• Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

     

    Jean-Claude Golvin né sous le ciel ensoleillé de Tunisie, à Sfax en 1942, est dès son plus jeune âge passionné par le dessin, l’histoire et la visite des sites antiques d’Afrique du Nord (Tunisie, Algérie)

     

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

     

    Il participe à des missions archéologiques après l’obtention de son diplôme d’architecte (Architecte DPLG en 1969, urbaniste DIUP en 1972). A partir de 1973, il collabore à la mise en valeur de l’amphithéâtre romain d’El-Jem en Tunisie. De là viendra son intérêt pour les amphithéâtres romains, ce qui lui permet d’obtenir son doctorat d’Etat en histoire en 1985 : « L’amphithéâtre romain, essai de théorisation de sa forme et de ses fonctions ».

     

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

     

    De 1979 à 1990, il réside en Egypte et dirige le Centre Franco-Egyptien d’Etude des Temples de Karnak à Louqsor. C’est après son retour en France en 1989 qu’il se consacre pleinement à la restitution du patrimoine ancien par le dessin à l’aquarelle. À partir de 1995, il participe régulièrement à des expositions, publie de nombreux ouvrages et contribue à plusieurs revues.

     

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

     

    Aquarelles de : Jean-Claude Golvin

    Yahoo!

    18 commentaires
  • 25 Avril 18     naissance de

     

    Né en 1873 à Lyon, Georges Ricard-Cordingley a passé sa vie comme capitaine au long cours à sillonner terres et mers. Artiste à la forte personnalité, il connaît, dès sa jeunesse à Paris, puis à Londres (la reine Victoria lui achète trois toiles), une gloire précoce à laquelle il renonce en embarquant pour Terre-Neuve. Où il fait naufrage... Une expérience décisive dans l'orientation de sa vie. De Londres à Sydney, en passant par Marrakech, de Boulogne-sur-Mer, « l'incontournable pôle de ses voyages maritimes », à Cannes, il a mené, comme un sacerdoce, une vie entièrement dévouée à la peinture, sa passion, son métier, sa raison de vivre.

     

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

     

    L'infini naturel

     

    Navires à la mer ou posés sur la grève, tempêtes ou calmes plats, paysages de falaises surplombant l'océan, Ricard-Cordingley a privilégié toute sa vie, sous toutes les latitudes, un seul sujet, l'espace marin, dans un dialogue constant du ciel et de l'eau. Ainsi, il parcourt les océans, traduisant avec une sensibilité de poète ses méditations devant le mystère de la mer, la beauté des ciels. En Méditerranée, il trouvera une immensité douce, un champ d'investigation. Considéré surtout comme le peintre des gris colorés, Ricard-Cordingley adoptera, au contact des lumières du Sud, une palette plus sobre aux tons plus intenses.

     

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

     

    Mers du Sud

     

    La passion de Ricard-Cordingley pour la Côte d'Azur se révèle au cours de son premier séjour tropézien en 1911, où il rencontre sa femme. Mais c'est dans les années 30 qu'il se familiarisera véritablement avec la région. Les tartanes traditionnelles de la Méditerranée sont un des sujets de prédilection de l'artiste, sans négliger pour autant les goélettes, cotres et autres yachts sous voile ou alanguis dans le vieux port de Cannes, « ultime étape de ses réflexions esthétiques et de son approche de la lumière ».

     

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

     

    25 Avril 1873 :  naissance de Georges Ricard-Cordingley

    Yahoo!

    10 commentaires
  •  

    Pour la base du gâteau

    150 g de biscuits sucrés (type speculoos, biscuits Graham …)
    40 g de noix de coco séchée
    1 ½ cuillère à café de cannelle en poudre
    100 g de beurre fondu

     

    Pour la garniture

    250 g de fraises
    2 blancs d’œufs à température ambiante
    250 g de sucre en poudre
    1 cuillère à soupe de jus de citron
    2 cuillères à café d’extrait de vanille

     

    Pour la décoration


    1 poignée de framboises
    coulis de framboises

     

     

    Préparation

     

    Tapissez de papier sulfurisé un moule à fond amovible de 25 à 30 cm de diamètre pour faciliter le démoulage du gâteau.

    Préparez la base du gâteau. Placez les biscuits dans un sac en papier, puis réduisez-les en miettes à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Mettez celles-ci dans un saladier, ajoutez la noix de coco, la cannelle et le beurre, puis remuez pour mélanger le tout. Transvasez la préparation dans le moule et pressez-la de manière à former la base du gâteau. La couche de pâte n’a pas besoin d’être épaisse, mais doit simplement couvrir le fond du moule. Réservez au réfrigérateur.

    Préparez la garniture. Rincez les fraises, équeutez-les et coupez-les en morceaux, puis mettez-les dans un saladier avec les autres ingrédients. Fouettez le tout pendant 6 à 8 minutes à l’aide d’un batteur électrique à vitesse rapide pour dissoudre le sucre et obtenir une mousse – pour vérifier que la consistance de la mousse est bien homogène, prélevez une pincée de mousse et malaxez-la entre vos doigts : si vous sentez des grains de sucre, continuez à battre la préparation.

    Versez la garniture dans le moule, lissez sa surface, puis placez le gâteau au congélateur pendant au moins 4 heures. Ce gâteau peut se conserver dans une boîte hermétique au congélateur pendant 1 mois.

    Au moment de servir, parsemez le gâteau de framboises, puis coupez-le à l’aide d’un couteau trempé dans de l’eau chaude. Accompagnez-le de coulis de framboises.

     

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Fleurs cultivées : Myrte

     

    Le myrte (Myrtus) a donné son nom à la famille des Myrtacées, qui comprend aussi l'eucalyptus et le rince-bouteilles, mais aussi le goyavier, le giroflier et le quatre-épices. Le genre ne comprend que 3 ou 4 espèces, dont une seule est couramment cultivée chez nous. Elle se décline en plusieurs variétés, adaptées au sol et au climat de nombreuses régions.

     

    Fleurs cultivées : Myrte


    Originaire du pourtour méditerranéen, Europe du Sud, Afrique du Nord, Proche-Orient, le myrte est l'arbuste de maquis par excellence. Près de chez nous, on le trouve dans le massif de l'Estérel, le golfe de Saint-Raphaël et surtout en Corse, d'où le nom vernaculaire du myrte commun, appelé aussi myrte de Corse.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Son nom, myrte, vient du latin myrtus, traduction du nom grec dont le radical signifie « parfum ». Le myrte possède une forte valeur symbolique dans de nombreuses civilisations antiques. Dans la mythologie grecque et romaine, il était dédié à la déesse Aphrodite ou Vénus et symbole de la beauté, de la jeunesse et de la chasteté. À ce titre, il a longtemps été utilisé pour les couronnes et les bouquets de mariées et dans les décorations florales lors des mariages.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    C'est un arbuste à feuillage persistant dense et parfumé, portant de petites feuilles ovales lancéolées ou rondes, vert foncé, luisantes et coriaces. Elles sont plus ou moins serrées sur la tige selon les variétés. Lorsqu'on les froisse, elles dégagent un agréable parfum résineux. Par transparence, elles apparaissent criblées de petites glandes translucides le long de la nervure centrale, qui contiennent de l'huile essentielle.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Au printemps ou en été, selon la région et la variété, apparaissent, à l'aisselle des feuilles, de petites fleurs blanches solitaires très parfumées, aux longues et nombreuses étamines.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    De petites baies ovoïdes comestibles, noir bleuâtre ou blanches, recouvertes de pruine, leur succèdent.

     

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    D'une taille de 2 à 3 m, il a un port buissonnant, divisé en nombreux rameaux dès la base. Sur les sujets âgés, le tronc se desquame, laissant apparaître une belle écorce rougeâtre.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Moyennement rustique, le myrte supporte occasionnellement des températures de -10 °C en terrain sec, mais les pointes des jeunes pousses sont souvent grillées par le froid dès -6 à -8 °C. Il est préférable de l'installer dans un endroit protégé, près d'un mur au sud par exemple et de le cultiver en pot, à rentrer l'hiver, dans les régions froides. Il résiste en revanche très bien à la sécheresse une fois bien installé, même s'il apprécie un terrain frais.
    Le myrte peut adopter à peu près toutes les situations : isolé, en arrière-plan d'un massif de vivaces, en bordure taillée, en haie libre, palissé contre mur, et même en topiaire… Il se prête également bien à la culture en pot. Optez, dans ce cas, pour une variété à port compact.
    De par ses origines, c'est l'hôte parfait d'un jardin sec en bord de mer. Il se prête également à l'art topiaire, mais ne fleurit pas ce cas.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    On extrait des feuilles une huile essentielle riche en tanin qui, couplée à ses principes actifs aromatiques, a des propriétés
 antibiotiques et antiseptiques. Elle est recommandée dans les infections respiratoires et urinaires. On la trouve aussi en parfumerie et cosmétologie. Elle entre notamment dans la préparation de dentifrices, savons, shampoings, après-rasages… On l'utilise aussi en application externe contre les inflammations pulmonaires ou les sinusites. Les feuilles de myrte prises en infusion ont des propriétés astringentes et digestives, utilisées pour combattre la diarrhée infantile

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    En cuisine aussi le myrte est très apprécié, surtout en Corse et en Sardaigne. On y fabrique une liqueur avec les fruits, la myrte (seul cas où ce nom est féminin !), aux vertus stomachiques, qui se déguste glacée après le repas,

     

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    mais aussi des vins apéritifs, de l'alcool,

     

    Fleurs cultivées : Myrte

     

     de la gelée

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Comme elles sont astringentes, il est préférable de consommer les baies une fois cuites et après avoir ôté les graines âpres et dures.

    Séchées, les baies aromatisent la charcuterie et le vin, elles sont utilisées dans les pâtés, les marinades en remplacement du genièvre. Elles peuvent être intégrées à des sauces pour arroser le gibier et les viandes grasses. Les feuilles s'invitent également dans de nombreux plats en sauce.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Les rameaux brun-rouge, à la fois flexibles et durs, servent à confectionner des paniers odorants, des nasses à poissons ou des pièges à crustacés.

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte 

    Fleurs cultivées : Myrte

    Fleurs cultivées : Myrte

     

    Fleurs cultivées : Myrte

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    Vaison-la-Romaine est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    Elle est connue pour ses vestiges romains particulièrement riches dont un pont à arche unique,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    ainsi que pour sa cité médiévale et sa cathédrale. Ce qui caractérise particulièrement Vaison, c'est la possibilité de voir dans un même mouvement les villes antique, médiévale et moderne, comme si on pouvait embrasser 2 000 ans d'histoire d'un seul coup d'œil, quitte à oublier les discontinuités qui n'ont pas manqué de troubler le passé vaisonnais.

    C'est aussi une ville archéologique où une cité romaine a pu être découverte en partie.

    Elle comprend la Maison dite de l’Apollon Lauré,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    le Portique de Pompée,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    la maison au Dauphin,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    la Maison du Buste en Argent,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    la rue des boutiques,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    le forum,

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

     le théâtre romain

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    et des ensembles thermaux 

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

     

    La cathédrale Notre-Dame de Nazareth de Vaison-la-Romaine (Vaucluse) date du XIIe siècle. L'influence romaine, omniprésente en Provence, est évidente sur la cathédrale de Vaison : on trouve de très nombreux remplois romains dans ses murs. Au cours du moyen âge, le centre de gravité de Vaison se déplace progressivement vers la ville haute.

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie 

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie 

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse) 1ere partie

     

     

    Vaison-la-Romaine  (Vaucluse)

    Yahoo!

    13 commentaires
  • "Le Papillon" poème d'Alphonse de Lamartine

    "Le Papillon" poème d'Alphonse de Lamartine

    "Le Papillon" poème d'Alphonse de Lamartine

     

    "Le Papillon" poème d'Alphonse de Lamartine

     

    "Le Papillon" poème d'Alphonse de Lamartine

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Le mont Ventoux est un sommet situé dans le département français de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Culminant à 1 910 mètres, il fait environ 25 kilomètres de long sur un axe est-ouest pour 15 kilomètres de large sur un axe nord-sud. Surnommé le Géant de Provence ou le mont Chauve, il est le point culminant des monts de Vaucluse et le plus haut sommet de Vaucluse. Son isolement géographique le rend visible sur de grandes distances. Il constitue la frontière linguistique entre le nord et le sud-occitan.

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Avant d'être parcourue par trois routes principales, qui ont permis le développement du tourisme vert et des sports de pleine nature aussi bien en été qu'en hiver notamment avec l'organisation de grandes courses cyclistes, de bolides motorisés ou autres défis, la montagne était sillonnée de drailles tracées par les bergers à la suite de l'essor de l'élevage ovin entre le xive et le milieu du XIXe siècle. Ces chemins ont désormais été transformés en sentiers de randonnée, à l'instar des GR 4 et GR 9.

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Sa nature essentiellement calcaire est responsable de sa vive couleur blanche et d'une intense karstification due à l'érosion par l'eau, avec la présence de nombreux pierriers dans la partie sommitale. Les précipitations sont particulièrement abondantes au printemps et à l'automne. L'eau de pluie s'infiltre dans des galeries et rejaillit au niveau de résurgences au débit variable telles la fontaine de Vaucluse

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

                               

    ou la source du Groseau

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Le mont Ventoux  (Vaucluse)

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Aquarelles de : Jean Lavernhe

     

    Voici des aquarelles que j'ai trouvé magnifiques, malheureusement je n'ai pas trouvé de biographie de ce peintre.. Si vous en trouvez une soyez gentils de me l'envoyer..

     

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

     

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

     

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

     

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

     

     

    Aquarelles de : Jean Lavernhe

    Yahoo!

    16 commentaires
  •  18 Avril 1Décès de Pierre Desproges

     

    Pierre Desproges (né le 9 mai 1939 à Pantin et décédé le 18 avril 1988 d'un cancer) était un humoriste français.

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Humoriste français réputé pour son humour noir, son anticonformisme et son sens de l'absurde. Célèbre pour son humour grinçant, mis en valeur par une remarquable aisance littéraire, il s'est notamment illustré avec des thèmes souvent évités par les autres humoristes de son époque, prenant à contre-pied certaines positions convenues dans la société. Auteur de spectacles,

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    il a aussi présenté l'émission humoristique « La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède » sur la chaine de télévision

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Célèbre pour son humour grinçant mis en valeur par une remarquable aisance littéraire, Desproges s'est souvent illustré par ses sujets de plaisanterie inhabituels : comme il le disait lui-même, « On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui ».

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Ses traits d'humour reflètent ses positions antimilitaristes (« Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d'entraînement, on peut arriver à en faire des militaires ») ou anticommunautaristes

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    (« Il y a plus d'humanité dans l'oeil d'un chien quand il remue la queue que dans la queue de Le Pen quand il remue son oeil ».

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Il n'hésita pas à s'attaquer aux sujets les plus sensibles, comme la religion (« Dieu a dit : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”, c'est vrai.

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Mais Dieu ou pas, j'ai horreur qu'on me tutoie),

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    la Seconde Guerre mondiale (« L'embêtant dans la collaboration, c'est qu'il fallait dénoncer des juifs. C'est pas très joli comme occupation de dénoncer les juifs. Oui mais... dans la résistance, on dénonçait pas les juifs... mais fallait vivre avec ! »)

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    et même sa propre maladie (« Plus cancéreux que moi, tumeur !

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges


    La légende voudrait qu'il ait tourné son propre décès en dérision en rédigeant lui-même la dépêche annonçant sa mort : « Pierre Deprosgres est mort d'un cancer. Étonnant, non ? » en référence à la phrase de conclusion rituelle de sa Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède. À la base, celle-ci devait être « Pierre Desproges est mort d'un cancer sans l'assistance du professeur Schwartzenberg », proposée par Héléne Desproges, mais les médecins lui ont fait savoir qu'elle risquait d'aller au devant d'une polémique.

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

    Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

     

     18 Avril 1988 : Décès de Pierre Desproges

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Tarte aux fruits sur sablé breton

     

    Ingrédients

     

    950 g de fruits frais au choix
    3 oeufs
    130 g de beurre mou
    130 g de sucre en poudre
    110 g de farine
    50 g de poudre d'amandes
    2 pincées de fleur de sel
    4 g de levure chimique
    2 gouttes d'extrait naturel d'amande amère
    2 càs de purée de fruit au choix... (citron, fraise, framboise)
    1 càs de sucre glace 

     

    Tarte aux fruits sur sablé breton

     

    Instructions

     

    Commencez par préparer le sablé. Dans un saladier, battez 2 jaunes d’oeufs avec 80 g de sucre. Ajoutez la levure, le sel et 80 g de beurre mou. Mélangez bien et ajoutez la farine tamisée. Formez une boule avec la pâte, recouvrez-la d’un film alimentaire et laissez reposer 30 minutes au réfrigérateur.
    Une fois la pâte durcie, étalez-la sur une feuille de papier sulfurisé. Beurrez un cadre à pâtisserie (de 20 cm de côté) et enfoncez-le dans la pâte. Ôtez la pâte en trop puis repassez-la au frais quelques minutes. Préchauffez le four à 180°C.
    . Préparez la crème d’amande en mélangeant 50 g de sucre à 50 g de beurre. Quand le mélange est homogène, ajoutez 1 oeuf entier, la poudre d’amandes et l’extrait d’amande amère. Recouvrez le fond de tarte cru avec cette préparation. Enfournez 40 minutes environ. Laissez refroidir complètement avant d’ôter le cadre.
    Lavez les fruits frais, séchez-les et coupez-les. Déposez une fine couche de purée de framboise sur le sablé puis répartissez les fruits dessus selon vos envies. Si vous le souhaitez, saupoudrez la tarte de sucre glace avant de servir.

     

    Tarte aux fruits sur sablé breton

     

    Tarte aux fruits sur sablé breton

     

    Yahoo!

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique