• port

    La proximité de FECAMP n'a guère d'incidence sur la bourgade d'YPORT, encaissée du fond de sa valleuse et qui vit confinée à l'écart de la ville. La barrière se dresse plutôt dans les esprits et les mentalités que dans la distance kilomètrique qui les sépare. Les  -"Grecs" - c'est ainsi qu'on désigne les Yportais -cultivent leurs particularismes. On leur prête volontiers des singularités dans leur manière de pêcher.

     

    cartes-postales-photos-Vente-du-poisson-YPORT-76111-76-7675

    photos-carte-yport-seine-maritime-PH035081-E

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A défaut de port, en effet, les Yportais utilisent la plage de galets pour échouer les caïques : un type de bateau bien spécifique à la coque très arrondie favorisant justement un échouage plus facile. Les marins conjuguent leurs forces et se prêtent main-forte pour la mise à l'eau des caïques.

    Au retour de la pêche, ce sont les femmes qui actionnent les cabestans pour hisser les navires parfois lourdement chargés du produit de la pêche dont elles assureront la vente.

    DB767405

     

    photos-carte-yport-seine-maritime-PH035079-E

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le revenu tiré de la pêche, trop maigre gagne-pain pour des familles souvent nombreuses, contraint les hommes à s'embarquer pour les saisons de pêche à bord des terre-neuviers ou des chalutiers de Fécamp, dont les patrons recrutent toute la main d'oeuvre du pays.

    Les origines des habitants interpellent aussi les Fécampois, qui leur inventent une lointaine descendance avec des naufragés d'Asie Mineure, échoués là dans l'Antiquité. Des allégations qui se perdent dans la nuit des temps.

    yport-298553

    A notre époque, YPORT, n'a pas tellement changé, et l'on peut  toujours voir les fameuses caïques échouées sur les galets..........

    Yahoo!

    2 commentaires
  • photos-carte-etretat-seine-maritime-PH034162-D

    Le voyageur éprouve l'impression d'être ailleurs en arrivant à Etretat. Tout revêt un caractère d'étrangeté qui frappe vivement l'imagination. Là, songe-t-il, rien ne ressemble à ce qu'on peut voir partout. Le sol est plus bas que le niveau des hautes mers, et la petite cité est protégée par une digue de galets, remués sans cesse par des vagues qui, plus d'une fois, ont rompu cette barrière fragile.

    "Quelque irruption soudaine du flot de l'océan se déversant dans les rues a sans doute instauré une coutume conservée avec un soin jaloux : le jour de l'Ascension, le clergé procède à la cérémonie de la bénédiction de la mer et profite de la circonstance pour lui ordonner de respecter ses limites"...

    Les pêcheurs ne disposent que d'un échouage, et les petits bateaux sont hissés au cabestan sur la digue.

    AY762492

     

     photos-carte-etretat-seine-maritime-PH034159-C

     

     

     

     

     

     

     

     

    photos-carte-etretat-seine-maritime-PH034159-D

     

     

     

     photos-carte-etretat-seine-maritime-PH034159-E

     

     

     

     

     

     

     

    Au pied des falaises de la Côte d'Albatre, de vieilles caïques, appelées "caloges", servent à ranger agrès, filets, matériel utilisé pour le halage des bateaux sur ces plages de galets.

    Calés sur le sol en haut de la grève, ces anciens bateaux de pêche sont recouverts d'une toiture en chaume ou en lattes. Le long de la coque, les pêcheurs ramendent leurs filets lorsque le temps interdit l'appareillage.

    Quand la mer descend, les femmes creusent des réservoirs qui se remplissent d'eau et s'installent en jacassant au bord du rivage pour laver leur linge. La lessive séchera sans façon au grand air, étendue sur les galets.

    5395453120 0d5a8c8be3

    blanchiss

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ibxkec

    Yahoo!

    4 commentaires
  • d4833

    Au nord du Havre, la nature a découpé la "côte d'Albâtre", baptisée ainsi en raison de l'éclatante blancheur de falaises crayeuses qui culminent à quelque 126 mètres de hauteur.A Etretat, le sentier de la falaise d'Aval conduit à la chambre des Demoiselles, une grotte chère à Maupassant, enveloppée de mystère et de légende. Le temps remonte dans l'imaginaire jusqu'au XIVe siècle où un aristocrate douteux aurait fait creuser cette grotte afin d'y enfermer trois jeunes filles durant trois jours et trois nuits au motif de les rendre plus "sages". Les pauvres demoiselles ne résistèrent pas à ce traitement barbare, elles rendirent l'âme à Dieu. Les témoins occulaires ne manquèrent pas d'affirmer que, tels des anges, elles s'envolèrent au paradis. La nuit tombée, leurs gémissements et leurs plaintes hantent la falaise du souvenir de cet horrible drame.

    frefosse-chambre-demoiselle

    4d5f9n9h5n5c6s3m5t2e

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    800px-1981etretat00a chambre demoiselles

    Voici une photo de maintenant montrant le sentier menant à la Chambre des Demoiselles.

    258814

    Vers le pied de la falaise, au-dessous de la Chambre des Demoiselles, une autre grotte, le Trou à l'Homme, creusée par la force érosive de la mer, aurait au XVIIIe siècle servi de refuge à un naufragé rejeté au rivage par les vagues. Un endroit clair et relativement confortable puisque tapissé de mousse et de pierres blanches qui n'est accessible qu'à marée basse. La prudence commande de ne pas s'aventurer à la légère dans ce "Trou" et de le quitter avant la remontée des flots.

    30505031

    Et voici le Trou de l'Homme maintenant, il n'a pas changé

    etretat12

    jhfn4xys[1]

    Vous pouvez également regarder des peintures et lire un poème........

    Yahoo!

    7 commentaires
  • 56489733

    Les havrais aiment la balade des phares qui domine, à 105 mètres d'altitude, de splendides falaises réputées dangereuses en raison d'éboulements fréquents. Le panorama englobe l'estuaire de la Seine et laisse deviner la Côte de Grace. Le regard découvre aussi sous un autre angle les longues jetées du Havre et l'immense jeu de toits d'ardoises des habitations de la ville.

    281148

    phares-entree

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les phares de la Hève s'allumment pour la première fois en 1775 : deux tours quadrangulaires s'élevant à un hauteur de 20 mètres au dessus du sol et qu'une distance de 83 mètres sépare. Pour visiter, il faut montrer patte blanche, obtenir l'autorisation de l'ingénieur des Ponts et Chaussées, laisser miroiter au gardien qu'on lui glissera dans la main un bon pourboire en remerciement des explications qu'il voudra bien donner. Il faut gravir les cent deux marches d'un escalier pour accéder à la plate forme de la tour méridionale surmontée d'une lanterne vitrée sur toutes ses faces.

    phares-1890

    SemaphoreHeve02

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La lumière électrique a définitivement supplanté les divers systèmes d'éclairage ayant fait l'objet d'essais moins concluants. La lueur électrique a une portée de 27 milles, et son intensité peut être renforcée voire doublée en cas de mauvaises conditions de visibilité, par temps de brume ou de brouillard. ........pt104396

    Le phare de la Hève existe toujours et il a été doté d'un ascenceur..........

    090410015150145983457210[1]

    Après cet article, deux autres vous attendent de la peinture et un poème.......

    Yahoo!

    9 commentaires
  • marmottan

    Claude Monet a tout juste cinq ans quand il arrive au Havre avec ses parents, qui ouvrent une épicerie en ville. Il y passe toute sa jeunesse. En classe, il s'amuse à enjoliver les marges de ses cahiers de petits dessins, souvent des caricatures de camarades ou de professeurs. Des portraits chargés qui font mouche. Un papetier, encadreur, propose d'exposer dans ses vitines les caricatures des notabilités du Havre. Leur auteur sait monnayer son talent, faire monter sa cote, exiger jusqu'à 20 francs d'une tête habillement croquée. L'attention d'Eugène Boudin, peintre connu, se tourne vers cet adolescent qu'il encourage, il l'incite à découvrir à ses côtés les lumières magiques de l'estuaire.

    trouville scene de plage eugene boudin postcard-p2395674257

                                                                  Une toile de BOUDIN  représentant la plage de Trouville

    Raoul  Dufy  est un enfant du pays, de famille pauvre. Le père gère un commerce de métaux pour un politicien local, mais il se passionne pour la musique d'orgue, Bach et Mozart. Le paradis de l'enfance s'écoule dans un jardinet de la banlieue du Havre au milieu de ses huit frères et soeurs, parmi les fleurs, les cris des bambins, le tout sublimé par une ambiance musicale. Contraint d'abandonner ses études à quatorze ans, il se retrouve employé de commerce chez des importateurs de cafés brésiliens. Debout sur les cargos, il comptabilise la marchandise. La municipalité du Havre lui octroie en 1891 une bourse de 1200 francs par an . Il peint sur son pliant, sensible comme ses compatriotes Boudin et Braque, à la légéreté bleutée de l'air havrais.....

    t-dufy

                                                                                        Une toile de DUFY

    090410015150145983457210[1]

    N'oubliez pas qu'il y a des peintures à regarder et un poème à lire.......

    Yahoo!

    1 commentaire
  • notre-dame-des-flots-sainte-adresse-en-1900-mer-et-copie-1.jpg

    Autrefois, Sainte Adresse n'était qu'un pauvre village de pêcheurs. L'endroit, mis à la mode dès  l'avénement du tourisme, n'a pas tardé à devenir résidentiel. Il est de bon genre d'y avoir an pavillon et de magnifiques villas ont poussé sur la falaise pour former une ville élégante habitée par la fine fleur du commerce. On a beaucoup bati et Sainte-Adresse ne fait plus qu'un avec  Le Havre.

     

    VILLA SAINTE ADRESSE1

    Un curieux  monument se détache sur la pente qui grimpe à Sainte Adresse : "le Pain de Sucre", un petit édifice qui doit son nom à sa forme et à sa couleur. Il sert d'amer à cette partie de la côte et a été érigé en mémoire du général d'empire Lefebvre-Desnouette mort en 1822 dans un naufrage en vue des côtes d'Irlande. Sa veuve soucieuse du sort des navigateurs et de leurs familles, a souhaité ce point de repère pour prévenir les malheurs en signalant les dangers.

    327353

    Aquelques pas, Notre-Dame des Flots dresse ses deux petits clochers au dessus d'un toit pentu. Ce gracieux édifice que les marins distinguent de très loin en rentrant au Havre s'inscrit dans la lignée typiques des chapelles votives. Il est orné de marbre blanc et renferme de nombreux ex-voto promis à l'étoile de la mer par les marins en péril. 281723.jpg

     

     

    SAINTE ADRESSE A 1

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vue dont on jouit sur la rade et la haute mer crée l'attrait du boulvard maritime, la promenade favorite des Havrais. Le parcours longe la mer en permanence et mène au-delà du Casino Marie-Christine au pied de la Côte de Sainte-Adresse.

    cartes-postales-photos-Nice-Havrais--Palais-des-Regates-STE.jpg

     Le Palais des régates, édifié par M. Dufayel pour servir de siège à la Société des régates qui chapeaute le sport nautique, est le rendez-vous de toutes les élégances. Le spectacle des régates, à la fois grandiose et charmant, rallie tous les suffrages. Pour la circonstance, les embarcations pavoisent, elles ont effacé les chocs de l'ouragan, les peintures brillent, les cordages semblent neufs et les voiles se tendent comme des ailes d'oiseaux. Toutes les catégories d'embarcations participent à la course : canots, modestes barques de pêche, chaloupes, yoles, péniches, sans oublier les yachts aux fines carènes, à la coquette voilure qui passent pour le type le plus accompli de la construction navale française. Des houras saluent et encouragent les concurrents qui défilent sous les yeux des juges. Au mileu de la foule, pimpants sous leur tenue verte, circulent les braves douaniers!........

    FHTV24+-+Patrimoine+Le+Havre+-+Sainte+Adresse

    monet new

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                                        un tableau de Monet représentant Ste Adresse

    frise fleurie

    Yahoo!

    2 commentaires
  • ancien01-copie-1

    Le "FRANCAIS" sorti des chantiers du Père Gautier à Saint-Malo, a été spécialement renforcé pour permettre la navigation au milieu des glaces. L'expédition sera une entreprise presque entiérement privée, Charcot y investit la plus grande partie de sa fortune etr toute son énergie. Il a trente six ans. Dans son carnet de bord, il note : "j'ai quitté LeHavre, le 25 aout pour l'Antarctique. A bord, plusieurs jeunes chercheurs : le géologue Gourdon et le naturaliste Turquet notamment".

    buenos aires

    Le+Français+Le+Havre+1903

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE-FRANCAIS---Navire-hydro.

     

    La seconde expédition française du Commandant Charcot se déroulera à bord d'un nouveau navire qui s'appelle "Pourquoi-Pas?" Il mesure 40 mètres de long, jauge 800 tonneaux, et sa machine a une puissance de 550 chevaux. C'est le plus beau et le plus moderne des navires polaires de son époque. Charcot indique : "Partis du Havre au milieu d'une ovation touchante et sympathique, le 15 Aout 1908, nous avons fait notre plein de charbon à Charbourg puis assaillis par un formidable coup de vent nous avons dû nous abriter dans le joli et hospitalier petit port de Saint-Pierre à Guernesey."

    charcot2

    charcot

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Deux ans plus tard, Charcot, repasse par ce même port pour nettoyer et repeindre le "Pourquoi-Pas?" afin qu'il rentre en France, après son dur travail, propre et joli. A la date du 4 Juin 1910, Charcot mentionne :" A 10 heures du soir, hier, en rade du Havre, nous avons échangés les signaux habituels avec le pilote qui est ensuite monté à bord, et à 11 heures, nous avons mouillé pour attendre la marée. L'ancre, pour la première fois, après deux ans d'absence mordait en terre française".....

    pourquoi pas havre 1908 en positif

    Pourquoi+Pas+IV

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    jhfn4xys[1]

     

    Yahoo!

    1 commentaire
  • La-Bretagne

    La Compagnie transatlantique met en service des paquebots qui bénéficient de l'évolution technique et des derniers perfectionnements, ce qui permet au "Bretagne" d'inscrire son nom au palmarès d'honneur du Ruban Bleu en 1888, à la suite de sa victoire sur l'Etruria, le "coq" de la Cunard Line, avec une vitesse de 19,60 noeuds.

    En 1891, "Le Touraine" sort des chantiers de Penhoët, dans cette ville flottante, les couloirs se nommaient "rue de New-York, "Avenue des Machines".

    FL001062 s

    L'inauguration a lieu le 14 Juin. Le Havre connaît une telle affluence que depuis la veille il n'y a plus une place disponible dans les hotels. Le premier voyage sur New-York s'effectue en six jours vingt-rois heures. Le paquebot atteint le record de 21,20 noeuds en 1892, surpassant "Teutonic" de la White Star qui détenait le fameux Ruban Bleu. Pour la seconde fois en quatre ans, la Compagnie transatlantique s'adjuge la première place dans la compétition en reprenant le fameux trophée et en affirmant l'excellence de la technique française.

    La Provence

    "La Provence", lancée en 1906, fait sensention pour le luxe de ses installations et la recherche de sa décoration. En juin 1906, elle entre en compétition avec le champion allememand "Deutschland" sur le parcours New-York  - Cap Lizard. Rockefeller, le roi du pétrole, à bord du paquebot allemand et Vanderbilt, roi du charbon, à bord du paquebot français suivent la course avec passion.

    "La Provence devance son concurrent de plus de quatre heures et ramène à la Compagnie transatlantique le Ruban Bleu qu'elle convoitait depuis 1900.....

    Image+15

     090410015150145983457210[1]

    comme d'habitude, il y a deux autres articles : de la peinture et un poème, à vous de choisir......

    Yahoo!

    8 commentaires
  • LORRAINE - Paquebot - Vue 1 (Fallieres).

                                                       LE HAVRE AU RYTHME TREPIDANT DE SON PORT

     

    Le port du Havre occupe la seconde position des ports français en 1895, et le coeur de la ville bat jour et nuit au rythme trépidant de son port. La vie se concentre autour des bassins qui pénètrent dans la cité, des écluses qui les font communiquer pour permettre le passage des navires. Le sémaphore affiche la liste des batiments signalés au large, les remorqueurs vont et viennent pour haler les bateaux. Les pilotes sortent, pavillon au vent, répondant à l'appel d'aide de ceux qui désirent emprunter le cours de la Seine pour monter à Rouen. Les bateaux à roues se donnent encore en spectacle.

    Louis Le Breton la Tour Francois Ier au Havre vers 1850 - C

    Quand le "François 1er" arrive de Honfleur, Alphonse Allais, qui se plait beaucoup au Havre, figure souvent parmi les habitués. L'embarcadère pour Trouville connait l'affluence de passagers élégants qui grimpent à bord du "Rapide". Le passage des voyageurs du bord des grands paquebots aux quais de la gare maritime s'opére rapidement grace au jeu de passerelles mobiles qui s'inclinent selon la hauteur de l'eau dans le bassin. Les grues s'emparent des bagages pour les déposer au bord du rail, à proximité des fourgons.

    la-savoie-à-la-gare-maritime-du-havre

    Normandie+au+Havre+NB

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les trains trans-atlantiques attendent, tandis que les passagers accomplissent les formalités de douane. Le mouvement s'inverse quand la vie vous fait sauter du train dans un paquebot.

    Le lancement d'un navire marque toujours un temps fort et suscite autant d'enthousiasme qu'il fait naitre d'émotion. Il y a un grand silence dans l'assistance lorsque le navire quitte la cale pour glisser jusqu'au bassin. Les manoeuvres sont délicates pour freiner sa masse puissante et aveugle au moyen d'obstacle à briser. Les acclamations fusent, la foule applaudit lorsque le bateau une fois à flot s'anime de son propre mouvement.

    La ville se met en fête à la sortie ou à l'entrée d'un transatlantique et cela arrive au moins deux fois par semaine. Les jetées se couvrent de curieux. Les enfants havrais ont l'oreille exercée à reconnaitre les sirènes des batiments et ne confondent pas le sifflet du bateau de Trouville avec la conque puissante d'un paquebot.......

    094[amolenuvolette.it]1900 1910 seeberger photographes le h

    le france au havre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    le havre

    locomotion bateau le havre-

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    090410015150145983457210[1]

    Yahoo!

    votre commentaire
  • photos-carte-honfleur-calvados-PH015706-F

    Le passé d'Honfleur s'honore du souvenir de marins à l'esprit conquérant et de flottes entièrement envoyées dans toutes les parties du monde, alors que le Havre n'étrait encore qu'un marais. Sur le vieux bassin, la Lieutenance, vestige d'un vieux chateau, était enclavée dans les anciens remparts de la ville dont Sainte catherine faisait le faubourg.

    e930b83b32c2a220e403230b9c463bae

     photos-carte-honfleur-calvados-PH015708-E

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La porte de Caen s'y encastrait flanquée de constructions disparates à niveau avec les fortifications. La Lieutenance, coiffée de jolies tourelles, se mire dans le port. L'inscription apposée en 1890 sur l'un des murs évoque les différentes expéditions qui partirent d'Honfleur pour le Canada durant les premières années du XVII e siècle et rend hommage à la mémoire de Samuel Champlain, fondateur du Québec.

    En bordure des quais, des maisons pittoresques, démesurément  hautes, allant jusqu'à atteindre huit étages, présentent des façades étroites, avec au rez-de-chaussée des enfilades d'échoppes recouvertes par les encorbellements.

    Honfleur - quai Ste

    photos-carte-honfleur-calvados-PH015699-E

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Toute proche, l'église Sainte-Catherine, séparée de son clocher construit à l'écart offre aussi la particularité de posséder deux nefs en forme de carène renversée.

    cartes-postales-photos-Le-Clocher-de-l-eglise-Ste-Catherine

    La tradition de la mer, toujours prégnante, suscite en 1902 la fondation de l'école des marins de la Basse-Seine, sous l'égide de l'Amicale du Vieux Honfleur. Les marins d'ici utilisent des barques pontées, notamment pour la pêche aux sprats. Le poisson est expédié en Bretagne vers les conserveries de Douarnenez, de Concarneau ou d'Audierne, qui le traitent concurremment aux produits de la pêche locale.......

    ibxkec

    Yahoo!

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique