler beaucoup d'encre ; celle du marquis de Brunoy a inspiré un romancier marseillais. Le dit marquis, pourtant né au Siècle des Lumières, surprenait par son non-conformisme, ses excentricités, et l'étonnante agilité mise à dilapider une fortune estimée à l'époque à 40 millions de francs. L'entourage du généreux marquis était peuplé d'une faune de vagabonds, de marginaux, en compagnie desquels il aimait festoyer, s'encanailler. Les murs du Chateau de Villers résonnent encore des frasques de  cet ancêtre, parfait exemple à ne pas suivre !......

    phr652.jpg

    jhfn4xys[1]

    « Peintures de Nadine LEPRINCE"LES TOURNESOLS" poème de Vette de Fonclare »
    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :