• Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Les œillets ou Dianthus correspondent à un genre de plante herbacée comprenant une multitude d'espèces vivaces, annuelles ou bisannuelles.

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Une grande diversité de formes et de couleurs en découle aussi. Comme il s'agit d'une plante décorative, le choix est vaste quant à l'ornementation du jardin.

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Au niveau de la couleur, les fleurs de l'œillet portent des nuances comprises entre le blanc et le rouge en allant jusqu'au bordeaux foncé en passant par le mauve, que celles-ci soient unies ou bicolores.

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    On peut par la même occasion distinguer des œillets très parfumés, mais dont l'arôme diffère selon les espèces. La rusticité des plantes varie aussi selon les variétés. Au Moyen Âge, l'œillet est considéré comme le symbole de la fidélité et donc offert à l'être aimé.

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Famille : caryophyllacées
    Type : plante herbacée
    Origine : Asie, Europe
    Couleur de la fleur : rouge, rose, mauve, blanc
    Hauteur : 15 à 40 cm
    Semis : oui
    Bouture : oui
    Plantation : printemps, automne
    Floraison : avril à septembre

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

     

    Fleurs cultivées : Dianthus

    Yahoo!

    2 commentaires
  • La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    Entourée de remparts, la ville médiévale de La Charité-sur-Loire, campée en bordure du fleuve ligérien, est réputée pour son prieuré clunisien. Fondé en 1059, ce monastère bénédictin, dépendant de l'ordre de Cluny, constitue, avec son église classée au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, un remarquable témoignage de l'art roman bourguignon.

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    De son passé l'importante cité monastique, dont subsistent nombre de vestiges, découvrez l'église prieurale Notre-Dame, joyau d'architecture clunisienne des XIe et XIIe siècles, le clocher Sainte-Croix, les bâtiments conventuels, mais aussi le jardin des Bénédictins dans lequel sont conservées des ruines de l'ancienne église Saint-Laurent.

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    mais aussi le jardin des Bénédictins dans lequel sont conservées des ruines de l'ancienne église Saint-Laurent.

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    Autour du prieuré, profitez d'une promenade pour admirer les attraits du quartier historique, que constituent les pittoresques ruelles, passages et escaliers,

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    les remparts médiévaux,

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

    et les différentes échoppes consacrées au monde du livre. Libraires, bouquinistes, calligraphes, enlumineurs et relieurs font de La Charité-sur-Loire une véritable ville du livre…

     

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

    La Charité sur Loire

     

     

    La Charité sur Loire

    Yahoo!

    8 commentaires
  • " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

     

    Le temps des feuilles mortes

     

    Voici donc revenu le temps des feuilles mortes.
    Le soleil s’affaiblit ; l’hiver à notre porte
    S’en va rallier bientôt ses sinistres consorts :
    Le vent, le froid, la pluie… Sans plus aucun ressort,

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

    Les feuilles anémiées se balancent tout doux,
    Parées par les frimas de jolis reflets roux ;
    Et puis se détachant des arbres avec grâce,
    Elles quittent leur nid dès la première glace

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

    Et tout en tournoyant – ballerines légères –
    Elles vont en dansant se poser sur les pierres
    Du chemin s’accrochant au flanc de la montagne.
    Une valse alanguie qui souvent s’accompagne

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

    D’un tout dernier sursaut au moment de toucher
    Le sol gris raboteux. D’aériens ricochets,
    Deux ou trois bonds encor, et elles rendent l’âme :
    L’automne a étouffé la minuscule flamme

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

    De leur petite vie fugace et végétale.
    Il leur suffit d’un rien, d’une brise automnale
    Pour en un seul instant s’envoler vers la mort.
    Ne vivre que six mois ! Epouvantable sort…

     

    Vette de Fonclare

     

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

     

    " Le temps des feuilles mortes " poème de Vette de Fonclare

    Yahoo!

    10 commentaires
  • La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

     

    Ce sommet, Cézanne va l’atteindre dans la dernière partie de son œuvre. Fasciné par cette muse aux rondeurs exigeantes, il résoud une à une les contradictions inhérentes à son désir de représenter objectivement la réalité de la nature tout en restant fidèle aux sensations fluctuantes. Le face à face entre Sainte Victoire et sa palette se métamorphose en épopée sublime.

     

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

     

    Pour lui, donc, un tableau n’est pas une image, c’est un objet avec son poids de matière, sa fermeté, sa structure particulièrement sensible dans « la Montagne Sainte Victoire vue des Lauves », une toile terminée quelques mois avant sa mort. Comme dans les précédentes, plusieurs espaces y sont contenus. Au premier plan, la plaine, entre les Lauves et la Sainte Victoire, s’étale comme un canapé douillet. Instinctivement, on devine qu’un un spectacle éblouissant nous attend.

     

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

     

    Les noirs, les bruns, les verts et les violets dessinent leurs arabesques joyeuses sur un plan vertical destiné à lever le rideau sur une autre scène. Soudain, comme par magie, Cézanne fait surgir dans un décrochement de bleu fantastique, la montagne Sainte Victoire. Entre temps, un ange est passé. En effet, une tache de lumière chaude enfouie au centre du tableau indique clairement la présence indissoluble du soleil. Astre bienveillant, irradiant de bonté les éléments constitutifs du paysage.

      

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

     

    La montagne Sainte Victoire et Paul Cezanne

    Yahoo!

    5 commentaires
  • Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

     

    Nicholas Watts est un artiste peintre britannique réputé et très talentueux né à Tunbridge dans la région du Kent en Angleterre en 1947.

     

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

     

    C'est un artiste pratiquement autodidacte qui dès son plus jeune âge était fasciné l’aviation en raison de la proximité de son domicile d’une base de la Royal Air Force. C’est donc en dessinant très jeune des Spitfire, des Hurricanes et autres gloires de la seconde guerre mondiale qu’il s’entraîne au dessin ....

     

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

     

    N’habitant pas loin non plus du circuit de Brands Hatch, Nicholas Watts se passionne pour les courses automobiles. Après un cursus scolaire plutôt classique il va tout naturellement se tourner dans cette voie en étudiant l'automobile à fond, y compris sa structure, sa forme et sa fonction.

     

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

     

    Au fil des années, Nicholas a réussi à se construire un univers particulier car ses peintures se consacrent à maîtriser l'art de capturer une brève seconde dans le temps, non seulement à travers l'événement et l'environnement local, mais aussi l'aspect émotionnel

     

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

    Peinture de : Nicholas Watts

     

    Peinture de : Nicholas Watts

    ....

    Yahoo!

    12 commentaires
  • 14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

     

    La reconstruction de l'après-guerre fut propice à l'urbanisme et permit à quelques architectes de premier plan de mettre en pratique leur volonté d'ériger des constructions plus modernes et plus rationnelles (Auguste Perret au Havre, Le Corbusier à Marseille).

     

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

     

    Le Corbusier s'était fait connaître dans l'entre-deux-guerres en élaborant les principes d'un urbanisme fonctionnaliste et d'une architecture de masse (il fut notamment l'un des principaux rédacteurs de la Charte d'Athènes en 1934 codifiant les principes d'une architecture moderne). Ayant à plusieurs reprises sollicité les pouvoirs publics pour se voir confier des commandes de grands chantiers, il obtient finalement du gouvernement en 1946 la réalisation d'un ensemble d'habitations à Marseille, ce qui lui permettra de mettre en pratique ses idées d'organisation spatiale et sociale.

     

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

     

    La construction de la "Cité radieuse" est terminée en 1952 : il s'agit aux yeux de Le Corbusier d'une cité-jardin "verticale", rassemblant en un même immeuble 347 appartements, et offrant à chaque famille indépendance et services communs. Cette réalisation ne créa cependant pas l'unanimité et les détracteurs de Le Corbusier surnommeront cette construction "la maison du fada".


    Fabrice Grenard

     

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille 

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

     

    14 octobre 1952 : inauguration de la  " cité radieuse "  à Marseille

     

    Yahoo!

    5 commentaires
  • Gâteau de floraline aux raisins secs

     

    Ingrédients

     

    1 litre de lait
    3 oeufs
    100 g de raisins secs
    150 g de semoule de blé
    30 g de beurre
    150 g de sucre en poudre
    1 sachet de sucre vanillé
    Rhum

     

    Préparation

     

    Mettre à macérer les raisins secs dans du rhum.
    Verser le lait dans une casserole, ajouter le beurre, le sucre vanillé et le sucre en poudre. Porter à ébullition, verser la semoule en pluie et tourner vivement au fouet.
    Laisser cuire à feu doux 10 à 15 minutes, sans cesser de remuer jusqu'à que la préparation s'épaississe. Retirer du feu et laisser refroidir.
    Casser les oeufs, les battre en omelette et les incorporer à la semoule. Ajouter les raisins secs (égouttés) et bien mélanger.
    Beurrer un moule à manqué, y mettre la préparation et mettre au four 30 à 35 minutes à 180°C (thermostat 6).

     

    Gâteau de floraline aux raisins secs

     

    Gâteau de floraline aux raisins secs

     

    Yahoo!

    9 commentaires
  • Fleurs cultivées : Diascia

     

    Le diascia appartient à la famille des Scrofulariacées. Il est originaire d’Afrique du Sud, du Lesotho et du Kwazulu Natal. Toujours appelée par son nom latin, cette plante est connue sous les deux appellations diascia ou diasca.

     

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Le diascia est considéré comme une plante annuelle ou une vivace dans les climats doux. Son feuillage persistant ou semi-persistant se compose de petites feuilles vertes droites ou en forme de cœur. De mai à novembre, il produit de très nombreuses petites fleurs en grappes, non parfumées, aux couleurs tendres : rose, rouge, abricot, jaune ou blanc. Leur gorge possède deux éperons de taille variable, situés au fond.

     

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Le diascia se cultive en pleine terre et en pot, en isolé ou mélangé à d’autres espèces. Compte tenu de son port buissonnant, érigé ou retombant, il s’utilise aussi bien en massif, en plate-bande, en couvre-sol, dans une rocaille, en jardinière, en composition ou en suspension.

     

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Fleurs cultivées : Diascia

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Variétés

     

    - Diascia barberae : Hauteur : 20 à 30 cm. Floraison : juin à novembre
    Végétation dense, vigoureuse, étalée. Fleurs roses, aux éperons bien marqués.

    Fleurs cultivées : Diascia

    - Ruby Field : grandes fleurs rose foncé.

    Fleurs cultivées : Diascia

    - Blackthorn Apricot : floraison abricot nuancé de saumon.

    Fleurs cultivées : Diascia


    Diascias hybrides

     

    -‘Blue Bonnet’ : 40 cm, des fleurs presque bleues ! Les pétales rosés ont des reflets ardoise.

    Fleurs cultivées : Diascia

    - ‘Iceberg’ : 20 à 30 cm, grandes fleurs blanches.

    Fleurs cultivées : Diascia

    - ‘Red Ace’ : 20 à 30 cm, fleurs rouge cerise à végétation retombante.

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Fleurs cultivées : Diascia

     

    Yahoo!

    8 commentaires
  • Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    La place Ducale est la place principale de Charleville-Mézières. Construite en 1606 par Clément Métezeau, elle est aussi la sœur jumelle de la place des Vosges à Paris.

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    C'est grâce à l'effort financier de Charles de Gonzague, neveu d'Henri IV, duc de Nevers et du duc de Rethel, gouverneur de la Champagne, que la place a vu le jour.

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    La place Ducale est un rectangle de 127 mètres de long et large de 90 mètres, dotée de 27 pavillons de style Henri IV ou Louis XIII obéissant à la règle de 4 : 4 travées, 4 baies à chaque étage, 4 lucarnes et 4 oculi sur le toit..

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges


    Initialement pavée, elle est ensuite longtemps recouverte par du goudron pour être repavée en 1999. L'élément central a également souvent été modifié : une fontaine jusqu'en 1899 qui laisse sa place à une statue représentant Charles de Gonzague. La place est classée monument historique en 1936.

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    La statue de Charles de Gonzague a été à nouveau déplacée en 1999 afin d'y mettre une copie de la fontaine originale.

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    La similitude des deux places vient du fait que leurs architectes étaient frères : Louis Métezeau en 1607 pour Paris et Clément Métezeau en 1606. La principale différence des deux places vient du fait que la place de Charleville ne possède aucun terre-plein central. Dans la place Ducale, il n'y a que de la pierre, contrairement à la place des Vosges, où furent planté des arbres

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

     

    Les soeurs jumelles: place Ducale et place des Vosges

    Yahoo!

    11 commentaires
  •   

     

    Yahoo!

    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires