• "L'Ingratitude et l'Injustice des Hommes envers la Fortune" fable de Jean de la Fontaine

    l-ingratitude.jpg

    L'Ingratitude et l'Injustice des Hommes envers la Fortune


    Un trafiquant sur mer, par bonheur, s’enrichit.
    Il triompha des vents pendant plus d’un voyage :
    Gouffre, banc, ni rocher n’exigea de péage
    D’aucun de ses ballots ; le sort s’en affranchit.
    Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune
    Recueillirent leur droit, tandis que la Fortune
    Prenait soin d’amener son marchand à bon port.
    Facteurs, associés, chacun lui fut fidèle.
    Il vendit son tabac, son sucre, sa canelle,
    Ce qu’il voulut, sa porcelaine encor :
    Le luxe et la folie enflèrent son trésor ;
    Bref, il plut dans son escarcelle.
    On ne parla chez lui que par doubles ducats ;
    Et mon homme d’avoir chiens, chevaux et carrosses :
    Ses jours de jeûne étaient des noces.
    Un sien ami, voyant ces somptueux repas,
    Lui dit : « Et d’où vient donc un si bon ordinaire ?
    - Et d’où me viendrait-il que de mon savoir-faire ?
    Je n’en dois rien qu’à moi, qu’à mes soins, qu’au talent
    De risquer à propos, et bien placer l’argent. »
    Le profit lui semblant une fort douce chose,
    Il risqua de nouveau le gain qu’il avait fait ;
    Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait.
    Son imprudence en fut la cause :
    Un vaisseau mal frété périt au premier vent ;
    Un autre, mal pourvu des armes nécessaires,
    Fut enlevé par les corsaires ;
    Un troisième au port arrivant,
    Rien n’eut cours ni débits. Le luxe et la folie
    N’étaient plus tels qu’auparavant.
    Enfin ses facteurs le trompant,
    Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie,
    Mis beaucoup en plaisirs, en bâtiments beaucoup,
    Il devint pauvre tout d’un coup.
    Son ami, le voyant en mauvais équipage,
    Lui dit :« D’où vient cela ? -De la fortune, hélas !
    - Consolez-vous, dit l’autre, et s’il ne lui plaît pas
    Que vous soyez heureux, tout au moins soyez sage. »
     
    Je ne sais s’il crut ce conseil ;
    Mais je sais que chacun impute, en cas pareil,
    Son bonheur à son industrie ;
    Et si, de quelque échec notre faute est suivie,
    Nous disons injures au Sort.
    Chose n’est ici plus commune.
    Le bien, nous le faisons ; le mal, c’est la Fortune :
    On a toujours raison, le Destin toujours tort. 

    Jean de la Fontaine

    090410015150145983457210[1]

    « TOURNOI TENNIS JEREMY"La Mouette Balancelle" poème de Vette de Fonclare »
    Yahoo!

  • Commentaires

    7
    bellane
    Jeudi 23 Mai 2013 à 11:44

    toujours d'actualité***

    bonne journée

    6
    Mardi 6 Septembre 2011 à 17:25

    Je passe te saluer en ce mardi de septembre, en te faisant au passage une grosse bise

    5
    Mardi 6 Septembre 2011 à 16:29
    ptefleurs18

    bonjour lucette ... ce n 'est pas la meteo  qui ma empecher de sortir  mais  quel  vent   c 'est déja l 'automne on dirais .......bon sa y est c 'est réserver  pour samedi midi ......poeme pas très connu. .........j 'espere que ton apres midi c 'est bien passé ....je pars  chercher  mes puces a l école    ......gros bisous

    4
    Mardi 6 Septembre 2011 à 14:02
    ***ROSIA***

    Bonjour Mamie-Lucette-

    Je te souhaite un très bel après-midi------

    Gros bisous--

    3
    Mardi 6 Septembre 2011 à 09:57
    Jonathan

    L'être humain orgueilleux est ainsi fait qu'il s'impute toutes les réussites, et que les échecs ne sont dues qu'à la fatalité ! L'humilité est bien une des plus belles valeurs chrétiennes ! Bonne journée chère Lucette. Grosses bises 

    2
    Mardi 6 Septembre 2011 à 09:57
    OUPAS

    View Full Size ImageBONJOUR LUCETTE !

     

            Ce qui est bien, c'est qu'avec toi, je découvre beaucoup de fables que je ne connaisais pas !...... Pas plus que celles d'Esope que je recherche, sans les connaitre, sur Internet.......... Et tout compte fait, c'est très bon pour ma propre culture !....Donc, merci Lucette !

     

    Bisous lucette ! Portes toi bien et étonnes moi toujours !

    1
    Mardi 6 Septembre 2011 à 06:51

    Un fable , plutôt un poème qui devrait être lu ces temps-ci , peut-être verrait-on le monde différemment

    Douce journée, Lucette

    Bisous

    timilo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :