• Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

     

    Juste au dessus de Saint-Amour se trouve Cuiseaux en Saône-et-Loire.

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )



    La ville qui entra dans le Duché de Bourgogne en 1284, ne devenant française qu’en 1482, fut florissante au Moyen-Âge. Place forte ceinturée de remparts, Cuiseaux fut maintes fois assiégée et pillée par ses voisins franc comtois, mais a su protéger au cours des siècles la majeure partie de son patrimoine en conservant les bases médiévales. Son bâti s’échelonne du XVI au XXème siècle, ce qui lui valut d’être inscrite à l’inventaire des sites pittoresques du département de Saône et Loire en novembre 1984. Arcades, fontaines et maisons Renaissance sont particulièrement remarquables.

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )



    Les deux tours, dont la tour de Balerne à gauche de la porte du verger et un fragment de courtine partiellement crênelée ; c'est à peu près tout ce qui subsiste de l'enceinte médiévale percée de quatre portes qui enserrait la ville et la dominait du haut de ses 36 tours. Deux très belles archères sont visibles dans le mur à droite de la porte dont la voute a été surhaussée en 1845 afin de permettre le passage des voitures agricoles.

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )



    Ce château, dont on ignore la date de construction, a subi beaucoup de transformation notamment à la Renaissance. Les balcons et la porte d'entrée datent du XVIème siècle. Les principales modifications des façades datent du XIXème siècle. A la fin du XIXème siècle, la ville l'acheta et le transforma en école de filles. Depuis 1977, il est le siège du centre culturel et social de la ville.

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )



    D'une facture contemporaine, datant de la rénovation complète de 1865, l'église de Cuiseaux abrite de nombreux objets d'art sacré et de culte classés Monuments historiques au titre objet. Les stalles en bois et statues polychromes du XVe siècle et une Vierge noire du XIIIe siècle renforcent le charme de l'endroit.

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

     

    Cuiseaux  (Saône et Loire )

    Yahoo!

    votre commentaire
  • " La mort des oiseaux " poème de François Coppée

    " La mort des oiseaux " poème de François Coppée

     

    " La mort des oiseaux " poème de François Coppée

     

    " La mort des oiseaux " poème de François Coppée

     

    " La mort des oiseaux " poème de François Coppée

     

     

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

     


    Sur les pentes de la vallée de la Somme se dresse une majestueuse abbaye de près de 1400 ans d’histoire. Elle tire son nom d’un habitant du vicus de Centule (la ville aux cent tours, aujourd’hui nommée Saint-Riquier) converti à le religion chrétienne, qui va évangélisé le Ponthieu et être fait saint à sa mort en 645.

     

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )



    Le monastère fondé au VIIe siècle devient une abbaye royale en 632 par la protection que lui accorde le roi Dagobert Ier. Son importance est telle que Charlemagne y met à sa tête en 790 un des plus hauts personnages de sa cour, Angilbert, son conseiller.
    Abbaye majeure du monde carolingien, elle est détruite en 881 par l’invasion des Normands. Au total elle souffrira de dix-sept destructions. L’architecture éclectique du monument témoigne de ce passé mouvementé.

     

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )



    A la Révolution française, les anciens bâtiments conventuels sont vendus comme bien national. Utilisés dans un premier temps comme carrière de pierres, ils recevront ensuite bien des affectations, militaires (hôpitaux pendant les deux guerres mondiales), religieuses (un petit séminaire occupe les lieux de 1822 à 1952) et civiles. Propriété du Conseil départemental de la Somme depuis 1972, ils accueillent aujourd’hui un centre culturel dédié aux spectacles vivants, avec une programmation (expositions, théâtre, danse, concerts) riche, diversifiée et de qualité.

     

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

    Abbaye de Saint-Riquier ( Somme )

     

     

    Yahoo!

    21 commentaires
  • Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

     

    "L'univers de Brigitte MORISSON est fait de passion. La passion des animaux, auxquels elle offre à travers sa peinture, une parfaite harmonie de force et de douceur. Excellente cavalière de dressage, son plus grand amour reste, néanmoins, celui qu'elle porte aux chevaux."

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse



    Les rencontres avec les tableaux de Brigitte sont des moments d'émotion.
    Avec une sensibilité hors du commun, elle nous transporte dans son univers.
    La puissance et la force d'expression de sa peinture nous pénètrent au plus profond de nous."

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse


     
    J'ai toujours été inspirée par les animaux, je les aime, et ils me le rendent bien en me permettant, à travers eux, d'exprimer mes émotions et de les transmettre, en créant ce "pont mystérieux qui s'établit entre l'âme des personnages et celle du spectateur" comme disait DELACROIX.

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse



    Après des années de pastel, j'ai créé une entreprise de peintures décoratives et depuis 2006 je peins à l'huile dans le style de la fresque ancienne. Je travaille sur la matière comme sur un mur de chaux.

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Peinture de : Brigitte Morisse

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

     

    Peinture de : Brigitte Morisse

    Yahoo!

    22 commentaires
  • 8 décembre

     

     Née le 8 décembre 1864 à Fère-en-Tardenoise, Camille Claudel se passionne très tôt pour la sculpture.

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel


     Convaincue qu'elle en fera son métier, la jeune fille se rend à Paris et devient l'élève d'Auguste Rodin. Elle se perfectionne rapidement, montre un talent remarquable pour cet art mais demeure dans l'ombre de son maître.

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel


    On l'accuse de le copier et sa relation amoureuse avec l'artiste n'arrange en rien sa réputation.

    Après la rupture du couple, la critique ne reconnaît toujours pas son talent, malgré toutes ses productions de qualité (la Valse en 1893,

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

     

    Clotho en 1893,

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

     

    l'Âge mur en 1899).

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel


    Camille Claudel cherche toujours à s'affranchir de Rodin. Elle sombre dans l'isolement et souffre également de l'éloignement de son frère, l'écrivain Paul Claudel, parti aux Etats-unis.

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel


     Elle sculpte encore et expose ses oeuvres en 1905 à la galerie Blot.

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

     

    Mais elle semble de plus en plus gagnée par la folie et la paranoïa.
     En 1913, au lendemain de la mort de son père, sa mère décide de l'interner de force. Camille Claudel passe le reste de sa vie en hôpital psychiatrique.

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

     

    Elle meurt le 19 octobre 1943 à Montdevergues, près de Villeneuve-lès-Avignon. Aucun membre de sa famille ne sera présent pour suivre sa dépouille. Elle sera enterrée dans une tombe anonyme dans le carré des indigents

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel


    Musée Camille Claudel à Nogent sur Seine ouvert le 26 mars 2017

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

     

    8 décembre 1864 : naissance de Camille Claudel

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Verrine de mascarpone, ananas et fruits de la passion

    Ingrédients

        1 pot de mascarpone
        150 g de sucre
        5 cl de marsala
        1 petit suisse nature
        2 fruits de la passion
        1/2 ananas

    Verrine de mascarpone, ananas et fruits de la passion

    Préparation

    Coupez l’ananas en petits morceaux et mettez-le dans une poêle avec 50 g de sucre. Faîtes caraméliser. Dans un saladier, préparer la crème au mascarpone en mélangeant le mascarpone, le petit suisse, la marsala et le reste de sucre. Ajoutez les fruits de la passion afin d’aromatiser la crème. Dans les verrines, déposez l’ananas caramélisé, la crème et une nouvelle couche d’ananas.

     

    Verrine de mascarpone, ananas et fruits de la passion

     

    Verrine de mascarpone, ananas et fruits de la passion

     

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

     

    Facile à cultiver, l'hibiscus des marais (Hibiscus moscheutos) est très apprécié pour ses grandes fleurs spectaculaires du diamètre d’une grande assiette aux coloris variant du blanc au rouge vif. Il fleurit généralement dès sa première année, entre juin et septembre.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus



    En zone méditerranéenne ou océanique, il est cultivé comme une vivace à feuillage caduc, toute la partie aérienne disparaissant dès les premiers froids. Dans les autres régions, si la souche reste en terre, elle est capable de résister jusqu’à -15 °C sous un épais matelas de paille. Sinon cet hibiscus est à rentrer à l’abri du froid, ou à cultiver comme annuelle, car il ne survit pas à des températures inférieures à -15 °C.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus



    L'hibiscus des marais possède des feuilles caduques, vert moyen, de 15 à 25 cm de long, de forme ovale, divisées en 3 à 5 lobes peu marqués. Celles-ci sont glabres sur le dessus et velues au revers.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus



    Son abondante floraison estivale est en forme de coupe ouverte circulaire dont les corolles atteignent 18 à 30 cm.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus



     Les fleurs, comme tous les hibiscus, ne durent que 1 à 2 jours, mais se succèdent à l’extrémité des tiges de juin à septembre.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus



     Les fruits sont en forme de capsule très résistante contenant de petites graines.

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Fleurs cultivées : Hibiscus

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

     

    Fleurs cultivées : Hibiscus

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

     

    Mardi comme il faisait beau nous sommes allées faire un tour au parc et j'ai fait quelques photos ...

     

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

     

    Il faisait bon et je me suis assise sur un banc

    pour admirer  le paysage..

     

    Promenade au parc de loisirs des Semboules à Antibes

    Yahoo!

    16 commentaires
  • " Que j'aime le premier frisson d'hiver " poème d'Alfred de Musset

     

    Que j’aime le premier frisson d’hiver



    Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
    Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
    Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
    Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

    " Que j'aime le premier frisson d'hiver " poème d'Alfred de Musset

    C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
    J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
    Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
    (J’entends encore au vent les postillons crier),

    " Que j'aime le premier frisson d'hiver " poème d'Alfred de Musset

    Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
    Sous ses mille falots assise en souveraine !
    J’allais revoir l’hiver. – Et toi, ma vie, et toi !

    Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme
    Je saluais tes murs. – Car, qui m’eût dit, madame,
    Que votre coeur sitôt avait changé pour moi ?

    Alfred de Musset

     

    " Que j'aime le premier frisson d'hiver " poème d'Alfred de Musset

     

    " Que j'aime le premier frisson d'hiver " poème d'Alfred de Musset

     

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

     

    Moret-sur-Loing est une ancienne commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

    Elle s'est regroupée le 1er janvier 2015 avec Écuelles, pour former la commune nouvelle d'Orvanne, puis par une série de nouvelles fusions en 2016 et 2017 (avec Veneux-les-Sablons) la commune actuelle de Moret-Loing-et-Orvanne.

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)



    Moret a conservé une grande partie de ses fortifications datant des XIIe et XVe siècles. À cette époque, la ville était articulée autour des éléments suivants :

        Une enceinte fortifiée en demi-lune, face au Loing, dont il reste de nombreux éléments (15 à 20 m de haut, plus de 2 m d'épaisseur).
      

      Trois portes :

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


            la porte de Bourgogne, qui verrouille l'accès par le Loing face à la Bourgogne,

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


            la porte de Samois ou de Paris (XVe siècle), en direction de Fontainebleau,

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


            la porte de Grez/Orléans, vers la forteresse de Grez (contrairement aux deux autres, il n'en reste plus aucune trace aujourd'hui).


        L'église Notre-Dame, de style gothique (XIIe/XVe).

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


        Le donjon du château de Moret, XIIe siècle (partiellement détruit à la Révolution et transformé au cours de XIXe siècle).

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


        Le prieuré de Pont-Loup (nom qui veut dire « pont sur le Loing »), la plus ancienne construction encore existante de Moret.

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


        Le pont sur le Loing datant du XIIe siècle (mais le folklore local veut que Jules César en ait construit le premier avatar) et élargi au XIXe siècle.

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)


        La façade dite « François Ier ».

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

     

    Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne)

    Yahoo!

    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires