• Villebois-Lavalette et son château

    Villebois-Lavalette et son château

     

    Le château de Villebois est situé en Charente sur la commune de Villebois-Lavalette. La colline fortifiée de Villebois est dominée par les ruines d'un château féodal et une aile d'un imposant édifice du XVIIe siècle.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Au XIIIe siècle Villebois passe aux Lusignan, comtes d'Angoulême qui élèvent les murailles actuelles avec leurs sept tours. Victime de plusieurs sièges durant la guerre de Cent Ans Villebois est repris aux Anglais en 1376 par le duc de Berry, frère de Charles V.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Durant les guerres de religion Villebois est en grande partie détruit.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Les sires de Mareuil figurent parmi les propriétaires successifs. En 1590 Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon et gouverneur de l'Angoumois dès 1588, fit le siège du château où des ligueurs s'étaient retranchés. Il acquit la terre de Villebois terre comme fief et le fit ériger, en 1622 par lettres patentes, en duché et pairie, le duché de Lavalette, d'où le nom de Villebois-Lavalette.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente) 

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Le jeune Louis XIII y séjourna avec sa nouvelle épouse Anne d'Autriche, invité par le duc d'Épernon. Il arriva le 28 décembre 1615 par le chemin des crêtes.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente) 

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    En 1660, Bernard de Nogaret, duc de La Valette, fils héritier de Jean-Louis de Nogaret et n'ayant lui-même plus d'héritier, vendit la terre de Villebois-Lavalette et son titre, ainsi que ses terres de Vibrac et Angeac, à Philippe de Montaut-Bénac, duc de Navailles.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente) 

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    En 1662 le duc de Navailles et de La Valette, éloigné de la cour par Louis XIV, se retira sur ses terres. Il fit raser l'ancienne forteresse et construisit le château dont il ne reste que l'aile nord.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Au début du XXe siècle, il fut la propriété du docteur Maurice de Fleury, grand-père de l'acteur Bernard Lavalette.

     

    Architecture

     

     

    Il reste la chapelle du vieux château du XIIe siècle.

     

    Du castel et de la villa gallo-romaine qui l'avaient précédé, on n'a pas encore retrouvé de trace.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Le duc de Navailles en 1665 avait fait raser la forteresse fondée au XIe siècle ; il ne conserva que l'enceinte datant des Lusignan pour rebâtir le château.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Après un incendie le 10 décembre 1822 qui détruisit l'aile droite, il ne reste que l'aile gauche de ce château.

     

    Cette aile gauche est habitée par le propriétaire.

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Depuis 1980, l'association des amis de château de Villebois-Lavalette organise des chantiers. La muraille retrouve peu à peu son aspect du XIIIe siècle avec les créneaux de la façade ouest, le toit d'une des tours, ainsi que d'autres restaurations. 

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

     

    Villebois-Lavalette et son château (Charente)

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Février : poème de Dominique Sagne

     

    Février (la ronde des mois)

     

    Les petits matins froids du mois de février

    Se lèvent dans des tons de rouge orangé,

    Et les nuages lentement s'étirent,

    Laissant au soleil le temps de se vêtir.

    De sa douce chaleur, il fait fondre la glace

    Que la nuit dépose comme une carapace,

    Sur une nature, encore engourdie

    Qui ne demande qu'à reprendre vie.

    Février à mauvaise réputation.

    A la lecture des vieux dictons

    On le dit, froid, pluvieux, venteux

    Et pourtant il est bien besogneux

    Puisqu'il prépare le Printemps

    Tirant la nature de son engourdissement

    Un petit peu plus, chaque jour

    Sans rien attendre en retour

    Que de mourir, pour laisser sa place

    A ce coquin de mois de Mars.

    Mardi-gras et la chandeleur

    Amènent à ce petit mois travailleur

    Un air de fête, apprécié des petits

    Qui le couvrent des couleurs des confettis.

     

    Dominique Sagne

     

    Février : poème de Dominique Sagne

     

    Février : poème de Dominique Sagne

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    Classé parmi Les Plus Beaux Villages de France, Saint Léon est paisiblement installé dans un cingle (boucle) de la Vézère. Dominé par la Côte de Jor, il a le charme typique et l’authenticité des villages médiévaux du Périgord Noir, avec ses pierres blondes et chaudes, ses toits à coyaux, le dédale de ses couredoux (ruelles étroites) et la présence de la rivière.

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    En parcourant ce charmant petit village, vous découvrirez : 

     

     L'église romane (XIIème siècle), classée Monument historique, est le joyau de Saint Léon.

    D'une architecture très simple, elle se compose d'une nef unique prolongée d'un transept puis d'une abside où se trouve l'autel, entouré de deux absidioles.

    Un clocher à deux étages, dont le toit à quatre pans est recouvert de lauzes, s'élève de la coupole qui coiffe le carré central du transept.

    Les murs de l'abside sont ornés de 5 arcs retombant sur des colonnes aux chapiteaux sculptés d'entrelacs.

    Les voûtes de l'abside et de l'absidiole sud montrent des fresques superposées de plusieurs époques mises à jour lors de la restauration de 1965. 

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    le château de Chabans

    De la côte de Jor, une allée conduit à ce château (site privé), construit au XVIème siècle sur l'emplacement d'un autre plus ancien, détruit au XIVème siècle.

    Deux corps de logis à angle droit s'élèvent dans une cour fermée. L'un des deux est flanqué d'une tour polygonale agrémentée d'une petite tourelle en encorbellement. Les lucarnes et la porte d'accès de la tour sont de style Renaissance, l'autre bâtiment possède une porte de style Louis XIII. 

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    le manoir  de la Salle

     

     Le Manoir a été bâti au XIVème siècle, à l'initiative d'un des coseigneurs de la Roque Saint-Christophe, seigneurie dont dépendait une partie de Saint Léon sur Vézère, pour remédier semble-t-il à l'insécurité qui régnait alors dans la Vallée.

    C'est un ensemble qui comprend le Manoir et un donjon carré auquel est accolée une tour d'angle, le donjon et la tour étant couronnés de mâchicoulis. 

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

     et le château de Clérans au XVIe siècle.

     

    Précédé par une maison noble appelée "Hôtel noble de la Peyronie" au 12 ème siècle, le château date du XVIème siècle.

    Au fond de son parc planté d'arbres multicentenaires, dominant la Vézère dont il est protégé par un mur d'enceinte, il dresse une belle tour d'escalier polygonale, des tourelles d'angles et les frontons de plusieurs lucarnes. 

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne ) 

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    Saint-Léon-sur-Vézère  ( Dordogne )

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Pour la première fois, une photographe corse vient de décrocher le très prestigieux concours du meilleur ouvrier de France, dans la catégorie photographie d'art. Une reconnaissance méritée pour Sylvie Lezier, artiste discrète, qui préfère tourner les projecteurs vers les autres.

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    « J’aime entrer directement en contact avec les gens. J’aime être auprès d’eux. Je les regarde beaucoup. Je trouve que le regard de la personne que je photographie, il faut qu’il me soit ouvert pour que je puisse y entrer et que je puisse essayer de sortir le meilleur de la personne. Ce n’est pas juste appuyer sur un bouton », explique Sylvie Lezier, photographe.

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    « C’est un défi permanent avec moi » 

     

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Elle est devenue photographe professionnelle il y a dix ans à peine. Sans diplômes ni expérience, elle s'est lancée dans l'aventure. 

    Et depuis, elle collectionne les prix prestigieux. Dernier en date, et pas des moindre : meilleure ouvrière de France pour ces photos.

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Une fierté, mais pas un aboutissement. « Je ne fais pas les concours pour pouvoir dire à untel : ‘Je suis meilleure que toi.’ Ces concours, je les fais pour moi. Je les fais pour mes enfants, pour qu’ils soient fiers de moi. Ils me boostent. C’est un défi permanent avec moi. Ce n’est pas avec les autres, c’est avec moi », livre-t-elle. 

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Au milieu des champs 

     

    Pas de grosse tête, ni de folie des grandeurs. Le studio de Sylvie, il est à Lucciana, entre des champs et des entrepôts. Sans même une enseigne. C'est comme ça que la photographe a toujours travaillé.

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Et ce n'est pas près de changer. « Il y a plein de gens qui ne savent pas que j’existe. Je privilégie le côté artistique. Je fais les images que j’aime avec mes clients. S’ils sont là, c’est que ça leur convient », précise la photographe. 

     

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    En avril prochain, Sylvie Lezier recevra son prix à l'Elysée. Des mains du président de la République. Une chose est sûre, c'est dans son studio, derrière son appareil photo, qu'elle se sent le mieux.

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Photos de : Sylvie Lezier

     

    Photos de : Sylvie Lezier

    Yahoo!

    19 commentaires
  • 2 février 189   : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Jean de Lattre de Tassigny est un général d'armée et maréchal de France, né le 2 février 1889 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée) et mort le 11 janvier 1952 à Neuilly-sur-Seine (Seine).

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny 

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Jeune officier lors de la Première Guerre mondiale, il se bat sur différents fronts, dont Verdun, il est blessé cinq fois et termine la guerre avec huit citations, la Légion d'honneur et la Military Cross.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Dans l'entre-deux-guerres, il participe à la guerre du Rif au Maroc, où il est de nouveau blessé. Il effectue ensuite une carrière d'officier d'état-major et de commandant de régiment.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Au début de la Seconde Guerre mondiale, en mai-juin 1940, plus jeune général de France, à la tête de sa division lors de la bataille de France, il tient tête aux Allemands à la bataille de Rethel, en Champagne et sur la Loire, continuant à se battre jusqu'à l'armistice du 22 juin 1940.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Pendant le régime de Vichy, il reste dans l'armée d'armistice, où il occupe des postes de commandement à l'échelon régional, puis comme commandant en chef des troupes en Tunisie. Commandant de la 16e division militaire à Montpellier, lorsque la zone libre est envahie par les troupes allemandes, à la suite du débarquement des Alliés en Afrique du Nord, le 11 novembre 1942, il est arrêté et condamné à dix ans de prison pour avoir refusé l'ordre de ne pas combattre donné par le gouvernement et, seul général en activité à le faire, commandé à ses troupes de s'opposer aux Allemands. Il parvient à s'évader et rallie la France libre, fin 1943.

     

    Après son ralliement à de Gaulle, il est l'un des grands chefs de l'Armée de Libération en 1943-1945, s'illustrant à la tête de l'armée qui, après le débarquement allié du 15 août 1944,

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    mène la campagne victorieuse, dite « Rhin et Danube », contre le Troisième Reich. Il est le seul général français de la Seconde Guerre mondiale à avoir commandé de grandes unités américaines.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Il est le représentant français à la signature de la capitulation allemande à Berlin, le 8 mai 1945, aux côtés d'Eisenhower, Joukov et Montgomery.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Commandant en chef des forces françaises en Allemagne en 1945, puis inspecteur général de l'Armée de terre et chef d’État-Major général de la Défense nationale en 1947, il devient vice-président du Conseil supérieur de la guerre. De 1948 à 1950 auprès du maréchal Montgomery, il est le premier commandant en chef des Forces terrestres de l’Europe occidentale.

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    Fin 1950, il est envoyé redresser la situation sur le front de la guerre d'Indochine, et cumule alors les postes de haut-commissaire en Indochine et de commandant en chef du corps expéditionnaire. Il remporte en 1951 plusieurs victoires importantes contre le Viet Minh

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

      

    mais, atteint par la maladie, il doit quitter l'Indochine dès la fin de l'année pour se faire soigner en France. Mort le 11 janvier de l'année suivante, il reçoit des funérailles nationales pendant lesquelles il est élevé à titre posthume à la dignité de maréchal de France

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

     

    2 février 1889  : naissance du Maréchal de Lattre de Tassigny

    Yahoo!

    8 commentaires
  • C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

    Liste des ingrédients

     

        250 g de farine tamisée ou fluide

        4 oeufs

        450 ml de lait légèrement tiède

        2 c. à soupe de rhum ambré ou de fleur d'oranger, ou 1/2 verre de bière blonde

        1 c. à soupe d' extrait de vanille ou 1 sachet de sucre vanillé

        2 c. à soupe de sucre

        1 pincée de sel

        50 g de beurre fondu

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

    Etapes de la recette

     

        Faites fondre le beurre au micro-ondes et faites légèrement chauffer le lait qui doit être à peine tiède (ça évite les grumeaux)

     

        Mélangez la farine tamisée, le sucre, le sel dans un grand bol. Vous pouvez remplacer 50 g de farine par la fécule de maïs pour plus de légèreté

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

      Ajoutez les oeufs, le beurre fondu,

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

    puis progressivement le lait, en battant avec un fouet bien pour éviter la formation des grumeaux 

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

      

    Ajoutez la bière ou le rhum, ou encore l'eau de fleur d'oranger, la vanille et laissez reposer 30 minutes avant d'attaquer la cuisson

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

        Faîtes chauffer une noix de beurre dans la poêle et disposez une louche de pâte

        Faites cuire vos crêpes de chaque côté, qu'elles soient bien dorées

        Au fur et à mesure, réservez dans une assiette en couvrant avec une feuille de papier aluminium pour les garder chaudes et moelleuse

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

    Bonne dégustation, ne soyez pas trop gourmands !...

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

     

     

    C'est la Chandeleur  : le jour des crêpes

    Yahoo!

    11 commentaires
  • Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    L'eupatoire est une plante du groupe eupatorium. Les plantes de ce groupe sont des vivaces, des arbustes et sous-arbrisseaux.

    Ce sont des plantes qui aiment le plein soleil ou la mi-ombre, et un sol bien drainé de préférence humide et fertile.

    On en fait la culture surtout pour les fleurs. Ce sont des plantes rustiques ou semi-rustiques, dont certaines ont un feuillage persistant.

     

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    Eupatoire chanvrine

    Plante de plein soleil Plante de mi-ombre

     

    L'eupatoire chanvrine est une plante qui pousse en grande quantité le long des bois humides, des berges et des ruisseaux. C'est une plante dressée dont la tige est souvent de teinte rouge. Les feuilles sont dentées et allongées. Les petits bouquets de fleurs roses poussent au bout des tiges. Jusqu'à 1.5 mètre de haut.

     

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    Eupatoire lingustrinum

    Plante de plein soleil Plante de mi-ombre

     

    L'eupatoire lingustrinum est un arbuste qui pousse en forme arrondie. Cette plante produit des capitules de couleur blanche, regroupés en bouquets, qui fleurissent en automne. Jusqu'à 4 mètres de hauteur et d'étalement.

     

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    Eupatorium purpureum

    Plante de plein soleil Plante de mi-ombre Attire les papillons Plante rustique de zone 4

     

    L'eupatoire pourpre est une plante vivace rustique. Elle aime la mi-ombre et est cultivée pour les têtes de petites fleurs roses qui poussent à son sommet. Cette plante dressée fleurit à la fin de l'été. Les tiges de couleur pourpre portent les feuilles rudes et ovales. Jusqu'à 2 mètres de hauteur et d'espacement.

     

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    Eupatorium rugosum

    Plante de plein soleil Plante de mi-ombre Plante parfumée ou odorante

     

    L'eupatoire rugosum est une plante vivace qui nécessite une protection hivernale. Elle aime la mi-ombre et le plein soleil. Elle est cultivée pour son feuillage qui passe du vert au brun rouge. La floraison d'automne est délicate et parfumée. Jusqu'à 75 cm de haut par 50 cm d'étalement.

     

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

    Fleurs cultivées :

     

    Fleurs cultivées :

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    Découvrez le château de Groussay, son parc et ses fameuses « fabriques » romantiques! Ancienne «maison de campagne » datant de 1820, le domaine fut totalement remanié au XXe siècle par Charles de Beistegui qui en fit l’acquisition à la veille de la seconde guerre mondiale.

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)


    Situé à Montfort l'Amaury près de Rambouillet dans les Yvelines, le Château de Groussay est l’ancienne propriété de la Duchesse de Charost, fille de Madame de Tourzel, gouvernante des enfants de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    Le site est entouré d'un parc de trente hectares et ressemble alors à une maison de campagne du début du XIXème siècle.

    Charles de Beistegui, véritable esthète, rachète le domaine en 1938. L’édifice n’étant pas encore classé comme monument historique, son propriétaire est libre de le transformer en château à sa guise

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    .

    La visite du parc de Groussay, de plus de 30 hectares est un véritable voyage à travers le monde. On y découvre de nombreuses fabriques ou "folies" très originales que Charles de Beistegui, accompagné par ses fidèles artistes Emilio Terry et Alexandre Serebriakoff, ont construit entre 1950 et 1970. En vous promenant dans ce parc remarquable, vous pourrez ainsi admirer la tente tartare, 

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    le théâtre de verdure,

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

      

    la pagode chinoise,

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    le pont Palladien

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    ou encore la Pyramide

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    …etc...

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    Et maintenant un petit tour à l'intérieur de ce château

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    Pour parfaire vos connaissances vous pouvez lire ce livre :

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

     

    Château de Groussay à Montfort l'Amaury (Yvelines)

    Yahoo!

    13 commentaires
  • " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

     

    Quand par le dur hiver...

     

    Quand par le dur hiver tristement ramenée

    La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,

    Laissez geindre du temps la face enchifrenée.

    Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !

    " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

    Par le rêveur oisif, la douce après-dinée !

    Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit

    Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée

    Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

    " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

    Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;

    La flamme s'élargit, comme une étoile jette

    L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;

    " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

    Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;

    L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre

    A la chaleur du jour le charme de la nuit !

     

    Jules Verne

     

    " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

     

    " Quand par le dur hiver " poème de Jules Verne

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

    Capitale du Saintois, Vezelise paresse sur la rive du Brénon.

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

    C'est autour de l'élégante église Saint-Côme-et-Saint-Damien, au clocher typiquement lorrain que se pressent de jolies maisons

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

     et de vastes halles en bois datant du XVI e siècle - en lieu et place des halles médiévales d'origine construites au XIIIe siècle.

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

    Parmi les nombreux témoins du passé on remarque l'Hôtel de Tavagny (ou de Bassompierre) qui est un précieux témoignage de la Renaissance lorraine. Tout en finesse mais conservant les gargouilles, plutôt médiévales, cet hôtel s'inscrit dans ceux que l'on retrouve à Nancy, Bar-le-Duc ou Saint-Mihiel. Superposition des ordres avec les pilastres ou porte remarquable à colonnes constituant une entrée sur une cours, l'architecture est riche.

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

     Et celui du baillage, ancien palais de Justice, datant de 1561 (sous Charles III) et qui est devenu l'actuelle mairie.Sa façade présente une fort belle architecture inspirée de la Renaissance italienne... enfin cela se remarque surtout au niveau de l'entrée qui est particulièrement travaillée ! 

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

    Vezelise, c'est aussi la brasserie du même nom, connue pour avoir été exportée partout en France et dans ses colonies, elle fonctionna de 1863 à 1972 et brassa jusqu'à 175 000 hectolitres par année.

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

     

    Vezelise  ( Meurthe-et-Moselle )

    Yahoo!

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique