• Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    L'emblématique cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption se dresse sur la butte centrale de Clermont.

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    C'est le premier et plus vaste édifice entièrement construit en lave de Volvic. Son chantier a débuté au milieu du XIIIe siècle pour s'achever au XIXe siècle, sous la conduite du célèbre architecte Viollet-le-Duc.

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand 

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    On lui doit les deux flèches de 90 m de hauteur.

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    Le chevet est caractéristique du style gothique de l'Ile-de-France.

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    La cathédrale recèle un ensemble unique de peintures murales

     

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    et de vitraux de différentes périodes, dont de rares vitraux roman

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

     

    Cathédrale de Clermont-Ferrand

    Yahoo!

    16 commentaires
  • " Un rêve de bonheur " poème de François Coppée

     


    Un rêve de bonheur…


    Un rêve de bonheur qui souvent m’accompagne,
    C’est d’avoir un logis donnant sur la campagne,
    Près des toits, tout au bout du faubourg prolongé,
    Où je vivrais ainsi qu’un ouvrier rangé.
    C’est là, me semble-t-il, qu’on ferait un bon livre.
    En hiver, l’horizon des coteaux blancs de givre ;
    En été, le grand ciel et l’air qui sent les bois ;
    Et les rares amis, qui viendraient quelquefois
    Pour me voir, de très loin, pourraient me reconnaître,
    Jouant du flageolet, assis à ma fenêtre.

    François Coppée

     

    " Un rêve de bonheur " poème de François Coppée

     

    " Un rêve de bonheur " poème de François Coppée

    Yahoo!

    12 commentaires
  •  

    Les muches de Domqueur (Somme)

     

    Les muches de Domqueur (Somme)

     

     

    Les muches de Domqueur (Somme)

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Ancien élève des Beaux-arts de Montpellier, j'ai découvert l'aquarelle en 1992 .
    Fasciné par cette technique pleine de surprise et de transparence, je m'y consacre pleinement depuis une quinzaine d'années..

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Enseignant la peinture et l'aquarelle dans divers ateliers en Vaucluse,
    je suis inscrit à la Maison des artistes depuis 2006.

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Progresser et transmettre.. C’est essentiellement le but de mon parcours à l’aquarelle. Essayer de vivre de son art n’est pas facile, il faut gérer le côté créateur et le côté vendeur qui sont des choses différentes..

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Enseigner sa technique est aussi épanouissant mais il faut composer avec les niveaux et les personnalités de chacun ; j’essaye de faire de mon mieux depuis des années, en toute simplicité…

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Aquarelliste plusieurs fois primé lors de diverses expos dans le Vaucluse et ailleurs, j’ai commencé par la peinture à l’huile en 1984 peu avant mon entrée aux Beaux-arts de Montpellier.La découverte de l’aquarelle en 1992 fut une révélation.

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    D’une enfance martiniquaise, j’ai gardé l’amour de la couleur et de la lumière..Depuis mon installation dans le Vaucluse, en 1994, mes aquarelles rendent hommage à la beauté des paysages provençaux, mais aussi à la délicatesse des fleurs, l’harmonie de couleur des fruits..

     

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Peinture de : Jacques Willied

     

    Yahoo!

    19 commentaires
  • 8 juillet

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    La Fontaine est aujourd’hui le plus connu des poètes français du xviie siècle, et il fut en son temps, sinon le plus admiré, du moins le plus lu, notamment grâce à ses Contes et à ses Fables. Styliste éblouissant, il a porté la fable, un genre avant lui mineur, à un degré d’accomplissement qui reste indépassable. Moraliste, et non pas moralisateur, il pose un regard lucide sur les rapports de pouvoir et la nature humaine, sans oublier de plaire pour instruire.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Famille

    Il est né le 8 juillet 1621 dans un milieu bourgeois de province ; son père est conseiller du roi et maître des Eaux et Forêts ; sa mère est veuve d'un premier mari, négociant à Coulommiers.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Formation
    Il fait des études de rhétorique latine, puis entame des études de droit, interrompues pour entrer à l'Oratoire, en vue d'une carrière ecclésiastique. Après un an et demi, il retourne au droit.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Début de carrière
    Il se marie à vingt-six ans avec Marie Héricart. Il fréquente les milieux lettrés. En 1652, il achète une charge de maître des Eaux et Forêts. Il publie, anonymement et sans grand succès, une pièce, l'Eunuque (1654), inspirée de Térence.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Premiers succès
    Il écrit deux longs poèmes, Adonis (1658) et le Songe de Vaux (1659), pour son protecteur le surintendant Fouquet, puis un recueil de Contes et Nouvelles (1665).

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine 

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Gloire et difficultés
    Il publie un nouveau recueil de Contes, puis fait paraître, en 1668, les six premiers livres des Fables, ainsi qu'un roman en prose et en vers, les Amours de Psyché et de Cupidon.

      

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Après la disgrâce de Fouquet et la mort d'une autre protectrice, il perd son titre de « gentilhomme servant ». Il est accueilli par Mme de La Sablière (1672) et renonce à sa charge de maître des Eaux et Forêts. Il rencontre les grands auteurs du moment : Molière, Racine, Boileau.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine 

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    La consécration
    Il rédige un livret d'opéra pour Lully (Daphné), fait paraître de nouveaux Contes puis, en 1678, une nouvelle édition des Fables largement augmentée.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    À l'Académie française où il est élu en 1684 malgré l'hostilité de Louis XIV, il lit son Discours à Mme de La Sablière, forme de confession personnelle.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine 

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Dans la querelle des Anciens et des Modernes, polémique sur les mérites comparés des écrivains et artistes de l'Antiquité et de ceux de l'époque de Louis XIV, il prend parti pour les Anciens.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Il écrit un nouvel opéra, l'Astrée.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

    Dernières années
    À la mort de Mme de La Sablière en 1693, il se réfugie chez des amis parisiens. Il rédige ses dernières fables (il en aura écrit 240 au total). Il accepte de renier ses contes et décide de faire pénitence. Il meurt le 13 avril 1695. En 1817, son corps sera transporté au cimetière du Père-Lachaise.

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

     

     

    8 juillet 1621 : naissance de Jean de la Fontaine

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Gâteaux aux pêches et au yaourt

     

    Ingrédients

     

    100 gr de beurre fondu
    300 gr de farine
    150 gr de sucre
    3 oeufs
    3 yaourts natures
    1 sachet de levure chimique
    1 cuillère à café d'arôme vanille
    1 grosse boîte de pêches au sirop

     

    Gâteaux aux pêches et au yaourt

     

    Préparation

     

    Préchauffer le four à 180°.
    Battre les blancs en neige et réserver.
    Dans un moule silicone, disposer harmonieusement les 1/2 pêches, côtés bombés sur le fond du moule (comme une tatin). Si vous ne possédez pas de moule en silicone, prenez un moule à manqué classique, mais beurrez-le.
    Dans un saladier, fouetter les jaunes d'oeufs et le sucre jusqu'à blanchiment.
    Incorporer les yaourts, la vanille et le beurre fondu.
    Ajouter la farine et la levure. Bien mélanger et incorporer délicatement les blancs en neige.

    Verser cette pâte sur les pêches, enfourner et faire cuire 50 minutes.

    Quand le gâteau est cuit, le démouler sur un plat de service (pêches sur le dessus) puis l'imbiber du sirop de pêches restant.

     

    Gâteaux aux pêches et au yaourt

     

    Bonne dégustation...

     

    Gâteaux aux pêches et au yaourt

     

    Gâteaux aux pêches et au yaourt

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Les centaurées sont des plantes vivaces, cultivées pour sa fleur faite d'une urne qui porte les pétales en fleurons.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Le genre Centaurea comprend plus de quatre cents espèces de plantes vivaces, d'annuelles et de bisannuelles.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Leurs fleurs sont grosses et souvent de couleur jaune, bleues, violettes ou roses.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Elles préfèrent le plein soleil et un sol bien drainé qui devient souvent pauvre par leur soif de nutriments.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Certaines espèces deviennent très grandes et on doit souvent les aider d'un tuteur.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Centaurée bleuet
    La centaurée bleuet est une plante annuelle à croissance rapide. Elle est cultivée pour sa fleur qui a des capitules en fleurons extérieurs. Elle aime un plein ensoleillement et un sol bien drainé et riche. La floraison est de Mai à Aout. Utilisée pour les bouquets. De 60-70 cm de hauteur et 30 cm d'étalement.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Centaurée de perse
    Plante de plein soleilAttire les papillonsPlante de zone de rusticité 4
    Elle aime le plein soleil, dans un sol pauvre ou riche, mais bien drainé. Les fleurs sortent de Juin à Juillet et attire les papillons. De 45 à 75 cm de hauteur et 45 cm d'étalement

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Centaurée jacée
    Plante de plein soleilPlante de mi-ombrePlante sauvage de zone 3
    La centaurée jacée est une plante vivace qui aime le plein soleil, ou l'ombre légère, dans un sol bien drainé mais humide. La floraison, de Juin à Septembre, produit de jolies fleurs aux fins pétales plumeux au centre, entouré de pétales roses plus gros en fleurons divisés en plusieurs languettes. C'est une plante sauvage rustique qu'on retrouve dans les terrains vagues, près des cours d'eau, et autres lieux humides. La fleur est portée par une urne de bractées brunes qui ont une forme d'écailles, et elle pousse au bout des tiges qui porte le feuillage. De 20 à 70 cm de hauteur.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Centaurée des montages
    Bleuet vivace
    Plante de plein soleilPlante de mi-ombrePlante rustique de zone 4
    La centaurée montana est une plante vivace qui aime un plein ensoleillement et un sol bien drainé. Les fleurs fleurissent en mai, juin et juillet. Utilisé pour les plates-bandes, en massif, et comme plante tapissante de plein soleil. De 40-60 cm de hauteur et 40 cm d'espacement.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Centaurée géante jaune
    Plante de plein soleilPlantes rustiques de zone 4
    Plante à fleur vivace vigoureuse qui atteint jusqu'à 120 cm de hauteur et 55 cm d'espacement. On en fait la culture pour les gros capitules de fleurs jaunes. Utilisée en plate-bande, elle aime le plein soleil et un sol bien drainé.

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Fleurs cultivées : Centaurée

     

    Fleurs cultivées : Centaurée

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    Le village des Bories est un site historique situé à l’entrée de Gordes, dans le Luberon. Il est constitué d’anciennes habitations qui datent de l’âge du bronze et qui ont été entièrement reconstituées au XVIIème siècle.

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    Ce témoignage historique hors du commun permet d’appréhender des modes de vie ancestraux, hérités de traditions séculaires. Le village recèle une trentaine de cabanons ainsi que d’anciennes bergeries, des fours à pain et des installations qui témoignent d’une activité foisonnante passant par le travail de la terre et l’élevage.

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    Les habitations appelées « bories » ont toutes été construites à partir de pierres sèches empilées, à la manière des igloos. Même si elles peuvent, de nos jours, paraître inconfortables, ces cabanes furent habitées jusqu’au milieu du XIXème siècle

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    On en compte plus de 400 sur la commune de Gordes. Isolées dans la garrigue, elles servaient de refuge temporaire pour les bergers ou d'abris pour le matériel agricole. Lorsqu'elles sont regroupées elles servaient d'habitations et formaient de véritables villages. Le village des Bories en est un exemple spectaculaire et unique.

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    La construction de ces cabanes associe une maîtrise incroyable de la technique d'assemblage des pierres et l'économie des moyens. Les plus élaborées sont l'oeuvre de véritables bâtisseurs.

    Les pierres sont posées les unes au dessus des autres et à l'intérieur de la borie la rangée de pierre supérieure dépasse systématiquement la rangée inférieure selon le principe de la fausse voûte en encorbellement. L'assemblage se fait sans cintre, ni échafaudage. Seul outil indispensable: la massette.

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

    Pour une borie moyenne... il faut environ 120 tonnes de pierres!

    La technique de construction de ces cabanes n'a pas évolué depuis le néolitique ce qui rend la datation difficile. Concernant les bories de Gordes, les plus anciennes datent du XIVe siècle et les plus récentes du XIXe siècle.

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

     

     

    Le village des bories à Gordes (Vaucluse)

    Yahoo!

    20 commentaires
  • " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

     

    La-haut sur la montagne

     

    « Là-haut sur la montagne il est un vieux chalet ».
    Connais-tu la chanson ? On la chantait petits,
    Bien avant que le temps n’ait tout anéanti
    De ces burons anciens maintenant affalés

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

    Comme des tas de pierre encombrant les alpages.
    Pas seulement le temps ! Les Humains et l’oubli ;
    L’oubli des traditions, d’un passé aboli
    Par un progrès captieux et son mauvais usage…

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

    Au printemps, les bergers venaient s’y réfugier
    En compagnie d’un chien pour garder leurs brebis.
    Ils restaient là des mois. Un long exil subi,
    Mais telle était leur vie. Sans jamais sourciller.

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

    En hiver, recouverts par un monceau de neige,
    Ces burons sommeillaient, tout encapuchonnés ;
    Et le gros édredon boursouflé leur donnait
    L’aspect d’igloos d’ailleurs, là où le ciel est beige

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

    Presque en toute saison. Mais l’été les pastours
    Dormaient tout habillés sous le ciel étoilé,
    La tête sur leur chien ; et le pâle reflet
    De la lune éclairait les pâtis alentour.

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

    C’étaient des temps anciens. Et la plupart du temps,
    Les burons aujourd’hui ne sont plus que décombres
    Fréquentés par le vent et les très vieilles ombres
    Diaphanes et fanées des pastoureaux d’antan.

     

    Vette de Fonclare

     

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

     

    " La-haut sur la montagne " poème de Vette de Fonclare

     

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Quelque chose ne tourne pas rond dans le cadran du Gros Horloge, à Rouen. Il n’y a qu’une seule aiguille ! Ne vous inquiétez pas, c’est normal. Non, une aiguille n’est pas tombée au cours des siècles. Elle a été construite ainsi. A l’époque, la notion du temps était différente et les minutes étaient superflues…

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Mais de quelle époque parle-t-on au juste ? Le mécanisme date du XIVe siècle, ce qui en fait l’une des trois plus vieilles horloges de France. En revanche, l’arche qui porte l’horloge et les deux façades de l’horloge (une de chaque côté de l’arche) datent du XVIe.

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Elles représentent un soleil doré de 24 rayons (on vous laisse deviner pourquoi…) sur un fond bleu étoilé. Ces cadrans magnifiques portent bon nombre de particularités. Par exemple, au bout de la fameuse aiguille unique se trouve un agneau ! Au sommet du cadran, on peut voir une boule pour moitié noire et pour moitié argentée. Elle sert à indiquer les phases de la Lune.

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Si jamais vous avez un doute sur le jour de la semaine, la base du cadran vous l’indiquera. Il suffit juste de savoir quel dieu correspond à quel jour. Allez, on vous aide : Diane représente la Lune, donc le lundi. Ensuite, on a Mars pour mardi, Mercure pour mercredi, Jupiter pour jeudi, Vénus pour Vendredi, Saturne pour samedi et Apollon pour dimanche. Ca vous aurait sans doute paru plus simple d’inscrire directement le nom des jours, mais, à l’époque, peu de gens savaient lire…

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Le bâtiment accolé à l’arche (côté rue Massacre, ça ne s’invente pas) est le beffroi.

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Il contient notamment les deux anciennes cloches de la ville, qui datent du XIIIe siècle : la Cache-Ribaud et la Rouvel. La première sonnait le couvre-feu à 21 h et la deuxième, la guerre.

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Préalablement appelée Fontaine Massacre, la Fontaine du Gros-Horloge fut construite en 1457. Adossée au beffroi du Gros-Horloge, elle est la plus ancienne fontaine de Rouen.

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Conçue pour alimenter le Vieux-Marché en eau, elle fût agrémentée d’ornements en pierre représentant les amours du fleuve Alphée et de la nymphe Aréthusse. Ces décors illustrent l’union entre la Seine et la fontaine

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

     

    Le gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime)

    Yahoo!

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique