• Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

     

    Un siècle plus tard, l'empereur Uda acheva la construction du Ninna-ji, commencé par son père en 886, et dont les responsables furent choisis pendant des siècles, jusqu'à la dynastie Meiji, parmi les princes de la famille impériale. Tous ces temples subirent de nombreuses destructions au cours de leur histoire, de sorte que la plupart des complexes conservés portent la trace de multiples remaniements.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Durant la période de Heian, Kyoto accueillit une intense activité littéraire et religieuse, qui jeta les bases de la tradition nationale. En 905, sur l'ordre de l'empereur, Ki-no-Tsurayuki dirigea la rédaction du "Kokin-waka-shu", recueil de poèmes classiques qui ouvrit la voie à des oeuvres comme le "Genji-monogatari", premier roman de l'histoire, où les "Notes de chevet", recueil de notes et d'anecdotes composé par une dame de la cour,Shei Shonagon. A la même époque l'Enryaku-ji vit naître le culte bouddhiste Tendai, alors que le courant Shingon s'imposait au To-ji.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Les périodes de Kamakura (1185-1333), de Muromachi (1333-1573) et de Momoyama (1573-1598) furent marquées par les guerres civiles et par les destructions,mais aussi par l'apparition du bouddhisme zen, jodo, jodo shin et nichiren.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

     

    C'est au cours de la période kamakura que fut érigé le Kozan-ji, fondé par le moine Myoe dans un lieu retiré, propice à la contemplation.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Fondé à l'époque Muromachi, le Saiho-ji doit son surnom de Koke-dera (temple des mousses) aux 120 espèces de mousses qui peuplent ses jardins, parmi les harmonieuses compositions de sable et de pierres.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Fondé en 1339 par le premier shogun de Kyoto, Ashikaga Takauji, en l'honneur de l'empereur Godaigo, le Tenryu-ji fut construit sur le site d'une ancienne résidence impériale et entouré d'un jardin dont la composition est attribué au maître zen Muso Kokushi (1271-1349). Situé derrière l'Ho-jo un des pavillons du complexe, ce jardin composé d'étangs entouré de parterres, associe les traditions aristocratiques et le style zen, qui joue sur les variations saisonnières des formes et des couleurs.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Le Rokuon-ji et son pavillon d'Or, construit en 1397, le Jisho-ji et son pavillon d'Argent, qui abrite une statue du vénérable Avalokiteshvara, ainsi que le Ryona-ji, fondé en 1450 et entouré d'un célèbre jardin de rochers, datent également de la période Muromachi.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    C'est à cette époque que le théâtre nô, la cérémonie du thé ou l'ikebana, l'art des arrangements floraux, conçu en 1462 par Ikenobo Senkei pour décorer la demeure d'une famille noble, prirent leur essor à Kyoto.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Après la guerre d'Onin (1467 et 1477), qui provoqua la destruction d'une grande partie de la ville, le XVIe siècle fut marqué par les luttes intestines d'où sortit vainqueur le clan des Momoyama.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    A Oda Nobunaga, qui prit le pouvoir en 1573, succédèrent Tokugawa Ieyasu, qui, après avoir éliminé leurs rivaux, réussirent à réunifier le Japon sous leur autorité.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Après que Hideyoshi eut commencé à transférer les temples épargnés par la guerre dans le quartier de Teramachi, Iesayu poursuivit son oeuvre et fit bâtir le Nijo-jo. Construit à partir de 1603, ce palais fut la résidence officielle des Tokugawa jusqu'en 1867, c'est à dire durant toute la période d'Edo. Composé du Hon-maru et du Nino-maru, il est décoré dans le style de la période Momoyama, particulièrement raffiné. Même si Kyoto n'était plus la capitale politique du pays, la période d'Edo fut une époque de paix et de stabilité, durant laquelle la ville conserva une intense activité artistique et commerciale.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Le shogun Tokugawa Iemitsu restaura de nombreux édifices : entre 1631 et 1633, il fit reconstruire le temple Kiyomizu, en 1644, le To-ji fut pourvu d'une pagode de cinq étages qui, avec ses 57 mètres, est la plus grande du Japon.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie


    Epargnée par les bombardements de la Seconde guerre mondiale, Kyoto conserve le souvenir du Japon des siècles passés. En 1994, de grandes manifestations furent organisées pour célébrer l'anniversaire de sa fondation, douze siècles plus tot. Aujourd'hui, c'est à Kyoto, hérétière d'un patrimoine exceptionnel, que les traditions du Japon sont restés les plus vivantes.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

     

    Texte extrait du livre : Les plus beaux sites du patrimoine mondial de l'Unesco

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - 2eme partie

    Yahoo!

    5 commentaires
  • Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

    Né le 1er février 1849 dans l’Eure, Albert Lebourg commença ses études artistiques à l’école municipale de dessin de Rouen sous la direction de l’architecte Droin, qui lui fit rencontrer le peintre paysagiste Victor Delamarre (1811-1868). Abandonnant alors l’architecture, il suivit à l’École Municipale de Peinture et de Dessin de Rouen les cours de Gustave Morin (1809–86)

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

    En 1871 il rencontra le collectionneur Laperlier qui lui fit obtenir un poste de professeur de dessin à la Société des beaux-arts d’Alger, où il séjourna de 1872 à 1877, produisant des œuvres telles que Rue d’Alger en 1875 (Musée des Beaux-Arts de Rouen). Il s’exerça aussi  à peindre un seul et unique lieu sous différentes qualités de lumière, d’une manière analogue à ce que fit ensuite Monet.

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

    Après avoir abandonné son poste de professeur en Algérie, il revint à Paris en 1877 où il travailla dans l’atelier de Jean-Paul Laurens de 1878 à 1880. C’est à ce moment-là qu’il fit la connaissance de l’Impressionisme; il noua ensuite des amitiés avec Degas, Monet et Sisley.

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

      Il exposa pour la première fois au Salon de la Société des Artistes Français de 1883, puis en 1886; après la fondation de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1889, il y exposa régulièrement de 1891 à 1914.

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

    Entre 1884 et 1886, il séjourna souvent en Auvergne, produisant les œuvres impressionnistes telles que Neige en Auvergne en 1886 (Musée des Beaux-Arts de Rouen), où une rivière rétablit la présence de l’eau, omniprésente dans son œuvre. Après avoir vécu et travaillé en différents endroits du Nord de la France, Lebourg séjourna aux Pays-Bas de 1895 à 1897. .

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

     En 1900 il fit aussi un bref séjour en Grande-Bretagne, où il approfondit sa connaissance de Turner, Constable et Gainsborough. Il continua à travailler à la manière impressionniste avec des paysages tels que Petite ferme près de l’eau (Ile de Vaux) en 1903 (Musée des Beaux-Arts de Rouen) jusqu’en 1921 où il fut frappé de paralysie. Il mourut à Rouen le 7 janvier 1928.

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

    Peinture de : Albert Lebourg

     

    Peinture de : Albert Lebourg

    Yahoo!

    8 commentaires
  • La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "

     

    Laissez faire le Seigneur


    "Mais Jean s’y opposait, en disant : c’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi ! Jésus lui répondit : laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. Et Jean ne lui résista plus. " Matthieu 3.14-15

     

    La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "


    J'ai plusieurs versions de la Bible, l'une d'elles a la particularité de mettre les paroles de Jésus en rouge. C'est ainsi que j'ai découvert que la première citation de Jésus dans tout le Nouveau Testament est : "Laisse faire maintenant". Incroyable ! Entre le dernier livre de l'Ancien Testament et le Nouveau il y a eu environ quatre cents ans de silence. Durant ce laps de temps, le peuple hébreu vécut des traumatismes importants et lors de la naissance de Jésus, ils sont les sujets de l'empire romain. Ils n'arrivaient pas à s'en sortir par leurs propres moyens… Et là, Jésus va briser des siècles de silence par cette parole d'une puissance inouïe. C'est comme s'il disait à cette foule : "Cela fait des années et des années que vous essayez de vous en sortir par vous- mêmes, mais en fin de compte, vous ne faites que rajouter de la souffrance à votre souffrance. Désormais, il est temps de lâcher prise et de me laisser agir car moi seul sait ce qui est convenable de faire."

     

    La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "

     

    Avez-vous déjà essayé de gérer les choses par vous-même ? Vous n'avez plus d'argent, puis une personne vous propose une solution pas très honnête et vous acceptez… Un homme vous regarde bizarrement à cause de vos origines et là vous l'insultez… À une trahison, vous rendez le mal pour le mal… Aujourd'hui, je vous encourage à laisser Dieu agir car lui seul sait ce qu'il convient de faire. Ne contredisez plus à Dieu, imitez Jean qui, après s'être opposé, décida de ne plus résister au Seigneur.

     

    La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "

     

     Vous devez réaliser qu'il y a des choses qui n'appartiennent qu'à Dieu. Par exemple, je suis un prédicateur. Je peux me préparer de mon mieux : prier, chercher la pensée de Dieu, faire un diaporama, travailler mon français, etc. Mais au final il n'y a que l'Esprit de Dieu qui puisse produire la transformation d'un caractère, la délivrance ou la guérison.

     Faites confiance au Seigneur, il n'y a pas meilleur que lui pour trouver la meilleure des solutions. Abandonnez entre ses mains vos craintes, vos colères, vos incompréhensions. Peut-être que cela fait des jours et des jours (voire des années) que vous luttez avec un problème ? Aujourd'hui, votre Sauveur vient vers vous et vous propose son aide. Ne vous opposez pas à lui, ne résistez plus mais acceptez son aide comme un bienfait. Oui, de toute évidence, lui seul sait ce qui est convenable de faire.

     

    La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "

     

    Une prière pour aujourd'hui

     Seigneur, je ne m'oppose plus à toi et je prends la décision de te laisser faire, amen.

    Patrice Martorano

     

    La pensée du jour : " Laissez faire le Seigneur  "

     

     

    Yahoo!

    8 commentaires
  • Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

     

     Le nappage à la noix de coco donne de l’exotisme à cette recette de dessert.
     Les pêches au sirop peuvent être remplacées par des pêches fraîches.

    Temps de préparation : 30 minutes
    Temps de cuisson : 45/50 minutes
    Puissance du four : 180°C (Th 6), chaleur tournante

     

     Préparation du fond de tarte :

     

    Ingrédients :

    – 150 g de beurre pommade
    – 300 g de farine
    – 1/2 verre d’eau
    – chapelure

     

    Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

     

    Je mets le beurre et la farine dans un saladier ou au robot, je mélange et pétris le tout en ajoutant l’eau au fur et à mesure. Je forme une boule. J’étale la pâte et la pose dans un moule à tarte préalablement beurré. Je fais des trous dans la pâte à l’aide d’une fourchette et je saupoudre la pâte de chapelure, ce qui permettra d’absorber l’excès d’eau contenu dans les fruits.

     

    Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

     

     Préparation de la Tarte pêches noix de coco :

     

     Ingrédients :

     

    – 125 gr de beurre pommade
    – 100 gr de sucre
    – 4 oeufs
    – 125 gr de noix de coco râpé
    – 1 boite de pêche au sirop
    – Amandes effilées

     

    Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

     

    Je préchauffe le four à 180°C. Je bats les oeufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ensuite, j’ajoute la noix de coco et le beurre pommade. Je mélange le tout pour obtenir un appareil homogène. J’étale cette préparation sur le fond de ma pâte et je place dessus les pêches. Je soupoudre la tarte d’amandes effilées. J’enfourne la Tarte pêches et noix de coco 35 minutes à 180°C (Th 6 )

     

    Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

     

    Recette de cuisine : Tarte aux pêches et à la noix de coco.

    Yahoo!

    6 commentaires
  • Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

     

    Alors que nous connaissons tous le peuplier d'Italie, longiligne, qu'il est traditionnel de planter par rangées à la naissance d'une fille pour lui constituer une dot, le peuplier noir nous est moins familier.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    En bordure d'eau, atteignant environ 30 mètres, il porte assez bas ses premières branches, et sa ramure étalée capte l'espace et la lumière. Il peut vivre 300 ans. Plante dioïque, les individus sont sexués.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Ses utilisations remontent à l'antiquité : l'écorce des jeunes rameaux pulvérisés et mêlée à celle du chêne et du saule blanc constitue un excellent fébrifuge, mais ce sont ses bourgeons, récoltés avant l'éclosion au début du printemps qui ont le plus d'applications.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Le bois, qui fournit un charbon végétal, est aussi employé pour le déroulage, la menuiserie, la papeterie, la caisserie et la fabrication des allumettes.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Mais cet arbre est fragile, sujet aux maladies dues au gui, à divers champignons, à certains insectes qui creusent des galeries dans le tronc et les branches.

                       

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

                              

    HABITAT


    Europe, plaine, terrains humides, jusqu'à 1 800 mètres.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

     

    IDENTIFICATION


    Hauteur : 20 à 30 mètres

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Tronc : épais

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Ramure : élancée, irrégulière, étalée

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Ecorce : se gerçurant en long

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Bourgeons : ovoïdes, courbés à écailles visqueuses, glabres

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Feuilles : alternes, pétiolées, finement crénelées, limbe triangulaire

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Chatons: (mars-avril), dioïques, pendants, les mâles à étamines rouge, 1bractée - les femelles verdâtres, 1 bractée

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Capsule : à 2 valves, petites graines à fine houppe de poils blancs pur

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir


    Odeur balsamique


    Saveur sucrée-amère

     

    PARTIES UTILISEES


    Bourgeons (mars-avril), écorce des rameaux de 2 ou 3 ans, bois
     séchage au soleil sur claies ou dans un local aéré (écorce et bourgeons)

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

     

    CONSTITUANTS


    glucoside, tanin, cire, huile essentielle, dérivés flavoniques.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    PROPRIETES


    antiseptique, digestif, diurétique, expectorant, fébrifuge, sudorifique, tonique, vulnéraire.

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

     

    Vertus médicinales des arbres : Peuplier noir

    Yahoo!

    9 commentaires
  • " Marie " poème d'Alfred de Musset

     

    Marie

     

    Ainsi, quand la fleur printanière
    Dans les bois va s'épanouir,
    Au premier souffle du zéphyr
    Elle sourit avec mystère ;

     

    Et sa tige fraîche et légère,
    Sentant son calice s'ouvrir,
    Jusque dans le sein de la terre
    Frémit de joie et de désir.

     

    Ainsi, quand ma douce Marie
    Entr'ouvre sa lèvre chérie,
    Et lève, en chantant, ses yeux bleus,

     

    Dans l'harmonie et la lumière
    Son âme semble tout entière
    Monter en tremblant vers les cieux.

     


    Alfred de Musset

     

    " Marie " poème d'Alfred de Musset

     

    " Marie " poème d'Alfred de Musset

     

     

    Yahoo!

    19 commentaires
  • Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

     

    Pour la Saint-Jean, les nuits campagnardes s'illuminent de gigantesques brasiers. A Paris, c'était autrefois le roi qui allumait lui-même le feu le soir de la Saint-Jean. Ce genre de tradition, qui a aujourd'hui totalement disparu des villes, perdure dans certaines communes où on érige un bûcher de bois de plusieurs mètres de haut en vue de la fête.

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean 

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

     

    En Alsace, où la tradition de la Saint-Jean est restée très vivace, le bûcher de Bourbach-le-Bar mesure 18 mètres de haut ! Dans cette région, on appelle le bûcher une "gackel". Dans les Vosges et dans le sud de Meurthe-et-Moselle, on parle d'une "chavande".

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean


    Les herbes de la Saint-Jean étaient des herbes médicinales, cueillies autrefois par les sorciers dans la nuit du 23 au 24 juin pour préparer remèdes, philtres et maléfices. On comptait une trentaine : le millepertuis (ou sang de la Saint-Jean, puisqu'il chasse le diable), l'armoise, l'orpin (ou poivre de muraille), l'immortelle, la verveine, la fougère, la feuille de noyer ou le lierre terrestre.

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

     

    Les vertus de ces plantes sont reconnues puisqu'elles entrent aujourd'hui dans la composition de médicaments modernes.

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

     

    Ce sont ainsi nos grands mères qui ont inventé la phytothérapie.

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

     

    Texte extrait du livre : Le grand Almanach de la France.

     

    Le Grand Almanach de la France : La fête de la Saint-Jean

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Vers 1600, la famille des Tokugawa, puissant clan de shogun, les seigneurs de la guerre, commença à transférer le siège du pouvoir politique à Edo.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Néanmoins, Kyoto, dont le nom signifie "ville capitale", resta la capitale impériale jusqu'en 1868, quand l'empereur Kanmu, soucieux de s'affranchir de l'influence exercée par les monastères bouddhiques de Nara, avait décidé de fonder une nouvelle capitale. D'abord établie à Nagaoka, la résidence impériale fut transférée dix ans plus tard, en 794 après J.C., à l'emplacement de la future Kyoto, dans la partie méridionale de l'île de Honshu. D'abord appelé Heiankyo, "capitale de la paix", la ville s'étendait sur 24 kilomètres carrés, cernée de trois côtés par les montagnes. Inspiré par l'urbanisme de Chang'an (aujourd'hui Xi'an), la capitale de la dynastie chinoise des Tang, son plan en damier la divisait en plus de 1 200 quartiers de dimensions identiques. Entourée par une levée de terre, elle s'ouvrait au sud par une grande porte : le Rashomon, point de départ de l'artère principale, la Suzaku, au fond de laquelle se dressait le palais impérial. Outre la résidence de l'empereur, le complexe abritait les bâtiments administratifs et utilitaires. Dès l'origine, le projet avait prévu l'emplacement de deux marchés, ainsi que les quartiers des artisans et des commerçants. Des parcelles de terrains furent octroyées aux familles nobles, selon leur rang. Cette première tentative de planification urbaine détermina l'organisation de la ville jusqu'à la fin du XIIe siècle, soit pendant toute la période de Heian. Et même si Kyoto fut victime d'incendies et de guerres, qui détruisirent presque complètement, le réseau actuel des rues conserve encore le souvenir du plan originel.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie


    La ville possède aussi des monuments qui sont antérieurs à sa fondation, comme les temples Shimogamo et Kamigmo. Une légende attribue à deux divinités Kamo taketsu-no-mikito et Tamayori-hime, la découverte du lieu où fut érigé au VIe siècle, le temple Shimogamo. Ces deux divinités protectrices sont toujours vénérées dans les 53 salles qui composent le temple.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Le temple de Kamigamo est, lui aussi, antérieur à la période de Héian. Construit au milieu de jardins, il dresse entre la première et la seconde torii, les portiques caractéristiques des temples japonais, près de l'endroit où sont élevés les pur-sang pour les cérémonies sacrées.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie


    Le Byodo-in et le Daigo-ji sont les principaux temples conservés de la période de Heian. Construit sur la rive occidentale de la rivière Uji, le premier était la résidence d'un noble qui, en 998, l'offrit au fonctionnaire Fujiwara-no-Michinaga. A sa mort, en 1052, son fils voulut en faire un lieu où vénérer le souvenir de son père. Spectaculaire, le pavillon du Phénix (Ho-oh-do) reproduit le palais d'Amiratabha dans la Terre Pure. Ses couloirs latéraux sont surmontés de toitures ornées de deux phénix aux ailes déployées. A l'intérieur, la grande statue du Bouddha Amitabba est entourée de 52 effigies de bodhisattva qui dansent et jouent de la musique.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie


    Partiellement reconstruit après le XVIe siècle, le Daigo-ji abrite une pagode de cinq étages qui, achevée en 952, est le plus ancien monument de Kyoto qui soit parvenu jusqu'à nous. Construit en 796 pour invoquer la protection des dieux, le To-ji date également de la période de Heian.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Fondé deux ans plus tard, le temple Kiyomizu fut érigé à la demande du prêtre Enchin par le général Sakanoue Tamuramaro.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Légèrement antérieur, l'Enryaku-ji fut fondé en 788, sur le mont Hiei, par le moine bouddhiste Saicho, qui réunit autour de lui une grande communauté de fidèles.

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

     

    Texte extrait du livre : Les plus beaux sites du patrimoine mondial de l'Unesco..

     

    Patrimoine mondial de l'Unesco : Les monuments historiques de Kyoto - Japon - 1ere partie

    La suite de cet article la semaine prochaine.

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    Né en 1944, artiste contemporain français Daniel Sannier vit et travaille toujours dans sa ville natale, dans la baie de la Somme.

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    La plupart des sources d'inspiration pour ses magnifiques peintures de paysages viennent de cette région du nord de la France connu sous les noms de : les vergers en fleurs, les eaux calmes
    latérales de la Somme, et les larges champs de "colza"

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    Il peint également les paysages de provence,  ce sont ses sujets et pour cela il est bien connu dans toute l'Europe et aussi aux États-Unis.

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    Sannier continue à participer à de nombreuses expositions et il est membre du Salon des Artistes Indépendants . En 1981, son succès a augmenté quand il a remporté la médaille d'argent de l' Association Artistique de la Fondation Lépine  à Paris.

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    Sannier continue d'exposer à travers toute l'Europe et continue de recevoir des prix prestigieux pour son travail.

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     


    Les calmes peintures impressionnistes et pacifiques de Sannier nous montrent sa passion et son grand amour de la nature

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

    Peintures de : Daniel Sannier

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    son atelier

     

    Peintures de : Daniel Sannier

    Yahoo!

    14 commentaires
  • La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

    “Recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle.” Romains 14.19.

    Dans ce merveilleux chapitre sur la tolérance, l'apôtre Paul nous indique un chemin à suivre pour vivre en paix entre membres d'une communauté chrétienne, mais aussi au-delà des limites d'une chapelle. C'est le chemin du respect mutuel, c'est le chemin de l'acceptation des différences, c'est le chemin de l'amour qui est plus grand que nos convictions particulières.

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "


    Avez-vous quitté une communauté parce qu'il n'y avait pas de sapin de Noël ou parce qu'il y en avait un ?
    Saviez-vous que la crèche de Noël plonge ses racines dans la tradition catholique et que le sapin de Noël plonge ses racines dans la culture protestante ? Les protestants refusant toute image de Dieu, toute représentation des saints, refusèrent la crèche, laquelle est faite avec des représentations de Marie, Joseph, Jésus… Ils remplacèrent la crèche par un sapin, lequel était exempt de toute image !

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

     Aujourd'hui crèche et sapin se côtoient dans les diverses communautés ! Mais l'essentiel est-il là ? Faut-il se faire la guerre pour ce genre d'approches diverses ? L'essentiel n'est-il pas de nous souvenir, chaque jour que nous vivons, que Jésus est venu sur notre terre pour nous réconcilier avec Dieu premièrement et aussi avec les autres ?

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

    Alors qu'une discussion a éclatée dans l'église de Rome au sujet des aliments interdits ou permis, l'apôtre demande aux croyants de ne pas se rejeter les uns les autres, mais de manifester de la tolérance les uns envers les autres, en leur rappelant que le Royaume de Dieu ce n'est pas une question de nourriture ou de boisson, mais une question de justice, de paix et de joie par le Saint-Esprit.(Romains 14.17).

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

     Avez-vous quitté une communauté parce qu'il n'y avait pas de sapin de Noël ou parce qu'il y en avait un ? Vous avez alors oublié que l'essentiel n'était pas là, l'essentiel c'est l'amour des autres. La tolérance est une porte ouverte sur la paix, l'intolérance est un boulevard sur lequel s'engouffre la haine, la peur, le rejet. La tolérance jette des ponts, l'intolérance dresse des murs. La tolérance renforce les liens d'amitié, l'intolérance divise des amis.

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

     Si vous aimez la paix, si vous voulez être un artisan de paix, vous devrez apprendre la nécessité de la tolérance. Si vous faites de vos convictions personnelles un préalable pour accepter les autres, vous finirez par rejeter les autres. Les divisions au sein des églises naissent de l'incapacité à développer plus de tolérance vis-à-vis d'aspects qui ne touchent pas à l'essentiel de la foi au Christ.

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

    Ma prière en ce jour

     

    Seigneur, je te prie de m'ouvrir le coeur et l'esprit pour que je grandisse dans la capacité d'accepter les autres dans leurs différences. Amen.

     

    Paul Calzada

     

    La pensée du jour : " Rechercher ce qui contribue à la paix !  "

     

     

    Yahoo!

    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires