• "La Laitière et le Pot de Lait" fable de Jean de la Fontaine

    la-laitiere-et-le-pot-au-lait.jpg

    La laitière et le pot au lait .


    Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait
    Bien posé sur un coussinet,
    Prétendait arriver sans encombre à la ville.
    Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
    Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
    Cotillon simple, et souliers plats.
    Notre laitière ainsi troussée
    Comptait déjà dans sa pensée
    Tout le prix de son lait, en employait l'argent,
    Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée ;
    La chose allait à bien par son soin diligent.
    Il m'est, disait-elle, facile,
    D'élever des poulets autour de ma maison :
    Le Renard sera bien habile,
    S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.
    Le porc à s'engraisser coûtera peu de son ;
    Il était quand je l'eus de grosseur raisonnable :
    J'aurai le revendant de l'argent bel et bon.
    Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,
    Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
    Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
    Perrette là-dessus saute aussi, transportée.
    Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;
    La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri
    Sa fortune ainsi répandue,
    Va s'excuser à son mari
    En grand danger d'être battue.
    Le récit en farce en fut fait ;

    On l'appela le Pot au lait.
    Quel esprit ne bat la campagne ?
    Qui ne fait châteaux en Espagne ?
    Picrochole, Pyrrhus, la Laitière, enfin tous,
    Autant les sages que les fous ?
    Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux :
    Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :
    Tout le bien du monde est à nous,
    Tous les honneurs, toutes les femmes.
    Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;
    Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi ;
    On m'élit roi, mon peuple m'aime ;
    Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :
    Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
    Je suis gros Jean comme devant.

    frise fleurie

    « "Vapeurs" poème de Vette de FonclareImpossibilité d'ouvrir certains blogs »
    Yahoo!

  • Commentaires

    6
    bellane
    Jeudi 23 Mai 2013 à 11:43

    comme je la connais,j'ai du la dire quand j'ai passé  mon cep*

    paix et bonheur chez toi*

    5
    ptefleurs18
    Jeudi 23 Mai 2013 à 11:43

    bonjour lucette ......ce sont des fables que nous avons lu et réciter  a notre jeunesse  un loin souvenir . je te souhaite une bonne route  et je te dis a tout a l heure .je ne  traine  pas car certain blog ne s 'ouvre pas ce matin   encore une chose en plus qui  vas  déplaire a certain .........gros bisous

    4
    Samedi 10 Septembre 2011 à 10:43
    ***ROSIA***

    Toujours agréale de relire les fable de Lafontaine-----

    Je te souhaite de passer de bon moment en présence de ta fille

    Prends bien soin de toi Mamie-Lucette

    Je t'embrasse bien fort-------

    Que Dieu te bénisse------

    3
    Samedi 10 Septembre 2011 à 10:41
    Jonathan

    Le lait, je l'achète par 30 litres, mais je ne mets pas les brocs sur ma tête... mes vertèbres cervicales ne tiendraient pas le coup !  Alors surtout chère Lucette soit sage ne détourne pas l'avion sur New York...    Bon voyage et que Dieu te bénisse et te garde.Gros  Gros bisous à toi

    2
    Samedi 10 Septembre 2011 à 08:27
    Marizou

    Actuellement nos rêves de dépenses sont plutôt limités !

    1
    Samedi 10 Septembre 2011 à 07:17

    Difficle aujourd'hui de poser un commentaire sur Over-blog , mais avant que débute le match de l'équipe de France , 

    Deux pour te dire Lucette , que cette fable de La Fontaine , je m'en souviens encore

    Douce journée

    Bisous

    timilo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :