• MONTROTTIER (Rhone)


    Situé à 700 mètres d'altitude, le village de Montrottier offre un magnifique panorama sur les monts du Lyonnais et, par temps clair, sur la chaine des Alpes. La localité, qui s'est développée autour d'un prieuré fondé au XIe siècle, a conservé des témoignages de son passé.
    Au début du XVe siècle, le roi de France ordonne à Guillaume d'Albon, seigneur de Saint-Forgeux de fortifier les chateaux de Saint-bel, Vindy et Montrottier et d'y mettre garnisons suffisantes pour réprimer les courses des Anglais et des Bourguignons qui désolent le pays. L'époque est à l'insécurité et, plus que jamais, les chateaux servent de refuges pour les populations qui ont tout à craindre des incursions hostiles. 

    UN VILLAGE ET SON CHATEAU
    Comme souvent, c'est autour de son chateau que le village de Montrottier est né est s'est développé. Ce chateau, fondé vers 985 par l'abbaye de Savigny à l'époque où les comtes de Forez étaient en rivalité avec les éveques de Lyon pour le controle de la région, permettait de surveiller la route de Feurs et servait de résidence à un prieur. A l'abri d'épaisses murailles s'installent bientot des familles de cultivateurs et d'artisans qui, pour prix de la protection, que leur accorde leur seigneur, lui doivent le service du guet et certaines redevances sur le produit de leur activité. Si le chateau, victime d'un incendie au XIXe siècle, a aujourd'hui pratiquement disparu, le bourg a conservé sa structure médiévale circulaire ainsi que de nombreuses constructions rappelant son passé. A coté du presbytère qui ouvre sur une terrasse reposant sur le mur d'enceinte, une vieille porte ogivale, s'encadrant entre deux maisons, n'est autre que l'ancienne entrée du prieuré. Plus loin, l'église, d'origine romane mais très remaniée au XIXe siècle, était à l'origine la chapelle des prieurs, alors que la chapelle Saint-Martin-des-Périls, isolée à l'ouest du bourg, au coeur d'un hameau, resta le siège de la paroisse jusqu'en 1802.
    Avec ses vieilles maisons directement adossées aux remparts la place de la Dime rappelle par son nom l'impot que les paysans versaient aux prieurs....... 
    La suite demain....... 
    « LA CONSTRUCTION DU TEMPLEAuguste RENOIR 1841-1919 Impressionniste »
    Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Août 2009 à 11:13
    bon dimanche ma douce amie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :