• " Océano nox " poème de Victor Hugo

    OCEANO NOX

    Océano Nox.

     

    Oh ! combien de marins, combien de capitaines
    Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
    Dans ce morne horizon se sont évanouis ?
    Combien ont disparu, dure et triste fortune ?
    Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
    Sous l'aveugle océan à jamais enfoui ?


    Combien de patrons morts avec leurs équipages ?
    L'ouragan de leur vie a pris toutes les pages
    Et d'un souffle il a tout dispersé sur les flots !
    Nul ne saura leur fin dans l'abîme plongée,
    Chaque vague en passant d'un butin s'est chargée ;
    L'une a saisi l'esquif, l'autre les matelots !
    Nul ne sait votre sort, pauvres têtes perdues !
    Vous roulez à travers les sombres étendues,
    Heurtant de vos fronts morts des écueils inconnus
    Oh ! que de vieux parents qui n'avaient plus qu'un rêve,
    Sont morts en attendant tous les jours sur la grève
    Ceux qui ne sont pas revenus !


    On demande " Où sont-ils ? Sont-ils rois dans quelque île ?
    Nous ont-ils délaissés pour un bord plus fertile ?
    Puis, votre souvenir même est enseveli.
    Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire.
    Le temps qui sur toute ombre en verse une plus noire,
    Sur le sombre océan jette le sombre oubli.


    On s'entretient de vous parfois dans les veillées,
    Maint joyeux cercle, assis sur les ancres rouillées,
    Mêle encore quelque temps vos noms d'ombre couverts,
    Aux rires, aux refrains, aux récits d'aventures,
    Aux baisers qu'on dérobe à vos belles futures,
    Tandis que vous dormez dans les goémons verts !


    Bientôt des yeux de tous votre ombre est disparue.
    L'un n'a-t-il pas sa barque et l'autre sa charrue ?
    Seules, durant ces nuits où l'orage est vainqueur,
    Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,
    Parlent encore de vous en remuant la cendre,
    De leur foyer et de leur coeur !
    Et quand la tombe enfin a fermé leur paupière,
    Rien ne sait plus vos noms, pas même une humble pierre,
    Dans l'étroit cimetière où l'écho nous répond,
    Pas même un saule vert qui s'effeuille à l'automne,
    Pas même la chanson naïve et monotone,

     

    Que chante un mendiant à l'angle d'un vieux pont !
    Où sont-ils, les marins sombrés dans les nuits noires ?
    O flots ! que vous savez de lugubres histoires !
    Flots profonds redoutés des mères à genoux !
    Vous vous les racontez en montant les marées,
    Et c'est ce qui vous fait ces voix désespérées,
    Que vous avez le soir, quand vous venez vers nous.

     

    images2

    21catrt

    « Torrents Sauvages (Massif Central) Vallée de l'AllagnonPlats Régionaux : Gratin d'endives au jambon et à la béchamel »
    Yahoo!

  • Commentaires

    7
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 19:21
    TititeParisienne

    Bonsoir Lucette,

    Oui les fêtes de fin d'année approchent, pas pour moi vu que je ne fête pas Noël. Par contre les fêtes de Hannouccah commencent le 6.

    Je te souhaite une très bonne soirée, amitiés, Véronique.


    6
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 17:13

    Bonsoir Lucette

    Un coucou entre 2 tableaux a l'acrylique (des cadeaux) ..alors je n'aurai pas le temps pour lire ce long texte, je suis désolée

    Juste un bisous pour te dire que je ne t'oublie pas

    CHANTS

    5
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 15:26
    nanipeinture

    Bonjour Mamie Lucette. C'est tres beau le poème de Victor Hugo. Je l'aime bien. Alors tu as eu de la grêle ? Je pense que la neige va venir bientôt. Pour Noêl c'est joli et les enfants aiment jouer en faisant des boules. Merci de ton reinsegnement pour la geographie. Je me situe mieux. Bientôt je vais commencer à construir la Crêche. Cette année j'ai la permision de la mettre dans un lieu plus clair. Je suis tres inquiète pour petite fleur. Tu peux la télephoner. Hier on a prié pour elle au groupe de prière le soir. Bon je te quitte car j'ai plusieures choses à faire. Bisous et à tantô. ta nani

    4
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 09:23
    Marizou

    Des vers célèbres !

    3
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 08:03

    bonjour  lulu.....je suis  de retour  apres  avoir  bien reflechis  de toute facon  mes  problemes seront  la ce  n 'est  pas  ca  qui  les enleveras  alors  faut que  le moral continue  a rester solide .....victor  hugo  un poeme  qu on a  appris  a  l 'ecole  toute jeune  ce sont  des souvenirs  lointain  toute  ses recitaion de  poeme ......une    chose que  j aimais  bien  apprendre ........oui  a  janine  j ai fais  son bandeau et son fond elle  m avais  fait comprendre  sur  une  de mes crea  qu 'elle aimait  bien les loups  alors  j 'ai fais  a  son gout quand  je peux  j 'aime  faire  plaisirs .....ici aussi  hier  soir  pluie  grele est neige  ce  matin il fait 2°5.....  je te souhaites  une  bonne  journee ........... gros  bisous

    2
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 07:20
    janine

    bonjour lucette
    une fois n'est pas coutume,mais je connais ce poème qui est bien beau
    ce matin la pluie est revenue
    je te souhaite une bonne journée
    gros bisous
    tu as vu thérèse a fait mon bandeau et mon fond de blog,je le trouve superbe et toi?

    1
    Mercredi 5 Décembre 2012 à 06:40
    Gilbert

    Honoré de Balzac dira de Victor Hugo : " Monsieur Hugo est bien certainement le plus grand poète du XIXe siècle ". Il lui dédie en 1842 Illusions perdues. Merci mamie Lucette de nous rappeler tout le talent de ce génie de la poésie.

     

    Bonne journée à tous.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :