• Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Le mont Gerbier-de-Jonc, ou simplement le Gerbier de Jonc, est un sommet de France situé en Ardèche, dans le Massif central, sur la commune de Saint-Martial tandis que celle de Sainte-Eulalie s'étend à ses pieds au sud.

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Dénommé suc dans la région, il est célèbre par sa forme particulière et son extraordinaire richesse naturelle et sauvage ; mais aussi parce qu’il accueille à son pied les trois sources de la Loire, le plus long fleuve de France.

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Site classé depuis 1933, il est par ordre d'importance le deuxième site touristique du département de l'Ardèche, après les gorges de l'Ardèche. Chaque année, 500 000 personnes escaladent le Gerbier de Jonc.

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Modeste relief volcanique, le mont Gerbier-de-Jonc culmine à une altitude de 1 551 mètres1. Il s'agit d'une protubérance phonolitique, datée de 8 millions d'années, une époque où de nombreux volcans étaient encore en activité en Auvergne.

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Le gerbier est donc une aiguille de lave refroidie, d’où surgissent de nombreuses sources avec une flore exceptionnelle

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche) 

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

     

    Mont Gerbier-de-Jonc  (Ardèche)

    Yahoo!

    19 commentaires
  • "Amitié" poème d'Alfed de Musset

     "Amitié" poème d'Alfed de Musset

    "Amitié" poème d'Alfed de Musset

      

    "Amitié" poème d'Alfed de Musset

     

    "Amitié" poème d'Alfed de Musset

    Yahoo!

    13 commentaires
  •  

    L'abbaye Notre-Dame de Sénanque est un monastère cistercien en activité situé sur la commune de Gordes, dans le département français de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

     

    Fondé en 1148, il devient abbaye en 1150. Celle-ci fait partie, avec l'abbaye de Silvacane et l'abbaye du Thoronet, des « trois sœurs provençales », qui témoignent du grand rayonnement de l’ordre cistercien en Provence.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

     

    Aujourd'hui prieuré de l'abbaye de Lérins, le monastère, situé dans le vallon où coule la Sénancole, est toujours occupé par une communauté de moines cisterciens de la congrégation cistercienne de l’Immaculée Conception.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

     

    L'abbatiale, d'un style roman très sobre, est édifiée en calcaire, taillé et assemblé en grand appareil régulier. Les toitures sont couvertes de lauzes. Elle présente une orientation peu fréquente, le conodine étant orienté au nord-est et la façade principale au sud-ouest. Habituellement symbolique, celle-ci a été déterminée par le sens de la vallée.
    Le chevet est composé d'une abside semi-circulaire unique. Cette abside est couronnée d'une corniche moulurée et est percée de trois baies en plein cintre à simple ébrasement surmontées chacune d'une arcade en forme de sourcil. Elle s'appuie sur la croisée du transept qui présente des pans coupés, des trous de boulin (trous laissés par les échafaudages) et une corniche saillante soutenue par des corbeaux géométriques.
    La croisée du transept est surmontée par un petit clocher carré percé lui aussi de trous de boulin et couronné par un toit en pierre de taille terminé par une croix de pierre. Ce clocher est typique de l'architecture romane cistercienne, qui prône la sobriété.
    La façade latérale est rythmée par cinq puissants contreforts situés au-dessus du collatéral et est surmontée d'une corniche saillante aux corbeaux géométriques, similaire à celle de la croisée.
    La façade principale, soutenue par deux puissants contreforts, est percée de deux étroites fenêtres à double embrasure et à voussure en plein cintre surmontées d'un grand oculus orné de douze lobes. Elle aussi est percée de trous de boulin.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

     

    L'abbaye possède également un cloître roman dont les galeries sont rythmées par des arcs de décharge abritant des triplets d'arcades en plein cintre supportées par des colonnes surmontées de chapiteaux à feuilles d'eau.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)


    Une partie de l'abbaye se visite, comme le dortoir des moines de chœur, l'abbatiale, le cloître ou encore la salle capitulaire. Les moines se réunissaient dans cette dernière, assis sur des gradins, pour lire et commenter les Écritures, recevoir les vœux des novices, veiller les défunts et prendre d'importantes décisions.

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

     

    Abbaye Notre-Dame de Senanque  (Vaucluse)

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    Alfred Augustus Glendening était un peintre de paysage et de genre londonien (1840-1904) fils d'Alfred Augustus Glendening Senior, également peintre.

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    L'artiste a été enseigné par son père et il a travaillé à l'huile et à l'aquarelle. Le travail du père et du fils a souvent une ressemblance frappante.

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    Alfred Junior a exposé à la Royal Academy de 1881 à 1904 ainsi qu'à Suffolk Street. Son tableau «Haymaking» a été exposé à la Royal Academy en 1898

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    et a été acheté par la Chantry Bequest pour la nation en 1898.

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    Glendening Junior jouissait d'une grande popularité à son époque, principalement parce qu'il savait ce que le public aimait et composait ses peintures

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    Plus tard dans sa carrière, Glendening Junior est également devenu un peintre de décors de théâtre,

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

     

    Peinture d'  Alfred Augustus Glendening

    Yahoo!

    19 commentaires
  •  

    Alfred de Musset est un poète et un dramaturge français. né le 11 décembre 1810 à Paris, où il meurt le 2 mai 1857

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Lycéen brillant, Alfred de Musset abandonne ses études supérieures pour se consacrer à la littérature. Dès l'âge de 17 ans, il fréquente les poètes du Cénacle de Charles Nodier et publie à 19 ans, son premier recueil poétique qui révèle son talent.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Il commence alors à mener une vie de « dandy débauché ». En décembre 1830, sa première comédie "La Nuit Vénitienne" est un échec qui le fait renoncer à la scène pour longtemps.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Il choisit dès lors de publier des pièces dans La Revue des Deux Mondes, avant de les regrouper en volume sous le titre explicite "Un Spectacle dans un fauteuil", spectacle qui n'est pas destiné à être joué.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Il rencontre Georges Sand en 1833 avec laquelle il se lie amoureusement et part en Italie.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Leur relation mouvementée, se termine en mai 1835. Pendant cette relation avec Georges Sand, il écrit son chef-d'œuvre, un drame romantique, "Lorenzaccio" en 1834 (la pièce ne sera représentée qu'en 1896) ,

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    ainsi que sa pièce la plus connue : "On ne badine pas avec l'amour".

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset 

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Il se fit aussi connaître par sa pièce "Les Caprices de Marianne",

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    par son recueil de poésies "Les Nuits"

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    et par son ouvrage "La Confession d'un Enfant d'un Siècle".

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Dépressif et alcoolique, à 30 ans, Alfred de Musset écrit de moins en moins, mais reçoit la Légion d'honneur en 1845 et est élu à l'Académie française en 1852.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Mort à 46 ans, à peu près oublié, il est redécouvert au XXe siècle et considéré comme un des grands écrivains romantiques français. Son théâtre et sa poésie lyrique montrent une sensibilité extrême, une interrogation sur la pureté et la débauche, une exaltation de l'amour et une expression sincère de la douleur.

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    2 mai 1857 : décès d'Alfred de Musset

     

    Yahoo!

    11 commentaires
  • Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Le muguet des bois ou Convallaria majalis appartient à la famille des Liliacées. Il est originaire du Japon, mais on le trouve en Europe et en Amérique du nord, où il pousse naturellement dans les sous-bois et les près montagneux ne dépassant pas 2 000 m d'altitude. Couramment appelé muguet, il a connu et connaît toujours plusieurs appellations : lys des vallées, clochettes des bois, grelot, grillet, amourette, gazon de Parnasse ou larmes de Sainte Marie.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    C'est une plante très rustique dont les feuilles sont insérées à la base de la tige non ramifiée. Elles sont disposées par paires autour du brin, dressées et ovales, d'un beau vert franc.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Le muguet fleurit au printemps, en avril-mai, pendant seulement 3 ou 4 semaines.
    Il donne des brins ou hampes florales dressés qui portent en grappe de jolies clochettes pendantes (entre 6 et 10). Celles-ci d'un beau blanc ou parfois rose dégagent un parfum particulier et assez fort. Le muguet n'est pas une grande plante, il mesure le plus souvent entre 15 et 25 cm de hauteur et s'étale sur 10 à 50 cm.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Le muguet est prolifique, voire envahissant. Il s'étend grâce à ses rhizomes horizontaux et ramifiés, mais sa croissance reste lente.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Il se cultive en pleine terre et en pot, à l'extérieur et en intérieur. Il s'utilise en sous-bois, en tapis ou couvre-sols, en bordures, en jardinières, en potées et en fleurs coupées.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

    La culture du muguet est souvent forcée, sous abris, dès le milieu de l'hiver. La région nantaise assure plus des ¾ de la production française ; le reste étant assurée majoritairement par la région bordelaise.

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Le muguet est très utilisé en parfumerie (parfums et savons)

     

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    et aussi en médecine (plante tonicardiaque et diurétique).

     

    Fleurs cultivées : Muguet

     

    Fleurs cultivées : Muguet

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Moelleux à la rhubarbe et amandes

     

    INGRÉDIENTS

    Pour un moelleux de 6 personnes

    150 g de farine d’épeautre (**)
    75 g de poudre d’amande
    170 g de sucre roux (**)
    1 sachet de levure chimique
    100 g de beurre
    4 œufs
    50ml de lait d’amande (*)
    1 pincée de sel (si beurre non salé)
    600 à 700 g de tiges de rhubarbe

     

    Moelleux à la rhubarbe et amandes


    RÉALISATION


    1. Lavez et épluchez votre rhubarbe. Taillez là en morceaux d’environ 2cm de large puis disposez le tout dans un saladier. Ajoutez 50 g de sucre, mélangez, puis laissez mariner au moins une heure.
    2. Au bout de cette heure, dans un 2e saladier, fouettez les œufs avec le restant de sucre (soit 120 g) jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
    3. Faites fondre le beurre, le sel puis mélangez le.
    4. Ajoutez farine, poudre d’amande, levure chimique puis mélangez jusqu’à former une pâte homogène.
    5. Ajoutez le lait d’amande et mélangez pour détendre la pâte.
    6. Incorporez les morceaux de rhubarbe marinés (avec le jus !!) , puis versez la pâte dans un moule à manqué préalablement beurré.
    7. Faites cuire à 180°C pendant 35 minutes (à ajuster selon le four). La pointe du couteau soit ressortir sèche (ie sans pâte dessus) quand vous l’y enfoncez.

    Servez à température ambiante. Pour ceux qui aiment les gâteaux bien sucrés, saupoudrez de sucre glace avant de servir.

     

    Moelleux à la rhubarbe et amandes

    Moelleux à la rhubarbe et amandes

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

     

    Dans les derniers kilomètres à l’approche de Gordes, la route sinueuse n’a pour horizon que ces murs de pierres sèches qui bordent les routes et protègent les maisons du mistral et des regards indiscrets. Puis, tout à coup, au détour d’un virage, le village surgit, majestueux, en vigie face au Luberon. Tel est pris qui croyait prendre… Une impression de force se dégage de ce site compact couronné par un imposant château dans une œuvre minérale où seuls oliviers et cyprès apportent le contraste de leurs vertes silhouettes. Son caractère défensif, le village l’acquiert dès l’époque gallo-romaine et le développe au Moyen Âge. Chargé de veiller sur la cité de Cavaillon, Gordes constitue un refuge pour les populations fuyant invasions et guerres de religion.

     

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

     

    C’est à cette époque (1031) qu’est construit le château, largement remanié à la Renaissance.
    Le Château reconstruit en 1525, existait déjà en 1031. Bien conservé et restauré avec soin, il lie l'architecture de la période troublée du Moyen-Age au nouvel art de vivre de la Renaissance, La cheminée monumentale qui orne la remarquable salle d'honneur a été classée Monument Historique en 1902 et l'ensemble du Château en 1931.
    le chateau forme un rectangle allongé, orienté grosso modo est-ouest, avec trois tours d'angle et une quatrième dans le mur long nord. Une large échancrure dans le mur long sud forme une cour carrée séparant la partie occidentale du château de la partie orientale avec ses deux tours d'angle. L'angle sud-ouest ne comporte pas de tour. La façade nord, austère, de la partie occidentale est flanquée de deux tours rondes à mâchicoulis hautes de 20 m. Elle est percée de deux étages de fenêtres, celles du bas étant à traverse. La couronne de mâchicoulis des tours supporte une terrasse pour l'artillerie. La façade sud, tournée vers le soleil, de la partie occidentale est flanquée d'échauguettes et percée de deux étages de fenêtres à croisillon et d'un étage de fenêtres à meneau (au dernier niveau). Les murs, les tours et les échauguettes comportent des bouches à feu réparties de façon judicieuse. La tour de l'angle sud-est est une tour d'armes avec des bouches à feu et des fenêtres de confort percées tardivement.

     

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

     

    Au XIIème siècle, une église à contreforts vient elle aussi défier de sa silhouette imposante les assaillants potentiels.
    Au Moyen Age (XIe XIIe) les prieurs de l'abbbaye Bénédeictine de st Chaffrey (située dans la plaine), qui étaient aussi les curés primitifs de Gordes, firent construire une église dédiée à notre dame. Devenue trop petite et très vétuste, elle est réédifiée au milieu du 18eme siècle, elle est consacrée à Saint Firmin, Eveque d'Uzès mort en 552.
    La Tour carrée , qui date de la 1ere construction et qui sert aujourd'hui de clocher, était probablement un beffroi. Ses cloches étaient actionnées par les sonneurs de cloche, un des métiers municipaux, pour rythmer les heures et aussi pour dévier les orages ou crever les nuages. Au bas de cette tour une petite porte en bois fermé une prison. C'est à coté de cette porte qu'était le pilori. poteau avec un carcan ou l'on exposait les condamnés à la vue des villageois.

     

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

     

    A l'intérieur : belles boiseries et grilles en fer forgé du XVIIIème.
    Sur les huit chapelles, certaines appartenaient à des confréries. A gauche en entrant, se trouve la chapelle des cordonniers, cette importante corporation regroupa au 19eme jusqu'à 400 ouvriers et tâcherons. Le tableau placé dans cette chapelle représente Saint Crespin, patron des cordonniers, St Crespin et St Simon, patron des carriers. On remarque aussi à droite la chapelle Saint Eloi, patron des forgerons et un tableau représentant Sainte Madeleine dans un somptueux cadre en bois doré.

     

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

    Gordes  (Vaucluse)

     

    Gordes  (Vaucluse)

    Yahoo!

    19 commentaires
  • "Chanson pour Avril" poème d'Anna de Noailles

     

    "Chanson pour Avril" poème d'Anna de Noailles

     

    "Chanson pour Avril" poème d'Anna de Noailles

     

    "Chanson pour Avril" poème d'Anna de Noailles

     

     

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Vaison-la-Romaine est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie


    Le château des Comtes de Toulouse : Campé au sommet d’un rocher à pic, le château de Vaison fut pendant des siècles une puissante forteresse du Comtat Venaissin. Bâti en 1195 par Raymond V, comte de Toulouse et marquis de Provence, il remplaça une tour détruite par l’évêque Bérenger de Reilhane. L’évêque ne parvint pas à chasser par excommunication les ouvriers employés par le comte Raymond qui passa outre aux foudres épiscopales et le château fort domina bientôt la ville.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Le château, amputé de ses moyens de défense et de son donjon décapité, conserve de beaux bâtiments. Il rappelle les luttes qui opposèrent les comtes et les évêques usurpateurs de leurs droits. Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, qui avait épousé la fille de Raymond VII, imposa aux évêques la restitution de ces mêmes droits en faisant rendre une sentence arbitrale le 30 décembre 1351.

     

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    La cathédrale Notre-Dame de Nazareth de Vaison-la-Romaine (Vaucluse) date du XIIe siècle. L'influence romaine, omniprésente en Provence, est évidente sur la cathédrale de Vaison : on trouve de très nombreux remplois romains dans ses murs. Au cours du moyen âge, le centre de gravité de Vaison se déplace progressivement vers la ville haute.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Le site de la cathédrale est le lieu d'une ancienne église construite au XIIe siècle. À la suite de la décision de la communauté de construire une nouvelle cathédrale dans la ville haute, pour avoir un lieu de culte plus proche de leur lieu de vie, cet emplacement fut choisi. La construction d'un nouvel édifice commença en 1464. Des pierres sont récupérées des ruines d'une ancienne chapelle, Saint-Laurent, située dans la plaine. Ces pierres sont reconnaissables dans les parements à leur marque de tâcheron. La cathédrale fut commencée par l'évêque Guillaume III de Cheisolme, qui y fit installer un orgue.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie 

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Cet édifice est modifié au fil du temps jusqu'au XVIIIe siècle. La cathédrale a été délaissée en 1897 au profit de l'ancienne cathédrale romane Notre-Dame-de-Nazareth. En conséquence, elle devient en 1897 une église paroissiale. Elle est dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie, saint Quentin, saint patron de la ville de Vaison, et tous les saints tandis que dans la plaine, la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth de Vaison est dédiée à Notre Dame.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)  2eme partie

     

    Yahoo!

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique