• "Hiver" poème d'Isabelle Callis Sabot

    "Hiver" poème d'Isabelle Callis Sabot  

    "Hiver" poème d'Isabelle Callis Sabot

     

     

    "Hiver" poème d'Isabelle Callis Sabot

    "Hiver" poème d'Isabelle Callis Sabot

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

     

    Foix est une commune française, ancienne capitale du comté de Foix, aujourd'hui préfecture du département de l'Ariège située en région Occitanie.


    Le château se dresse sur un piton rocheux, juste à l'ouest du centre-ville. La majorité de l'édifice actuel date du XIIe siècle. Nous distinguons alors actuellement :
    Au nord, la tour carrée, couverte d’un toit d’ardoises à la fin du XIXe siècle, qui est certainement la tour la plus ancienne car elle daterait des XIe et XIIe siècles.
    La tour du milieu construite au cours du XIIIe siècle qui fut entièrement réaménagée au XIVe siècle. Elle présente de belles caractéristiques architecturales : têtes sculptées aux culs-de-lampe et blasons en clefs de voûte.
    La tour ronde, plus tardive, qui présente quant à elle une architecture gothique avec de vastes baies éclairant de belles salles voûtées de plan hexagonal.

     

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

     

    L'abbatiale Saint-Volusien
    Des chanoines réguliers de saint Augustin prennent possession en 1104 d'une abbaye abritant les reliques de saint Volusien. C'est alors que la construction d'une vaste église à trois nefs, comprenant un transept, est entreprise. Au XIVe siècle, le chevet roman est remplacé par un nouveau chœur de forme polygonale.
    L'édifice est ruiné pendant les guerres de Religion ; les reliques sont brûlées. Les travaux de reconstruction sont entrepris à partir de 1609 et sont vraisemblablement achevés vers 1670 (voûte).
    De l'église médiévale, il subsiste principalement le portail et la base des murs de la nef.
    On y trouve un orgue de 40 jeux construit par Fermis en 1869 et restauré en 2007.

     

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

     

    Un cèdre que personne n'a jamais pris la peine de retirer a élu domicile vers 1900 à la base du mur ouest du clocher et pousse tout déformé dans l'espace restreint entre l'église, la grille de la préfecture et les maisons faisant face. La circonférence de son tronc atteint maintenant 3 mètres.

     

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

    Foix  (Ariège) 2/2

     

    Foix  (Ariège) 2/2

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    Ce peintre est né le 11 septembre 1847 dans le comté d’Owen, dans l’Indiana.
    En 1852 sa famille s’installe à Waveland dans le comté de Montgomery, Indiana.
    Très jeune, il développe un intérêt pour l’art et apprend le dessin.
    Sa formation artistique débute au Waveland Collegiate Institute.
    A l’âge de 16 ans il se dirige pour une nouvelle formation au Asbury College à Greencastle.
    Puis étudie brièvement à Chicago et à Cincinnati avant de repartir vers ses racines.

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    En 1870, Steele épouse Mary Elisabeth Lakinet s’installe à Battle Creek dans le Michigan.
    De cette union nait un fils Brandt, né en 1870 et une fille Margaret en 1872.
    Après cette naissance la famille s’installe à Indianapolis dans l’Indiana.
    Bien que cela soit difficile Steele arrive à subvenir à sa famille
    en peignant des portraits et des enseignes commerciales.
    En 1879 née un autre fils, Shirley.Son épouse, atteinte de polyarthrite chronique et de tuberculose,décède en 1899.

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    En 1880, Steele s’embarque pour l’Europe,
    l’Allemagne, où il étudie à l’Académie des beaux-arts de Munich.
    Son ami et mécéne Herman Lieber lui donne un coup de pouce
    en s’arrangeant pour apporter un soutien financier à sa famille.
    En contre partie Steele s’engage à faire des tableaux pour 13 clients,
    qui ont promis 100$ afin de lui permettre ces études.

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    A son retour à Indianapolis, il loue le manoir Tinker (Talbott place) ainsi qu’un atelier en centre ville.
    En 1886, il abandonne cet atelier et fais construire un studio sur sa propriété.
    Cet artiste peintre fait beaucoup d’expositions locales ainsi que la prestigieuse Society of American Artists
    Au Metropolitan Museum of art de New York en 1886.
    Steele aime particulièrement peindre aux abords de la rivière Muscatatuck près de Vernon.
    Il peint aussi au Vermont et au Tennessee.

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    En 1900, Steele reçu une maîtrise honorifique en arts Du Wabash de Crawfordsville dans l’Indiana.
    En 1913, fut élu artiste associé à la National Academy of Design de New-York.
    En 1915, il expose à la prestigieuse exposition internationale Panama-Pacific à San Francisco Californie.
    En 1922, il fut nommé premier artiste de l’Université d’Indiana.
    Il a aussi exposé à Chicago au Salon Hoosier.
    En décembre 1925 il a une crise cardiaque, il se rétablit et continue à peindre.
    Il tombe malade en juin 1926 et décède chez lui dans le comté du Brown le 24 Juillet 1926.

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

     

    Peinture de :  Théodore Clément Steele

    Yahoo!

    22 commentaires
  • Citations de Paul Verlaine

    Citations de Paul Verlaine

     

    Citations de Paul Verlaine

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Gâteau au chocolat et aux poires

     

    Ingrédients

     

    4 petites poires
    1 litre d’eau
    250g de sucre
    Le jus d’un citron
    Les graines d’une gousse de vanille


    gâteau chocolat :
    150 g de chocolat noir
    50 ml de crème
    120 g de beurre mou
    120 g de sucre
    4 oeufs
    80 g de poudre d'amande
    40 g de farine
    1 c-a-soupe de cacao amère
    1 c-a-c de levure chimique


    Glaçage :
    80 g de chocolat noire
    80 de crème liquide

     

    Gâteau au chocolat et aux poires

     

    Instructions

     

    Pochage des poires :
    Dans une casserole, verser l’eau, le sucre, le jus de citron et la vanille mélanger bien afin que le sucre se dissolve.
    Peler les poires et les plonger dans la casserole et laisser pocher 15 minutes. Égoutter.


    Gâteau chocolat :
    Faire fondre le chocolat et la crème liquide au bain-marie de préférence (ou au micro-onde)
    Fouetter le beurre et le sucre jusqu’à consistance crémeuse.
    ajouter les oeufs un a un (prendre soin d'incorporer l'oeuf avant de rajouter le suivant).
    Verser le chocolat fondu et tiédit.
    Dans un saladier, mélanger ensemble farine, poudre d'amande, sel, cacao et levure chimique.
    Tamiser au dessus des oeufs et incorporer totalement.
    Chemiser un moule à cake de 28-30 cm (le miens mesure 26 cm)de papier sulfurisé.
    Verser une petite partie de pâte au fond du moule et déposer les poires.

    Gâteau au chocolat et aux poires

    Verser le reste de pâte (les poires ne seront pas recouvertes totalement mais le gâteau va gonfler durant la cuisson).

    Gâteau au chocolat et aux poires

    Enfourner dans un four préchauffé a 180 C (350 F) durant 40 minutes environs (45 minutes pour moi).
    Laisser tiédir avant de démouler le gâteau sur une grille.

    Gâteau au chocolat et aux poires

    Laisser refroidir complètement avant de verser le glaçage sur la surface.


    Glaçage :
    Chauffer la crème liquide.
    Verser la crème liquide en 3 fois sur le chocolat.
    Laisser fondre un peu le chocolat avant de remuer jusqu’à une consistance lisse.
    Verser sur le cake.


    Dégustez

     

    Gâteau au chocolat et aux poires

     

    Gâteau au chocolat et aux poires

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

     

    Originaire du bassin méditerranéen (et plus particulièrement d'Espagne et d'Afrique du Nord), la malope à grandes fleurs est une annuelle qui forme très rapidement un haut buisson (de 70 à 80 cm de hauteur), dont le port arbustif n'est pas sans rappeler celui des lavatères.

     

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

     

    Comme cette vivace, ses tiges vigoureuses portent un abondant feuillage d'un vert franc, divisé en trois à cinq lobes.

     

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

     

    De juillet jusqu'à septembre (grâce à un effleurage régulier) cette plante offre de superbes fleurs en coupe, de 5 à 8 cm de diamètre, pourvues de cinq pétales en forme de cœur. Cette superbe floraison satinée peut-être rouge cramoisi, blanche ou encore d'un rose uni ou animé d'un cœur pourpre.

     

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

     

    Les fleurs de malope sont de bonne tenue en vase

     

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    .

    La plante peut donc être installée parmi d'autres fleurs à bouquet. Elles ornent aussi des talus ou, plus classiquement, des massifs en compagnie d'autres annuelles (cosmos, reine marguerite…) ou vivaces (anémone du Japon, aster, gaura, verveine de Buenos Aires).

     

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Fleurs cultivées : Malope

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

     

    Foix est une commune française, ancienne capitale du comté de Foix, aujourd'hui préfecture du département de l'Ariège située en région Occitanie.

     

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

     

    La vieille ville conserve aujourd'hui son caractère médiéval. En témoignent les ruelles étroites (rue des Marchands, rue des Chapeliers), ainsi que quelques maisons à colombage. Bien que cela échappe au regard de nos jours à cause des enduits ajoutés ultérieurement, les maisons de la vieille ville sont, pour une part importante, bâties sur une ossature de bois à colombages. La rue des Grands Ducs est un des derniers vestiges des constructions médiévales, c'est une ruelle étroite et escarpée, avec des pontils qui sont passerelles reliant les maisons de part et d'autre de la rue. Dans la rue des Marchands, la maison des Consuls abritait cette institution (Consulat de Foix) aux temps du comté de Foix puis de l'Ancien Régime. L'horloge de la ville était placée au sommet de la tour de l'Horloge (rue de l'Horloge). Il ne subsiste rien des trois remparts successifs de la cité (XIIe siècle, XIIIe siècle et XVe siècle), seul leur tracé est connu.

     

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

    Foix  (Ariège) 1/2

     

    Foix  (Ariège) 1/2

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  • "Automne" poème d

     

    "Automne" poème d'Isabelle Callis Sabot

     

    "Automne" poème d'Isabelle Callis Sabot

     

    "Automne" poème d'Isabelle Callis Sabot

     

    "Automne" poème d'Isabelle Callis Sabot

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

    Héricourt-en-Caux est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)


    L'église Saint-Denis surplombant le centre-bourg, avec une tour-clocher (beffroi) à coté
    Plan en croix latine. Une nef et ses deux bas-côtés entrecoupés d'un transept et s'achevant par un chevet plat. Un massif à deux tours précède le vaisseau tandis qu'une tour clocher percée d'abat-son émerge à la croisée du transept. Les murs sont percés de fenêtres en plein cintre, de contreforts et couverts d'un toit à longs pans en ardoise.
    Epoque et styles XIXème et XXème siècles
    L'église fut construite à l'initiative de l'abbé Anias, sur les plans du Chanoine Robert (architecte diocésain) entre 1850 et 1858, à l'emplacement d'une ancienne église des XI et XIIème siècles.
    Le beffroi qui voisine l'église a été construit en 1903.
    L'église conserve des fonts baptismaux du XIIIème siècle la pierre tombale de Jean de Trouville mort en 1305, quatre statues du XVe siècles en provenance de l'ancienne église et la châsse de saint Mellon.

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

    Le monument aux morts

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

      

    La chapelle de Saint-Riquier à Héricourt-en-Caux est un édifice des XII et XVe s. Cet Édifice de pierre et silex abrite une charpente en forme de carène de bateau renversé ainsi que de trois statues de saints liées à l'histoire du village. À l'extérieur se trouvent une ancienne pierre de consécration au chevet de la chapelle, un calvaire du XVIe s. présentant sur ses faces 4 statues.

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

     

    Le château du Boscol à l'extrémité d'une superbe allée de hêtres d'un kilomètre, le château a été construit au XVIème siècle puis remanié au XVIIIème siècle.
    Au Sud-Ouest, donnant sur le parc, la longue façade du château et la petite tour d'angle sont caractéristiques, tout comme le colombier, de l'architecture cauchoise du XVIème siècle. L'appareil qui alterne bandeaux de brique et damiers de silex, encadre de belles ouvertures à meneaux, dans l'esprit de la Renaissance.
    Le domaine n'a apparemment jamais été vendu, et s'est transmis par alliances successives depuis le XVème siècle 
    Plusieurs éléments sont protégés aux Monuments Historiques en 1981 : les façades et toitures du château, de la chapelle et du colombier, les murs de clôture du parc avec les sauts-de-loup, les pièces suivantes avec leur décor : grand salon du rez-de-chaussée, chambres Est et Sud-Ouest du 1er étage de l'aile Sud.

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

    Le Grand Moulin appelé aussi moulin de Quetteville, du nom de son dernier propriétaire, date de 1508. Ancien moulin à blé, il est modernisé dans la seconde moitié du XIXème siècle. Il cesse toute activité dans les années 1960. 

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

    Héricourt-en-Caux  (Seine-Maritime)

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Peinture de : Alfons Mucha

     

    Alfons Mucha a surtout travaillé comme artiste graphique et il a réalisé de nombreuses affiches d'art. Il est devenu une des figures les plus importantes de l'Art Nouveau à la fin des années 1890, quand les illustrations et les posters ont émergé en tant qu'art populaire de même que de nouveaux procédés d'impression ont été développés.

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha


    Alfons MUCHA est né en 1860 en Moravie, l'actuelle République Tchèque. Il travailla comme peintre et étudia l'art en Autriche et en Allemagne, avant de se rendre à Paris, en France, où il dut se battre pour vivre et il réalisa des oeuvres graphiques et produisit des illustrations pour les livres et des calendriers d'art.
    En 1895, il reçut une commission pour créer l'affiche de la pièce de théâtre "Gismonda" avec Sarah Bernhardt.

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

     

    Le succès immédiat qui suivit, l'originalité et la sensibilité du nouveau style de Mucha ainsi qu'une grande appréciation publique, poussèrent l'actrice légendaire à lui proposer un contrat de six ans pour dessiner les affiches, les décors de théâtre et les costumes de scène de ses pièces.

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

     

    Vers 1898, Mucha était devenu un artiste Art Nouveau connu et créatif. Il dessina et publia des cartes postales, des affiches de théâtre, de nombreuses illustrations ainsi qu'une série de panneaux décoratifs centrés sur des thèmes inspiré par la Nature et imprimés sur du papier ou sur de la soie. Il produisit ainsi une incroyable quantité de dessins, de pastels ou d'aquarelles et des motifs pour la décoration intérieure, des bijoux et des vêtements.

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

     

    En 1902, il publia le portfolio des "Documents Décoratifs", qui résumait son credo artistique, ses théories sur l'art et sur les éléments décoratifs de l'Art Nouveau. De 1907 à 1928, il réalisa "l'Epopée Slave", une série de peintures murales gigantesques pour la ville de Prague.

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha


    Contemporain des oeuvres Art Nouveau de Victor Horta à Bruxelles, Alphonse Mucha fut influencé par le Symbolisme et par les aspects sociaux du Mouvement Arts and Crafts de William Morris en Angleterre. Il essaya de donner accès à la beauté de l'art à toutes les classes sociales et d'élever les éléments décoratifs au rang d'oeuvres d'art. Il développa ses propres idéaux esthétiques et son style original, qui devint un signe marquant de son époque, fut dénommé le "Style Mucha".

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

     

    Les oeuvres graphiques de Mucha sont basées sur une composition centrale solide et sur des sujets très symboliques, représentant des jeunes femmes idéalisées dans des poses sensuelles ou provocantes, enveloppées délicatement par leurs cheveux vaporeux et vêtues de robes légères, ornées d'éléments inspirés de la nature, tels que le feuillage des saules pleureurs, des fleurs merveilleuses et d'extravagant et somptueux bijoux. Les personnages sont détaillés par de fines lignes noires, très expressives et par des couleurs douces et naturelles enrichies d'or. Les frises décoratives ont souvent une fonction d'encadrement de l'illustration et des motifs floraux, géométriques ou abstraits décorent l'arrière-plan.

    Et pour terminer des vitraux réalisés par Mucha

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

    Peinture de : Alfons Mucha

     

    Peinture de : Alfons Mucha

    Yahoo!

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique