• Peinture de : Edwin B


    Edwin Buttery 1839-1908, est né à St. Pancras, Londres le 23 décembre 1839, fils de Thomas Charles Buttery (1796-1869), qui était également artiste. Lors du recensement de 1861, il vivait avec ses parents au 40 Cheyne Walk, Chelsea.

     

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    Il épousa sa femme Mary Ann (née Blythe) en 1862 et en 1871, ils eurent 2 filles et 1 fils et vivaient au 167 Hill Street, Newington Londres. Au total, ils ont eu 10 enfants, dont 8 ont survécu à la petite enfance.

     

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    En 1901, ayant vécu à Fulham à différentes adresses, ils vivaient au 108, avenue Gowan et il était répertorié comme restaurateur de tableaux et artiste.
    Il mourut le 16 octobre 1908 au 32 Schubert Road, Putney.

     

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    Il était un artiste professionnel tout au long de sa vie professionnelle et semblait ne peindre des paysages qu'à l'huile. Il n'a pas exposé à Londres et n'est donc pas répertorié dans les principaux annuaires Buttery Edwin a peint les scènes tranquilles et pastorales de la campagne de son temps, capturant la terre et ses habitants travaillant et vivant ensemble.

     

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    Un bel exemple de peinture de paysage anglaise montrant la compétence et la technique de Buttery et son attention aux détails et aux couleurs. Il a été un artiste professionnel tout au long de sa vie professionnelle et ne semblait peindre que des scènes de paysage à l'huile. Il n'a pas exposé à Londres, donc il n'est répertorié dans aucun des grands annuaires, c'est dommage car on peut évidemment voir une main talentueuse.

     

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    Peinture de : Edwin Buttery

     

    Yahoo!

    19 commentaires
  •  

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Gabrielle Bonheur « Coco » Chasnel voit le jour à Saumur en 1883. Orpheline à 12 ans, elle grandit dans un orphelinat avec ses sœurs. Elle apprend la couture auprès de sa tante à l’âge de 18 ans et débute sa carrière en 1903 dans un atelier qui fabrique des trousseaux et layettes. Dès 1907, attirée par la scène, Coco Chanel chante dans les cafés à Vichy. Elle garde de cette époque son surnom, « Coco » car elle chantait « Qui qu’a vu coco sur le Trocadéro ? ».

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Elle y rencontrera son futur protecteur, Etienne Balsan, qui l’introduira dans la vie mondaine.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Il lui présente Arthur « Boy » Capel, le grand amour de Coco Chanel.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Boy la convainc de se lancer dans la fabrication de chapeaux et, en 1910, il lui prête de quoi ouvrir un salon de modiste. Sa boutique est située au 31 rue Cambon et s’appelle alors « Chanel Modes ».

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

      

    Entre 1913 et 1915, ils ouvrent des boutiques à Deauville et Biarritz, villes d’exils pour la haute société pendant la guerre. Ses chapeaux simples et sophistiqués sont très appréciés.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

      

    Dans sa boutique de Biarritz, Coco Chanel installe sa première véritable maison de couture où elle dessine ses premières créations. La pénurie de tissu due à la guerre amène la créatrice à se fournir en jersey, une matière réservée alors aux sous-vêtements, c’est un succès. Coco Chanel retranscrit sa volonté de modernité pour la femme dans ses créations en lui conférant une allure androgyne, à travers des robes droites et le pantalon jusqu’alors réservé aux hommes. Au sortir de la guerre, son entreprise est prospère et emploie environ 300 ouvrières.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Son amant, Boy Capel décède en 1919. En 1921, Coco Chanel acquiert deux nouveaux immeubles rue Cambon, à côté du siège de la maison. Et devient la même année, la première créatrice à lancer son parfum, le célèbre N°5 de Chanel.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    En 1926, Coco Chanel dessine la fameuse petite robe noire, couleur alors réservée au deuil, inspirée par l’uniforme qu’elle portait étant jeune. Le modèle devient un classique de la maison de couture, et plus généralement, dans la mode.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel


    Coco Chanel est proche des artistes parisiens pendant l’entre-deux-guerres : elle dessine les costumes pour les pièces de Cocteau, est amie avec Marcel Proust, Toulouse-Lautrec et Auguste Renoir. En 1932, Coco Chanel, fervente adepte de perles et bijoux en tout genre, devient la première créatrice à lancer une ligne de Haute Joaillerie.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    À l’annonce de la Seconde Guerre Mondiale, Coco Chanel ferme les portes de sa maison de couture pour se consacrer uniquement aux parfums. À la libération, Coco Chanel s’installe en Suisse au moment où le New Look de Christian Dior s’impose fortement. C’est seulement en 1954 qu’elle se décide à revenir à Paris pour reprendre ses activités ; elle a alors 71 ans. Gabrielle Chanel s’installe définitivement dans ses appartements de l’Hôtel Ritz, devenus aujourd’hui la Suite Coco Chanel.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    Elle crée des nouveaux modèles qui deviendront des classiques, comme le tailleur en tweed et les ballerines bicolores.

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

      

    Pendant les années 60 et la révolution Hippie, Coco Chanel se fait discrète, elle vit confinée entre ses appartements et sa maison de couture, travaillant avec acharnement. Coco Chanel décède en janvier 1971, à l’âge de 87 ans, alors qu’elle prépare une nouvelle collection, qui sera présentée à titre posthume

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

     

    10 Janvier 1971 : décès de Coco Chanel

    Yahoo!

    12 commentaires
  • Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Ingrédients

     

    150 g de cerneaux de noix (40 noix environ selon la taille)
    150 g de sucre (1/2 cup)
    1 pincée de sel
    100 g de beurre
    3 œufs
    1 cuillerée à soupe de rhum facultatif
    2 grosses cuillerées à soupe de farine (1/2 cup)

    Pour le dessus
    125 g de chocolat noir
    25 g de beurre
    4 cerneaux entiers.

     

    Préparation :

     

    Faire fondre 100 g de beurre dans une petite casserole

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Mixer les 150 g de cerneaux de noix, mais pas trop pour ne pas obtenir de “farine” huileuse ou mieux les mouliner

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Préchauffer le four à 180°
    Dans un saladier, mélanger les noix avec 150 g de sucre et 1 pincée sel. Ajouter le beurre fondu, puis les 3 œufs un à un en mélangeant entre chacun et terminer avec la cuillerée à soupe de rhum et les 2 grosses cuillerées à soupe de farine

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

    Garnir le moule à gâteau bien beurré et /ou mettre un papier cuisson au fond du moule

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Enfourner à 180° pendant 25 mn puis laisser refroidir sur une grille

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    La décoration au chocolat : faire fondre le chocolat dans une petite casserole avec le beurre à feu tout doux et mélanger pour obtenir une crème lisse. Laisser le gâteau sur la grille et le napper de chocolat à l'aide d'une spatule et faire des stries à la fourchette

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Déposer sur le plat de service, décorer avec quelques cerneaux et laisser durcir

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Gâteau aux noix et au chocolat

     

    Yahoo!

    14 commentaires
  • Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Très répandue en Europe, à l'état sauvage comme dans les jardins, la matricaire (Matricaria recutita), appelée aussi camomille allemande, même si ce sont deux genres bien distincts, fait partie de la famille des Astéracées et du genre Matricaria qui compte d'autres espèces sauvages répandues.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Ses feuilles inférieures forment une rosette, les suivantes sont disposées de façon alterne sur les tiges. Elles sont fines et très découpées.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Les tiges à ramifications écartées sont glabres (sans poils) et mesurent de 15 à 20 cm pour les plants sauvages et jusqu'à 40 cm pour les plants cultivés, donnant à la plante un port buissonnant.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Les fleurs sont regroupées en capitules que l'on appelle improprement fleur en langage courant. Ces capitules très nombreux ressemblent à des petites marguerites et dégagent une forte odeur de camomille. Leur taille est plus petite que celle de la fleur de camomille romaine. La floraison dure longtemps de mai à fin octobre. Les fruits sont de tout petits akènes facilement dispersés par le vent.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Cette plante aromatique a des propriétés médicinales, stomachiques, fébrifuges, antispasmodiques, calmantes, ainsi qu'émollientes (qui calme les irritations) comparables à celles de la camomille romaine.
    Connue et utilisée depuis l'Antiquité son histoire ancienne se confond avec celle de la camomille romaine.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    De nos jours, c'est d'elle principalement qu'on extrait l'huile essentielle de camomille et qu'on utilise en cosmétique, car sa récolte coûte nettement moins cher. 

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

     

    De plus, en infusion, la matricaire est moins amère que la camomille romaine.

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

     

    Fleurs cultivées : Matricaire

    Yahoo!

    22 commentaires
  •  

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

    Bidart, localisée au cœur de la côte basque, entre Biarritz et Saint-Jean-de-Luz,(Pyrénées-Atlantiques) la petite station balnéaire offre un vaste panel de loisirs allant du surf au golf, en passant par la pelote basque, l'équitation, le tennis, la randonnée pédestre le long du sentier du littoral ou encore la détente sur l'une de ses six plages de sable.

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

    Bidart, c'est aussi son patrimoine bâti de caractère, que l'on découvre au gré de la pittoresque place Sauveur Atchoarena,

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

    des chapelles Saint-Joseph

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

    et de Sainte Madeleine,

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

     et du vieux moulin de Bassilour où sont confectionnés de façon artisanale des gâteaux basques à la crème et à la cerise noire.

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

     

    Bidart ( Pyrénées-Atlantiques)

    Yahoo!

    21 commentaires
  • Epiphanie

     

    L'Epiphanie est une fête chrétienne ayant une signification différente pour les chrétiens d'Occident et les chrétiens d'Orient (Chrétiens orthodoxes). Pour les premiers, l'Épiphanie est l'adoration de Jésus par les rois mages, alors que pour les seconds, il s'agit de la date anniversaire du baptême du Christ. Le mot Epiphanie vient du grec epiphaneia qui signifie apparition ou avènement.

     

    Epiphanie

     

    L'Épiphanie s'appelle aussi le jour des rois en l'honneur des rois mages qui, selon la tradition chrétienne, seraient venus offrir des cadeaux à Jésus lors de sa naissance. Selon la tradition, les rois mages étaient au nombre de trois : Melchior, Gaspard et Balthazar. L'éphiphanie est le jour de la galette des rois ! Si l'Épiphanie est une fête religieuse, l'origine de la galette des rois est elle totalement païenne. Elle trouve son origine dans la fête romaine des saturnales. La tradition romaine voulait, qu'à l'occasion des saturnales, un roi soit élu parmi les jeunes soldats.

     

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

     

    Ce "roi" pouvait alors commander tout ce qu'il lui plaisait. Cette tradition a évolué et a perduré au cours des siècles en trouvant sa place le jour de l'Épiphanie. Selon les régions, la galette des rois est un gâteau rond en pâte feuilletée fourrée ou non, une couronne garnie de fruits confits à l'intérieur duquel a été placée une fève. Celui qui découvre la fève est le roi ou la reine. Selon la tradition , le plus jeune enfant de la famille se glisse sous la table et désigne la part revenant à chaque convive.

     

    Epiphanie

    Epiphanie

    Epiphanie

     

    Epiphanie

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

     

    Montfort-l'Amaury est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

     

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

     

    Dans cette petite ville vous pourrez y voir :

     

    Le château fort de Montfort : construit au XIIe siècle, détruit au cours de la guerre de Cent Ans, il n’en subsiste que les ruines du donjon, appelé tour Anne-de-Bretagne, qu'on fit construire ultérieurement pour Anne de Bretagne. Les ruines sont classées MH depuis 1862 ;

     

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

     

    L'église Saint-Pierre : Église des XVe et XVIe siècles, d’une taille impressionnante et rare pour une petite cité, reconstruite par Anne de Bretagne en 1491, en lieu et place d’une église médiévale du XIe siècle bâtie par Amaury Ier de Montfort. André de Foix, seigneur de Montfort de 1524 à 1540, amplifiera les aménagements entrepris sous le dernier règne breton. L'église est particulièrement intéressante par ses nombreuses gargouilles extérieures, ses clefs de voûte pendantes et sculptées dans les bas-côtés et surtout l'incomparable collection de vitraux Renaissance qui ornent les baies des bas-côtés et les fenêtres hautes du chœur. Quatre d'entre eux sont datés mais aucun n'est signé. Les archives locales ne donnent aucune indication sur les peintres et verriers à qui l'on doit ces chefs-d'œuvre. Classée Monument historique, depuis 1840, grâce à sa collection de vitraux datant de la deuxième partie du XVIe siècle, on y admire un ensemble de 37 verrières unique en Île-de-France ;

     

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

     

    La maison de Maurice Ravel, le Belvédère, est une demeure du XXe siècle qui se trouve au pied des ruines du donjon et qui surplombe le sud de la ville. Maurice Ravel y a vécu de 1921 à sa mort à Paris en 1937. Après la mort du compositeur, la maison a été très bien conservée par volonté du frère cadet et unique héritier du compositeur, Édouard Ravel (1878-1960). Ce dernier légua la maison à la Réunion des musées nationaux dans son deuxième testament authentique du 18 juillet 1958. De 1937 à 1970, la maison fut confiée à la garde successive de Mme Marie Reveleau (fidèle gouvernante du compositeur depuis 1921) jusqu'à sa mort en 1952, puis à Céleste Albaret et sa sœur Marie Gineste jusqu'en 1970. Accepté par l’État en 1963, le legs du musée se concrétisa en novembre 1971 par la signature d’un bail emphytéotique de 99 ans entre la Réunion des musées nationaux et la ville de Montfort-l'Amaury, respectivement propriétaire et gestionnaire du musée. La maison-musée Maurice-Ravel ouvrit ses portes, après des travaux, le 18 mai 1973. La maison est inscrite aux monuments historiques ;

     

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

     

    Montfort-l'Amaury (Yvelines)

    Yahoo!

    15 commentaires
  • Peinture de : Syndney Laurence

     

    Sydney Mortimer Laurence (1865–1940) était un peintre de paysage romantique américain et est largement considéré comme l'un des artistes historiques les plus importants de l' Alaska .
    Sydney Mortimer Laurence est né à Brooklyn , New York et a étudié à l' Art Students League de New York . Il épousa Alexandrina Fredricka Dupré en 1889.

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

     

    Il expose régulièrement à la fin des années 1880. Lui et sa femme voyagèrent en Angleterre , s'installant en 1889 dans la colonie d'artistes anglais de St. Ives , Cornwall de 1889 à 1898. Au cours de la décennie suivante, il exposa à la Royal Society of British Artists et fut inclus au Salon de Paris en 1890 , 1894 et 1895, remportant un prix en 1894.
    Laurence abandonna sa famille et vint en Alaska en 1903 ou 1904

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

     

    Laurence a été le premier artiste de formation professionnelle à s'installer en Alaska. Il a déménagé en Alaska en 1904 pour des raisons encore inconnues. Les archives de 1907 montrent qu'il vivait dans le village de Tyonek sur la côte nord de Cook Inlet dans le sud de l'Alaska, à environ 60 miles de Ship Creek où Anchorage commencerait des années plus tard. Vivant la dure vie du prospecteur pionnier, il a peu peint dans ses premières années dans le district d'alors de l'Alaska , mais entre 1911 et 1914, il a commencé à se concentrer à nouveau sur son art. Il a déménagé de Valdez à la ville naissante d' Anchorage en 1915 et en 1920 était le peintre le plus en vue de l'Alaska.

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

     

    Laurence a peint une variété de scènes de l'Alaska au cours de sa longue et prolifique carrière, parmi lesquelles des voiliers et des bateaux à vapeur dans les eaux de l'Alaska, des totems dans le sud-est de l'Alaska , des promontoires spectaculaires et les calmes criques et ruisseaux de Cook Inlet , des cabines et des caches sous les aurores boréales , et les autochtones de l'Alaska , les mineurs et les trappeurs engagés dans leur vie souvent solitaire dans la nature sauvage du nord.

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence


    Mais l'image de Denali des collines au-dessus des rapides de la rivière Tokositna est devenue sa marque de fabrique. C'est cette image plus que toute autre qui personnifie Laurence pour ses nombreux admirateurs et collectionneurs en Alaska et au-delà.

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

     

    Laurence a forgé un style personnel unique en appliquant les techniques tonalistes qu'il avait apprises à New York et en Europe à la nature sauvage du Nord. Lui, plus que tout autre artiste, a défini pour les Alaskiens et d'autres l'image de l'Alaska comme « la dernière frontière ».
    En mai 1927, Laurence épouse Jeanne Kunath, une artiste d'origine française émigrée aux États-Unis en 1920. Il meurt à Anchorage le 10 décembre 1940.

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

    Peinture de : Syndney Laurence

     

     

    Peinture de : Syndney Laurence

    Yahoo!

    23 commentaires
  • 3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

     

    Rivoyre, Christine, Berthe, Claude Denis de, Journaliste, Femme de lettres. Née le 29 novembre 1921 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) décédée le 3 janvier 2019.
    Fille de François Denis de Rivoyre, Officier, et de Mme, née Madeleine Ballande.

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

     

    Etudes : Institution du Sacré-Cœur à Bordeaux et à Poitiers, Faculté des lettres de Paris. Diplômes : Licenciée ès lettres.

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

     

    Carrière : Etudiante à l’université de Syracuse aux Etats-Unis (1947-49), Journaliste au quotidien le Monde (1950-55), Directrice littéraire du magazine mensuel Marie-Claire (1955-66), Romancière, Membre du jury du prix Médicis (depuis 1970), Membre du Haut comité de la langue française (1969).

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire



    Œuvres :

     

    l’Alouette au miroir (1955),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    la Mandarine (porté à l’écran) (1957),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    la Tête en fleurs (1960),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    la Glace à l’ananas (1962),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    les Sultans (porté à l’écran) (1964),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    le Petit Matin (porté à l’écran) (1968, rééd. 1998 et 2008),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    le Seigneur des chevaux (en coll., 1969),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Fleur d’agonie (1970),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Boy (1973, rééd., 2003),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    le Voyage à l’envers (1977),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Belle Alliance (1982),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Reine-Mère (1985),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Crépuscule taille unique (1989),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Racontez-moi les flamboyants (1995),

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Archaka (2007).

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

     

    Décoration : Officier de la Légion d’honneur et des Arts et des Lettres.

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire



    Distinctions : Prix des quatre jurys (1955) pour l'Alouette au miroir, prix Interallié (1968) pour le Petit Matin, prix des Trois-Couronnes (1973) pour Boy, grand prix de la Ville de Bordeaux (1973), grand prix littéraire Prince Rainier de Monaco (1982), prix Paul-Morand de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre (1984), Grand prix de la Ville de Paris (roman) (1989)

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

     

    3 Janvier 2019 : décès de Christine de Ryvoire

    Yahoo!

    13 commentaires
  • Verrine aux fruits d'hiver

     

     

    Ingrédients / pour 4 personnes

     

    1 pamplemousse rose
    2 poires william
    4 clémentines
    4 kiwis
    2 sachets de sucre vanillé
    4 cuillères à soupe de crème fraîche allégée à 15 %
    1 cuillère à soupe de sucre glace
    quelques pistaches pour la déco

     

    Verrine aux fruits d'hiver

     

    Préparation

     

    1 Épluchez tous les fruits et détaillez-les en morceaux. Ajoutez le sucre vanillé et mélangez. Versez dans 4 verrines.
    2 Fouettez la crème avec le sucre glace.
    Pour finir
    Disposez 1 cuillère à soupe de crème sur chaque verrine et décorez avec quelques pistaches.

     

    Verrine aux fruits d'hiver

     

    Verrine aux fruits d'hiver

    Yahoo!

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique