• Gâteau aux pommes à la poêle

     

    Ingrédients:

     

    2 pommes moyennes ou 3 petites
    1 verre rempli à ras de farine
    1 c. à café de levure chimique
    1/2 verre de sucre en poudre
    1/2 verre de lait
    1 c. à soupe de rhum
    2 œufs
    1 pincée de vanille en poudre (ou les graines d'une gousse de vanille)
    2 noisettes de beurre
    2 c. à soupe de cassonade (ou sucre en poudre)
    sucre glace pour le décor (facultatif)

     

    Gâteau aux pommes à la poêle


    Préparation:

     

    Épluchez les pommes et les coupez-les en dés, dans une poêle mettez une noisette de beurre, les dés de pommes et saupoudrez de deux cuillères à soupe de cassonade.
    Sur feu vif faites sauter les pommes jusqu’à ce qu’elles prennent une jolie couleur dorée .
    Pendant ce temps, mélangez la farine, la levure, le sucre puis ajoutez les oeufs, le rhum et le lait. Battez la pâte de façon à ce qu’elle soit bien homogène et sans grumeaux.
    Versez la pâte sur les pommes, baissez le feu jusqu’au minimum, couvrez la poêle d’un couvercle et laissez cuire pendant environ 6 à 8 minutes.
    Le dessus du gâteau ne doit plus être liquide mais avoir pris.
    Faites glisser le gâteau sur une assiette, déposez la seconde noisette de beurre dans la poêle et retournez le gâteau sur la poêle pour cuire l’autre côté pendant 5 minutes à feu doux.
    Faites glisser à nouveau sur un plat de service et saupoudrez de sucre glace.

     

    Gâteau aux pommes à la poêle

    Gâteau aux pommes à la poêle

    Gâteau aux pommes à la poêle

    Gâteau aux pommes à la poêle

     

    Gâteau aux pommes à la poêle

    Yahoo!

    9 commentaires
  • Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

     

    Cette espèce végétale de la famille des Poacées, appelée communément herbe à balais, se trouve dans les paysages de prairie d'Amérique du Nord d’où elle est originaire. Cependant, elle est répandue à travers le monde.

     

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

     

    Le Schizachyrium scoparium prospère en plein soleil, dans un sol pauvre, et a des besoins faibles en eau. Le feuillage est magnifique, des fleurs blanches, pourpres ou bronze, délicates mais relativement insignifiantes apparaissent en fin d'été, début d'automne et perdurent pendant l'hiver. De subtiles différences de hauteur, de forme et de couleur de feuillage font de chaque cultivar une plante unique.

     

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

     

    Sa hauteur peut varier de 0,60 à 1,20 m et sa largeur de 0,40 à 0,60 m par touffe. Les feuilles sont linéaires, vert moyen à grisâtre. Les épillets de graines blanc argenté sont attractifs et peuvent persister l'hiver.

     

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

     

    La caractéristique remarquable de cette herbe est la couleur de son feuillage d'automne bronze orange

     

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

     

    Fleurs cultivées : Schizachyrium scoparium

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Varen (Tarn et Garonne)


    Varen est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

     

    Varen (Tarn et Garonne)

     

    La commune de Varen est située à l'extrémité nord-est du Tarn-et-Garonne, à 60 km de Montauban, 45 km d'Albi, 35 km de Villefranche-de-Rouergue. Elle est limitrophe des départements de l'Aveyron et du Tarn.

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)


    La gare de Lexos est une gare ferroviaire française, de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, située à Lexos sur le territoire de la commune de Varen, dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.
    Elle est mise en service en 1858 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). Son ancien et imposant bâtiment voyageurs est inscrit monument historique depuis 2007.

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)


    Église Saint-Pierre : Construite à la fin du XIe siècle, elle faisait partie du système défensif de la ville, sa façade servant de mur d'enceinte. La porte latérale a été ouverte en 1758; la porte principale fut percée en 1802, après la disparition des fossés. L'ancien portail communiquait avec le bourg par le chevet de l'église, il fut muré au XVIe siècle
    Un sobre clocher sur plan carré surmonte le chœur plat entre deux absidioles semi-circulaires. Le bas-côté droit, épaulé par d'énormes arcs-boutants, comporte de nombreuses baies. Le vaisseau, de style roman très pur, comprend une longue nef aveugle, à neuf travées séparées des bas-côtés par des piles carrées: le chœur est orné d'intéressants chapiteaux à motif végétaux, entrelacs, animaux affrontés, chérubins encadrant l'arbre de vie, et de stalles du XVIIe siècle.
    L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1846.

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

     

     

    Construite en 1621 dans un contexte régional particulièrement troublé par les guerres de religion, cette porte constituait un élément de fortification du bourg.
    Dans une tour carrée avec mâchicoulis, l'entrée extérieure se présente avec un arc en plein cintre.La porte est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 8 octobre 1925.

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

     

     

    Château de Belpech : Édifice bâti sur un rocher dominant la vallée de l'Aveyron ; le hameau se développe sur les côtés nord, est et sud. Le château comprend une tour et deux corps de bâtiment disposés en équerre. Une tour ronde demi hors-oeuvre se trouve à la jonction de ces deux corps du côté ouest. Le corps est simple en profondeur, à deux étages carrés et une dernier niveau correspondant aux mâchicoulis

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

    Varen (Tarn et Garonne)

     

     

    Varen (Tarn et Garonne)

    Yahoo!

    10 commentaires
  • "Avril" poème d'Adolphe Retté

     

    "Avril" poème d'Adolphe Retté

    "Avril" poème d'Adolphe Retté

     

     

    "Avril" poème d'Adolphe Retté

    "Avril" poème d'Adolphe Retté

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Argentat (Corrèze) 2me partie

     

    Argentat-sur-Dordogne (en occitan : Argentat-sus-Dordonha1) est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. La ville est traversée par la Dordogne.

     

    Argentat (Corrèze) 2me partie

     

    Située dans le Massif central, au confluent de la Maronne avec la Dordogne, elle se trouve à l'extrémité sud de la faille d'Argentat. À l'est, la commune est bordée par le Doustre, et à l'ouest elle est arrosée par la Souvigne.

     

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie


    Le château Neuville, dénommé aussi château Fénelon.

     

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie


    Le château du Bac : Château formé d'un corps de logis principal allongé, au nord duquel font saillie deux constructions dont l'une à tourelle, et prolongé à l'ouest par un petit bâtiment au toit à clocheton. Aux quatre parties de cette construction s'ajoutent deux tourelles. Un corps de logis carré, dont la façade est dans le prolongement de la façade orientale du corps de logis principal, fait saillie sur une partie de la façade nord de ce dernier. Une bretèche posée sur deux corbeaux à trois quarts-de-rond superposés fait saillie au côté ouest. A la partie supérieure de l'angle nord-est est posée, en encorbellement, une tourelle carrée. Dans l'angle formé à l'ouest par ce corps de logis et le corps principal, fait saillie une tourelle circulaire. A droite de cette tour, un second logis fait saillie sur le même côté nord du corps de logis principal. Enfin, prolongeant à l'ouest le grand corps de logis rectangulaire, se trouve une construction de même largeur mais de plan carré. A quelques mètres est élevé le pigeonnier, de plan carré, formé d'un étage à ossature de pans de bois, posé à chaque angle sur une colonne circulaire par l'intermédiaire d'une sorte de chapiteau à la corbeille tronconique, dont la base est posée sur un disque en pierre de très forte saillie.

     

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie

    Argentat (Corrèze) 2me partie


    Le château de Gibanel: Situé à Saint-Martial-d'Entraygues, en pleine Vallée de la Dordogne, et à deux pas de la jolie cité de caractère d'Argentat-sur-Dordogne, le Gibanel vous réserve une belle surprise : la découverte d'un site naturel s'étendant sur 60 hectares, d'une beauté époustouflante, autour d'un château du XIIIème siècle, mirant ses tours dans la Dordogne.

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie 

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie



    Le barrage d'Argentat construit entre 1954 et 1957, est utilisé pour produire de l'énergie à l'aide d'une centrale hydroélectrique1.
    Cet ouvrage de type « piles-usines » est formé de cinq piles creuses dont trois sont équipées d'un groupe hydro-électrique. Construit sous la direction d'André Borie, il est en béton et ses fondations s'enfoncent dans le granite1. En ce lieu, le bassin versant de la Dordogne est de 4 412 km22.
    Sa retenue, longue d'environ huit kilomètres, commence juste en aval du barrage du Chastang. Établie à une altitude de 192,5 mètres, elle s'étend sur 106 hectares et représente un volume de 7,2 millions de m32. Elle reçoit également les eaux du Doustre et de la Glane. Outre la commune d'Argentat-sur-Dordogne, elle est bordée par celles de Saint-Martial-Entraygues et Saint-Martin-la-Méanne en rive droite, de Hautefage en rive gauche, et de Servières-le-Château sur les deux rives.

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie


    Le pont de la République a été construit en 1893

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

     

    Argentat (Corrèze) 2ème partie

     

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Peinture de :

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699–1779), reconnu « dans le talent des animaux et des fruits » par l’Académie royale de peinture et de sculpture a également joué un rôle très important au Salon, pour lequel il occupa une charge officielle durant plusieurs années. Derrière des sujets a priori modestes et sensibles, l’artiste français a développé une réflexion philosophique sur la notion de vérité, à l’huile comme au pastel. Chardin a élevé la nature morte au rang de la grande peinture.
    Il était l’un des peintres préférés de Diderot, un « magicien » de la nature morte.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    Né à Paris dans un milieu d’artisans, Chardin a d’abord appris la peinture d’histoire auprès des artistes français Nicolas Coypel et Carle Van Loo. Il n’intègre pas le cursus académique. Pour vivre, le jeune homme peint des enseignes et travaille pour des commerçants.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    Entré à l’Académie de Saint-Luc en 1724, Chardin se fait remarquer par deux académiciens en exposant place Dauphine La Raie et Le Buffet, des dessus de porte à fonction décorative. Sur le conseil du peintre Nicolas de Largillière, il les présente comme morceaux de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1728. Chardin y est admis dans le genre inférieur de la nature morte à l’âge de 29 ans.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    L’artiste affectionne aussi la scène de genre. Comme à son habitude, ne cherchant pas spécialement à répondre à la mode, il se concentre sur des thèmes simples et plein d’humilité. Chardin aime représenter des scènes de la vie quotidienne, des domestiques, et fait revivre la tradition de la peinture hollandaise du XVIIe siècle.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    Le philosophe et critique d’art français Denis Diderot avait développé une passion pour ce peintre dont la technique picturale rendait parfaitement et subtilement l’illusion du réel. Diderot le qualifie de « magicien », ce qui signifie pour lui que Chardin n’est pas un artiste du trompe-l’œil (comme François Boucher) mais de la vérité. La poésie, cependant, n’est pas absente de ses œuvres. On a pu parler, à cet égard, de son « matérialisme enchanté ».

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    En 1740, Chardin fait la connaissance de Louis XV, qui le soutient. Les années 1750 représentent l’apogée de la carrière de l’artiste qui devient conseiller et trésorier de l’Académie ; il obtient le privilège d’être logé au Louvre. En charge de l’organisation du Salon, Chardin est nommé tapissier de 1761 à 1773, c’est-à-dire qu’il gère l’accrochage et la présentation des œuvres.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    La dernière partie de sa vie, l’artiste continue à peindre des natures mortes mais se consacre aussi au portrait, un genre qu’il pratique au pastel. Il souffre de graves problèmes de vue liés aux pigments à base de plomb qu’il utilisait pour peindre. Chardin meurt à Paris en 1779.

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

     

    Peinture de : Jean-Baptiste Siméon Chardin

    Yahoo!

    14 commentaires
  • "Liberté" poème de Victor Huga

     

    Liberté !

     

    De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ?

    De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,
    Aux sources, à l'aurore, à la nuée, aux vents ?
    De quel droit volez-vous la vie à des vivants ?
    Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naître
    L'aile pour l'accrocher au clou de ta fenêtre ?
    Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?
    Qu'est-ce qu'ils ont donc fait tous ces innocents-là
    Pour être au bagne avec leur nid et leur femelle ?

    Qui sait comment leur sort à notre sort se mêle ?
    Qui sait si le verdier qu'on dérobe aux rameaux,
    Qui sait si le malheur qu'on fait aux animaux
    Et si la servitude inutile des bêtes
    Ne se résolvent pas en Nérons sur nos têtes ?
    Qui sait si le carcan ne sort pas des licous ?
    Oh ! de nos actions qui sait les contre-coups,
    Et quels noirs croisements ont au fond du mystère
    Tant de choses qu'on fait en riant sur la terre ?
    Quand vous cadenassez sous un réseau de fer
    Tous ces buveurs d'azur faits pour s'enivrer d'air,
    Tous ces nageurs charmants de la lumière bleue,
    Chardonneret, pinson, moineau franc, hochequeue,
    Croyez-vous que le bec sanglant des passereaux
    Ne touche pas à l'homme en heurtant ces barreaux ?
    Prenez garde à la sombre équité. Prenez garde !
    Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.
    Ne comprenez-vous pas que vous êtes méchants ?
    À tous ces enfermés donnez la clef des champs !
    Aux champs les rossignols, aux champs les hirondelles !
    Les âmes expieront tout ce qu'on fait aux ailes.
    La balance invisible a deux plateaux obscurs.
    Prenez garde aux cachots dont vous ornez vos murs !
    Du treillage aux fils d'or naissent les noires grilles ;
    La volière sinistre est mère des bastilles.

    Victor Hugo

     

    "Liberté" poème de Victor Huga

     

    "Liberté" poème de Victor Huga

    "Liberté" poème de Victor Huga

    "Liberté" poème de Victor Huga

     

    "Liberté" poème de Victor Huga

    Yahoo!

    5 commentaires
  •  

    Ingrédients pour 6 à 8 personnes :

     

    125g de beurre
    100g de sucre
    4 œufs
    250g de farine
    1/2 sachet de levure
    10cl de lait
    Le jus et les zestes d’un citron

     

     Gâteau alsacien Gesundheitskuchen

     

    Préparation :

     

    Préchauffer le four à 180°c.

    Faire fondre le beurre au micro-ondes et laissez-le refroidir.

    A l’aide d’un batteur électrique, fouetter les œufs et le sucre. Le mélange doit doubler de volume.

    Ajoutez la farine ainsi que la levure chimique.

    Versez le beurre fondu, le lait le jus les zestes. de citron.

    Enfournez 50 à 55 minutes ( selon les fours ). Surveillez la cuisson.

     

     

    Yahoo!

    8 commentaires
  • Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    Fleuri du printemps à l’automne, facile à cultiver et résistant à la sécheresse, le scaevola s’est rapidement imposé sur nos balcons. Il offre des potées foisonnantes, mais peut aussi être utilisé en couvre-sol dans le sud du pays.

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola


    L'utilisation du scaevola (Scaevola aemulus), venu des Antipodes, pour le fleurissement des balcons est relativement récente, mais ses qualités – durée exceptionnelle de la floraison, résistance aux maladies et aux parasites, facilité de culture – l'ont rendu quasiment incontournable dans les compositions fleuries proposées à la vente dans les jardineries et utilisées par les services des espaces verts des villes. Le scaevola peut être associé à diverses plantes fleuries : surfinia, verveine ornementale, bidens, brachycome, diascia, immortelle vivace, bacopa, etc.

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    Cette vivace non rustique, qui ne supporte pas les températures inférieures à -3 °C, est le plus souvent utilisée en annuelle dans les potées et les suspensions, et jetée en fin de saison estivale. Cependant, elle peut être conservée d'une année sur l'autre en serre ou en véranda hors gel. Dans les régions de climat doux, elle peut aussi être plantée dans les massifs et servir de couvre-sol efficace.

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    Les tiges au feuillage légèrement succulent et bien découpé présentent un port plus ou moins rampant, se développent rapidement et atteignent une longueur de 20 à 60 cm selon les variétés.

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    L'espèce type produit des fleurs blanches ou bleues,

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

     Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    mais les sélectionneurs ont ajouté deux autres coloris à la palette : le rose et le jaune.

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    Les cinq pétales, regroupés d'un même côté de la fleur, forment des sortes de petites mains très décoratives et immédiatement reconnaissables. Cette forme évoquant aussi un éventail explique le surnom de fan flower (plante-éventail) donné au scaevola par les Anglais. Les fleurs groupées en couronnes et émises au bout des tiges se renouvellent de mai-juin à octobre, voire plus longtemps encore, jusqu'aux gelées

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Fleurs cultivées : Scaevola

     

    Fleurs cultivées : Scaevola

    Yahoo!

    10 commentaires
  • Argentat (Corrèze)

     

    Argentat-sur-Dordogne (en occitan : Argentat-sus-Dordonha1) est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. La ville est traversée par la Dordogne.

     

    Argentat (Corrèze)

     

    Située dans le Massif central, au confluent de la Maronne avec la Dordogne, elle se trouve à l'extrémité sud de la faille d'Argentat. À l'est, la commune est bordée par le Doustre, et à l'ouest elle est arrosée par la Souvigne.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)


    L'église Saint-Pierre, construite entre 1875 et 1879 en intégrant un clocher bâti dès 1847. L'église abrite un mobilier de qualité : quatre retables (outre celui du maître-autel, retables de la Pietà à droite du chœur, du Sacré-Cœur à gauche et de Saint-Joseph près de l'entrée), chaire et confessionnal présentant un beau travail de sculpture sur bois, vitraux. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culture.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

     

    Le quai maçonné Lestourgie XIXe siècle avec jolie promenade, sur la rive droite de la Dordogne.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)


    Le couvent des Clarisses, 7 rue des Clarisses.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)


    La chapelle Saint Sacerdos édifiée à la fin du XIXe, rue des Clarisses.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

     

    La maison natale du général Delmas et son buste (1906) par Eugène-Jean Boverie.

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Le manoir de l'Eyrial (1457).
    Ancienne habitation noble comportant deux corps de logis de deux étages, formant entre eux un angle droit dans lequel s'élève une tourelle à pans coupés renfermant un escalier à vis desservant les étages. Les façades présentent à leurs extrémités un pan triangulaire dont l'angle supérieur joint une croupe. Sur la rue Portail Lavergne, façade dont le rez-de-chaussée et le premier étage ont eu leurs ouvertures refaites au 18e siècle

     

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

    Argentat (Corrèze)

     

    Argentat (Corrèze)

    Yahoo!

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique