• Gâteau Luxembourgeois

     

    Ingrédients :

     

    500 g de farine
    1 sachet de levure de boulanger
    20 cl de lait
    50 g + 75 g de sucre de canne
    100 g de crème fraiche
    2 oeufs
    1/2 cc de sel
    200 g fromage blanc


    Préparation:


    Mélangez la levure dans le lait tiédi à 30°.

    Gâteau Luxembourgeois

    Tamisez la farine.

    Versez-la sur le mélange levure/lait.

    Gâteau Luxembourgeois

    Ajoutez les œufs, le sucre si vous souhaitez en mettre (réservez 75 g pour la garniture) et la crème (pour moi du lait entier).

    Gâteau Luxembourgeois

    Pétrissez-la jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène

    Déposez-la dans un moule beurré d’environ 25 cm et assez haut car elle va monter.

    Gâteau Luxembourgeois

    Faites la lever dans un endroit chaud (exemple dans le four à 25 ou 30°).

    Mélangez le fromage blanc et le sucre.

    Gâteau Luxembourgeois

    Étalez ce mélange sur la pâte.

    Gâteau Luxembourgeois

    Enfournez 30 minutes à 180°.

    Gâteau Luxembourgeois

    Laissez refroidir.

    Gâteau Luxembourgeois

     

    Gâteau Luxembourgeois

     

    Gâteau Luxembourgeois

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    Le genre Leucanthemum comprend environ 25 espèces, annuelles ou vivaces, originaires des pentes rocheuses et des prairies fraîches d'Europe ou d'Asie. C'est une plante très commune dans tout le pays, où on la rencontre dans les prés, les accotements, les sous-bois clairs. Leucanthemum signifie « fleur blanche » en grec. Il en existe de très nombreux cultivars et hybrides, à fleurs simples, doubles ou semi-doubles.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    La marguerite de nos jardins est une plante vivace poussant en touffe parfois rhizomateuse de feuilles basales caduques, spatulées, légèrement dentées, vert foncé brillant.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    Des tiges hautes de 0,30 à 1 m, rarement ramifiées, en émergent, portant des inflorescences en capitules généralement solitaires, composées de ligules blanches, plus ou moins nombreuses selon le cultivar, autour d'un disque jaune vif comprenant de nombreux fleurons en forme de tube.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    De culture facile, la marguerite est peu exigeante sur la nature du sol et ne demande que du soleil. Sa croissance est rapide, elle fleurit à partir de la deuxième année, au printemps ou en été. Très rustique, au-delà de -20 °C, la marguerite pousse en toutes régions, elle ne craint que l'excès d'eau au pied. Elle peut même se montrer envahissante dans les terrains propices.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    Sa floraison longue et généreuse en fait la plante idéale dans les massifs, les bordures ou les rocailles, mais aussi en touffe isolée, voire au potager pour les fleurs à bouquets. Dans le langage des fleurs, elle symbolise l'innocence et la pureté, mais aussi l'estime, la confiance, l'amour timide et la patience en amour.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    En cuisine, on consomme les jeunes feuilles au goût poivré en salade. Les racines et les jeunes pousses se mangent en légume, cuites à la vapeur, et les boutons floraux, revenus à la poêle, agrémentent aussi bien les salades que les sauces de viande. On les prépare aussi en condiment au vinaigre, pour remplacer les câpres.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    Tout comme la camomille, la marguerite possède des propriétés calmantes, mais avec un effet moins prononcé. Elle aurait aussi des propriétés diurétiques et faciliterait la digestion. On utilise les fleurs séchées en infusion.

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

     

    Fleurs cultivées : Marguerite

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Raray est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.
    Raray est situé dans la plaine agricole du Valois, à 11 km au nord-est de Senlis et à 13 km à l'ouest de Crépy-en-Valois. La distance routière de Senlis est de 12 km, et Paris est éloigné de 52 km par Senlis et l'autoroute A1.

     

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Église Saint-Nicolas (classée monument historique par arrêté du 28 novembre 1921) : C'est un petit édifice d'un style gothique flamboyant assez pur, qui a été bâti probablement au cours des années 1520 - 1530. Ses parties orientales réutilisent des structures plus anciennes, et le clocher en bâtière, ainsi que la voûte de la chapelle Saint-Joseph au rez-de-chaussée, remontent au milieu du xiie siècle. Tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, l'architecture est soignée, ce qui se traduit notamment par le décor abondant du portail occidental, les piliers ondulés, la modénature complexe et les réseaux flamboyants aux lancettes à têtes trilobées, surmontées de soufflets et mouchettes. Toutes les travées sont voûtées d'ogives. L'église a bénéficié d'une restauration complète à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

     

    Raray (oise) 

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Portail et enclos de l'ancien presbytère, aujourd'hui mairie (inscrit monument historique par arrêté du 15 avril 1988) : il date de 1621 et se présente dans un pur style Renaissance. L'arc cintré est surmonté par un fronton circulaire, soutenu par une corniche et orné d'une boule.

     

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Ancienne orangerie du château, rue Nicolas-de-Lancy : Elle a été transformée en restaurant quand cinq chambres d'hôte ont été aménagées dans les anciennes écuries du château en 1999.

     

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Une tour haute de trente mètres, rue Nicolas-de-Lancy, au sud de l'orangerie : D'une esthétique controversée, elle a été construite entre 1901 et 1903 pour Henri de La Bédoyère. À l'origine, la tour supportait une éolienne servant à remonter l'eau du puits. Détruite par une tempête en 1921, elle n'a pas été remplacée, l'énergie électrique étant alors disponible.

     

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Ferme Parmentier ou « petite ferme », rue Nicolas-de-Lancy / rue Jean-Cocteau, face à la ferme du château : Intéressante pour son petit manoir Renaissance du XVIe siècle avec des fenêtres à meneaux. Quand le marquis Henry de Barres devint seigneur de Raray en 1760, il réunit la petite ferme à la « grande ferme » en face. D'une architecture plus simple que le « manoir » de la ferme voisine, c'est surtout l'ensemble de deux manoirs de la même époque donnant sur une grande place dégagée et engazonnée qui est remarquable

     

    Raray (oise)

    Raray (oise)

    Raray (oise)

     

    Raray (oise)

    Yahoo!

    22 commentaires
  • "En hiver la terre pleure"  poème de Victor Hugo

    "En hiver la terre pleure"  poème de Victor Hugo

    "En hiver la terre pleure"  poème de Victor Hugo

    "En hiver la terre pleure"  poème de Victor Hugo

    "En hiver la terre pleure"  poème de Victor Hugo

    Yahoo!

    17 commentaires
  •  

     

    Église Notre-Dame de Marmande : église et Les Cloîtres Notre-Dame construits au XIIIe siècle, restaurés au XIVe siècle, classés monuments historiques en 1862.
    C’est le seul édifice religieux gothique existant dans le département, dont le type puisse être comparé à ceux des églises du nord de la France.
    Construite dans le 3ème quart du XIIIème siècle, l’église possède une grande nef à 5 travées avec double étage, triforium et fenêtres. Chaque travée des bas-côtés correspond à des petites chapelles construites entre les piliers buttants.
    La rosace, placée au centre de la façade est très développée, et d’une belle composition dans son ensemble.

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

     

    Au sud de l’église, existe un cloître dont les arcades datent de la Renaissance

     

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

     

    Le jardin surprenant, étonnant, impressionnant est situé au cœur de la ville. Ce sont les édiles locaux qui - en 1953 - ont souhaité transformer le cloître accolé au flanc sud de l'église en un jardin classique d'art topiaire. Il fallait oser vouloir ainsi faire revivre cet art apprécié des Grecs et des Latins qui consiste à tailler ifs et buis afin de les transformer en pyramides, cônes, sphères. Il a fallu attendre 6 ans pour réaliser ce travail magnifique. Les architectes se sont inspirés des jardins réalisés au château de Langeais, les concepteurs les ont réalisés. On admire aujourd'hui des jardins à la française, au plan géométrique régulier, aux proportions harmonieuses, où sont dessinés des massifs dont la bordure extérieure est formée de buis (buxus sempervirens). C'est une autre sorte de buis (buxus microphylla) qui y dessine d'élégantes broderies, les ifs quant à eux sont taillés en boule, en cône, en pyramide. Au centre de cet aménagement : un bassin central quadrilobé. L'eau symbolise la fraîcheur, le calme, la paix. C'est un clin d'œil aux fenêtres gothiques de la nef dont il reprend les motifs. Des murs de charmille reprennent le dessin des galeries du cloître. On a procédé avec un soin immense au choix des arbres qui ont été plantés. Les arbres d'alignement sont des tilleuls, des tulipiers de Virginie et des charmes. Et pour mieux faire chanter, tous ces verts des annuelles tabacs d'ornementation, giroflées et autres mufliers apportent leurs couleurs

     

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

     

    Eglise Notre-Dame de Marmande et son jardin  (Lot-et-Garonne)

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Peinture de : Edouard Williams

     


    Edward Williams (1781 - 24 juin 1855) était un peintre paysagiste anglais à l' époque victorienne . Il avait six fils , qui étaient également des peintres paysagistes bien connus. Williams est considéré comme le patriarche de la famille de peintres Williams , également appelée école Barnes

     

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams


    Edward Williams a probablement commencé sa carrière artistique dans la création de cadres, mais il était entouré de parents qui étaient des peintres et graveurs bien connus, et au fil des ans, il s'est réinventé en tant que peintre. Il a commencé par peindre des miniatures et copier des paysages baroques des années 1600 dans le style des peintres hollandais Ruisdael (1628-1682) et Hobbema (1638-1709) - l'ancien connu pour des scènes de forêt avec des rendus détaillés des arbres, en particulier les feuilles, et des scènes d'eau avec de petits bateaux amarrés sous des moulins à vent; ce dernier connu pour ses arbres densément feuillagés aux feuilles pointillées.

     

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

     

    Au fur et à mesure qu'Edward Williams développait son propre style, il passa à des paysages contemporains de la campagne anglaise qui, sans surprise, évoquent une partie du travail de son oncle George Morland . Cependant, il est devenu surtout connu pour des scènes au clair de lune de bateaux et de moulins à vent le long de la Tamise, ce qui lui a valu l'épithète auprès du public de "Moonlight Williams", ou simplement le "peintre au clair de lune". Il signait rarement son travail, peut-être un tableau sur cent, et quand il le faisait, il signait simplement comme E.Wms. En conséquence, le travail de Old Williams peut être parfois difficile à distinguer de celui de son fils Edward Charles Williams , qui a peint dans un style similaire et signé ses tableaux E. Williams.

     

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

     

    L' Athenaeum, le 14 juillet 1855, publia une nécrologie pour Edward Williams dans laquelle ils écrivirent: "Le nom de M. E. Williams, l'Ancien, doit être ajouté à la nécrologie de l'année. Cet agréable peintre paysagiste est mort, nous le voyons, dans les soixante-dix -quatrième année de son âge ... Il forma ce que l'on doit presque appeler une école de paysagistes chez ses fils ... dont les œuvres ... font honneur à celui qui les a formés. Ses meilleurs paysages (et aucun de ses avaient été mauvais) peuvent maintenant prendre de la valeur parmi les collectionneurs. " Edward Williams était un maître dans la peinture de paysages de campagne détaillés dans lesquels les personnages, s'ils étaient présents, étaient généralement subordonnés au paysage, mais il est peut-être mieux connu pour avoir transmis ce style à six fils, dont certains étaient parmi les plus populaires. peintres paysagistes de leur temps.

     

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

    Peinture de : Edouard Williams

     

    Peinture de : Edouard Williams

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Citations sur l'amitié

    Citations sur l'amitié

    Citations sur l'amitié

     

     

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Gâteau aux oranges

     


    Ingrédients : Pour 6-8 personnes:

    - 150 g de farine
    - 220 de sucre
    - 4 oeufs
    - 1 gousse de vanille
    - 1/2 sachet de levure
    - 100 g de poudre d'amandes
    - 150 g de beurre
    - Le zeste d'1/2 citron non traité

    Pour le sirop :
    - Le zeste de 4 petites oranges
    - 25 cl de jus d'oranges (5 oranges chez moi)
    - 220 g de sucre

     

    Gâteau aux oranges

     

    Préparation :

     

    Rincer les oranges, les essuyer et prélever les zestes avec un zesteur (ou à l'économe,

    Gâteau aux oranges

    il suffira ensuite de couper les zestes en fines julienne).

    Gâteau aux oranges

    Presser les oranges

    Gâteau aux oranges

    et mettre 25 cl de jus dans une casserole. Ajouter le sucre et les zestes et faire chauffer à feu doux le temps de dissoudre le sucre. Porter à ébullition et laisser cuire 5 minutes, le temps que le mélange devienne sirupeux. Réserver.

    Préchauffer le four à 160°C.
    Faire fondre le beurre. Fouetter les oeufs, le sucre, les graines de la gousse de vanille pendant 6 à 8 minutes, jusqu'à ce que le mélange blanchisse et triple de volume. Ajouter la farine et la levure (en les tamisant si besoin) puis le beurre, la poudre d'amande et le zeste très fin du citron .

    Verser la préparation dans un moule et cuire pendant 40 à 50 minutes. Démouler ensuite sur une grille.

    Arroser de sirop, répartir les zestes sur le gâteau. Attendre que le sirop pénètre dans le gâteau puis découper et servir.

     

    Gâteau aux oranges

     

    Gâteau aux oranges

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées : Malvestrum

    Fleurs cultivées : Malvestrum

     

    Plante rampante vigoureuse, le malvastrum est davantage utilisé dans les projets paysagers relevant de plans d'urbanisme que dans les jardins de particuliers. Mais il est tout de même apprécié pour sa qualité de couvre-sol à fleurs ainsi que pour sa bonne résistance en sol sec dans les jardins de campagne et les jardins de bord de mer où l'entretien reste très limité.

     

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

     

    Les fleurs du malvastrum présentent cinq pétales roses au centre orangé virant sur l'abricot. Elles sont largement ouvertes et bien que de petit diamètre (3 à 5 cm) sont très attractives et se renouvellent pendant plus d'un mois à partir de la fin mai ou de la mi-juin selon les régions.

     

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

     

    Son feuillage vert très découpé et d'aspect rugueux rappelle celui de la plupart des plantes de la famille des malvacées. Il persiste toute l'année en se renouvelant. Les tiges se ramifient beaucoup, formant en peu de temps un couvert végétal assez dense. Elles ont aussi tendance à se marcotter seules et la plante arrive ainsi à coloniser le terrain où elle pousse.

     

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

     

    Le port du malvastrum associe la forme buissonnante et rampante, ce qui donne un couvre-sol idéal quand on veut stabiliser un talus ou couvrir de grandes étendues. La plante reste toutefois prostrée et dépasse rarement 30 cm de haut.
    Le malvastrum est bien rustique sous nos climats, il résiste à des températures de -12 à -15 °C. Il est classé parmi les vivaces ou les sous-arbrisseaux.
    Au jardin, l'emploi du malvastrum permet de profiter d'un couvre-sol dont on ne s'occupe pas ou que rarement. À exposition ensoleillée et quand on pense à l'arroser, il pousse vigoureusement et fleurit abondamment.

     

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

    Fleurs cultivées : Malvastrum

     

    Fleurs cultivées : Malvastrum

     

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Marmande  (Ariège) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Ariège) le jardin Beauchamp

     

    Marmande est une commune du sud-ouest de la France, sous-préfecture et chef-lieu de canton du département de Lot-et-Garonne, en région Nouvelle-Aquitaine, située entre Agen et Bordeaux, en Lot-et-Garonne.  La ville est traversée par la Garonne. Elle se trouve sur la rive droite du fleuve.

     

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp 

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

     

    Du jardin du cloître de Notre-Dame de Marmande, gagnez un peu en dehors du centre-ville les Jardins de Beauchamp. En 1996, Alain Jay et son fils Sébastien, pépiniéristes de père en fils, créé un jardin à thèmes pour mettre les plantes en situation et inspirer les visiteurs. Ils se lancent ensemble dans un gigantesque chantier.

     

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Alain Jay et sa femme


    Après six ans de travaux pour création d’un bassin, d’une cascade, d’un labyrinthe, d’un pigeonnier, …, les Jardins de Beauchamp sont inaugurés en 2004.

     

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

      

    Inspirés de différentes régions du monde, ils vous plongent dans des ambiances variées et colorées : zen, patio, sous-bois, jardin de curé, palmeraie, … au fil de l’eau sous forme d’une rivière, d’un étang, d’un ruisseau toscan avec ses hauts cyprès ou encore d’un bassin biologique pour carpes koï.

     

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

     

    Marmande  (Lot-et-Garonne) le jardin Beauchamp

    Yahoo!

    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique