• Création du jour

     

     

    Création du jour

     

     

  • Peinture de :

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Maria Zeldis est née en 1955 et a grandi en Ukraine.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Artiste autodidacte, elle a d’abord eu une formation de pianiste et a exercé comme professeur à l'Orchestre Symphonique de l'État de Mexico, cependant elle a toujours partagé son amour pour les arts plastiques avec sa sœur jumelle.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Au début des années 90 Maria Zeldis a déménagé au Mexique, où elle vit et travaille actuellement.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Sa première exposition a été présentée à Santiago Felipe Gutiérrez Musée à Toluca, au Mexique.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Au cours des 15 dernières années Maria Zeldis a consacré sa créativité à explorer la peinture, le dessin et la conception. Son travail a attiré l'attention dans le monde entier, et elle a pu faire de nombreuses expositions dans des musées à travers l'Europe et l'Amérique latine.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Ses œuvres se trouvent aujourd’hui autant dans les musées et les consulats que dans plusieurs collections privées.

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

    Peinture de : Maria Zeldis

     

    Peinture de : Maria Zeldis

    Yahoo!

    10 commentaires
  • 18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Y

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Y

     

    Dans la région du Yucatan, cachées dans la forêt tropicale et abandonnées par les scientifiques, les cités mayas sont redécouvertes en 1926, grâce à l'explorateur, Thomas Gann, acheminé sur site pour une partie de chasse.

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique) 


    Il publia un compte-rendu décrivant les ruines et le transmit au groupe d’archéologues de la Carnegie Institution chargée de la mise à jour et restauration du site de Chichen Itza. Ils envoyèrent une expédition dirigée par l’archéologue J. Eric S. Thompson. Il rédigea un rapport décrivant la surprenante étendue du site et la présence de nombreuses inscriptions maya et demanda à Sylvanus Morley d’organiser une nouvelle expédition plus approfondie du site.

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)


    Cobá est situé dans l'État de Quintana Roo, et fut la principale ville maya de la péninsule depuis plus d'un millénaire, jusqu'à la fondation de Chichén Itzá.

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)


    50.000 habitants y vivaient même si la ville a été abandonnée sans explication.
    Cobá disposait d'un vaste réseau de tunnels, 'routes blanches' organisées, qui reliaient même des communautés éloignées comme Yaxuna, situé à 100 Km de là.
    La pyramide de Nohoch Mul est la plus grande de la péninsule du Yucatan et la deuxième du monde maya. Elle mesure 138 pieds, soit l'équivalent d'un immeuble de 10 étages.

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)


    L'autre attraction principale de Coba est le Stela One, célèbre pour son inscription qui mentionnait la fin d'une époque le 12/12/12, dont beaucoup croyait qu'elle marquerait la fin du monde.
    Cobá se distingue des autres sites archéologiques par son vaste approvisionnement en eau comme dans la mesure où la ville est entouré par des lagunes, grâce auxquelles elle atteint sa puissance et a pu grandir.

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

     

    18 février 1926 : redécouverte d'une cité maya au Yucatan (Mexique)

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Recette de cuisine : Poire belle Hélène


    Ingrédients

    4 poires
    250g de sucre
    100g de chocolat noir
    Amandes effilées
    1 gousse de vanille
    4 boules de glace vanille

     

    Recette de cuisine : Poire belle Hélène


    Préparation


    1- Lavez, épluchez les poires.

    2- Dans une casserole, mettez 1l d'eau avec le sucre et la gousse de vanille coupée en deux et égrénée. Faites bouillir.

    3- Mettez les poires dans la casserole 10 min et faites réduire le sirop.

    4- Faites fondre le chocolat au bain-marie.

    5- Faites griller les amandes dans une poele sans matière grasse

    6- Mettez dans une coupelle, une poire (vous pouvez retirer le trognon). Mettez une boule de glace à côté. Ajoutez le chocolat fondu et les amandes.

     

    Recette de cuisine : Poire belle Hélène

     

    Recette de cuisine : Poire belle Hélène

     

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

    La véronique officinale se présente comme une petite plante rampante des clairières et des coupes de forêt.

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    Autrefois, très "grande dame", la véronique officinale a connu des heures déblouissant succès en Allemagne au XVIe et XVIIe siècles.
    Les médecins de ce pays voyaient en elle le remède miracle contre la phtsie et bien d'autres affections respiratoires et digestives. Pour que Johann Franke, en 1690, ait pu consacrer à elle seule un ouvrage de 300 pages, il fallait bien qu'on tienne en haute estime ses propriétés.
    Mais actuellement, on parle très peu d'elle. Pour expliquer un tel effondrement il faut admettre soit une confusion de noms, les auteurs ne parlant pas tous de la même plante, soit, plus probablement, des conditions exceptionnelles de végétation, réalisées, seulement en certaines régions et à certaines époques. Il est possible que la véronique ait fait jadis la synthèse de principes actifs qu'elle ne produit plus aujourd'hui en quantités dosables.

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    Comme l'indiquent ses noms vernaculaires, la véronique officinale est un excellent succédané du thé.
    Après la récolte, qui s'effectue durant la floraison, on élimine les feuilles flétries et on fait sécher la plante en bouquet.

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

    HABITAT


    - Europe sauf région méditerranéenne, sous-bois clairs, lisières, clairières, pâturages pauvres, bords des fossés, jusqu'à 1 000 mètres

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

    IDENTIFICATION


    - Hauteur : 0,10 à 0,40 mètre. Vivace

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    - Tiges dures, couchées au sol, enracinées aux noueuds

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    - Feuilles opposées, grisâtres, velues, à pétiole très court ou nul, à libe ovale, faiblement denté, parfois arrondi au sommet

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    - Fleurs bleu mauve très pâle (mai-juillet), en petites grappes ou insérées aux noeuds des feuilles

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    - Fruit velu, plat, triangulaire en coeur

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale


    - Saveur amère, astringente

     

    PARTIES UTILISEES


    - Sommités fleuries, feuilles (mai-juillet), séchage en bouquet

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

     CONSTITUANTS


    - Tanin, résine

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

    PROPRIETES


    - Apéritive, dépurative, expectorante, stomachique, vulnéraire

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

     

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Vertus médicinales des plantes sauvages : Véronique Officinale

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

     

    Le clocher, c'est tout ce qu'il reste de
    l'ancienne église paroissiale de Sorèze. Le ville
    fortifiée avait subi des dommages lors d'une
    incursion des calvinistes en 1571.

     

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze


    Le 5 juin1573, l'attaque est plus violente : la nef de
    l'église est détruite, ainsi que l'abbaye.

     

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze


    A l'abri de la tour clocher à l'allure défensive,
    subsiste une élégante croisée d'ogive, frise de
    pampre et angelots, sirène, griffon...

     

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

     

    Le clocher de l'église Saint-Martin à Sorèze

     

    Yahoo!

    19 commentaires
  •  " Février " : poème de François Coppée

     

     Février.


    Hélas ! dis-tu, la froide neige
    Recouvre le sol et les eaux ;
    Si le bon Dieu ne les protège,
    Le printemps n'aura plus d'oiseaux !

     " Février " : poème de François Coppée

    Rassure-toi, tendre peureuse ;
    Les doux chanteurs n'ont point péri.
    Sous plus d'une racine creuse
    Ils ont un chaud et sûr abri.

     " Février " : poème de François Coppée

    Là, se serrant l'un contre l'autre
    Et blottis dans l'asile obscur,
    Pleins d'un espoir pareil au nôtre,
    Ils attendent l'Avril futur ;

     " Février " : poème de François Coppée

    Et, malgré la bise qui passe
    Et leur jette en vain ses frissons,
    Ils répètent à voix très basse
    Leurs plus amoureuses chansons.

     " Février " : poème de François Coppée

    Ainsi, ma mignonne adorée,
    Mon cœur où rien ne remuait,
    Avant de t'avoir rencontrée,
    Comme un sépulcre était muet ;

     " Février " : poème de François Coppée

    Mais quand ton cher regard y tombe,
    Aussi pur qu'un premier beau jour,
    Tu fais jaillir de cette tombe
    Tout un essaim de chants d'amour.

    François Coppée.

     

     " Février " : poème de François Coppée

     

     " Février " : poème de François Coppée

    Yahoo!

    13 commentaires
  • "Aimes-moi d'amour " poème de

     

    Aimes-moi d'amour

     

    Ce que j'aime à voir, ce que j'aime au monde,
    Ce que j'aime à voir,
    Veux-tu le savoir ?
    Ce sont tes beaux yeux, c'est ta taille ronde,
    Ce sont tes beaux yeux,
    Tes yeux langoureux.

    "Aimes-moi d'amour " poème de

    Ce que j'aime encore je vais te l'apprendre,
    Ce que j'aime encore
    Plus qu'aucun trésor,
    Ce sont tes doux chants, c'est ta voix si tendre,
    Ce sont tes doux chants,
    Plaintifs et touchants.

    "Aimes-moi d'amour " poème de

    Ce qui cause en moi la plus douce ivresse,
    Ce qui cause en moi
    Le plus tendre émoi,
    C'est de voir ton cœur vibrer de tendresse,
    C'est de voir ton cœur
    Trembler de bonheur.

    "Aimes-moi d'amour " poème de

    Enfin, si tu veux répondre à ma flamme,
    Enfin si tu veux
    Combler tous mes vœux,
    Jusqu'au dernier jour garde-moi ton âme,
    Jusqu'au dernier jour
    Aime-moi d'amour.

    "Aimes-moi d'amour " poème de

    François-Marie Robert-Dutertre.

     

    "Aimes-moi d'amour " poème de

     

    "Aimes-moi d'amour " poème de

    Yahoo!

    8 commentaires
  • Château du Laber à Roscoff

     

     Ce château a fait l'objet d'une donation par la Marquise Louise de Kergariou à l'AP-HP en 1920. Après avoir servi de sanatorium et de centre héliomarin, il a été cédé pour 3 millions d'euros à la communauté de communes afin d'accueillir des étudiants en biologie et écologies marines

     

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

     

    Le site de 22 851 m² comprend le château datant de 1890, des bâtiments à usage de ferme, remises ou écuries, une maison d'habitation, une chapelle désacralisée, un bâtiment réfectoire, des terrains à bâtir, un parc arboré.

     

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

     

    L'acquisition du site va permettre d'engager des travaux pour l'hébergement d'étudiants ou de salariés. Le château, mis hors d'eau et hors d'air, fera l'objet d'une étude, tandis que la ferme, à réhabiliter, pourrait accueillir des entreprises.

     

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

    Château du Laber à Roscoff

     

    Château du Laber à Roscoff

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Peinture de :

     

    Maria Ilieva est née en 1973 à Sofia, en Bulgarie.

     

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    En 1991 elle est diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts à Sofia et en 1997 l'Académie nationale des Beaux-arts de Sofia, en Bulgarie, spécialité peinture murale.

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    Depuis 1997, elle est membre de l'Association des Artistes Bulgares. Elle travaille dans le domaine des peintures murales, des portraits, des natures mortes, des illustrations et bien sûr, la peinture artistique.

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    Expérience professionnelle: 1992-1993 Illustrations pour "Lakrima« peintures murales Publishing House

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    1994 dans l'église Batak, Bulgarie 1995 Illustrations pour peintures House "Snezana Ivanova" Edition murales de 1996 à la Cript de l'Eglise russe, Sofia, Bulgarie 2000-2005

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    Illustrations pour "Pan" Edition peintures murales Maison 2002-2005 dans les appartements privés de Sofia et Veliko Tarnovo, Bulgarie 1995 Participation à l'Exposition nationale des arts graphiques, Sofia, Bulgarie 2001 Participation à l'Exposition Internationale Paysage Aquarelle, Rome, Italie 2004-2006 Participation à l'Exposition nationale des arts monumentaux, Sofia, Bulgarie.

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    Ses œuvres sont la propriété de collections privées en Allemagne, Royaume-Uni, France, Russie et Etats-Unis.

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

    Peinture de : Maria Ilieva

     

    Peinture de : Maria Ilieva

    Yahoo!

    17 commentaires
  • 11 février

     

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

     

    Le 11 février 1858, près du village pyrénéen de Lourdes, une jeune femme serait apparue à Bernadette Soubirous, dans une grotte appelée Massabielle.

     

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

     

    Selon ses dires, la petite bergère assista dans les semaines qui suivirent à plusieurs apparitions du même type. Au cours de l'une d'elles, la Dame lui confia (en gascon) : « Que soy era immaculada councepciou » (« Je suis l'Immaculée Conception », c'est-à-dire épargnée par le péché originel dès sa conception à la différence des autres humains). La bergère rapporta ces mots à son curé sans savoir que le pape Pie IX avait proclamé quatre ans plus tôt le dogme de l'Immaculée Conception à propos de Marie, la mère du Christ.

     

    11 février 1858 :

     

    Les apparitions de la grotte miraculeuse stimulèrent la dévotion à Marie... et firent de Lourdes l'un des plus célèbres pèlerinages du monde.

     

    11 février 1858 :

     

    Bernadette Soubirous, de son vrai nom Marie-Bernarde Soubirous, née le 7 janvier 1844 à Lourdes, et morte le 16 avril 1879 à Nevers, est une sainte catholique française.

     

     

    11 février 1858 :

     

    Après les apparitions, le temps du choix
    Bernadette Soubirous est accueillie comme « interne au pair » à l’Hospice de Lourdes tenu par les sœurs de la Charité de Nevers.
    Elle y passe 8 ans de sa vie.

     

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

     

    Sa vie quotidienne de Sœur de la Charité de Nevers


    Le 30 octobre 1867, avec 44 novices, Bernadette fait son premier engagement dans la vie religieuse. Elle aurait aimé partir dans une communauté pour prendre soin des malades et des pauvres. Parce que sa santé ne le lui permet pas, elle reste à la Maison Mère avec l’emploi d’aide-infirmière et celui de la prière.

     

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :


    Elle fait de longs séjours à l’infirmerie. Atteinte d’une tumeur à un genou et d’une tuberculose pulmonaire qui la font beaucoup souffrir. Elle meurt le 16 avril 1879, elle a 35 ans. Elle est inhumée dans la chapelle Saint Joseph au milieu du jardin.

     

    11 février 1858 :

    11 février 1858 :

     

    11 février 1858 :

     

    Yahoo!

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique