• " Jour d'été " poème de

     

    Jour d’été

     

    Gravir la dune
    les bronches emplies
    d’air marin
    puis découvrir là-bas
    le miroir bleu aux rides
    crêtées d’écume
    et son argent éblouissant
    Descendre vers la plage
    s’asseoir sur le sable
    être cet infime témoin
    de l’harmonie des couleurs
    et de la matière
    Regarder l’horizon
    et rêver de partir
    seulement rêver
    Rien ne vaut
    le voyage immobile
    déchiré du cri soudain
    de la mouette

    kamal Zerdoumi, 2018

     

    " Jour d'été " poème de Kamal Zerdoumi

     

    " Jour d'été " poème de Kamal Zerdoumi

    Yahoo!

    22 commentaires
  • Le phare

    Le phare

     

    En 1890, la commission des phares et balises prévoit de construire un nouveau phare électrique pour remplacer le vieux phare. Celui-ci devait être de facture modeste et d’architecture simple. Un évènement va bouleverser les plans établis :

    Mme Adélaïde Louise Davout, Marquise de Blocqueville va faire un don de 300 000 frs. De son testament, daté du 2 février 1885, est extrait ce qui suit : « Ma première et ma plus chère volonté est qu’il soit élevé un phare sur un point dangereux des côtes de France, non miné par la mer. »… » J’aimerais que le phare d’Eckmühl fût élevé là, mais sur quelque terrain solide, granitique, car je veux que ce noble nom demeure longtemps béni. Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais, seront ainsi rachetées par les vies sauvées de la tempête. »

     

    Le phare

     

    En effet, le père de la Marquise n’est autre que le Maréchal Davout, qui a combattu au côté de Napoléon lors de la bataille d’Eggmühl, localité de Bavière (aujourd’hui dépendant de la ville de Schierling) où l’empereur remporta cinq victoires en cinq jours. Le Maréchal fit preuve de ténacité et de sens manoeuvrier, ce qui lui valut le titre de prince d’Eckmühl.

     

    Le phare


    La tour est en kersanton . Pierre que l’on trouve dans les carrières du village du même nom, près de Brest. Celle-ci fût également utilisée pour construire le socle de la statue de la Liberté!

     

    Le phare

    Le phare

    Le phare


    L’intérieur du fut est recouvert d’opaline, pâte de verre bleutée qui coûtait déjà très cher à l’époque de la construction du phare, plus de 5 frs le mètre carré.

     

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

     

    Le phare s’élève à 65m au-dessus du niveau de la mer. 277 marches permettent d’accéder à un premier palier d’où part un escalier en fonte menant à la salle d’honneur. Ses 307 marches se décomposent comme suit : 5 pour le perron, 272 pour le colimaçon (cet escalier se développe en vis sur les parois de la tour), 13 pour la première rampe, 17 pour la seconde.

     

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

     

    Au 2ème palier se trouve une salle en boiserie où trône la statue en bronze du Prince d’Eckmühl, réduction de celle érigée à Auxerre.

     

    Le phare

     

    Un escalier en fonte permet d’accéder à la lanterne dont l’optique d’origine fait la fierté des gardiens. Elle comporte 2 optiques de Fresnel contenant 2 lampes de70W émettant un feu blanc toutes les 5 secondes visible jusqu’à 50 km par temps clair. Cet espace est non accessible au public

     

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

     

    Voici le panorama que vous pouvez découvrir si vous avez le courage de grimper cet escalier :

     

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

    Le phare

     

    Le phare

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Peinture de :

     

    Nancy Glazier est une artiste de renommée mondiale dont le choix du médium est l'huile. Son attention habile aux détails et l'émotion rendue dans ses peintures de la faune peuvent étonner le spectateur. Elle est vraiment un maître moderne.

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier


    Toujours en sachant qu'elle voulait devenir artiste, la grand-mère de Nancy Glazier lui a offert sa première série de peintures à l'huile à l'âge de huit ans. Son père ravi a vendu sa première peinture quand elle avait douze ans.

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

     

    Sa famille a déménagé au Wyoming quand elle avait seize ans. Glazier a été présenté au muralist du Musée de Cody, Adolph Spohr, qui l'a singularisée pour l'instruction privée.

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

     

    La peinture est le souffle même de sa vie. Pendant qu'elle peint, Glazier se sent complète, joyeuse, puissante et libre. Aujourd'hui, les animaux que Glazier préfère peindre sont vraiment sauvages et libres. Le wapiti, le cerf, l'orignal, l'ours, le couguar, le coyote, le renard, les oiseaux du balbuzard pêcheur au siskin, partagent leur territoire avec elle dans les montagnes du Nord-Ouest.

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

     

    "Mes peintures vous invitent dans ce monde, voyagez avec moi un moment, je partagerai avec vous ce que les yeux de mon coeur voient."

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

    Peinture de : Nancy Glazier

     

    Peinture de : Nancy Glazier

    Yahoo!

    20 commentaires
  • 2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    Le grand incendie de Londres est un violent incendie qui ravage le centre de la ville de Londres du dimanche 2 septembre au mercredi 5 septembre 1666.

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    Les flammes ravagent la Cité à l’intérieur du mur romain et menacent le quartier aristocratique de Westminster, le palais de Whitehall, résidence du roi Charles II, et la plupart des quartiers pauvres de banlieue, sans toutefois les atteindre. Il brûle 13 200 maisons, 87 églises paroissiales, la cathédrale Saint-Paul, et la majorité des bâtiments publics de la Cité. Les pertes humaines enregistrées sont très faibles, mais ne représentent peut-être qu'une fraction des victimes.

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    L’incendie se déclare peu après minuit le 2 septembre dans une boulangerie de Pudding Lane appartenant à Thomas Farriner et se propage rapidement vers l’ouest.

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    L’indécision du lord-maire Thomas Bloodworth retarde la création de coupe-feu par démolition qui était, à l’époque, la principale technique de lutte contre les incendies. Des démolitions de grande envergure sont ordonnées dans la nuit, mais il est déjà trop tard, car le vent a eu le temps d’attiser les flammes. Le lundi, le sinistre se propage vers le nord et le cœur de la Cité. Cette journée voit l’apparition de rumeurs accusant les Français et les Hollandais d’avoir allumé l’incendie, donnant lieu à des lynchages. Il s’étend à la plus grande partie de la Cité dans la journée du mardi, détruisant la cathédrale Saint-Paul et traversant la Fleet pour menacer la cour de Charles II à Whitehall. Il est circonscrit grâce à deux facteurs : la tombée des forts vents d’est et l’utilisation par la garnison de la tour de Londres de sa poudre à canon pour créer des coupe-feu efficaces empêchant les flammes de se propager vers l’est

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    Le Monument au Grand Incendie de Londres plus communément connu sous le nom Le Monument, est une colonne romaine dorique en pierre de 61 mètres dans la Cité de Londres, proche du nord du pont de Londres. Il est situé au croisement de Monument street et de Fish Street Hill, à 61 mètres du lieu où le Grand incendie de Londres commença en 1666

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

     

    Une maquette géante du Londres du XVIIe siècle a été brûlée dimanche soir 5 septembre 2016 sur la Tamise pour marquer le 350 ème anniversaire du grand incendie qui avait dévasté la capitale britannique en 1666. Le feu avait détruit 80% de la Cité de Londres.

     

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    2 septembre 1666 : Incendie de Londres

    Yahoo!

    10 commentaires
  • Tarte tatin aux pommes

     

    INGREDIENTS :

     

    1 /2 l d'eau
    500 gr de beurre
    500 gr de sucre semoule
    8 pommes Golden
    200 gr de sucre semoule pour le caramel
    1 disque de pâte feuilletée
    gelée de pommes

     

    PREPARATION :

    Les pommes
    Eplucher, épépiner et couper les pommes en quatre
    Porter à ébullition l’eau avec le beurre et le sucre semoule dans une casserole
    Plonger les pommes
    Pocher les pommes pendant une dizaine de minutes et les ressortir à l'aide d'une écumoire.

    Le caramel
    Faire cuire petit à petit 200 gr de sucre semoule à sec dans une casserole jusqu'à ce qu'il soit dissout et de couleur caramel. Commencer par un quart de la quantité, quand il est fondu, ajouter encore un quart et ainsi de suite sans mélanger avec une cuiller, juste en tournant le poêlon de temps en temps.
    Verser le tout dans un moule à manqué
    Laisser refroidir

    Cuisson
    Etaler la pâte à la dimension du plat et piquer la à l'aide d'une fourchette.Dresser les pommes dans le moule en les serrant bien.

     

    Tarte tatin aux pommes

     

    Poser le disque de feuilletage sur les pommes et pincer la pâte sur le rebord du moule pour éviter qu'elle ne se rétracte.

     

    Tarte tatin aux pommes


    Enfourner pendant 30 minutes à 180°.

     

    Tarte tatin aux pommes

     

    Tarte tatin aux pommes

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    Le genre Crossandra appartient à la famille des Acanthacées. Originaire des régions tropicales d’Inde, d’Afrique ou de Madagascar, on le nomme le plus souvent par son nom latin crossandra, et parfois crossandre.

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    C’est une plante vivace arbustive ou sous-arbrisseau, non rustique, au port dressé et compact. Elle peut mesurer plus de 1 m de hauteur et 0,60 m de largeur dans son milieu naturel, mais elle atteint plutôt 0,60 m de haut et 0,30 m d’étalement en intérieur.

     

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    Ses feuilles sont persistantes, vert foncé, aux nervures bien marquées, brillantes sur le dessus, larges au centre et effilées à leurs deux extrémités (ou elliptiques).

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    La floraison est longue et sans parfum ; elle a lieu du mois de mai au mois de septembre, sous forme de tubes allongés portant 5 lobes qui s’évasent, d’un rouge plus ou moins intense, variant du rouge orangé, au jaune vif et au rose saumon.

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    En Europe, le crossandra se cultive en intérieur, en véranda ou en serre chaude. On l’élève en pots, afin de pouvoir le rentrer en hiver.

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Fleurs cultivées : Crossandra

     

    Il vit seulement quelques années, 3 à 4 ans, et peut perdre de sa beauté. S’il dégénère au bout de 2 ans, pensez au bouturage qui remplacera la plante vieillissante.

     

    Fleurs cultivées : Crossandra

    Yahoo!

    15 commentaires
  •  

    Entre des plantations de résineux, un empilement de pierres de granite émerge au détour d’un chemin. Prenant la forme d’un rectangle, il s’étend sur 400 m de long, 40 m de large et plusieurs mètres d’épaisseur. Le poids et la taille varient d’un bloc à l’autre. À côté de la mousse qui couvre certaines pierres, quelques arbrisseaux partent à l’assaut de cette rivière minérale.

     

     

    Situé sur les hauteurs de la commune de Barbey-Seroux, le champ de roches attire chaque année de très nombreux visiteurs et touristes étrangers qui viennent découvrir cette merveille de la nature. Il est vrai que l’existence d’un tel chaos perdu entre des plantations de conifères étonne et fascine. Comment expliquer une telle concentration de pierres en un espace aussi réduit ? Comme à chaque fois, il donne lieu à de nombreuses légendes où la présence du Malin n’est jamais bien loin. Cette curiosité géologique constitue un biotope idéal pour le mulot des bois et le lézard des murailles qui trouvent là un abri parfait.

     

     

    Parmi les différents sites glaciaires remarquables répertoriés dans la région (défilé du Kertoff, moraines du Beillard, tourbière de Lispach…), le champ de roches se distingue par son originalité. Cette accumulation de milliers de blocs n’a pas une origine humaine. « Seul un glacier peut transporter des blocs de cette taille sur plusieurs kilomètres. Ces pierres se sont probablement détachées de la montagne et ont voyagé à la surface avec le glacier. Puis avec le réchauffement climatique, le glacier les a abandonnés à Barbey-Seroux il y a approximativement 50 000 ans… »

     

     

     

    Le champs de roches de Barbey-Seroux

    Yahoo!

    15 commentaires
  • " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

     

    Les Vendanges


    Sur les côteaux ensoleillés
    Rougis par l’automne rousseau
    Grouillent des femmes affairées
    Autour d’énormes tombereaux.

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

    Certaines sont agenouillées
    Pour être au plus près du raisin,
    D’autres vident leurs grands paniers,
    Et l’effort rehausse leurs seins.

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

    Elles s’étirent par moments
    Pour soulager un peu leur dos,
    Et du jus poisseux en coulant
    Empègue leur vieux caraco.

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

    Alors elles rient, elles chantent.
    Septembre leur dore la peau
    D’une ombre blonde. Elles s’enchantent
    Que les vendanges soient si tôt.

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

    Un peu d’été est encor là
    Et il est juste comme il faut.
    Tiède, lumineux et sympa
    Le soleil ronronne là-haut.

     

    Vette de Fonclare

     

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

     

    " Les Vendanges " poème de Vette de Fonclare

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Le Mans : cité médiévale

     

    La Muraille du Mans, vue de l'enceinte romaine côté Sarthe.

    Ce rempart dessine un quadrilatère irrégulier d'environ 450 mètres de long et ses 200 mètres de large, l'enceinte a concentré le cœur de ville pendant plus de 17 siècles. C'est en référence à sa couleur que la ville du Mans est qualifiée de "ville rouge". Une teinte qu'elle doit à sa construction de briques, de pierres de roussard liées par un mortier rose.

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale


    La construction de l'enceinte du Mans ne peut se dater en dehors de cette tranche chronologique allant de la fin des années 270 jusqu'au début des années 300.
    Onze tours sont encore visibles sur les trente ou trente-cinq qui ont pu exister, dont dix sur la face ouest où elles sont régulièrement disposées tous les trente-six mètres. Ces tours sont de formes différentes. La plus répandue est la forme demi-circulaire. La forme la plus originale se voit sur la tour des Pans-de-Gorron, tour hexagonale. Toutes ces tours sont pleines à l'exception de trois qui ont une chambre basse.
    Le rempart ne possède pas de véritables fondations. Un lit de moellons corrige les inégalités du terrain et assure l'horizontalité de l'assise des blocs ou des dalles constituant la base du soubassement. Dans l'angle sud-ouest, près de l'église Saint-Benoît, des pilotis de bois servent de fondation pour assurer la stabilité dans un terrain gorgé d'eau.

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale 

    Le Mans : cité médiévale 

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

      

    Ceinte d'une muraille romaine datant de la fin du IIIème siècle, la vieille ville forme sur 9 ha, un ensemble homogène, s'inscrivant depuis 1974 dans le cadre d'un secteur sauvegardé. Labellisée "Ville d'art et d'histoire", Le Mans présente un patrimoine architectural unique, qui mérite le détour. La ville est d'ailleurs candidate au patrimoine mondial de l'Humanité (classement UNESCO). Le menhir, l'enceinte romaine, la cathédrale, la centaine de maisons à colombages, les demeures Renaissance, les rues pavées, bordées de chasse-roues, vous transportent dans l'histoire.

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

     

    La cathédrale Saint-Julien du Mans (Sarthe) est un édifice complexe dans lequel se trouvent juxtaposés deux éléments distincts : une nef romane et un chœur gothique. La nef commencée par l'évêque Hoël à la fin du xie siècle fut terminée par son successeur Hildebert de Lavardin (mort en 1126). Guillaume de Passavant (1145-1182) pratiqua une reprise en sous-œuvre qui lui donne son aspect actuel avec l'alternance des supports et des voûtes angevines extrêmement bombées. Il lui ajouta, sur le flanc sud, un portail à statues-colonnes et un tympan orné d'un Christ en majesté.

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

     

    Vers 1221 on entreprit la reconstruction du chœur ; lors de la consécration en 1254, il était presque terminé si l'on excepte les voûtes qui ne furent lancées que dans la seconde moitié du xiiie siècle. Les travaux étaient terminés en 1273. Cette œuvre prodigieuse avec ses collatéraux étagés, son étroite liaison entre le style normand et le style français, est vraisemblablement due à un seul architecte. Ce n'est pas avant 1277 que l'on songea à élever le transept qui était terminé avant 1392.

    Ce monument de 134 mètres de longueur, 52 mètres de largeur au niveau du transept, 24 mètres de hauteur sous voûte de la nef et 34 mètres dans le chœur, est doté, en plan, d’une nef à trois vaisseaux qui, après le transept, se prolonge dans le chevet sous la forme d’un double déambulatoire agrémenté de treize chapelles rayonnantes.

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

     

    Cette architecture d'une grande élégance conserve enfin une collection de vitraux des XII e , XIII e  et XV e siècles, parmi lesquels il faut citer l’Ascension que l'on peut voir dans la nef

     

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

    Le Mans : cité médiévale

     

    Dressé entre 4000 et 5000 avant notre ère sur ce site du Vieux-Mans (aujourd'hui Cité Plantagenêt), le menhir est le plus vieux témoin de histoire mancelle.
    Le menhir a été accolé à la cathédrale lors de sa construction. Il s'agit du dernier témoin d'un lieu où se trouvaient d'autres pierres sacrées.

     

    Le Mans : cité médiévale

     

    Le Mans : cité médiévale

    Yahoo!

    22 commentaires
  • Peinture de :

     

    Myles Birket Foster (4 février 1825 - 27 mars 1899) était un illustrateur anglais populaire, aquarelliste et graveur à l' époque victorienne

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Foster est né à North Shields , en Angleterre, d'une famille essentiellement quaker, mais sa famille déménage au sud de Londres en 1830, où son père fonde MB Foster & sons - une entreprise florissante d'embouteillage de bière. Il a été scolarisé à Hitchin , Hertfordshire et en partant initialement est allé dans les affaires de son père. Cependant, notant son talent pour l'art, son père a obtenu un apprentissage avec le graveur sur bois notable, Ebenezer Landells ,où il a travaillé sur des illustrations pour le magazine Punch et l' Illustrated London News .

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster


    En quittant l'emploi de Landells, il continua à produire du travail pour l' Illustrated London News et l' Illustrated London Almanack . Il a également trouvé du travail comme illustrateur de livres et, durant les années 1850, s'est formé à la peinture à l' aquarelle . Ses illustrations de Evangeline de Longfellow et ses recueils de poésie par d'autres contemporains furent un grand succès, et il devint rapidement un artiste à succès dans les aquarelles. Birket Foster est devenu un associé de la "Old" Aquarelle Society (plus tard la Royal Aquarelle Society ) en 1860 et a exposé quelque 400 de ses peintures à la Royal Academy pendant plus de 2 décennies.

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Birket Foster a beaucoup voyagé, peignant la campagne autour de l' Ecosse , la vallée du Rhin , les lacs suisses et en Italie , en particulier à Venise . En 1863, il déménage à Witley , près de Godalming, dans le Surrey, où il fait construire une maison («The Hill»). Étant amical avec Edward Burne-Jones et William Morris , il a fait décoré et meublé la maison dans le style contemporain, avec des tuiles et des peintures par Burne-Jones et la société de Morris , Morris and Company . La même année, il a publié un volume de "Paysages anglais", avec un texte de Tom Taylor .

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Bien qu'il ait peint de nombreuses scènes de paysage d' Écosse en Méditerranée , c'est après avoir déménagé à Witley que Birket Foster produisit les œuvres pour lesquelles il est le plus connu - une vision sentimentale de la campagne anglaise contemporaine, en particulier dans la région de West Surrey. Bien que critiqués pour leur vision idéalisée de la vie rurale, ils ont été reconnus pour leurs détails et leur exécution. Le travail de Birket Foster (avec celui d'autres artistes) a été utilisé par Cadburys , le fabricant de chocolat, sur la couverture de leurs boîtes de chocolat à partir des années 1860.

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Il est tombé malade en 1893 et a déménagé à Weybridge . Il a continué à peindre, mais est mort le 27 mars 1899. Sa nécrologie dans le Times l'a désigné comme "certainement l'artiste aquarelle le plus populaire de notre temps". Il est enterré à l'église All Saints à Witley. Lorsque son père, Myles Birket Foster est décédé, la nécrologie de l'artiste a été publiée.

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Peinture de : Myles Birket Foster

     

    Yahoo!

    18 commentaires