• Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    Désaignes, classé " village de caractère " en 2007 par le Conseil Général de l’Ardèche, se situe au cœur de la vallée du Doux, à 7 km de Lamastre et 14 km de Saint Agrève.

    Village médiéval, inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques en 1972, Désaignes a su garder certaines traces de son passé.

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    En nous promenant dans le village, nous pouvons contempler les quelques fragments de remparts qui ont résisté au temps; trois des quatre portes d’entrées,

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

      

    le temple au centre du bourg, il est adossé à la forteresse du XIe siècle dont il a gardé le donjon pour clocher. Construit entre 1820 et 1844, il remplace un premier temple détruit en 1684 sur ordre de l'évêque de Valence. on peut y voir de belles fenêtres romanes ainsi qu'une pierre gravée, provenant du premier temple et placée au-dessus de la porte : « Ma maison est la maison d'oraison ».

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    et l'église romane,

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    de nombreuses maisons de style gothique,

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    la fontaine Barbière

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    et bien sûr son château du 14 ème siècle, restauré. Il est ouvert au public de Pâques à la Toussaint. Le château abrite, sur quatre étages, le musée municipal qui propose des expositions riches et variées (voir rubrique Association - "Les Amis du Vieux Désaignes").

     

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

    Desaignes  (Ardèche)

     

    Desaignes  (Ardèche)

    Yahoo!

    15 commentaires
  • " L'été "  poème de Victor Hugo.000000000

     

    L'été

     

    C'est une fête en vérité,

    Fête où vient le chardon, ce rustre ;

    Dans le grand palais de l'été

    Les astres allument le lustre.

     

    On fait les foins. Bientôt les blés.

    Le faucheur dort sous la cépée ;

    Et tous les souffles sont mêlés

    D'une senteur d'herbe coupée.

     

    Victor HUGO

     

    " L'été "  poème de Victor Hugo.000000000

     

    " L'été "  poème de Victor Hugo

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Feneu

     

    Feneu est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

     

    Feneu

    Feneu

     

    Sur le site de Sautré, le château de Sautré, belle construction du XVIIIe siècle, prend son assise sur une forteresse du XIIIe siècle. Construit par le seigneur Guillaume de Feneu, il est implanté sur un éperon rocheux et possède un parc paysager avec de grands arbres (séquoias, cèdres du Liban, tulipier), de nombreux rosiers et autres fleurs. Il faut ajouter a cela, une cour d’honneur entourée par des douves aujourd’hui asséchées, une loggia à l’italienne ouverte sur la Suine et un petit verger en bordure de la Mayenne, face à un moulin.

     

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu


    Le château de Montriou appartient à la seigneurie des Beauvau, il est considéré comme étant une demeure amie du roi René.
    Le château se compose d'un escalier tour, d'une chapelle et d'un corps de bâtiment antérieur au XVéme.
    Il est entouré d'un parc à l'anglaise avec des arbres tricentenaires.
    Les communs ont été bâtis en 1860, ils comprenaient à l'époque une orangerie, un logement pour le jardinier, une remise pour les voitures, des écuries, la chambre du cocher et la sellerie.
    En 1860, un jardin potager est créé. Puis en 1998, le Jardin de la Princesse pour la culture d'une collection de cucurbitacées.
    Une futaie de chêne et une forêt enchantée entoure une pièce d'eau alimenté par la Suine.

     

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

     

    L'église saint Martin est une fondation datant de 1064 construite en forme de croix latine et vraisemblablement sur l'emplacement d'un fanum, temple gallo-romain dont la commune tirerait son nom.
    La nef, le transept et le clocher furent reconstruits au XVIIIe siècle et une chapelle en saillie, collatérale au choeuur, fut édifiée.
    La sacristie actuelle fut construite en 1962 en remplacement de deux bâtiments voisins vétustes.

     

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

    Feneu

     

     

    Feneu

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Peinture de Henry Malfroy

     

    MALFROY Henri ou MALFROY-SAVIGNY est un peintre de paysages, marines. Postimpressionniste.
    Né le 15 janvier 1895 à Martigues (Bouches-du-Rhône) . Mort en 1942 .

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

     

    Il fit son apprentissage à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris auprès de son père Charles Malfroy, avec lequel il est souvent confondu.

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

     

    Il exposa régulièrement à Paris, au Salon des Artistes Français et au Salon des Indépendants jusqu'en 1934.

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

     

    Adoptant une technique proche de l'impressionnisme, il peint les côtes et les ports des Bouches-du-Rhône et du Var, mais aussi des paysages de Paris et des bords de Seine.

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

     

    Installé à Martigues, il élargit sa touche, éclaire ses compositions, se rapprochant des paysagistes provençaux, comme Ziem.

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

    Peinture de Henry Malfroy

     

    Peinture de Henry Malfroy

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Le 23 juin 1763 naissait l'Impératrice Joséphine

     

    Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie (1763-1814) naquit à la Martinique dans une famille installée aux Iles depuis un demi-siècle. Après une jeunesse libre et oisive, elle épousa en France, en 1779, le chevalier Alexandre de Beauharnais. De cette union naquirent Eugène et Hortense. Séparée de son époux six ans plus tard, elle vécut à Paris la vie d’une mondaine désargentée et poursuivie par ses créanciers. Emprisonnée comme Beauharnais sous la Révolution, elle fut libérée le 9 thermidor alors que son mari avait été guillotiné. Par l’intermédiaire de Barras, l’un de ses amants, elle connut Bonaparte qui l’épousa en 1796, avant la campagne d’Italie. Rose devint alors Joséphine. Son inconduite pendant l’absence de Napoléon, lors de la campagne d’Egypte, lui fit frôler le divorce.

    Couronnée impératrice en 1804, elle subit la haine du clan Bonaparte. Elle exerça néanmoins une grande influence sur Napoléon et sut l’aider dans sa politique d’apaisement : restée royaliste au fond du cœur, elle n’avait jamais rompu avec son ancien milieu et put ainsi établir un lien précieux entre l’Empereur et la noblesse d’Ancien Régime. Incapable de donner un héritier au trône, elle dut accepter le divorce en 1809. Grâce aux deux millions que lui versait chaque année le Trésor, elle vécut dès lors dans une demi-retraite dorée au château de la Malmaison qu’elle avait acquis en 1799.

     

     

     

    Le 23 juin 1763 naissait l'Impératrice Joséphine

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Verrines de pêches et chantilly

     

    Ingrédients pour 4 verrines:

     

    4 pêches (2 jaunes et 2 rouges ici),

    Sucre selon l'acidité des fruits,

    250 ml de crème liquide à monter (chantilly),

    2 c à s de sucre glace,

    1 c à c d'eau de fleur d'oranger (facultatif),

    4 boudoirs.

     

    Préparation:

     

    Couper les pêches en petits dés et les cuire avec du sucre à feu moyen,

    Verrines de pêches et chantilly

    Au bout de quelques minutes, elles vont être submergés par leur jus,

    Verrines de pêches et chantilly

    Hors du feu ajouter l'eau de fleur d'oranger,

    Verrines de pêches et chantilly

    Récupérer le sirop à part et mettre le tout dans le réfrigérateur,

    Quand les fruits et le sirop auront complètement froidi, monter la crème en chantilly en la sucrant vers la fin,

    Monter les verrines en commençant par les boudoirs trempés dans le sirop, puis une couche de pêches et en terminant par de la chantilly,

    Verrines de pêches et chantilly

    Refaire l'opération sans les boudoirs cette fois,

    Décorer et garder au frais jusqu'au moment de servir

    Verrines de pêches et chantilly

     

    Verrines de pêches et chantilly

    Yahoo!

    13 commentaires
  •  

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    Lathyrus palustris se rencontre naturellement dans les prairies humides, les marécages, les marais, des fossés humides, souvent à proximité de lacs, dans une grande partie de l'Amérique du Nord, ainsi qu'en Eurasie. En France, sa répartition est inégale et la gesse des marais reste peu commune : elle est protégée et réglementée dans plusieurs régions. Avec l'urbanisation et le drainage des terres, cette proche des pois de senteur est inscrite sur la Liste Rouge de l'UICN.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    L'habitat de la gesse des marais est large, mais avec des écarts. Ainsi, dans certains endroits, la plante est courante, tandis que dans d'autres endroits, même à proximité, elle devient rare ou ne se développe pas du tout : ce n'est pas une espèce migratrice. Son habitat est submergé, il est inutile de la chercher en dehors de zones très humides. L'altitude de croissance est basse, avec un maximum mondial enregistré à environ 1 000 m (maximum 500 m en France).

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    La gesse des marais exige une terre riche qui devrait rester humide tout au long de son cycle de croissance. Elle est une de ces rares espèces qui réussit à croître le long d'une végétation composée du roseau commun.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

      

    Les critères d'identification de la gesse des marais en milieu naturel parmi les membres du genre Lathyrus sont, outre son biotope humide, son petit nombre de paires de folioles et la tige souvent ailée. La gesse des marais expose deux caractéristiques claires : ses feuilles ont seulement 3-4 paires de folioles et le côté opposé de la tige a une aile étroite, sous la forme d'une projection mince verte, qui est capable d'assimiler la lumière (photosynthèse) de la même façon que ses feuilles. La gesse des marais ressemble à Lathyrus linifolius, bien que ce dernier pois de senteur n'a aucune vrille et ne nécessite pas un sol humide.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

      

    Ainsi, les principaux marqueurs d'identification de la gesse des marais consistent en une plante de 30 à 80 cm de haut, une tige légèrement ailée, ainsi que le pétiole des feuilles, lesquelles sont divisées en 4-8 folioles elliptiques et terminées par une vrille.

    Les fleurs, roses-violettes au début, deviennent bleuâtres avant la fructification, et sont groupées par 2 à 8 en grappe lâche. Les stipules sont assez grandes, en forme de lance, étroites. Chaque fleur mesure de 12 à 18 mm, avec une floraison s'étalant de juin à août.

    La fructification est identifiable, caractéristique des pois de senteur, avec des fruits plats de 25-50 mm de long, glabre, brun, contenant 6-12 graines (gousse typique des légumineuses). Le fruit est sec (déhiscent) et se fend à maturité. Les graines, assez lisses, sont brun rougeâtre et presque sphériques avec un diamètre d'environ 3,5

     

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Les moulins de Suèvres

     

    Suèvres est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

      

    Les moulins de Suèvres

     

    Elle compte un grand nombre de moulins et des parcours ont été aménagé pour les découvrir. Ces moulins sont privés, la plupart sont habités et ont fait l'objet d'une restauration soignée

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    La présence d'un aussi grand nombre de moulins s'explique par les sept petites rivières aux eaux très claires qui parcourent la commune et qui ajoutent encore au charme du village. Elle s'explique aussi par la proximité des plaines de Beauce et la nécessité pour les producteurs de céréales de faire moudre leur grain. Beaucoup de ces moulins sont mentionnés depuis le Moyen Âge et ont été transformés au cours de l'histoire, en particulier au XIX esiècle avec la mécanisation. Leur activité principale était d'écraser le blé pour en faire de la farine, mais elle a souvent évolué: le moulin de la Motte a été un moulin à tan qui écrasait l'écorce de chênes pour les tanneries,

      

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    le moulin de Ruabourg a fait tourner une scie à bois,

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    le Grand moulin a même été équipé d'une machine à vapeur et faisait travailler une vingtaine d'employés dans les années 50: il traitait le crin destiné aux banquettes automobiles.

     

    Les moulins de Suèvres 

    Les moulins de Suèvres

     

    Au cœur du bourg, la promenade permettra de s'arrêter avec plaisir devant le Moulin-pont construit sur la rivière. Un adorable petit lavoir en bois a été construit là, juste au confluent de deux bras de la Tronne.

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    Un peu plus loin, ce sont les masses imposantes des Grands moulins, séparés par un gué bucolique que pouvaient traverser les charrettes, ou encore le petit moulin de Gastines, dont le jardin fleuri est traversé par la rivière en cascade.

     

    Les moulins de Suèvres

     

     

    Les moulins de Suèvres

     

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  •  "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

     

    Le Château de Crèvecoeur, situé en Pays d’Auge, près de Lisieux, fait partie d’un ensemble architectural représentatif des constructions régionales à pans de bois. Ce site classé, datant du XIème siècle, est un des rares exemples de forteresse locale encore visible. La basse cour abrite les bâtiments agricoles (ferme, colombier et grange) ainsi que la chapelle seigneuriale. La haute cour protégée par ses douves, sa motte et sa muraille abrite le manoir d’habitation. Restauré et remis en valeur par la fondation « Musée Schlumberger » afin d’y présenter les souvenirs évoquant l’œuvre de Conrad et Marcel Schlumberger, le Château est devenu progressivement un centre culturel actif dédié aux arts et traditions du Pays d’Auge depuis 1973.

     

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

     

    Accessible par un unique pont, et abritant le manoir d’habitation, logis du seigneur, la haute cour du château est protégée par ses fossés remplis d’eau. Sa motte et sa muraille du XIIème siècle, percée d’archères servaient alors de refuge aux villageois en cas d'attaque.

    Le caractère agricole des lieux est également toujours présent.
    La basse-cour abrite en effet une ferme, un colombier et une grange. Ceux-ci forment un très bel ensemble architectural, représentatif des constructions régionales à pan de bois

    Située en dehors de cette haute cour, la chapelle est, elle aussi, un témoin des origines du château.
    Érigée au XIIe siècle dans un style roman, elle possède encore des vestiges de peintures murales et une superbe charpente à berceau en bois.

    Le colombier du symbole du pouvoir féodal et de richesse, le droit de colombier est réservé aux tenants de fiefs.
    A l’intérieur, chacun de 1500 boulins peut accueillir un couple de pigeons. Le colombier constitue une réserve de nourriture pour la table seigneuriale.
    Construit en pan de bois vertical avec un essentage de tuiles et une lucarne d'envol, c’est le bâtiment le plus soigné du site. Sa forme carrée le distingue des colombiers normands généralement de plan circulaire ou hexagonal.

    La porterie, 16e siècle : « Déplacé puis remonté en 1973 à l’extérieur du site médiéval, ce bâtiment provient de l’ancien château de Beuvillers (près de Lisieux). Il sert aujourd’hui de lieu d’accueil et de boutique. La porterie est flanquée de deux tourelles circulaires surmontées d’un toit en poivrière. Percé d’une porte charretière, le rez-de-chaussée est construit en damier de brique et de pierre. L’étage est en pan de bois dont le colombage est constitué de croisillons et de feuilles de fougère.

     



    Yahoo!

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique