• La photo du jour

     

     

    La photo du jour

     

     

  • Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

    Initialement importé d'Australie dans notre pays au début du XIXe siècle seulement, le mimosa est devenu de nos jours une espèce invasive sur le massif du Tanneron, dans le Var et les Alpes maritimes, où il est cultivé et récolté pour la vente en fleurs coupées.

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

    En France, après s'être développée sur le pourtour de la Provence méditerranéenne, sa culture s'est étendue à la côte atlantique jusqu'aux baies abritées de Bretagne où il n'est pas rare de le voir voisiner avec le palmier.

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa 

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

    Il se présente sous forme d'arbre ou d'arbuste, de formes diverses dont quelques espèces rampantes, épineux ou non, à feuilles plates allongées ou très finement découpées. Il se caractérise également par une croissance rapide (jusqu'à 0,60 m/an) et une durée de vie relativement courte d'environ 50 ans.

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

    Ses fleurs sont des inflorescences en glomérules ou en épis, rassemblement de 10 à 200 petites fleurs. Les boules cotonneuses si odorantes et agréables à l’œil sont formées par de très nombreuses étamines de couleur jaune vif à blanches selon les variétés.

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

    Sa longue floraison pendant l'hiver et son feuillage persistant décoratif toute l'année sont d'un grand intérêt pour tous les jardins des climats doux.

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Fleurs cultivées : Mimosa

     

     

    Fleurs cultivées : Mimosa

    Yahoo!

    11 commentaires
  • Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    Saint-Jean-de-Luz est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    Allez visiter :

     

    La maison dite Lohobiague énéa ou maison Louis XI, place Louis-XIV, date de 1643. Elle accueillit le roi Louis XIV pendant quelques jours à l'occasion de son mariage. Lorsqu'il arriva devant la foule au balcon, il lança des pièces sur lesquelles il était inscrit « Le Roi et seul le Roi ».

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    La maison dite de l'Infante ou maison Haraneder, fut la demeure d'Anne d'Autriche, où l'Infante Marie-Thérèse logea quelques nuits. Le nom initial de la maison est Joanoenia, c'est-à-dire la maison de Jeannot de Haraneder, d'une famille d'armateurs enrichis aux XVIIe et XVIIIe siècles, anoblie et alliée à la vieille noblesse de Macaye.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    Le phare du port, est classé monument historique, et fut construit par André Pavlovsky.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    Le port détient deux bateaux de pêche au thon à la ligne,

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    inventoriés par le ministère de la Culture, l’Aïrosa

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    et le Patchiku.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 2ème partie

    Yahoo!

    18 commentaires
  • "Mars" poème de Prudhomme

    "Mars" poème de Prudhomme

    "Mars" poème de Prudhomme

     

    "Mars" poème de Prudhomme

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Saint-Jean-de-Luz est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Allez visiter :

    L’église Saint-Jean-Baptiste, typiquement basque, a servi de cadre au mariage de Louis XIV avec l'infante d'Espagne.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Elle recèle un riche mobilier inventorié par le ministère de la Culture (chaire à prêcher du XVIIe siècle, un bas-relief datant du XVIIe siècle et représentant saint Ambroise, un tableau de 1727 représentant l'adoration des mages, trois lustres de style Louis XIV du XVIIe siècle, deux aigles-lutrins du XVIIe siècle, un buffet d'orgue du XVIIe siècle, un retable du maître-autel du XVIIe siècle, une broderie dite ornement de Louis XIV, une Vierge de Pitié en pierre datant du XVe siècle, un tableau du XVIIe siècle représentant le jugement du Christ, un tableau du XVIIe siècle représentant saint Bonaventure, les lambris de revêtement des fonts baptismaux du XVIIIe siècle, un antependium (parement d'autel) du XVIIe siècle, un tableau du XVIIe siècle représentant une décollation d'une sainte martyre, un chemin de croix et une Jeanne-d'Arc du sculpteur Real del Sarte, datant de 1950.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie


    La commune présente un ensemble de demeures dont la construction s’étale du XVe au XVIIe siècle. Ainsi, la maison Esquerrénéa, se dressant entre les rues de la République et de la Baleine, date de la fin du XVe siècle.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    La maison Betbeder-Baïta, sise quai de l'Infante, date du XVIIe siècle.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    La maison Saint-Martin, rue Mazarin, date, elle, de 1713,

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    et la maison dite des Pigeons blancs, rue de la République, est recensée aux monuments historiques.

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) 1ère partie

     

    Yahoo!

    16 commentaires
  • Peinture de : Paul Baudry

     

    Paul Baudry est né à La Roche-sur-Yon le 7 novembre 1828 et mort à Paris 6e le 17 janvier 1886, est un peintre français.
    Il est l'un des plus célèbres représentants de l’art académique sous le Second Empire. Il est le frère de l'architecte Ambroise Baudry.

     

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry


    Fils d'un sabotier, Paul Baudry étudia le dessin avec Antoine Sartoris, professeur au lycée de La Roche-sur-Yon. Il entra à l'École des beaux-arts de Paris en 1844, grâce à une bourse municipale sollicitée par son professeur, et intégra l'atelier de Michel Martin Drolling. Il étudia la peinture du Corrège et partagea le grand prix de Rome en 1850 avec William Bouguereau.
    Il exécutait des portraits et des compositions historiques, ainsi que des décorations murales.

     

    Peinture de : Paul Baudry 

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Napoléon III lui confia le décor du foyer de l'Opéra Garnier, auquel il travailla dix ans.

     

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry 

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Il réalisa entre autres, le décor de l’Hôtel Fould en 1854, celui de l’hôtel Galliera en 1863 et celui de l’hôtel de la Païva.

     

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Il prit part également à l'exécution du décor du château de Chantilly pour lequel il peignit le Saint-Hubert de la cheminée de la galerie des Cerfs, ancienne salle à manger du duc d'Aumale.

     

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Il réalisa également le billet de 100 francs de la Banque de France.

     

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Paul Baudry fut élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1870.

     

    Peinture de : Paul Baudry 

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Il voyagea en Orient et mourut subitement, après avoir été malade l’année précédente, au 70 bis rue Notre-Dame-des-Champs, avant d’avoir pu exécuter son projet de décoration du Panthéon de Paris

     

    Peinture de : Paul Baudry

     

    Peinture de : Paul Baudry

    Yahoo!

    17 commentaires
  •  

    Marcel Pagnol est né à Aubagne, le 28 février 1895.

     

     

    Marcel Pagnol a raconté dans les trois volumes qui composent son autobiographie (La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, Le Temps des secrets) son enfance et son adolescence provençales.

     

     

    sa maison natale

     

    Ce fils d’instituteur public fit ses études au lycée Thiers de Marseille, puis obtint sa licence d’anglais et devint professeur à Aix-en-Provence ; il enseigna ensuite à Paris, au lycée Condorcet.

     

     

    Il se découvrit très jeune une passion pour l’écriture dramatique, et devait publier dès 1922 un drame en vers : Catulle.

     

     

    Il fonda également la revue Fortunio, ancêtre des Cahiers du Sud.

     

     

    Après deux pièces écrites en collaboration avec Paul Nivoix, Tonton et Les Marchands de Gloire, qui furent représentées à Paris,

     

    28 février 1895 : naissance de Marcel Pagnol

     

    Marcel Pagnol atteignit au succès avec les deux premières pièces qu’il composa seul : Jazz (1927),

     

    28 février 1895 : naissance de Marcel Pagnol

    28 février 1895 : naissance de Marcel Pagnol

     

    et surtout Topaze (1928), l’une des pièces les plus constamment reprises du répertoire contemporain.

     

     

    La suite de sa carrière devait se partager entre le théâtre et le cinéma, ce qui allait faire de lui le maître du « théâtre filmé », grâce en particulier à sa célèbre trilogie marseillaise : Marius, Fanny et César, écrite pour la scène avant qu’il l’adaptât pour l’écran.

     

     

    Marius

     

    Fanny

    César

     

    Au septième art, il donna entre autres : Merlusse,

     

     

    Cigalon,

     

     

    Le Schpountz,

     

     

    La Fille du puisatier,

     

     

    La Belle meunière,

     

     

    Manon des sources,

     

     

    ainsi que plusieurs films inspirés de l’œuvre d’un autre provençal, Jean Giono : Angèle, Regain, La Femme du boulanger.

     

     

    Il fut servi par les plus grands interprètes de l’époque : Louis Jouvet, Raimu, Pierre Fresnay, Fernandel.

    Dramaturge et poète, Marcel Pagnol a su faire revivre dans son œuvre une Provence vivante, dépeignant entre rire et émotion l’âme et les mœurs méridionales. Son talent, qui dépassait les frontières, l’avait immortalisé dès avant son élection à l’Académie, à cinquante et un ans, le 4 avril 1946, par 15 voix au fauteuil de Maurice Donnay, qui avait occupé son siège de 1907 à 1945.

     

     

    Sa réception, le 27 mars 1947, par Jérôme Tharaud, fut filmée, ce qui constituait une première dans l’histoire de l’Académie française.

    François Mauriac a tracé de lui, dans son Bloc-notes, un portrait amical : « Pagnol, le seul à ne pas avoir de socle. Il semble s’être glissé dans cette antichambre de l’éternité en passant par la fenêtre, le seul qui sente l’air du dehors ».

    Marcel Pagnol est mort le 18 avril 1974.

    Le château où il vécut quelques années, sa tombe....

     

     

    Yahoo!

    17 commentaires
  • Gâteau au chocolat, noisettes et nutella

     

    Ingrédients :

     

    Pour chaque gâteau :

    – 225g de beurre ramolli (pour les pressés, 20 secondes au micro ondes)
    – 185g de farine
    – 40g de farine de noisettes
    – 225g de sucre en poudre
    – 4 oeufs
    – 1/2 cc de levure chimique


    Pour la couche de Nutella :

    – 1 pot de 220g de Nutella

    Pour la ganache :

    – 230g de beurre
    – 350g de chocolat noir 
    – 50g de Nutella (inclus dans le pot de Nutella nécessaire ci-dessus)
    – 80g de sucre glace


    Préparation :

     

    Réalisation des gâteaux
    Il suffit de suivre deux fois les indications ci-dessous.

    – Préchauffer le four à 180°C.
    – Battre le beurre ramolli avec le sucre jusqu’à ce qu’à l’obtention d’une pâte lisse.
    – Ajouter les oeufs un par un.
    – Verser les farines et la levure, bien incorporer.
    – Graisser un moule à charnière de 24cm de diamètre et y transvaser la pâte.
    – Enfourner 20 à 25 minutes selon votre four.

    – Réitérer pour la réalisation du deuxième gâteau. Réserver pour qu’ils refroidissent avant le montage.

    Préparation de la ganache :

    – Au micro-ondes, faire fondre 2 minutes 30 (plus ou moins selon votre appareil) le beurre, le chocolat et le Nutella.
    – Ajouter le sucre glace tamisé et bien mélanger.
    – Laisser refroidir, si besoin un peu au réfrigérateur, avant d’appliquer sur le gâteau. Attention, la ganache doit rester souple, au risque de ne pas pouvoir être étalée correctement !


    Montage du gâteau :

    – Retourner un premier gâteau sur une plaque ou une assiette recouverte de papier sulfurisé. Le fond du gâteau doit se retrouver sur le dessus.
    – Tartiner le Nutella sur l’ensemble de la surface du gâteau retourné.
    – Positionner par dessus le deuxième gâteau, également retourné. La face plane doit être sur le dessus.

     

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella


    – Appliquer la ganache généreusement sur l’ensemble du gâteau (le papier sulfurisé protège votre plat), dessus et bords.

     

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella


    – Laisser prendre 3 heures au réfrigérateur.
    – Avant de servir, à l’aide d’un couteau très aiguisé, couper le contour du papier cuisson, de manière à ne conserver qu’un rond de la taille du gâteau, sous celui-ci. Cela permet de retirer proprement la ganache qui déborde…
    – Décorer de quelques noisettes pour la déco.

     

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella

     

    Gâteau au chocolat, noisettes et nutella

     

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Millettia japonica est originaire du Japon, mais d'autres espèces de Millettia se rencontrent en Asie, en Inde, en Afrique et à Madagascar.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Cet arbuste est appelé communément « glycine d'été » pour sa ressemblance avec la glycine (Wisteria) au niveau de sa floraison. On peut toutefois facilement l'en différencier car les fleurs sont plus dispersées, elles ne se regroupent pas en longues grappes comme sur la glycine mais restent dressées et concentrées sur les tiges.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Millettia japonica offre des tiges grimpantes qui peuvent atteindre entre 3 et 5 m de haut selon la place qu'on lui accorde. Ces tiges sont volubiles et s'enroulent autour de leur support. Sur une façade ou une clôture pleine, il est donc conseillé de les palisser. Sur une pergola, la plante se débrouille seule.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Le feuillage est semi-persistant, d'une couleur vert clair. Il se compose de folioles de forme elliptique.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Les fleurs mellifères et odorantes se colorent de violet vif et rose près du pédoncule. Elles se renouvellent de juillet à fin août, parfois plus tard en région douce. Elles produisent ensuite des gousses contenant des graines, faciles à ramasser si l'on veut tenter un semis.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    La plante supporte les situations mi-ombragées mais qui reçoivent tout de même le soleil régulièrement. Au jardin, elle peut donc se planter à un emplacement ensoleillé à demi-ombragé une partie de la journée.
    Ce grimpant n'est pas rustique sous nos climats, c'est la raison pour laquelle il est beaucoup moins connu et employé que la glycine, qui elle, résiste très bien à nos hivers. Mais en situation abritée ou en région douce, Millettia japonica pousse très bien aussi, et supporte des températures allant jusqu'à -5 °C. Certains amateurs préfèrent le cultiver en pot pour pouvoir le rentrer hors gel en hiver, ce qui demande alors une taille sévère pour pouvoir le détacher de son support et le transporter.

     

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

    Fleurs cultivées : Millettia

     

    Fleurs cultivées : Millettia

    Yahoo!

    18 commentaires
  • Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

     


    Le Neubourg est une commune française du département de l'Eure, en région Normandie.

     

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

     

    La commune du Neubourg compte deux édifices classés et inscrits au titre des monuments historiques :

    l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, XV ET XVIe siècles. Édifice gothique du XVe siècle avec des parties du XVIe siècle. Les deux tours de façade sont inachevées. À l'intérieur se trouvent un lutrin, une toile de Nicolas Loir, des vitraux du XIXe siècle inspirés de ceux de Saint-Ouen de Rouen et des vitraux de Jean Barillet réalisés au XXe siècle

     

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)


    le Vieux-Château XIII, XVIe siècle,. Il comprend aujourd'hui côté nord un front fortifié (tours, courtine, porte à pont-levis), correspondant côté sud à un logis du XIIIe siècle à grande salle sous charpente, et à la Maison Neuve (début XVIe siècle)

     

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

    Le Neubourg ('Eure)

     

    Le Neubourg ('Eure)

    Yahoo!

    19 commentaires
  • "En février" poème de Jean Joubert

    "En février" poème de Jean Joubert

    "En février" poème de Jean Joubert

    "En février" poème de Jean Joubert

     

    "En février" poème de Jean Joubert

    Yahoo!

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique