•  

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    Lathyrus palustris se rencontre naturellement dans les prairies humides, les marécages, les marais, des fossés humides, souvent à proximité de lacs, dans une grande partie de l'Amérique du Nord, ainsi qu'en Eurasie. En France, sa répartition est inégale et la gesse des marais reste peu commune : elle est protégée et réglementée dans plusieurs régions. Avec l'urbanisation et le drainage des terres, cette proche des pois de senteur est inscrite sur la Liste Rouge de l'UICN.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    L'habitat de la gesse des marais est large, mais avec des écarts. Ainsi, dans certains endroits, la plante est courante, tandis que dans d'autres endroits, même à proximité, elle devient rare ou ne se développe pas du tout : ce n'est pas une espèce migratrice. Son habitat est submergé, il est inutile de la chercher en dehors de zones très humides. L'altitude de croissance est basse, avec un maximum mondial enregistré à environ 1 000 m (maximum 500 m en France).

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    La gesse des marais exige une terre riche qui devrait rester humide tout au long de son cycle de croissance. Elle est une de ces rares espèces qui réussit à croître le long d'une végétation composée du roseau commun.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

      

    Les critères d'identification de la gesse des marais en milieu naturel parmi les membres du genre Lathyrus sont, outre son biotope humide, son petit nombre de paires de folioles et la tige souvent ailée. La gesse des marais expose deux caractéristiques claires : ses feuilles ont seulement 3-4 paires de folioles et le côté opposé de la tige a une aile étroite, sous la forme d'une projection mince verte, qui est capable d'assimiler la lumière (photosynthèse) de la même façon que ses feuilles. La gesse des marais ressemble à Lathyrus linifolius, bien que ce dernier pois de senteur n'a aucune vrille et ne nécessite pas un sol humide.

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

      

    Ainsi, les principaux marqueurs d'identification de la gesse des marais consistent en une plante de 30 à 80 cm de haut, une tige légèrement ailée, ainsi que le pétiole des feuilles, lesquelles sont divisées en 4-8 folioles elliptiques et terminées par une vrille.

    Les fleurs, roses-violettes au début, deviennent bleuâtres avant la fructification, et sont groupées par 2 à 8 en grappe lâche. Les stipules sont assez grandes, en forme de lance, étroites. Chaque fleur mesure de 12 à 18 mm, avec une floraison s'étalant de juin à août.

    La fructification est identifiable, caractéristique des pois de senteur, avec des fruits plats de 25-50 mm de long, glabre, brun, contenant 6-12 graines (gousse typique des légumineuses). Le fruit est sec (déhiscent) et se fend à maturité. Les graines, assez lisses, sont brun rougeâtre et presque sphériques avec un diamètre d'environ 3,5

     

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

     

    Fleurs sauvages : Gesses des marais

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Les moulins de Suèvres

     

    Suèvres est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

      

    Les moulins de Suèvres

     

    Elle compte un grand nombre de moulins et des parcours ont été aménagé pour les découvrir. Ces moulins sont privés, la plupart sont habités et ont fait l'objet d'une restauration soignée

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    La présence d'un aussi grand nombre de moulins s'explique par les sept petites rivières aux eaux très claires qui parcourent la commune et qui ajoutent encore au charme du village. Elle s'explique aussi par la proximité des plaines de Beauce et la nécessité pour les producteurs de céréales de faire moudre leur grain. Beaucoup de ces moulins sont mentionnés depuis le Moyen Âge et ont été transformés au cours de l'histoire, en particulier au XIX esiècle avec la mécanisation. Leur activité principale était d'écraser le blé pour en faire de la farine, mais elle a souvent évolué: le moulin de la Motte a été un moulin à tan qui écrasait l'écorce de chênes pour les tanneries,

      

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    le moulin de Ruabourg a fait tourner une scie à bois,

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    le Grand moulin a même été équipé d'une machine à vapeur et faisait travailler une vingtaine d'employés dans les années 50: il traitait le crin destiné aux banquettes automobiles.

     

    Les moulins de Suèvres 

    Les moulins de Suèvres

     

    Au cœur du bourg, la promenade permettra de s'arrêter avec plaisir devant le Moulin-pont construit sur la rivière. Un adorable petit lavoir en bois a été construit là, juste au confluent de deux bras de la Tronne.

     

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

    Les moulins de Suèvres

     

    Un peu plus loin, ce sont les masses imposantes des Grands moulins, séparés par un gué bucolique que pouvaient traverser les charrettes, ou encore le petit moulin de Gastines, dont le jardin fleuri est traversé par la rivière en cascade.

     

    Les moulins de Suèvres

     

     

    Les moulins de Suèvres

     

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  •  "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

     

     "Sensation " poème d'Arthur Rimbaud

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

     

    Le Château de Crèvecoeur, situé en Pays d’Auge, près de Lisieux, fait partie d’un ensemble architectural représentatif des constructions régionales à pans de bois. Ce site classé, datant du XIème siècle, est un des rares exemples de forteresse locale encore visible. La basse cour abrite les bâtiments agricoles (ferme, colombier et grange) ainsi que la chapelle seigneuriale. La haute cour protégée par ses douves, sa motte et sa muraille abrite le manoir d’habitation. Restauré et remis en valeur par la fondation « Musée Schlumberger » afin d’y présenter les souvenirs évoquant l’œuvre de Conrad et Marcel Schlumberger, le Château est devenu progressivement un centre culturel actif dédié aux arts et traditions du Pays d’Auge depuis 1973.

     

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

    Château de Crevecoeur en Auge (Calvados)

     

    Accessible par un unique pont, et abritant le manoir d’habitation, logis du seigneur, la haute cour du château est protégée par ses fossés remplis d’eau. Sa motte et sa muraille du XIIème siècle, percée d’archères servaient alors de refuge aux villageois en cas d'attaque.

    Le caractère agricole des lieux est également toujours présent.
    La basse-cour abrite en effet une ferme, un colombier et une grange. Ceux-ci forment un très bel ensemble architectural, représentatif des constructions régionales à pan de bois

    Située en dehors de cette haute cour, la chapelle est, elle aussi, un témoin des origines du château.
    Érigée au XIIe siècle dans un style roman, elle possède encore des vestiges de peintures murales et une superbe charpente à berceau en bois.

    Le colombier du symbole du pouvoir féodal et de richesse, le droit de colombier est réservé aux tenants de fiefs.
    A l’intérieur, chacun de 1500 boulins peut accueillir un couple de pigeons. Le colombier constitue une réserve de nourriture pour la table seigneuriale.
    Construit en pan de bois vertical avec un essentage de tuiles et une lucarne d'envol, c’est le bâtiment le plus soigné du site. Sa forme carrée le distingue des colombiers normands généralement de plan circulaire ou hexagonal.

    La porterie, 16e siècle : « Déplacé puis remonté en 1973 à l’extérieur du site médiéval, ce bâtiment provient de l’ancien château de Beuvillers (près de Lisieux). Il sert aujourd’hui de lieu d’accueil et de boutique. La porterie est flanquée de deux tourelles circulaires surmontées d’un toit en poivrière. Percé d’une porte charretière, le rez-de-chaussée est construit en damier de brique et de pierre. L’étage est en pan de bois dont le colombage est constitué de croisillons et de feuilles de fougère.

     



    Yahoo!

    16 commentaires
  • Peinture de :

     

    .Louis Alexandre Dubourg est né en 1821 à Honfleur et décédé en 1891 dans la même ville.

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

     

    De famille modeste, il exerce très tôt le métier d'employé de commerce, consacrant ses loisirs à la peinture. Sa rencontre avec le peintre Gustave Hamelin sera décisive puisque celui-ci l'encourage à se rendre à Paris. En 1841, Dubourg y est l'élève de Léon Coignet et fait la connaissance de divers artistes, parmi lesquels Félix Cals, qui le rejoindra plus tard à Honfleur. Mais, de nature modeste, Dubourg ne souhaite pas faire carrière et décide de fuir Paris, lui préférant sa région natale

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg


    .
    Il devient professeur de dessin au collège de Pont-Audemer puis à l'école de Honfleur, où il s'installe définitivement tout en continuant à participer aux Salons des Champs-Élysées de la capitale de 1859 à 1889. À partir de cette époque, tous ses tableaux, aquarelles et dessins évoquent la vie de Honfleur dans des compositions discrètes aux tonalités claires, traitées par de petites touches impressionnistes, dans un souci de description et de précision qui n'est pas sans évoquer le style de Corot :

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

     

    scènes de la vie quotidienne et portraits (les Bains de mer à Honfleur, 1869, Honfleur, musée Eugène-Boudin ; Jeune Paysanne au repos, environs de Honfleur ; Marché à Pont-l'Évêque, Pau, musée des Beaux-Arts ; la Fenaison.) succèdent ainsi aux marines et aux paysages (Voiliers devant Honfleur, 1887, Honfleur, musée Eugène-Boudin).Ses aquarelles, plus rapides et nerveuses, montrent davantage de liberté dans l'exécution

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

     

    À Honfleur, il mène une existence très retirée, consacrant ses seules sorties à la fréquentation de la ferme Saint-Siméon, où il retrouve Cals, Monet et Boudin. C'est avec l'aide de ce dernier qu'il fondera dans sa ville en 1869 un musée de peinture, dont il deviendra le conservateur.

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    La plupart de ses toiles y sont conservées, ainsi qu'au musée du Vieux-Honfleur, aux musées municipaux du Havre, de Fécamp et de Trouville et aux musées des Beaux-Arts de Caen, de Pau et de Rouen. Deux rétrospectives ont été consacrées à Dubourg par le musée de Honfleur en 1970 et 1985.

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

     

    Peinture de : Louis Alexandre Dubourg

    Yahoo!

    19 commentaires
  • C'est aujourd'hui la Fête des Pères

     

    La fête des Pères est une fête annuelle célébrée en l'honneur des pères dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur père, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu'ils ont confectionnés à l'école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur père.


    En France, c'est le fabricant de briquets Flaminaire qui a l'idée, le premier en 1949, de créer une fête des pères pour des raisons commerciales. Son directeur, Marcel Quercia, pour aider au lancement de son briquet au gaz dans l'hexagone, lance la fête des pères en 1950, le troisième dimanche de juin, sur le modèle américain, avec le slogan « Nos papas nous l'ont dit, pour la fête des pères, ils désirent tous un Flaminaire »15. La fête est officialisée par un décret de 1952 qui conserve la règle du troisième dimanche de juin. À cette occasion, un comité national de la fête des pères est créé pour instaurer un prix récompensant les pères les plus méritants (les candidats étaient à l'origine désignés par les services sociaux des mairies) ; ce jour dédié aux pères fait ainsi écho à la fête des mères, officialisée en France en 1928.

     

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Tiramisu aux cerises

     

    Ingrédients:

     

    600 g de cerises ( bigarreaux de préférence),
    100 g de sucre,
    250 g de mascarpone,
    3 jaunes d’oeufs,
    1 sachet de sucre vanillé,
    150 g de sucre semoule,
    quelques sablés bretons
    2 cs de cacao en poudre (facultatif)

     

    Tiramisu aux cerises

     

    Préparation:

     

    Laver et dénoyauter les cerises et les cuire 30 mn dans une casserole. Laisser refroidir et réserver au frigo.

    Mélanger les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils blanchissent. Ajouter le sucre vanillé et le mascarpone. Bien mélanger et incorporer délicatement les blancs montés en neige.

     

    Tiramisu aux cerises

    Tiramisu aux cerises

     

    Dans des coupes à dessert ou des verrines, verser quelques cerises avec un peu de jus; disposer des brisures de sablés bretons et recouvrir de mousse Tiramisu.

     

    Tiramisu aux cerises

    Tiramisu aux cerises

     

                                         Réserver au frigo.

     

    Tiramisu aux cerises

     

                                   Au moment de déguster, saupoudrer de cacao.

     

    Tiramisu aux cerises

     

    Tiramisu aux cerises

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées : Gerbera

     

    Le gerbera est une plante ornementale aux fleurs très décoratives ressemblant à des marguerites avec de larges capitules. Ses feuilles en rosette basale peuvent être dentées lobées ou pennées, plus ou moins velues.

    Le gerbera n'est pas trop difficile à cultiver, mais il faut absolument lui éviter le froid et le gel.

    Il peut s'utiliser en pot, en jardinière, en massif ou en rocaille. Il se plaît dans les régions méditerranéennes mais s'est adapté aux zones plus tempérées. Il ne peut être installé au jardin que dans les régions au climat doux.

    Dans les autres régions, c'est une excellente plante de serre ou de véranda qui peut aussi être cultivée comme plante d'intérieur qui peut alors atteindre 40 cm de hauteur.

     



    Par ailleurs, le gerbera fait l'objet d'une culture commerciale pour la production de fleurs coupées. C'est le cinquième groupe de fleurs coupées le plus vendu au monde après les roses, les œillets, les chrysanthèmes et les tulipes.

    Enfin, certains gerberas contiennent naturellement des dérivés de coumarine, une substance aromatique utilisée par les créateurs de parfums.

    Note : la durée de vie du gerbera ne dépasse pas trois ans en général.

     

    Fleurs cultivées : Gerbera

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Baugé

    Baugé 

    Le Vieil-Baugé est une ancienne commune française du Baugeois, située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

    Baugé

    La commune du Vieil-Baugé comporte plusieurs monuments inscrits au Patrimoine :

    Le château de Baugé a été édifié au XVe siècle par le roi René d'Anjou, pour en faire son pavillon de chasse. Situé en centre-ville de cette ville close de l'Anjou, il accueille aujourd'hui un parcours-spectacle retraçant la vie du Roi René
    Ce pavillon de chasse présente de grandes salles d'honneur destinées à accueillir les convives du roi René. Ces salles étaient desservies par un escalier de pierre, dont la colonne centrale est le point de départ d'une voûte en palmier, unique en Anjou. Huit clefs de voûte armoriées illustrant le blason de l'Anjou, l'étoile de Jérusalem, le blason du royaume d'Aragon, des feuilles de groseillier, les initiales Roi qui sont celles du Roi René et de ses épouses Isabelle Ire de Lorraine et Jeanne de Laval. Un oratoire, dit du Roi René, est illuminé par des vitraux datant du XIXe siècle.
    Le château est construit de moellons de calcaire et de grès, recouvert d'un enduit au sable et à la chaux.
    Pour ses façades et la tourelle d'escalier, ses toits ainsi que plusieurs éléments intérieurs (oratoire, pièces situées à lest, bibliothèque et certaines pièces sous combles), le château de Baugé est classé au titre des monuments historiques par arrêté du 13 avril 1961.
    Depuis 2011, la chambre privée du Roi René (avec son mobilier reconstitué : lit à baldaquin, siège, cathèdre, lutrin, meuble bibliothèque) et son oratoire sont accessibles.

     

    Baugé 

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé


    L'église Saint-Symphorien du Vieil-Baugé se situe dans le bourg du Vieil-Baugé, sur la commune de Baugé-en-Anjou, en Maine-et-Loire. Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 19 décembre 1973. Elle possède un clocher tors.
    La nef est actuellement la partie la plus ancienne de l'église, construite vers la 2e moitié du XIe siècle. À la fin du XIe siècle sont érigés le clocher, les bras et croisée du transept. La chapelle nord date du milieu XIIe siècle et le chœur se trouve à la limite entre les XIIe siècle et XIIIe siècle. La chapelle sud est construite au XVe siècle. Le bas-côté sud est ajouté au début du 2eme quart du XVIe siècle, la 3eme travée est construite probablement par Jean de Lespine en 1532 et 1533. Le croisillon sud est revoûté d'un berceau à caissons, portant les armes de la famille Tillon de Coutrolles vers le milieu du XVIe siècle. Le bas-côté sud s'effondre en 1806. Le lambris de bois blanc qui couvre actuellement la nef a été posé en 1826. La flèche est reconstruite en 1856, mais fut endommagée à deux reprises en 1859 et 1892. Celle-ci est alors remplacée par un clocher en charpente.

     

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé 

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

      

    Le Palais de Justice construit de 1862 à 1866 sur les plans de Léon Rohard, architecte, constitue « un bel exemple des constructions judiciaires du Second Empire (1862- 1866), très homogène » dont « les salles intérieures ont en outre conservé leur décor d'origine ». On peut ainsi y admirer, en plus des boiseries d'époque, une cheminée avec un buste de Napoléon III dans la salle des délibérations ainsi qu'une grande tapisserie à semis d'abeilles sur fond bleu dans la salle d'audience.
    Le style est néoclassique tardif, d'inspiration hellénistique, influencé par le palais de justice de Paris de Joseph-Louis Duc.
    Le plan est simple : derrière la façade se situe longitudinalement la salle des pas perdus, flanquée par deux avant-corps où se trouvent d'un côté la chambre des avoués et de l'autre la conciergerie. Ce hall d'entrée dessert l'unique salle d'audience située au centre du dispositif. Les bureaux et la salle de délibération sont répartis dans les ailes latérales et séparés de la salle d'audience par un couloir éclairé par des verrières zénithales.

     

    Baugé 

    Baugé 

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

    Baugé

     

    Baugé

    Yahoo!

    15 commentaires
  • "J’ai tant rêvé de toi "  poème de Robert Desnos

     

    J’ai tant rêvé de toi

    J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
    Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
    et de baiser sur cette bouche la naissance
    de la voix qui m’est chère ?
    J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre
    à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
    au contour de ton corps, peut-être.
    Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
    et me gouverne depuis des jours et des années
    je deviendrais une ombre sans doute,
    Ô balances sentimentales.
    J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
    Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie
    et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi,
    je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres
    et le premier front venu.
    J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
    qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant,
    qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois
    que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement
    sur le cadran solaire de ta vie.

    Robert Desnos

     

    "J’ai tant rêvé de toi "  poème de Robert Desnos

     

    "J’ai tant rêvé de toi "  poème de Robert Desnos

    Yahoo!

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique