• Paysage automnal

     

     

     Paysage automnal

     

     

  • Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

     


    Vivace à floraison très généreuse, le phlox se décline en une incroyable palette d'espèces et de variétés utilisables dans les situations les plus diverses. C'est une valeur sûre de l'animation colorée des jardins.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox


    Il n'existe pas un, des des dizaines de phlox ! Cette plante vivace ou annuelle très florifère faisait déjà les beaux jours des jardins de nos grands-mères, elle est toujours sur le devant de la scène aujourd'hui pour colorer les massifs du printemps jusqu'à la fin de l'été. Parmi les vivaces, les diverses espèces fleurissent tour à tour à partir du mois d'avril, les phlox annuels restent en fleurs de juillet à septembre, si on effectue un effleurage régulier pour favoriser la remontée des boutons floraux.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

     

    Plusieurs groupes se distinguent, donnant plusieurs ports et différentes formes d'inflorescences. Certains phlox offrent des ports en coussins et ne dépassent pas 10 à 20 cm de haut, d'autres sont dressés et atteignent 80 cm à 1 m de haut.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox


    Les phlox en coussins produisent des petites fleurs qui couvrent le feuillage et se répartissent uniformément au-dessus de celui-ci.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox


    Les phlox dressés fleurissent au sommet de leurs tiges rigides avec des fleurs odorantes en panicules qui prennent l'apparence de bouquets très fournis. Ces tiges tiennent d'ailleurs bien en fleurs coupées pour les bouquets d'été.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

     

    Les phlox vivaces sont rustiques. Ils repoussent de souche tous les ans. Certains offrent même un feuillage semi-persistant.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

     

    Les phlox annuels sont à ressemer chaque année. Tous se développent dans des terrains bien drainés plutôt frais, car ils n'aiment pas souffrir de sécheresse. C'est la seule véritable contrainte de ces plantes florifères, il faut toujours veiller à ce qu'elles ne manquent pas d'eau. Le climat maritime leur convient bien quand il est assez pluvieux.

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

    Fleurs cultivées : Phlox

     

     

    Fleurs cultivées : Phlox

    Yahoo!

    10 commentaires
  • Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

     

    Gisors est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie


    La collégiale Saint-Gervais-Saint-Protais constitue un monument à l'architecture fruit des styles de différentes époques : Moyen Âge gothique et Renaissance. Cette église est classée aux Monuments historiques.

    À l'extérieur, la Grosse Tour (1542-1590) alterne étages dorique et ionique.
    C'est l'église principale de la paroisse de Gisors-Vallée d'Epte.
    Ayant subi d'importantes destructions le 8 juin 1940, elle a été patiemment restaurée

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

     

    Consacrée par Calixte II, cette église voit sa nef ravagée par un incendie. Elle est reconstruite dès 1160. Grâce au financement de la reine Blanche de Castille, un chœur gothique est consacré en 1249. Il est conçu selon le modèle chartrain, avec une élévation à trois niveaux : grandes arcades, triforium et fenêtres hautes percées d'oculi. À l'aide des financements des confréries de charité et des corporations de métiers, l'église connaît de nombreuses transformations dès la fin du XVe siècle, avec l'ajout de chapelles rayonnantes et d'un déambulatoire au niveau du chœur. Confiés ensuite aux Grappin, une famille d'architectes du Vexin, les travaux se poursuivirent au XVIe siècle avec la reconstruction de la nef et des chapelles des bas-côtés en style gothique flamboyant puis de la façade ornée de motifs Renaissance.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie


    Certains vitraux sont dus au maître-verrier Romain Buron.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie


    À l'intérieur se trouve un escalier à vis caractéristique de la Renaissance.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

     

    Chapelle Saint-Luc


    Ce monument est l'un des principaux vestiges de la léproserie Saint-Lazare, fondée en 1210 par Jean de Gisors. De plan très simple, elle se compose d'une nef rectangulaire en pierre calcaire, complétée d'un chevet à pans de bois. L'ensemble, entièrement charpenté au xvie siècle, mesure approximativement 110 m2. Transformée en maison de charité pour les nécessiteux au cours du XVIIIe siècle, elle est transformée en grange au moment de la Révolution. Devenue propriété privée, elle est finalement vendue à la ville de Gisors en 1967.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie


    Son classement aux monuments historiques est intervenu en 1992 ; elle est actuellement en cours de restauration. À partir de 1998, le peintre contemporain Dado travaille à la réalisation d'une peinture représentant le jugement dernier, prévue pour orner le chevet de l'édifice.

     

    Gisors (Eure)  2ème partie 

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

    Gisors (Eure)  2ème partie

     

     

    Gisors (Eure)  2ème partie

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

     

     

    Soirs d'automne

     

    Il est doux, ô mes yeux, lorsque le vent d'automne
    Cesse de s'acharner à l'arbre dont frissonne
    Le spectre dépouillé qui craque et tremble encor,
    De voir, dans l'air muet, où son vol se balance,
    Tomber en tournoyant à travers le silence,
    Une dernière feuille d'or.

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

    Quand au jour éclatant qui se voile succède
    Le crépuscule lent, humide, mol et tiède,
    Qui fait perler la mousse au dos des bancs velus,
    Il est doux, au jardin mystérieux, d'entendre
    Résonner dans le soir le rire obscur et tendre
    Des visages qu'on ne voit plus.

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

    Henri de Régnier (1864-1936)

     

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

     

    "Soirs d'automne" poème d'Henri de Régnier

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Gisors (Eure) 1ere partie

     

    Gisors est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

     

    Gisors (Eure) 1ere partie

     

    Cette cité ancienne située à la lisière du Vexin français témoigne par son patrimoine architectural de la lutte acharnée entre souverains Capétiens et Plantagenêt durant une partie du Moyen Âge. Élément important du paysage urbain, son château fort se dresse depuis lors sur une éminence dominant la ville. Principal lieu touristique de l'agglomération, il est également au centre de diverses légendes ayant trait à l'ordre du Temple.

     

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie


    Le château de Gisors est une construction du XIe siècle (1096) décidée par Guillaume II d'Angleterre et confiée à Robert II de Bellême dont le donjon occupe une motte castrale. Il est célèbre par la légende populaire du trésor des templiers qui y serait caché, mais les templiers n'en ont eu la responsabilité qu'entre 1158 et 1160 (30 ans après la création de l'ordre) puis quatre dignitaires de l'ordre du Temple y ont été brièvement prisonniers en 1314 lors de la chute de l'ordre. Dans les années 1950, le gardien du château, Roger Lhomoy, entreprit le creusement de nombreux souterrains qui finirent par déstabiliser la motte et provoquer des fissures dans le donjon. L'homme assura avoir découvert des salles souterraines ainsi qu'une chapelle contenant le fabuleux trésor. Le maire ainsi que plusieurs habitants se rendirent sur les lieux mais le souterrain était tellement profond que personne ne voulut descendre. Le gardien reçut l'ordre de reboucher les creux et personne ne put vérifier ses dires.
    Des fouilles organisées en 1964 par le ministère de la Culture au château de Gisors pour retrouver le trésor des templiers à la suite du signalement de son jardinier et gardien, Roger Lhomoy, n'ont abouti à rien. Les fondations du château ont été hautement déstabilisées par ces recherches. Un souterrain relierait le château à la tour de la Reine Blanche située à Neaufles-Saint-Martin, à 3 km du château.

     

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie 

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

     Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie


    Lavoir de la rue des Argillières
    Les origines de ce lavoir remontent au XVe siècle. Située en bordure de la rivière l'Epte, cette construction intègre des pierres calcaires et des pans de bois, tandis que la toiture est entièrement recouverte d'ardoises.

     

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Gisors (Eure) 1ere partie

     

    Gisors (Eure) 1ere partie

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Peinture de : Michel Veray

     

     

    C'est depuis les bancs de l'école que je me suis passionné au dessin et à la peinture.
    A l'issue de mes études secondaires, j'ai suivi une formation de dessinateur industriel, ce qui m'a permis ensuite d'en faire mon métier.

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    Egalement passionné par la photographie, ce n'est que dans les années 1990 que la peinture m'a de nouveau séduit avec la délicate technique de l'aquarelle. Ainsi, je parcours villes et campagnes de mon département, appareil photo en bandoulière, pour saisir le cliché pris sous le meilleur angle et l'éclairage idéal, pour ensuite le reproduire sur le papier, en atelier.

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    Autodidacte et inspiré par des aquarellistes contemporains hyper-réalistes, je suis soucieux du détail et des jeux contrastés d'ombres et de lumières afin de donner un certain relief à mes peintures

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    En ville, au détour d'une rue, je peux être fasciné par une porte ancienne aux marches usées par le temps, mais agréablement fleurie par quelques glycines ou autres roses trémières...

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    Je participe régulièrement aux expositions organisées par des associations locales dont les 4'Arts dont j'étais secrétaire depuis 2006.

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    Depuis quelques années, je me suis intéressé à la technique du pastel sec. Les natures mortes sont alors mes sujets de prédilection.

     

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

    Peinture de : Michel Veray

     

    Peinture de : Michel Veray

    Yahoo!

    17 commentaires
  • "La tulipe"  poème de Pierre Corneille

     

    "La tulipe"  poème de Pierre Corneille

     

    "La tulipe"  poème de Pierre Corneille

     

    "La tulipe"  poème de Pierre Corneille

     

    "La tulipe"  poème de Pierre Corneille

    Yahoo!

    9 commentaires
  • Gâteau aux noix et miel

      

    Ingrédients : pour 6 personnes

     

    Pour le gâteau :
    125 g de cerneaux de noix
    50 g de miel
    45 g de beurre mou
    10 g de farine
    2 œufs
    Zeste d'½ citron
    1 cuillère à café de jus de citron
    ½ cuillère à café de levure chimique
    1 belle pincée de cannelle en poudre
    1 pincée de sel


    Pour le sirop :
    90 g de miel
    2 cuillères à café de jus de citron

     

    Gâteau aux noix et miel


    Préparation :

     

    Réduire les cerneaux de noix en une poudre grossière. Séparer les blancs d'œufs des jaunes d'œufs. Dans un saladier, battre les jaunes avec le beurre mou puis ajouter le miel, la cannelle, le zeste et le jus de citron. Incorporer la farine et la levure chimique puis terminer en ajoutant la poudre de noix. Mélanger jusqu'à ce que la préparation soit homogène. Préchauffer le four à 150°C. Monter les blancs en neige avec la pincée de sel et les incorporer délicatement au mélange à base de noix.

    Verser la pâte dans un moule de 20 cm de diamètre (beurré et fariné s'il n'est pas en silicone) et enfourner pendant environ 35 minutes. Laisser le gâteau tiédir 10 minutes avant de le démouler, puis le laisser totalement refroidir à température ambiante. Avant de servir, faire chauffer les 90 g de miel restants avec les 2 cuillères à café de jus de citron et mélanger le tout. Piquer légèrement la surface du gâteau à l'aide d'une fourchette et verser dessus le miel chaud. Il faut bien qu'il pénètre dans le gâteau, pour ça, vous pouvez vous aider d'une spatule par exemple. Bon appétit !

     

    Gâteau aux noix et miel

     

    Gâteau aux noix et miel

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    Engrais vert réputé de croissance rapide, la phacélie enrichit les sols et étouffe les herbes sauvages au potager. Sa floraison bleue est un régal pour les abeilles et aussi pour de nombreux insectes auxiliaires du jardin.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie


    Originaire d'Amérique, cette plante est devenue une référence en jardinage écologique pour ses nombreuses qualités : elle est utilisée comme engrais vert en rotation de culture mais aussi parce qu'elle attire les insectes pollinisateurs et auxiliaires. Gélive à -10 °C, elle ne peut être cultivée que comme une annuelle. On la nomme la phacélie à feuilles de tanaisie pour la similitude de son feuillage très divisé comme celui de la tanaisie mais sans son odeur forte.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    La tige est pleine et rigide, couverte de poils et prend une coloration rouge. Le système racinaire est très dense et profond, d'où son intérêt en engrais vert pour l'exploration du sol et sa capacité à fixer l'azote.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    Les fleurs sont bleues et très parfumées, groupées en forme de crosse qui se déroule progressivement au fur et à mesure de la floraison, du printemps à la fin de l'été.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    Son utilisation comme plante en rotation de culture au potager est aussi intéressante pour sa capacité à bloquer la croissance des adventices et ainsi à nettoyer le terrain.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    C'est une plante très mellifère utilisée par les apiculteurs qui obtiennent ainsi un miel très parfumé ; cette attractivité de pollinisateurs est aussi très utile au jardin potager et au verger.

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie 

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

    La phacélie attire aussi de nombreux autres insectes utiles comme les syrphes prédateurs des pucerons. De plus, elle a un pouvoir nématicide très intéressant

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Fleurs cultivées : Phacélie

     

     

    Fleurs cultivées : Phacélie

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

     

    Bormes-les-Mimosas est souvent comparée, grâce à son vieux village, à une crèche provençale : vieilles maisons couvertes de tuiles roses, ruelles fleuries, remparts et ruines de château, le vieux village médiéval offre une vue panoramique sur la plaine et les îles d’Or.

     

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

     

    La commune de Bormes-les-Mimosas est située sur la côte méditerranéenne, à l’extrême sud du massif des Maures. Elle s’étend des crêtes du massif principal jusqu’à l’extrémité du cap Bénat qui avance dans la mer en face des îles d’Hyères, en passant par la petite dépression du ruisseau de Batailler, qui assure la communication entre la plaine d’Hyères et la « corniche des Maures » (le Lavandou, Cavalaire).

     

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie 

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

     

    La commune compte cinq monuments protégés au titre des Monuments historiques

     


    La chapelle Notre-Dame de Constance, au sommet de la colline surplombant le vieux village, est inscrite depuis 1926

    Chapelle datée du XIIe siècle, elle porte le nom de la comtesse d'Arles et aurait été bâtie sur les ruines d'un autel gaulois, puis d'un édicule romain, tous deux dédiés à la même divinité latine de la procréation, Diane.
    Son campanile et son architecture asymétrique dominent le village à 324 m d'altitude. Le maitre autel a été hérité de l'église tombée en ruines en 1775 qui était construite dans l'enceinte du Château des Seigneurs de Fos au sommet du village de Bormes. ;

     

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie 

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

     

    Les restes du château des Seigneurs de Fos, dans le haut du vieux village
    Classé monument historique depuis 1931, pour certaines de ses parties, notamment la tour principale, il ne reste aujourd'hui que des vestiges de la courtine en forme de polygone et du logis seigneurial de Roger de Fos, symbole de la souveraineté des vicomtes de Marseille. Les remparts sont également bien conservés. C'est le point culminant du village (104 m) d'où l'on peut contempler un superbe panorama sur Bormes, le Lavandou et les îles d'Hyères.

     

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

     

    La chapelle Saint-François-de-Paule est inscrite depuis le 11 avril 1963 ;
    située à côte de l'ancien cimetière (quelques tombes encore visibles) et à proximité de vestiges de moulins à vent. Elle est érigée en 1560 en hommage à l'ermite Francesco Martolillo, reconnu pour ses bienfaits et miracles61, qui délivre le village de la peste en 1481 alors qu'il se rend à Paris au chevet du roi Louis XI mourant. Il fonde l'ordre mendiant des Minimes. Il est canonisé par le pape Léon X en mai 1519. Cette chapelle est la plus ancienne chapelle qui lui soit dédiée.
    En 1653, la confrérie des Pénitents blancs62,63 en fait son siège et le lieu de sépulture de ses membres.
    En 1791, elle est achetée comme Bien national par le citoyen Maurice Courme qui refuse de la transformer en moulin à farine et la rend au culte en 1827.
    Elle est restaurée en 1988-1989 par l'association "Sauvegarde du vieux Bormes".

     

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie 

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

      

    Bormes-les-Mimosas (Var) 2ème partie

    Yahoo!

    14 commentaires
  • "Les Chats" poème de Henri Monnier

     

    Les chats

    On les a fait venir

    Je suis le chat de cimetière,
    De terrain vague et de gouttière,
    De haute-Egypte et du ruisseau
    Je suis venu de saut en saut.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Je suis le chat qui se prélasse
    A l'instant où le soleil passe,
    Dans vos jardins et dans vos cours
    Sans avoir patte de velours.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Je suis le chat de l'infortune,
    Le trublion du clair de lune
    Qui vous réveille dans la nuit
    Au beau milieu de vos ennuis.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Je suis le chat des maléfices
    Condamné par le Saint-Office;
    J'évoque la superstition
    Qui cause vos malédictions.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Je suis le chat qui déambule
    Dans vos couloirs de vestibules,
    Et qui fait ses petits besoins
    Sous la porte cochère du coin.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Je suis le félin bas de gamme,
    La bonne action des vieilles dames
    Qui me prodiguent le ron-ron
    Sans souci du qu'en dira-t-on.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Epargnez moi par vos prières
    Le châtiment de la fourrière
    Où finissent vos émigrés
    Sans demeure et sans pedigree.

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

    Henri Monnier

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

     

    "Les Chats" poème de Henri Monnier

     

    Yahoo!

    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique