• clafoutis aux cerises

     

    Liste des ingrédients :

    500 g de cerises (ou autre fruit type abricot, mirabelles, framboises...)
    250 ml de lait
    180 g de farine
    100 g de poudre d'amande
    30 g de beurre fondu (+20 g pour le dessus)
    100 g de sucre
    3 oeufs
    1 sachet de sucre vanillé
    facultatif : kirsch, rhum...

     

    clafoutis aux cerises

     

    Etapes de la recette :

     

    - Fouettez les oeufs et le sucre dans un bol, puis ajoutez le beurre fondu

    - Ajoutez ensuite le lait, et un peu de liqueur de framboise pour ma part. Le rhum, la fleur d'oranger, l'extrait d'amande amère ou le Kirsch vont très bien aussi.

    - Ajoutez la farine, mélangez bien au fouet puis la poudre d'amande

    - Enfin ajoutez les cerises (avec ou sans noyaux - selon votre préférence), versez dans un moule beurré pas trop grand (le mien fait 20 cm de diamètre sur 6 cm de haut), parsemez de petites noisettes de beurre et du sachet de sucre vanillé, et enfournez 30 minutes à 220°C

     

    clafoutis aux cerises

     

    clafoutis aux cerises

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées : Nemesia

    Fleurs cultivées : Nemesia

     

    Le némesia appartient à la famille des Scrofulariacées. Originaire d’Afrique du Sud (Cap, Natal, Namibie, Lesotho, Swaziland), il est connu sous plusieurs appellations : némésia, némésie ou encore miroir des Elfes.

     

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

     

    Le némésia est une jolie vivace herbacée, souvent cultivée comme une annuelle ou une bisannuelle dans nos régions.

     

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia


    Son feuillage, vert vif ou foncé, semi-persistant ou caduc selon le climat, est allongé avec de petites feuilles opposées.

     

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia


    Sa floraison, généreuse et parfumée, s’étend de mars à novembre. Les fleurs souvent bicolores offrent des couleurs magnifiques dans des tons variés : blanc, rose, jaune, orange, rouge, bleu. Elles sont réunies en de nombreuses grappes non serrées, sont échancrées avec deux lèvres.

     

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

     

    Le némésia se cultive en pot sur les balcons et les terrasses et en pleine terre dans les régions au climat doux. Il s’utilise en massifs, en couvre-sols, en rocailles ou en bordures, en potées, en jardinières et en suspensions. Ses fleurs font également de beaux bouquets.

     

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Fleurs cultivées : Némesia

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Sainte-Enimie  (Lozère) 

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère) 

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    L'architecture de Sainte-Enimie dénote son origine médiévale : on y déambule dans les vieilles rues pavées en galets du Tarn, on croise des maisons typiques et les placettes restaurées

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    L'ancien monastère fondé dès le vie siècle au-dessus du village de Sainte-Enimie, aujourd'hui dans le département français de la Lozère. Il a été actif jusqu'à la Révolution française, puis a subi de nombreuses destructions. Il n'en reste aujourd'hui que l'ancien réfectoire et la chapelle romane Sainte-Madeleine.La salle capitulaire de l'ancien monastère accueillait autrefois le réfectoire des moines, mais aussi les pèlerins et les voyageurs de passage. Sur les murs se trouvent encore des décors d'acanthes et des visages humains. Elle est ouverte en juillet et en août

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    Pour ceux qui veulent prendre un peu de hauteur, un sentier mène à l’ermitage où la princesse Enimie se serait retirée dans une grotte pour y vivre en ermite (d’où le nom). Il est un peu raide mais court (3/4 h aller-retour). Une chapelle protège la grotte où elle aurait vécu. Prolongez votre balade jusqu’à un petit promontoire, de là un magnifique panorama sur le village se dessine

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    En déambulant dans le village de Sainte-Enimie de l'église Notre Dame du Gourg de style roman tardif du XIVe siècle possède diverses statues de bois et de pierre du XIIe siècle et du XVe siècle ainsi qu'une céramique retraçant la vie d'Énimie.

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    En passant par des ruelles typiques au chemin des moines aux pavés usés, vous irez de découvertes en découvertes ! Des maisons à colombages, des placettes, la Halle au blé où se trouve encore une des dernières mesures à grain, en pierre…

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Sainte-Enimie  (Lozère)

     

    Sainte-Enimie  (Lozère)

    Yahoo!

    18 commentaires
  • "Roses de Juin" poème de

    "Roses de Juin" poème de

    "Roses de Juin" poème de

     

    "Roses de Juin" poème de

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     

    Saint-Vincent-sur-Jard est une commune du Centre-Ouest de la France, située sur la côte de Lumière, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     

    Le territoire municipal de Saint-Vincent-sur-Jard s’étend sur 1 462 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 12 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 1 et 23 mètres.

    Petit bourg de Vendée au bord de l'Atlantique, sur la Côte de Lumière, il a vocation à devenir une station balnéaire à caractère familial et convivial et est entouré de forêts, de plaines mais aussi de marais.

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     

    La commune abrite deux monuments historiques :

     

    La maison de Georges Clemenceau, classée par arrêté du 10 juillet 1970
    Après la signature du traité de Versailles, Georges Clemenceau séjourne durant les dix dernières années de sa vie dans cette maison. Il y reçoit des hôtes illustres tels que Claude Monet et y installe une partie de sa collection d’art japonais. La maison est aujourd’hui telle qu’il l’a laissée à sa mort, en 1929.

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée) 

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée) 

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     

    Le dolmen du Grand-Bouillac,
    Le monument a une longueur d’environ 6m et une largeur de 4m
    classé par arrêté du 30 avril 1991.

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)


    Autres lieux et monuments touristiques :

     

    Plage de la Ragnette

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)


    Plage Clemenceau

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)


    Plage du Goulet

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)


    Église romane Saint-Vincent du XIIe siècle


    La première église dont des vestiges sont encore visibles date du XIe siècle, et la nef, couverte de lambris, date de cette époque, ce qui en fait la partie la plus ancienne de l'église. Le chœur et le clocher ont été élevés au XIIe siècle. Ce clocher fut construit à la fin du XIIe siècle, à la demande de Richard Cœur de Lion, sur les bases d'un ancien donjon du IXe siècle.
    Lors des Guerres de Religion, on pense que l'église de Saint Vincent a été incendiée en 1568 par les Huguenots, en même temps que l'église Sainte Radégonde de Jard.

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

     

    Saint-Vincent-sur-Jard (Vendée)

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Peinture de : Frederic William Watts

     

    Frederick W. Watts (7 octobre 1800 - 4 juillet 1870) était un peintre paysagiste anglais influencé par le gendarme . Il a été connu comme "Frederic William Watts", "Frederick Waters Watts", "William Watts" ou "William Frederick Watts".

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts


    Il y a une rareté des informations sur ce peintre qui a jeté une incertitude sur sa filiation, sa formation et la date de son décès. Selon l' Oxford Dictionary of National Biography , il est né F. William Watts, à Bath , Somerset le 7 octobre 1800, et probablement baptisé, comme F. Waters Watts, à St. Albans dans le Hertfordshire en 1801, le fils de William et Mary Watts.

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

     

    En 1817, sous le nom de "William Watts", on pense qu'il est entré à la Royal Academy de Londres et y a remporté des médailles d'argent entre 1819 et 1821. Il expose à l'académie de 1821 à 1860 et à la British Institution de 1823 à 1862. Il a également montré de nombreux tableaux à la Suffolk Street Gallery à New Bond Street et à la New Watercolour Society .

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

     

    Watts a vécu à Hampstead , Londres, pendant une grande partie de sa vie et a peint des paysages, " en plein air " dans toute la Grande-Bretagne, ayant une préférence pour les scènes fluviales. Il a été fortement influencé par John Constable .

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

     

    Il semble y avoir une certaine incertitude sur sa mort avec de nombreuses sources donnant comme 1860. Cependant, selon l'ODNB, Watts est mort à la maison à Hampstead en juillet 1870, des complications causées par le diabète .

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

    Peinture de : Frederic William Watts

     

    Peinture de : Frederic William Watts

    Yahoo!

    14 commentaires
  • C'est aujourd'hui la fête des mères

     

    Chaque pays a sa propre date pour célébrer les mamans. Mais une chose demeure quel que soit le pays : la Fête des Mères est toujours un jour plein de tendresse qui célèbre les mamans, une journée spéciale pour leur rappeler combien elles sont essentielles.

     

    C'est aujourd'hui la fête des mères

      

    C'est aujourd'hui la fête des mères

     

    Offrir un cadeau le jour de la fête des mères est devenu une coutume. Cela va de la simple pensée avec un cadeau de dernière minute ou des fleurs à des cadeaux plus luxueux. En ce jour particulier, que l'on opte pour des bougies, un bijou, du parfum, des chocolats, un livre, pas de doute, les mamans seront comblées. 

     

    C'est aujourd'hui la fête des mères

     

     

    C'est aujourd'hui la fête des mères

    C'est aujourd'hui la fête des mères

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Nectarine croquante en verrine

     

    Ingrédients :

    - 4 nectarines
    – 175 grammes de Country Crisp Jordans riche en noix
    – 150 grammes de fromage blanc à 0%
    – sorbet à la pêche

     

    Nectarine croquante en verrine

     

    Préparation :

     

    Couper les nectarine en deux, les dénoyauter et découper la chair en dès. Réserver quelques dès pour la décoration.

    En mettre un peu au fond des verrines ou coupes en verre.

    Ajouter une couche de céréales puis du sorbet aux pêches puis napper de fromage blanc.

    Et recommencer dans cet ordre pour terminer par le fromage blanc, mettre au centre du sorbet, décoré avec des dès de nectarines et des céréales.

     

    Nectarine croquante en verrine

     

    Nectarine croquante en verrine

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    Le nectarinier (Prunus persica var. nucipersica) est une variété naturelle de pêcher dont les fruits sont à peau lisse au lieu d'être duveteuse.

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    La végétation d'un nectarinier ressemble en tout point à celle du pêcher. Il forme un petit arbre de 4-5 m à port évasé.

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    Les feuilles étroites terminées en pointe, vert brillant, de 10-15 cm de long sur 2-3 de large, sont alternes et rattachées aux tiges par un court pétiole portant 2-3 nectaires. Les rameaux fins sont comme chez les pêchers, uniquement à bois, mixtes, ou uniquement à fleurs (chiffones et bouquets de mai).

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier



    La floraison très ornementale n'apparaît que sur les pousses nées l'année précédente et couvre ces rameaux de tons rose tendre, au printemps avant la feuillaison.
    Chaque bouton donne une seule fleur éclose en mars, d'un diamètre voisin de 3 cm. Le calice est constitué de 5 sépales imbriqués, la corolle, de 5 pétales libres, et le centre d'un bouquet de 20-25 étamines rose foncé entourant le pistil. La pollinisation se fait souvent par les abeilles ravies de cette manne précoce.

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier 

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    Les nectariniers sont autofertiles et donnent facilement des fruits si les fleurs n'ont pas été abîmées par le gel. En langage botanique, on les appelle des drupes, car la graine est enfermée dans un noyau à coque dure appelé endocarpe. Cette Rosacée fait ainsi partie de la sous-famille des Amygdaloideae tout comme le prunier et cerisier.

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    Chez le nectarinier, le noyau fortement sillonné est libre, c'est-à-dire qu'il n'adhère pas à la pulpe à l'instar du brugnon. Il contient une seule graine. Le fruit plus ou moins sphérique affiche un sillon rejoignant son point d'attache – un pédoncule très court – à son sommet qui donne au fruit une connotation érotique. La chair est blanche ou jaune, parfois sanguine, et la peau fine, brillante et glabre (sans duvet) est rouge, jaune plus ou moins orangée, ou bien bicolore. La taille et la couleur des nectarines varient en fonction des cultivars.

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Fleurs cultviées : Nectarinier

     

    Fleurs cultviées : Nectarinier

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    Vendôme est une commune du Centre-Ouest de la France , sous-préfecture du département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire. Elle est également la troisième plus grande ville du département derrière Blois et Romorantin-Lanthenay.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    Elle se trouve entre les régions naturelles du Perche au nord et de la Petite Beauce au sud, au pied du Loir. À l'entrée de la ville, la rivière se divise et la sillonne en plusieurs plus petits cours d'eau. La forêt de Vendôme se trouve être l'un des vestiges méridionaux avec la forêt de Fréteval et quelques bois parsemés de l'immense forêt qui constituait le Perche d'origine, la Sylva Pertica.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    La ville a une riche histoire médiévale et de nombreux monuments historiques.


    Le château de Vendôme, classé aux monuments historiques par la liste de 1840. Il est malheureusement très endommagé. Le premier point fortifié au XIe siècle est un donjon quadrangulaire situé à la pointe nord-ouest du promontoire rocheux. L’enceinte médiévale, dont les murs sont encore en partie visibles, date du XIIe siècle. La tour de Poitiers, tour maîtresse, domine toujours par sa taille cet ancien dispositif, renforcé au XIVe siècle. Une gravure du château au XVIIe siècle permet de visualiser l’ampleur des aménagements commandés par le duc César de Vendôme. Ce dernier fait réaliser une rampe d’accès et une porte d’entrée pour ouvrir le château vers l’extérieur. Des vastes logis construits deux siècles plus tôt, il ne reste que la base des tours qui dominent la rampe.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    L'Abbaye de la Trinité est fondée en 1032, et voit la construction de la première église, qui dès 1056 échappe à la juridiction épiscopale chartraine pour être rattachée directement au Pape (sur décision de Geoffroy Martel, qui l’a fondée). En 1271, cet édifice est jugé délabré par les moines qui décident de le reconstruire. Un nouveau chœur est édifié vers 1308.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    L’harmonie des proportions et les larges baies ornées de motifs en trèfles sont représentatives de l’architecture gothique rayonnante. Il semble que, dès le XIIe siècle, l’abbé cardinal ait eu une demeure séparée des dortoirs communs des moines. L’édifice actuel correspond à une partie de l’ensemble des logis construits au XVe siècle dans le style gothique flamboyant.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    L’ancien couvent des Cordeliers. Au XIIIe siècle, après le départ des moines templiers, le couvent devient un des plus importants établissements de l’ordre des Cordeliers. En 1589, lors du siège de la ville par Henri IV, le couvent est pillé en représailles à l’esprit de résistance envers les huguenots instigué par les Cordeliers. Après la Révolution, des religieuses bénédictines du Calvaire achètent et agrandissent le couvent pour y installer une maison d’éducation. À partir de 1971, l’hôpital de Vendôme, propriétaire des lieux depuis 1964, y gère une maison de retraite.

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

     

    Vendôme  (Loir et Cher)  2ème partie

    Yahoo!

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique