• LES MERVEILLES DU MONDE:Mosquées de TOMBOUCTOU (MALI)

    tombouctou2

                                             SPLENDEURS DE L'ISLAM

    Les trois grandes mosquées de Tombouctou, restaurées par l'imam Al-Aqib au XVIe siècle, témoignent de l'âge d'or de la capitale intellectuelle et spirituelle de la fin de la dynastie Askia. Elles ont joué un rôle essentiel dans la diffusion de l'islam en Afrique à une époque ancienne.

    On pense que Tombouctou a été fondé vers la fin du Ve siècle de l'hégire par un groupe de Touaregs Imakcharen qui, ayant voyagé sur 250 km au sud de leur base, établirent un camp temporaire gardé par une vieille femme, Bouctou. Peu à peu, Tim-Bouctou (le lieu de Bouctou) devint un petit village sédentaire à la croisée de plusieurs routes commerciales. Très tôt convertie à l'islam (les deux grandes mosquées de Djingareyber et de Sankore ont été construites au cours de la période mandingue), la ville-marché de Tombouctou a atteint son apogée sous la dynastie Askia (1493-1591). Elle devint ensuite un important centre de culture coranique, avec l'université de Sankore et de nombreuses écoles fréquentées, dit-on, par quelque 25 000 élèves. Dans les rues de ce centre intellectuel et religieux, savants, ingénieurs et architectes venus de différentes parties de l'Afrique se mêlaient aux sages et aux marabouts. Très tôt, Tombouctou attira les voyageurs venus de pays lointains.

    Bien que les mosquées d'El-Hena, Kalidi et Algoudour Djingareye aient été détruites, trois monuments essentiels - les mosquées de Djingareyber, de Sankore et de Sidi Yahia - témoignent encore aujourd'hui de la grandeur de Tombouctou.

    1816954670 small 1

    2809155041 bf014e765b

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    60547869

    album photo 8

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La mosquée de Djingareyber a été construite par le sultan Kankan Moussa après son retour d'un pèlerinage à La Mecque, en 1325. Entre 1570 et 1583, l'imam de Tombouctou, Al-Aqib, la fit reconstruire et agrandir en ajoutant toute sa partie sud et le mur de clôture du cimetière situé à l'ouest. Le minaret central domine la ville ; c'est le principal point de repère dans le paysage urbain actuel. Sur la façade orientale, un minaret moins haut complète le profil de la grande mosquée, qui possède trois cours internes.

    mali 0207.1171290660.12 tombouctou 30

    mosquee-de-tombouctou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    mosquee djingareyber tombouctou

    Mosqu-e-Sankor--Tombouctou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Comme la mosquée de Djingareyber, celle de Sankore, construite au cours de la période mandingue, a été restaurée par l'imam Al-Aqib entre 1578 et 1582. Ayant fait démolir le sanctuaire, il le reconstruisit en reproduisant les mesures de la Kabaa à La Mecque, qu'il avait prises lui-même avec une corde au cours de son pèlerinage.

    univ tombouctou 1

    tombouctou caill%E9

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    462263637 5a37ee3e13

     

     

     

     

     

     

    jpg-mali-tombouctou-porte-entreouverte

     

     

     

     

     

     

    photo 8

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La mosquée de Sidi Yahia, au sud de celle de Sankore, a probablement été construite vers 1400 par le marabout Cheikh El-Moktar Hamalla pour anticiper la venue d'un saint homme qui apparut effectivement 40 ans plus tard en la personne de Cherif Sidi Yahia, qui fut alors choisi comme imam. Elle a été restaurée en 1557-78 par l'imam Al-Aqib. Outre les mosquées, le site classé compte 16 cimetières et mausolées qui étaient des composantes essentielles du système religieux dans la mesure où, selon la croyance populaire, ils étaient le rempart qui protégeait la ville de tous les dangers. Le mausolée le plus ancien est celui de Cheikh Abul Kassim Attouaty, qui mourut en l'an 936 de l'hégire (1529) et fut enterré 150 m à l'ouest de la ville, avec 50 oulémas et saints hommes originaires de Touat. De la même période, les tombeaux du savant Sidi Mahmoudou, qui mourut en 955 de l'hégire, et celui de l'imam Al-Aqib, le restaurateur des mosquées, qui mourut en l'an 991 de l'hégire (1583), présentent également un grand intérêt.

    mali-maghreb-islamique-al-quaeda 219

    pt33771

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    jhfn4xys-1-.gif

    « Peintures de Hubert ROBERT (1733-1808) ImpressionnistePeintures de Johann Henrich FUSSLI (1741-1825) Impressionniste »
    Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Lundi 7 Mars 2011 à 12:25
    OUPAS

    View Full Size ImageBONJOUR LUCETTE !

    Autant je partage cette passion des autres "civilisations", autant j'aime témoigner de ces beautés, toujours en respectant les lieux et les coutumes en me faisant le plus discret possible !

    Autant, je trouve non seulement intransposables leurs us et coutumes chez nous, mais je trouve aussi que c'est porter atteintes à nous moeurs judéo-chrétienne d'imposer, au détriment de nos libertés, des pratiques sous nos yeux, parmi nous et nous impliquant !

    J'ai l'impression que tu crains que ta devotion religieuse, évidente, serait menacé si tu te prononçais contre les excès des musulmans !

    Mais c'est ta position, notre position plus que discrète qui est LEGITIME !

    Bisous Lucette !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :