• La création du jour

     

     

    La création du jour

     

     

  • Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

     

    Saint-Malo est une commune française située en Bretagne, dans le département d'Ille-et-Vilaine, et le principal port de la côte nord de Bretagne. Le secteur touristique y est également très développé.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie


    Saint-Malo abrite 83 monuments historiques et 169 bâtiments inventoriés. Les plus connus ou les plus emblématiques, sont situés dans la cité historique, intra-muros :

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

     

    Le château de Saint-Malo est un édifice édifié entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle et situé à l'est de la ville close de Saint-Malo en Bretagne . Le château a été construit par les ducs de Bretagne pour assurer leur tutelle sur la ville de Saint-Malo. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis juillet 1886.
    La construction du château ducal de Saint-Malo commença en 1424 avec l'édification du Grand Donjon de 35 mètres de haut en forme de fer à cheval. Couronné de mâchicoulis, le donjon comporte une galerie couverte au dernier étage, dont le toit est surmonté de deux tourelles de guet accolées l'une à l'autre. Puis, le duc François II fit bâtir la Tour Générale au sud-ouest. Ensuite, ce fut sa fille la duchesse Anne de Bretagne qui fit élevée au nord-ouest la Tour Qui-en-Grogne, achevée en 1505. Quatre autres tours vinrent enfin compléter l'édifice: la Tour des Dames au nord-est, la Tour des Moulins au sud-est et les moins imposants Petit Donjon et Tour carrée. Le château devait ainsi ressembler selon les voeux de la duchesse Anne à un carrosse, avec quatre roues (les tours reliées par des courtines), une caisse (le Grand Donjon) et un timon (la Pointe de la Galère qui prolonge le château vers l'est).

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie


    Les remparts. La première enceinte a été construite par Jean de Chatillon en 1155. Mais la grande partie des remparts actuels a été construite par Garangeau, architecte de Vauban, au 18° siècle.
    Il est possible de monter sur les remparts à partir de plusieurs escaliers ou rampes situés à chaque porte. Il faut à peu près une heure pour faire le tour complet, mais vous pourrez descendre ou remonter où bon vous semble.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie


    Le Grand Parc de la Briantais surplombe les bords de la Rance, sur la pointe de la Briantais où est ancrée l'usine marémotrice de la Rance et offre une vue sur la baie Saint-Malo et sa tour Solidor ainsi que sur Dinard. Sa disposition réfléchie en plateaux et en allées ménage des effets de surprise adaptés aux différents points de vue.
    Le domaine comprend un château du XVIIe siècle, reconstruit en 1864, de vingt mètres de long sur sept mètres de profondeur
    Le parc dans son état actuel inclut de nombreuses statues, plusieurs fabriques et dépendances telles qu'une chapelle de 1778 (remaniée a posteriori), des lavoirs, un temple de l'Amour et des communs de style néo-normand construits au cours du 4e quart du XIXe siècle, dont un grand corps de ferme. Il comprend les ruines de l'ancien manoir du XVIIIe siècle dans un bois aux abords du château actuel.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)  2 ème partie

    Yahoo!

    1 commentaire
  • Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     


    Élisabeth Vigée Le Brun, aussi appelée Élisabeth Vigée, Élisabeth Le Brun ou Élisabeth Lebrun, née Louise-Élisabeth Vigée le 16 avril 1755 à Paris, et morte dans la même ville le 30 mars 1842, est une artiste peintre française, considérée comme une grande portraitiste de son temps.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun


    Fille de Louis Vigée, pastelliste, membre de l’Académie de Saint-Luc, et de Jeanne Maissin, d’origine paysanne, Élisabeth Louise Vigée entre, à l’âge de six ans, comme pensionnaire à l’école du couvent de la Trinité, dans le faubourg Saint-Antoine. Dès son plus jeune âge, elle dessine partout, sur ses cahiers, sur les murs de son école. De manière prophétique, son père, à qui elle était très attachée, lui dit : « Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n’en sera ».

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    Il a eu le temps de reconnaître ses dons et de lui enseigner le maniement des instruments de l’art, surtout les secrets de la peinture au pastel, avant de disparaître alors qu’Élisabeth n’a que douze ans. La jeune fille a, tout naturellement, ses proches pour premiers modèles, notamment le marchand de tableaux Jean-Baptiste Pierre Le Brun qu’elle épouse en 1776.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun


    Après quelques années de formation dans les ateliers de Blaise Bocquet, Pierre Davesne et Gabriel Briard, Élisabeth Louise Vigée Le Brun acquit ainsi peu à peu une technique très sophistiquée et personnelle qui lui permet de se mesurer aux portraitistes les plus habiles de son temps.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    À cette maîtrise s'ajoutent la renommée de son frère poète, les conseils avisés de son mari et un réseau de relations influentes qui lui assurent rapidement une clientèle choisie et une célébrité grandissante. Membre de l’Académie de Saint-Luc à partir de 1774, l’artiste devient quatre ans plus tard le peintre officiel de la reine Marie-Antoinette, qui deviendra sa protectrice et sa confidente.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    En 1783, grâce à l’intervention de la souveraine, Mme Vigée Le Brun est reçue à l’Académie royale de peinture et de sculpture avec, pour morceau de réception, un tableau à sujet allégorique : La Paix ramenant l’Abondance.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    Le directeur de l’institution, Jean-Baptiste Marie Pierre, s’était fortement opposé à la candidature de la nouvelle venue. Selon les règles en vigueur, la profession commerçante de son époux n’aurait pas dû lui permettre de prendre place parmi l’assemblée, une femme n’ayant pas de statut social autre que celui de son époux. En obtenant cet honneur, la portraitiste accède à la consécration.

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    Portraits d' Elisabeth Vigée Le Brun

     

    Yahoo!

    12 commentaires
  • 13 juin 19   : naissance de Virginie Despentes

     

    Virginie Despentes, de son vrai nom Virginie Daget, est née le 13 juin 1969 à Nancy.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    Après une jeunesse agitée et perturbée - Virginie Despentes endure une période d’internement psychiatrique à l’âge de quinze ans qui la déscolarise – la jeune adulte fréquente le milieu punk et sombre dans l’alcoolisme et la prostitution occasionnelle.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    En 1992, elle écrit son livre Baise-moi qui ne sera publié que deux ans plus tard par Florent Massot d’abord en catimini, avant de connaître un réel succès.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    Suivront entre autres Les Jolies choses (Prix de Flore 1998),

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

     

    King Kong Théorie (2006),

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    Apocalypse Bébé (Prix Renaudot 2010)

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

     

    puis la trilogie Vernon Subutex entre 2015 et 2017.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    Virginie Despentes adapte au cinéma certains de ses romans et réalise des documentaires.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

    Elle est également devenue une figure de la communauté lesbienne et promeut un nouveau féminisme. Membre de l'Académie Goncourt depuis 2016,jusqu'à sa démission le 6 janvier 2020.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes



    elle est considérée comme une écrivaine essentielle de son époque, ses livres reflétant de façon dérangeante par ses sujets et son style direct, le monde actuel.

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

     

     

    13 juin 1969  : naissance de Virginie Despentes

    Yahoo!

    11 commentaires
  • Gâteau aux cerises

     


    Ingrédients pour 8 pers.

     

    500 g de cerises
    225 g de farine
    100 g de beurre
    1/2 sachet de levure chimique
    50 g de lait
    2 œufs
    125 g de sucre en poudre

     

    Préparation :


    Étape 1
    Laver les cerises sous un courant d'eau fraîche. Selon la variété de cerises choisie le goût du gâteau peut changer.

    Gâteau aux cerises

    Étape 2
    Ôter la queue et les noyaux des cerises. Là j'ai coupé en deux les fruits pour en ôter le noyau mais si on en a le dénoyauteur est le bienvenu ! Réserver. Préchauffer le four au th. 6 (180°C).

    Gâteau aux cerises

    Étape 3
    Verser dans un bol : la farine, la levure, le sucre en poudre, le lait, les œufs et le beurre fondu, bien mélanger le tout.

    Gâteau aux cerises

    Étape 4
    Ajouter une cuillère à soupe d'extrait de vanille à la pâte et mélanger.

    Gâteau aux cerises

    Étape 5
    Verser les cerises sur la pâte.

    Gâteau aux cerises


    Étape 6
    Mélanger les cerises à l'appareil, la pâte devient plus foncée à cause de la couleur du jus des cerises, c'est absolument normal.

    Gâteau aux cerises

    Étape 7
    Beurrer un moule à l'aide d'un pinceau plongé dans soit du beurre très mou soit du beurre fondu (ici c'est un moule à charlotte de 18 cm de diamètre).

    Gâteau aux cerises


    Étape 8
    Verser dans l'appareil dans le moule, égaliser et enfourner pendant 1h à th. 6 (180°C) puis pendant 30 minutes à th. 5 (150°C). Vérifier la cuisson avec un cure dent qui doit ressortir sec quand on le plonge dans le gâteau. Laisser refroidir avant de déguster.

    Gâteau aux cerises

     

    Gâteau aux cerises

     

    Gâteau aux cerises

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Cette plante est totalement aquatique, sa souche doit être immergée en permanence, sous une eau stagnante ou dans un courant faible. Le nénuphar a fait l’objet d’une sélection intense depuis le XIXe siècle et nous offre aujourd’hui une multitude d’hybrides parfaitement rustiques dans nos régions, permettant le fleurissement de tous les bassins, quelle que soit leur profondeur.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Les variétés hybrides naines ou miniatures peuvent se développer et fleurir dans un simple bac installé sur la terrasse ou dans un tout petit bassin, plantées sous une profondeur d’eau de 0,25 m seulement. La plupart des variétés sont adaptées à des pièces d’eau de taille moyenne, acceptant une profondeur de 0,40 à 0,80 m. Quelques espèces et variétés, moins fréquentes, développent un appareil végétatif assez grand pour être placées sous 1,20 m de profondeur.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    La partie souterraine de la plante, à planter dans un panier ou directement dans la terre argileuse du bassin, est constituée d’un rhizome tubéreux : une tige souterraine munie de racines et de pousses feuillées, et gorgée de réserves nutritives qui lui confèrent un aspect renflé. Les feuilles flottantes émises au bout de longs pétioles, sont en forme de cœur, vertes sur le dessus et plus ou moins pourpres au revers. Leur taille varie de 8 à 23 cm de diamètre. Quand elles sont très nombreuses, elles se développent les unes sur les autres et perdent ce caractère flottant. Elles disparaissent à la fin de l’automne, mais la souche émet de nouvelles pousses dès que les températures remontent, au printemps suivant.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Les hampes florales sont émises plus tard, entre juin et octobre selon les variétés, et portent chacune une fleur solitaire, au niveau de la surface de l’eau ou un peu au-dessus, qui dure quelques jours, s’ouvre le matin et se ferme le soir. Les fleurs se renouvellent tout au long de la saison, avec une baisse de floraison au cœur de l’été, plus ou moins marquée selon la variété. Leur diamètre varie de 5 à 15 cm. Les coloris proposés sont des plus variés : tous les tons de rose et de rouge, du blanc pur au rouge cramoisi, divers tons de jaune, abricot, saumon, cuivre, etc. À la fin de la floraison, les fleurs s’enfoncent dans l’eau, se transforment en fruits globuleux qui se détachent après maturation et hivernent au fond de l’eau. Les variétés hybrides naines ou miniatures peuvent se développer et fleurir dans un simple

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    La couleur bleue n’est pas disponible chez les espèces et variétés rustiques, mais fréquente chez les nénuphars exotiques, plus difficiles à cultiver car ils ne supportent pas des températures inférieures à 10 °C et doivent être rentrés au chaud en hiver. Certains nénuphars exotiques n’ouvrent leurs fleurs que la nuit.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Les nénuphars sont essentiellement décoratifs : ils n’ont pas de fonction oxygénante à proprement parler. Leurs feuilles flottantes permettent toutefois aux poissons de se mettre à l’ombre et de se cacher… et aux grenouilles d’y prendre un peu de repos, pour les plus grandes d’entre elles. Cette ombre évite l’échauffement de l’eau ; de plus, cette plante très gourmande prélève des éléments nutritifs, ce qui limite la prolifération des algues dans le bassin.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Le nénuphar jaune, Nuphar Lutea, originaire de nos contrées (Europe, Afrique du Nord, Asie septentrionale), fait partie de la pharmacopée chinoise : son rhizome contient une substance analgésique, antiseptique et sédative.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Les vrais nénuphars d’Égypte, Nymphea caerulea et N. lotus, sont aussi connus depuis l’Antiquité pour les propriétés médicinales de leur rhizome et de leurs fleurs.

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Fleurs cultivées : Nénuphar

     

    Fleurs cultivées : Nénuphar

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Saint-Malo (Ile-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Saint-Malo est une commune française située en Bretagne, dans le département d'Ille-et-Vilaine, et le principal port de la côte nord de Bretagne. Le secteur touristique y est également très développé.

     La commune de Saint-Malo est située dans le nord-est de la Bretagne, sur le littoral de la Manche et sur la rive droite de l'estuaire de la Rance. Elle se trouve à 18 km au nord de Dinan, à 75 km au nord de Rennes et à 404 km de Paris.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Saint-Malo, haut-lieu touristique, est surtout connu pour son centre historique: Intra muros. Entièrement entourée de remparts, la vieille ville renferme un patrimoine historique très riche, des rues secrètes, des maisons d’armateurs, des cafés animés et des boutiques. Les murs fortifiés de la cité datant du XIIe siècle, sauront vous emporter à travers le temps et vous mener de découverte en découverte. Même si Saint-Malo a subi de nombreux assiègements et batailles, la vielle ville garde néanmoins en son antre, les vestiges du temps.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Les maisons et rues pavées font parties du charme de la ville. Elles véhiculent l’ambiance historique de Saint-Malo. Plus de 50 bâtiments intra-muros sont classés “monuments historiques.” Initialement construits en bois, c’est seulement depuis le XVIIIe siècle que la cité a habillé ses façades de pierres, comme on les connaît actuellement.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie 

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Nichée, dans l’une des petites rues étroites, vous découvrirez l’ancienne maison de la Duchesse Anne, personnage emblématique de la Bretagne

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Saint-Malo abrite 83 monuments historiques et 169 bâtiments inventoriés. Les plus connus ou les plus emblématiques, sont situés dans la cité historique, intra-muros :

    la cathédrale Saint-Vincent: La cathédrale a été construite à l'emplacement d'une ancienne église du 7e siècle, relevée au 9e siècle et dédiée à Saint-Vincent-de-Saragosse. C'est sous l'épiscopat de Jean de Chatillon, appelée aussi Jean de la Grille (1146-1163) qu'une nouvelle église cathédrale fut édifiée et dédiée à Saint-Malo. De cette période subsistent : une partie du cloître, la nef, la croisée du transept et une travée de chacun des bras nord et sud. Le choeur, légèrement désaxé, a été reconstruit vers le milieu du 13e siècle dans le style gothique normand. La tour du clocher commencée au 12e siècle a été surélevée en 1422. Du 15e siècle date aussi le collatéral sud, comme le confirment : l'enfeu ou fut inhumé Olivier Troussier en 1475, et les armes sculptées de l'évêque Jean Lespervier (1450-1485) .

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    A cette même époque, le chœur s'agrandit également de trois nouvelles chapelles septentrionales. De 1583 à 1607, le collatéral nord, maintenant appelé aile Saint-Côme, est entièrement refait par Thomas Poussin, comme le signale l'inscription située dans un grand cadre en haut du collatéral. Thomas Poussin agrandit également le bras nord du transept et construit la tourelle d'escalier de la tour. L'aile du rosaire au sud qui devait faire pendant à l'aile Saint-Côme, selon son projet, ne fut qu'en partie amorcée entre 1623 et 1631. Au 18e siècle, la chapelle sud est édifiée (1718), et la tour du clocher est surélevée. Les vitraux des bas-côtés sont de Max Ingrand, ceux du choeur et du transept sont réalisés en 1971 par Jean Le Moal.

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

     

    Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) 1ère partie

    Yahoo!

    13 commentaires
  • "Les jours de Juin" poème d'Auguste Lacaussade

     


    Les Jours de Juin

     

    Puis les oiseaux viendront, gazouillant leurs amours,
    A mes lointains pensers donner un autre cours.
    Ils diront leurs amours, et moi, sous la ramée,
    Comme eux, je te dirai ma pâle bien-aimée,
    Aux longs cheveux plus noirs que l’aile du corbeau,
    Aux yeux d’ébène, au front intelligent et beau,
    Sa bouche jeune et mûre, et sur ses dents nacrées
    Le rire éblouissant de ses lèvres pourprées,
    Et sa belle indolence et sa belle fierté,
    Et sa grâce plus douce encor que sa beauté !
    Alors, adieu mon île et les vertes savanes,

    "Les jours de Juin" poème d'Auguste Lacaussade

    Et les ravins abrupts tapissés de lianes,
    Les mimosas en fleur, le chant des bengalis !
    Adieu travaux et vers, la Muse et mon pays !
    J’aurai tout oublié, radieux et fidèle,
    Pour ne me souvenir et ne parler que d’elle !
    Je te raconterai – souvenir embaumé ! –
    Comment, un soir d’avril, je la vis et l’aimai ;
    Comment de simples fleurs, de douces violettes,
    Furent de notre amour les chastes interprètes ;
    Comment, un autre soir, à son front j’ai posé
    Des lèvres où mon cœur palpitait embrasé ;
    Comment dans un éclair de volupté suprême,
    Pressant contre mon sein le sein brisé qui m’aime,
    Foudroyé de bonheur et me sentant mourir,
    J’ai crié : « Maintenant, ô mort ! tu peux venir ! »

    "Les jours de Juin" poème d'Auguste Lacaussade

     Mais, vois ! le ciel serein ! la belle matinée !

    Tout nous promet sur l’herbe une bonne journée.

    Viens-t’en ! fuyons la ville ! Amis au cœur joyeux,
    Allons vivre ! fermons nos livres ennuyeux !
    Ensemble et seuls, allons sous l’épaisse ramure
    Prendre un long bain d’oubli, de calme et de verdure.

    Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages

     

    "Les jours de Juin" poème d'Auguste Lacaussade

     

    "Les jours de Juin" poème d'Auguste Lacaussade

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    .Marvejols, est une commune française située dans le département de la Lozère, en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Marvejolais(es).

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    Vous pourrez y voir : 


    La Porte du Soubeyran de Marvejols est un monument du XIVe siècle, rénové au XVIIe siècle. D’une architecture défensive dite « ouverte à la gorge », elle était autrefois munie d’une porte d’une herse en bois et d’un pont-levis.
    Elle est formée de deux tours encadrant le passage. Au-dessus du passage, la saillie du mur formant un assomoir est portée sur trois corbeaux à quatre redans. Arcs en accolade en décoration sur les pierres faisant linteaux. La façade donnant sur la ville est percée de meurtrières.

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)


    La porte de Chanelles. C'est la porte Sud de Marvejols, celle qui mène sur la route du Midi, vers Millau. Elle s'appelait autrefois porte de l'Hôpital à cause de l'Hôpital Saint-Jacques, situé à proximité.
    De l'intérieur de la ville, on voit bien comment s'est fait le remplissage des murs avec des galets de rivière lorsque les portes ont été aménagées, au XVIIIe siècle, pour être habitées. Pour cela, des fenêtres ont d'ailleurs dû être percées au Sud dans les tours elles-mêmes. En haut, il y a aussi, comme dans une vraie maison, une fenêtre de grenier avec sa poulie.

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)


    La porte du Thérond. C'est la porte Est de Marvejols. Les maisons construites à l'extérieur de cette porte épousent la forme d'un petite terrasse appelée "ravelin" sur laquelle s'appuyait le pont-levis à chaîne.
    Le grand fossé extérieur, en eau dans cette partie basse de la ville, a joué un vrai rôle dans la défense de Marvejols au moment des guerres de Religion.
    La porte du Théron a encore tous ses gonds.
    Remarquez la toiture détachée par rapport aux tours, formant une sorte d'attique*. Là aussi, la réutilisation d'une architecture militaire pour un usage d'habitation a nécessité des adaptations. Ainsi, le noyau central de la porte a été rempli pour permettre le passage d'une tour à l'autre, grâce à un couloir à chaque étage

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    La collégiale Notre-Dame-de-la-Carce  La première église de Marvejols date de la fin du XIIe siècle. Elle devient collégiale en 1310.
    Cette église souffre beaucoup des guerres de Religion. Les travaux de restauration et de réédification durent toute la seconde moitié du XVIIe siècle.
    L'église Notre-Dame de la Carce témoigne du renouveau de l'architecture religieuse en France au XVIIe siècle, en réaction contre la Réforme. Ce n'est donc pas un hasard si, en Lozère, c'est à Marvejols, place forte du protestantisme en Gévaudan, que l'influence des modèles jésuites se manifeste. : le plan de l'église, la sobriété de la façade extérieure, le soin apporté aux portails...
    Le grand clocher actuel est, au XVIIe siècle, couvert par un dôme.

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)


    L’intérieur très riche avec la statue de Notre Dame de la Carce tenant l’enfant Jésus par la main, la chaire également inscrite, l’orgue, les peintures murales, une chapelle dédiée à Saint-Roch qui rappelle que la ville et le Gévaudan ont été victimes du fléau de la peste de 1720 à 1723.

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    Aux portes de la ville, se trouvent deux sculptures de bronze d'Emmanuel Auricoste représentant Henri IV (la statue est datée sur l'une des faces du socle : « exécuté à Marvejols en 1954 »)

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    et la Bête du Gévaudan.

     

    Marvejols (Lozère)

    Marvejols (Lozère)

     

    Marvejols (Lozère)

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Ivan Nikolaïevitch Kramskoï, né le 27 mai 1837 à Ostrogojsk et mort le 24 mars 1887 à Saint-Pétersbourg, est un peintre et critique d'art russe, ainsi qu'une très importante figure intellectuelle des années 1860-1880, chef de file du mouvement de l'art démocratique russe (les Ambulants)

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Issu d'une famille de petite bourgeoisie, il étudie de 1857 à 1863 à l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg. Il réagit contre l'art académique, et dirige la révolte des Quatorze qui se termine par l'expulsion des élèves qui y avaient participé, lesquels se réunirent plus tard en un groupe appelé l'Artel des artistes.

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Sous l'influence des idées révolutionnaires des démocrates russes, Kramskoï développe une haute vision du rôle moral de l'artiste, dans la lignée humaniste d'Alexandre Ivanov. Il est l'un des principaux fondateurs du mouvement des Ambulants (Peredvijniki). Il peint les portraits des plus célèbres artistes de son temps (Léon Tolstoï, 1873 ;

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Ivan Chichkine, 1873 ;

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Pavel Tretiakov, 1876...) dans lesquels la simplicité de la composition et la clarté de la représentation accentuent la profondeur psychologique.

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Ses idées démocratiques éclatent dans ses portraits de paysans, tout à la gloire du peuple.

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Aspirant à développer l'expressivité de ses images, il perfectionne son art du portrait et de la peinture de genre, notamment avec N. A. Nekrassov dans la période des « Derniers Chants » (1878) et Inconsolable Chagrin (1884).

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Ces tableaux décrivent la simplicité des émotions sincères et complexes de sujets, donnant un aperçu poignant de leur personnalité et de leur destin.

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    L'orientation démocratique de l'art de Kramskoï, ses jugements critiques pointus à ce sujet et sa quête persistante de critères objectifs pour l'évaluation de l'art ont exercé une influence essentielle sur le développement de l'art et de l'esthétique démocratique en Russie pendant le dernier tiers du XIXe siècle.

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

     

    Peinture de : Ivan Nikolaïevitch Kramskoï

    Yahoo!

    14 commentaires
  • 6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    Constantin Savitsky est un peintre et un professeur russe des beaux-arts né dans le village de Frankovka ou Baronovka en Russie, le 6 juin 1844 et décédé le 13 février 1905 à Penza en Russie.

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    Membre actif de l' Association des itinérants ou des errants , le peintre figuratif Konstantin Savitsky était déterminé à ce que l'art russe reflète la réalité de la vie des gens.

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    Une de ses plus grandes peintures de genre est : Réparer le chemin de fer (1874, huile sur toile, Galerie Tretiakov, Moscou).

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    Bien que Savitsky soit moins connu que d'autres diplômés de l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, comme le portraitiste Ivan Kramskoy (1837-1887), le grand peintre de genre Ilya Repin (1844-1930), le symboliste Mikhail Vrubel(1856-1910), et l'impressionniste Valentin Serov (1865-1911), il représente un groupe important d' artistes progressistes russes dont le style de réalisme critique a tenté de représenter la réalité graveleuse de la vie du XIXe siècle sous le système tsariste, plutôt que de continuer à suivre la tradition artistique académique plus conventionnelle .

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    Il est maintenant considéré comme l'un des meilleurs peintres de genre de la période pré-révolutionnaire de la fin du 19e siècle en Russie.

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

     

    6 Juin 1844  : naissance de Constantin Savitsky

    Yahoo!

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique